Connexion
Pokemon Community :: Administration de l'école :: Gestion du personnage :: Ateliers
 :: Exposés

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
Le Deal du moment : -20%
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
Voir le deal
119.97 €

Potiron
https://pokemoncommunity.forumactif.org
https://pokemoncommunity.forumactif.org
Icon : Guide de premiers secours. Amj0Bjs
Taille de l'équipe : 0
Région d'origine : Kalos
Âge : 5 ans
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 2860
Guide de premiers secours. Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2860
pokemon
Guide de premiers secours. Amj0Bjs
0
Kalos
5 ans
0
0
2860
Potiron
est un Annonceur
Guide de premiers secours

Idalienor Edelwen

La Pokemon Community dispose d’une formation spécifique à l’attention des Pokeathlète Médecins. Jusque-là, je ne vous apprends rien. C’est souvent eux qui sont chargés, en cas d’urgence et ce grâce à la formation qu’ils ont reçue, d’organiser une zone de soin, d’administrer les premiers secours et de faire le relai avec les autorités compétentes. Qu’il s’agisse de leur première ou seconde spécialité, cela ne fait aucune différence quant à leur implication dans une situation d’urgence.

Cependant, il peut arriver qu’aucun médecin ne soit disponible sur place pour vous prêter main forte. En effet, en fonction de la configuration de l’incident ou de la zone où il a eu lieu, aucun élève ayant suivi cette formation ne sera présent sur place. Dans ces moments-là, chaque seconde compte pour prendre en main une situation, gérer les blessés et s’en tirer avec le meilleur bilan. Alors que vous soyez élève médecin ou pas, vous avez toujours moyens de trouver des solutions et d’agir pour éviter le pire. Cet exposé s’adresse principalement aux élèves scolarisés dans les autres filières de l’académie et qui souhaiteraient pouvoir agir face à une situation x ou y nécessitant une intervention médicale dite de premiers secours. Ce n’est pas en quelques lignes que la spécialité médecine pourra être enseignée mais elles vous permettront au moins d’apprendre les premiers gestes à appliquer et surtout d’être préparé à affronter ce type de situation. Je vous conseille également de compléter cette lecture par mon exposé précédent « Comment installer une zone de soin en situation d’urgence ? » qui vous donnera toutes les clés pour prendre en main n’importe quelle situation, même en étant débutant dans le domaine.  
I. Gardez votre sang-froid

Face à une situation d’urgence, il est souvent difficile de faire la part des choses. L’agitation est à son maximum et sans que l’on ne s’en rende vraiment compte, la panique gagne petit à petit l’ensemble des personnes présentes, vous y compris. Pourtant, il va vous falloir faire preuve de sang-froid si vous voulez pouvoir gérer la situation. Bien sûr vous allez me dire, c’est plus facile à dire qu’à faire. Et vous aurez raison. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que face à une situation de stress vous ayant fait perdre vos moyens, vous aurez deux réactions possibles. Soit vous êtes paralysés face à la situation, incapable de savoir quelle est la bonne chose à faire. Soit, au contraire, vous agirez sans réellement réfléchir pour vous débarrasser du problème. Si la première option, bien que ne faisant pas avancer la situation ne l’empire pas directement, la seconde quant à elle peut s’avérer dangereuse aussi bien pour les autres que pour vous.

Afin d’être un bon acteur dans une situation de crise, il convient de prendre du recul sur la situation pour l’analyser. Même si vous n’êtes pas médecins, vous êtes toujours en mesure d’agir à votre échelle dans un domaine que vous maitrisez ou qui, à défaut, vous correspond. Si vous avez de la force physique et que vous n’avez pas peur du sang, vous pouvez vous investir dans le transport des blessés. Si vous maitrisez les bases de premier secours, vous pouvez vous en charger tranquillement grâce au matériel fourni. Si vous avez une voix qui porte et du charisme, vous pouvez aider à rassembler pour éviter des mouvements de foule. Dites vous bien que dans tous les cas, vous ne pourrez jamais remplir toutes les fonctions. Alors apprenez à cibler vos points forts et à compartimenter la situation pour trouver votre place, celle où vous vous sentez à l’aise et capable de bien faire. C’est de cette façon que vous pourrez garder votre sang-froid pour avancer et débloquer une situation complexe.
II. Se munir d’une trousse de soin efficace

Voilà un point essentiel à aborder : la trousse de soin. Très souvent, c’est une fois confronté à une situation d’urgence que l’on réalise à quel point quelques objets deviennent nécessaire ne serait-ce que pour appliquer les gestes de premiers secours. Pour les plus chanceux non-initiés, quelques pansements peuvent trainer dans une trousse ou un sac à dos. Pour les autres, c’est souvent complètement démuni que vous vous retrouvez à affronter une situation difficile, augmentant le stress déjà présent. C’est bien préparé que l’on affronte mieux les difficultés, et pour ça rien de mieux qu’un peu de matériel récupéré à l’avance.

Pour une petite trousse de base, je peux vous conseiller d’emporter avec vous plusieurs éléments. Déjà des pansements, de plusieurs tailles si possibles afin de gérer les petites plaies. Avec ça, il est nécessaire de se munir d’un désinfectant efficace, en spray de préférence et qui ne pique pas pour les âmes sensibles (de l’alcool à désinfecter peu aussi faire le travail mais est beaucoup plus douloureux à l’application sur plaie ouverte) ainsi que de compresses pour nettoyer efficacement une lésion et éviter toute infection par la suite provoquée par un nettoyage mal réalisé. Enfin, des bandes et des petits ciseaux pour tenir appuyé une zone blessée en attendant des soins plus poussés peut s’avérer important.

Pour pousser un peu plus loin le matériel, d’autres éléments peuvent s’ajouter. Une couverture de survie par exemple, très compact et indispensable face à une personne en hypothermie. La glace instantanée pour calmer les douleurs est à préconiser pour une trousse de soin un peu plus poussée. Elle n’a pas besoin d’être conservée au frais ! A usage unique, un seul claquement et le liquide et le sel présent à l’intérieur de poche se rencontrent et provoquent une réaction chimique libérant du froid. Un must-have pour les urgences, à n’en revanche jamais appliquer directement sur la peau mais à l’aide d’un linge pour faire barrière. Des strips peuvent s’avérer également utiles. Bien placé, ils peuvent tenir une plaie plus profonde fermée en attendant l’arrivée des secours et la possibilité de réaliser des points de suture. Enfin, un aspi-venin a l’avantage de traiter directement un empoisonnement provoqué par une attaque de pokemon. Pas à 100% efficace mais ralenti grandement l’infection en attendant une prise en charge médicale. Voilà quelques idées pour vous constituer une trousse de soin efficace ou, le cas échéant, être capable de nommer le matériel nécessaire et le demander au besoin.
III. Définir un ordre de priorité

Dans certaines situations, il arrive parfois que vous ayez à gérer plusieurs personnes en même temps. Présentant toutes des profils différents, il va vous falloir réussir à déterminer un ordre de priorité afin que tout se passe au mieux. Toutes les blessures ne sont pas comparables et ne nécessitent pas forcément une intervention immédiate. Ainsi, une cheville foulée passera après une plaie au crâne. Le plus souvent, le bon sens vous aidera à faire la part des choses pour savoir ce qui mérite d’être pris en urgence et ce qui peut attendre un petit peu que vous soyez plus disponible ou que vous obteniez une assistance plus poussée.

Toutefois, malgré le bon sens, il ne faut pas oublier que tout n’est pas visible à l’œil nu. C’est à ce moment-là qu’il devient très important d’interroger chaque personne et de lui poser les bonnes questions. Où avez-vous mal ? Sur une échelle de 1 à 10, où se situe votre niveau de douleur ? Comment vous sentez-vous ? Des questions basiques aident très souvent à y voir plus claire et définir des priorités. Le plus souvent il convient de commencer par les lésions ouvertes qui peuvent saigner et s’infecter et ensuite traiter les blessures plus légères comme des hématomes importants, des foulures ou entorses non ouvertes.

Il ne faut également pas oublier de prendre en compte l’état psychologique des personnes. Parfois, aucune blessure n’est visible à l’œil nu mais il existe un traumatisme psychologique qui va durement affecter la personne. Il faudra alors bien prendre le temps de discuter avec elle pour la rassurer et la mettre en lieu sûr. Une personne oubliée agissant hors de votre contrôle peut devenir un danger pour elle-même et les autres sans qu’elle ne s’en rende compte. Alors ne négligez surtout pas cette étape de discussion. Posez les bonnes questions, établissez un profil très rapide et classez en conséquence.
IV. Effectuez les gestes de premiers secours

En termes de premier secours, certains gestes ne s’improvisent pas et doivent être maitrisés car certains gestes mal faits peuvent être porteurs de graves conséquences. Je vais vous en présenter plusieurs, les plus classiques :

Face à une personne qui s’étouffe et encore consciente, le premier réflexe est de lui infliger de grandes « claques » dans le dos en espérant faire ressortir l’élément bloquant sa trachée. Si au bout de 5 « claques » cela n’a pas eu d’effet, il faut se placer derrière la victime. Ensuite, placez vos bras autour de la partie supérieure de son abdomen, penchez là vers l’avant et placez un de vos poings fermés entre le nombril et l'extrémité inférieure du sternum. Enfin, maintenez votre poing en place à l'aide de votre autre main et enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut. Si le geste ne fonctionne pas et que la personne perd connaissance, il faudra la positionner en position latérale de sécurité en attendant les secours.

Face à une personne inconsciente, il faut d’abord libérer ses voies respiratoires en penchant délicatement sa tête en arrière. Une fois cette étape faite ainsi que la vérification de la présence d’une respiration, il faut placer la victime en position latérale de sécurité. Je vous joins le descriptif fourni par la croix rouge pour la réaliser : Assurez-vous que ses jambes sont allongées côte à côte. Si ce n'est pas le cas, rapprochez-les délicatement l'une de l'autre de manière à les placer dans l'axe du corps - Disposez le bras de la victime le plus proche de vous à angle droit de son corps. Pliez ensuite son coude tout en gardant la paume de sa main tournée vers le haut - Placez-vous à genoux ou en trépied à côté de la victime - Saisissez l'autre bras de la victime d'une main, placez le dos de sa main contre son oreille, de votre côté - Maintenez la main de la victime pressée contre son oreille, paume contre paume - Attrapez la jambe la plus éloignée de vous avec l'autre main, juste derrière le genou, et relevez-la tout en gardant le pied au sol -  Placez-vous assez loin de la victime, au niveau de son thorax, pour pouvoir la tourner sur le côté vers vous, sans avoir à reculer - Faites rouler la victime en tirant sur sa jambe jusqu'à ce que le genou touche le sol - Dégagez doucement votre main de sous la tête de la victime en maintenant son coude de votre autre main afin de ne pas entraîner sa main et d'éviter ainsi toute mobilisation de sa tête - Ajustez la jambe située au-dessus de sorte que la hanche et le genou soient à angle droit - Ouvrez la bouche de la victime d'une main, avec le pouce et l'index, sans mobiliser la tête, afin de permettre l'écoulement des liquides vers l'extérieur - Vérifiez régulièrement que la respiration est normale

Face à une personne blessée présentant un saignement important, il est nécessaire d’appliquer une compression forte sur la plaie (évitez toutefois le garrot) afin de stopper le saignement. Dans l’idéal, il est préférable que la personne se le fasse elle-même ou que vous le réalisiez à l’aide d’un tissu propre, de gant, ou de toute autre méthode qui évitera un contact direct de votre peau avec celle de la personne. Il est également possible d’appliquer un tampon relais en utilisant un tissu propre suffisamment serré autour de la plaie pour stopper le saignement en attendant l’arrivée des secours.

Face à une personne en arrêt cardiaque, il est primordial de réaliser un massage cardiaque. Pour cela, la victime doit être allongée sur une surface dure, sur le dos. Il faut ensuite réaliser 30 compressions thoraciques au niveau du sternum à l’aide des deux mains (ou seulement un doigt face à un bébé) puis deux insufflations par la bouche tout en lui bouchant le nez.  Il peut également vous arriver d’user d’un défibrillateur. Aujourd’hui, ils sont presque tous automatisés, c’est-à-dire qu’une voix vous indiquera comment s’en servir pour venir en aide à la victime. Les patchs disposés sur le torse environ une décharge électrique pour choquer le cœur et le maintenir en attendant l’arrivée des secours.
V. Ne pas hésiter à demander de l’aide

Il peut arriver que vous soyez la seule personne en mesure de gérer une situation d’urgence. Seulement, ce n’est pas souvent le cas et il est alors important de ne pas hésiter à faire appel à votre entourage pour vous venir en aide. Comme dit un peu plus haut, chaque personne présente ses points forts. Il vous faut donc être capable d’exploiter ceux des autres en plus des vôtres pour être beaucoup plus efficace. C’est le travail d’équipe qui mène généralement aux meilleurs résultats. Alors n’attendez pas, faites intervenir les personnes autour de vous pour vous assister en attendant l’arrivée des secours.
VI. Communiquer avec les secours

Enfin, la dernière étape et probablement la plus importante, est celle consistant à communiquer avec les secours. Votre rôle est d’intervenir rapidement pour commencer les premiers soins. Mais vous ne devez surtout pas oublier d’appeler les pompiers ou le SAMU pour venir compléter ce que vous avez entrepris et prendre en charge les victimes. Les numéros à composer sont le 15 et le 18. Une fois en ligne avec un opérateur, il vous faudra décrire de manière synthétique la situation à laquelle vous êtes confrontés en précisant l’identité de la victime, son âge approximatif ainsi que les blessures notées et les premiers soins que vous avez déjà effectués. Bien sûr, il faudra compléter ces informations avec votre localisation la plus exacte possible. Dès lors, les opérateurs vous donneront d’autres consignes que vous devrez exécuter à la lettre. Ils sont là pour vous aider et compléter les gestes de premiers secours en attendant l’arrivée de médecins. Alors prenez le temps de les écouter le plus attentivement possible.
Conclusion

Cet exposé vous a montré la marche à suivre pour gérer les premiers secours en situation d’urgence. Bien sûr, il est très loin d’être exhaustif mais il aura le mérite de vous offrir un panel de base pour vous permettre d’intervenir. Si jamais vous souhaitez approfondir ces notions et travailler ces gestes de premiers secours, n’hésitez pas à me contacter pour que nous puissions organiser des sessions d’entrainement. C’est en pratiquant que la théorie s’illustre et devient plus clair. J’espère que ce guide vous aura intéressé. N’hésitez pas à me contacter en cas de souci ou de questions, je répondrais avec le plus grand des plaisirs. A bientôt !
:copyright:️Idalienor Edelwen (2020)
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum