Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 8

Pokemon adala community

« J’ai juste envie de profiter de cette soirée, et de ce nouveau début de vie… Même si je sais que je ne suis pas encore au bout de mes surprises. »
en savoir plus ?
« Cette mission est déjà un calvaire, alors stp essaie de pas la rendre encore pire, ça m’arrangerait. »
en savoir plus ?
« Je ne suis pas sûr qu’il soit l’heure de distribuer de l’eau bénite, nous savons déjà tous que vous êtes un ange Ranya, mais je suis touché de votre bénédiction. »
en savoir plus ?
« Je me déteste. Je me déteste de toutes mes forces. »
en savoir plus ?
« C'est un fantôme que tu enlaces, Faulkner. »
en savoir plus ?
Le soleil tape. Les gens hurlent. Il en a marre. Ce n’est pas un tournoi. C’est un poisson d’avril.
en savoir plus ?
« Il est beau... Tu en as de la chance... »
en savoir plus ?
-43%
Le deal à ne pas rater :
Fire TV Stick 2021 avec télécommande vocale Alexa à 22,99€
22.99 € 39.99 €
Voir le deal

Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Elle n’a pas envie. Se lever tôt pour aller en cours, sûrement la pire chose que l’on ait pu créer sur Terre, à ses yeux. Quel genre de bourreau faut-il être pour accepter pareille règle ? Ruth en est persuadée : les profs, ici et partout ailleurs, sont tout bonnement des tortionnaires. Des personnes qui ont pour simple but d’épuiser les élèves. Ruth le clame haut et fort depuis années : l’école n’est pas une révélation mais une prison. Mais force est de constater que Ruth a décidé de prendre sur elle. Elle est bien obligée, si elle veut son passage de grade. Ruth estime ne pas avoir le temps, il lui faut son titre de Performer au plus vite. Et si cela inclut de devoir se lever tôt, même pour un cours aussi inutile et inintéressant à ses yeux, eh bien… Soit. Quitte à y aller de mauvaise foi, elle pourra au moins répondre présente.

« J’te préviens, Jolly, je t’embarque dans mon malheur, comme toujours. », qu’elle le nargue, ouvertement.

De toute manière, il n’a jamais son mot à dire, celui-là. Ici, c’est elle qui fait la loi. Et puis, après tout, elle est sa dresseuse, il se doit de lui obéir. Techniquement. Après être passée par la case salle de bain et penderie, Ruth est enfin prête à affronter cette journée qui, comme annoncé plus haut, commence bien trop cruellement à son goût. Encore plus s’il faut se rendre sur un terrain de type sportif. Tout ce que déteste Ruth. Il ne manquerait qu’il pleuve, neige ou vente de trop et elle serait retournée aussitôt sous ses couvertures.

* * *

Quelle déception. Venir au terrain, pour être reconduite vers un vieil immeuble. Si Ruth avait su, elle aurait mis des chaussures auxquelles elle tient moins. Au prix où elles sont, elle ne tient pas à les dégueulasser. Mains dans les poches, l’air renfrogné et peu amical du matin, Ruth écoute les instructions d’une oreille. Blablabla, tirer un bloc, blablabla en binôme, blablabla l’aide d’un seul Pokémon. Coming out your mouth with your blah blah blah, just zip your lips like a padlock, stop ta-ta-talking that blah blah blah. On a perdu Ruth dans une de ses sombres références musicales. Elle revient sur Terre une fois que le professeur semble avoir fini son discours. Au pire des cas, elle demandera à son coéquipier de lui réexpliquer. Si vraaaaaaaaaaaaaiment cela s’avère nécessaire. En espérant qu’elle ne tombe pas sur quelqu’un de trop barbant. C’est qu’ici, les gens semblent tous avoir un problème avec elle. A moins que ça ne soit son imagination. Ruth attend le signal, pour trouver le bloc qui lui a été assigné.

« Beurk, quelle horreur, ça va en mettre p- TOI ?! ICI ?! »

Une blague. C’était une blague de mauvais goût, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que cette furie de blondasse fichait bien ici ? Face à son bloc, qui plus est ! Ruth ouvre grand les yeux, ayant peur de comprendre ce qui est en train de se passer. Ah, les filous, les saligauds, ils ont osé ! Est-ce qu’ils espèrent les réconcilier, avec cette vieille technique ? Le « gnagnagna dans la sueur et la douleur nous ne ferons plus qu’une ». Ridicule. Ruth en cracherait tout son venin. Ruth s’avance vers le bloc et récupère la corde, qui est encore à ses pieds.

« Donne-la-moi, j’en ai besoin pour aller me pendre. Et non, pas besoin de ton aide, AU CAS OU TU DEMANDES ! », qu’elle hurle presque.

Une fois la corde en main, Ruth se rend compte que cela ne va pas être si facile. Et que c’est sûrement un peu trop excessif, comme réaction. Désormais dos à la blonde, Ruth pivote légèrement la tête dans sa direction, pour lui lancer un regard en coin, méfiante. Cette fille, elle serait capable de lâcher le bloc, pour l’écraser avec. Valait mieux pas que Ruth se retrouve à l’arrière, lors de la montée. Mais d’un autre côté, pourquoi est-ce qu’elle la laisserait aller en haut ? Ruth aussi, serait capable de provoquer un tel accident. Il allait falloir tirer à pile ou face, ou bien à pierre-papier-ciseaux. La dure vie de racaille, on ne s’attire que des ennuis – et pas toujours avec les bonnes personnes.

« Monsiiiiiiiiieur, on peut vraiment pas changer de partenaiiiiiiiiiire ? »

La voix de Ruth devient encore plus insupportable, lorsqu’elle hausse le ton. Elle va vers des tonalités aiguës, qui font d’elle une crécelle. Devant la tornade verbale que vient de se prendre Ruth, elle devrait se rendre à l’évidence : elle ne va pas pouvoir y couper. Pas cette fois. Foutu karma. A trop jouer à la maligne, elle finit toujours par être rattrapée. Elle se retourne brusquement vers la boxeuse, faisant ainsi volte-face, et plante ses yeux dans les siens. D’accord, elle accepte son fléau. MAIS. Mais, sous certaines conditions.

« Ok, meuf. Je veux bien qu’on fasse équipe MAIS c’est MOI qui dirige, kapisch ? Moi je tire et toi, à défaut de pointer MDR, tu pousseras. Comme la femme que tu es. Je veux pas me salir les mains avec toute cette terre, là. Je viens tout juste de refaire ma manucure. Tu sais, celle que j’ai dû ruiner pour ton joli minois. »
Théa Ananké
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9131-620-thea-ananke-l-or-dure-jamais-cela-ne-vous-quitte-pyrolitermine
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9215-thea-ananke-pyroli
Icon : ----
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 308
Points d'Expériences : 275
----
1
Kanto
15
0
308
275
pokemon
----
1
Kanto
15
0
308
275
Théa Ananké
est un Topdresseur Spé. Type


Cours Spé Poké-A
Oh Hisse la Saucisse

Ruth Stonen



C’est enfin le jour du cours que tu attends le plus. Celui de coaching, le poké-athlétisme est une filière que tu adores bien qu’il ne convienne pas réellement à ton rêve le plus cher, celui d’être championne. Toutefois, l’idée de l’effort physique pur et synchroniser te semble parfait et adéquat. Avec un grand sourire aux lèvres, tu te lèves, t’étires et réveilles Héméra pour lui préparer un petit-déjeuner. Biscottes, fruits et beurre de cacahuète, excellent pour la journée. Un baiser sur le front de ton starter et tu pars à la douche froide pour éveiller ton corps. Au rythme de quatre par semaine, cela te permet de parfaitement réguler ton rythme de sommeil et assurer une bonne circulation sanguine. Il suffit de s’habituer à cette pratique inhabituelle, mais tu laisses l’eau froide glisser le long de tes hanches le temps de purifier.

Lorsque tu sors habillé d’une brassière et d’un leggins, Héméra à déjà eu le temps de déjeuner et préparer le tiens à son tour. Après un bref sourire complice tu manges en même temps que ton pokémon te fait réciter tes tables des types en faiblesses et résistances pour l’évaluer de top-D qui arrive bientôt. Un calvaire, qu’est-ce que tu en as à foutre des faiblesses du type électrique ? T’as pas un seul pokémon combat électrique découvert à ce jour alors pourquoi s’emmerder ? Tu soupires en faisant la moue. Bien vite, vous partez à l’entraînement matinal du dortoir auquel tu participes toujours avec plaisir et entrain. Une promenade de santé pour maintenir l’esprit et le corps unis, ce dortoir est une véritable bénédiction, tu plains les autres qui doivent bien se ramollir.

Vient le début de mâtiné pour rejoindre le complexe olympique avec Léon, le prof d’athlétisme, le type est toujours si CLEAAAAAN, propre, sportif, pas une goûte de sueur, un balais dans le cul et un regard de braise. Tu sais pas comment ce mec peut être si rigide. Lorsqu’on annonce la couleur du cours, tu as un rire, travail d’équipe, épreuves, porter des trucs ou les tirer. Tu te dis que ça sera bien horrible et puis tu as Héméra bien entraînée. Puis c’est la débandade, les trucs sont énorme, ça dépasse facilement la tonne. Jamais vous poussez ou soulever ça à deux, même en binôme ça semble compliqué. Fin sauf pour ces connards avec des gros pokémons. Un jour aussi Héméra pourra porter ça à bout de bras en même temps qu’elle détruira tous ces petites merdes qui refusent l’effort et veulent la facilité.

Puis les binômes tombent, puis tu fais pas trop gaffe, tu vas juste à ton bloc attitré et tu vois cette ponchienne de la dernière fois. Le souvenir des droites que tu lui as enfoncer est plaisant, c’est l’occasion de l’encastrer définitivement et l’écraser ? Un accident est si vite arrivé non ? La voilà qui gueule dès qu’elle te voit et tu soupires.

-Pleure pas avant d’avoir mal, ou j’vais te redonner une raison de chialer Ruth.

Tu ne pouvais pas rêver pire partenaire, sauf que tu tiens à ta bonne note, alors si tu dois lui briser les bras pour qu’elle cesse de geindre et pousse avec le buste. Elle a seulement besoin de ses jambes pour tenir debout non ? Le pardon et l’amitié semblent loin, il est certain que les enseignants vous ont bouclés volontairement ensembles pour voir comment réagissez deux meufs qui se sont battus précédemment. Heureusement qu’il y a Camille.

-Théa, n’est-ce pas cette personne de très mauvaise compagnie que vous aviez voulu défigurer au point de la confondre avec le pictogramme d’évacuation du gymnase ?

-T’inquiètes, là, on va la confondre avec le pictogramme des toilettes publiques.

Votre conversation dure quelques instants le temps d’observer la pauvre ébène saisir la corde avec la rage du désespoir. Vous avez pas fini d’vous enfoncer dans les limbes des enfers. Les titans ne sauraient être d’une pire compagnie. Tu la laisses chialer dans son coin, se plaindre avec cette fois stridente de meuf pourrie gâtée… Hélas, pour elle (et pour toi aussi), les binômes sont fixés et irrévocables. Tu remarques à peine la présence d’un Ponyta de Galar sauf que ses couleurs sont bien spécifiques, un sacré délire. Puis vient le temps de répartir les tâches, quand tu vois que Ruth veut aller devant, t’as un rictus ironique, genre, tu ne pouvais espérer mieux. C’est ceux qui tirent qui en chient le plus, mais pour ça faudra connaître les bases des disciplines antiques olympiques…

-Ok, si sa grandeur veut bien me faire l’honneur de diriger la marche, l’esclave que je suis sera bien honorée de contempler votre leadership. Ne tardons pas que vous puissiez savourer toute la gloire de votre succès une fois notre tâche terminée. Toutefois, je ne saurais que trop vous conseiller de vous échauffer, sans quoi vous allez vous blesser sans mon aide.

Tu es bien heureuse d’être habillée pour le sport et tu tâtes le bloc de terre, légèrement humide, parfait pour maintenir l’unité, tu sais que vous allez perdre un peu de matière, c’est irrévocable. Toutefois, tu grommelles en te mettant en position.

-Ta manucure, j’vais tellement t’l'enfoncer qu’on va croire qu’t’as avalé une flûte.

-Je pensais que vous vouliez en faire un dessin en 2D ?

-Pousse Héméra.

Vous commencez à vous mettre en « marche ». Le talent Force Pure de Héméra aide à la tâche en dédoublant sa puissance physique, couplé à ses talents psychiques, il est assez aisé de commencer à s’avancer sur la rampe. Ce n’est pas un effort confortable ou simple, au contraire, tu es bien heureuse d’avoir le corps chaud. Il ne manquerait plus que ce soit des escaliers, le meilleur moyen pour vous d’éclater le bloc, il vaut mieux le faire traîner à défaut d’avoir mieux.

Il ne faut pas grand mal pour arriver devant une porte coulissante qui ouvre vers une immense pièce au fond de laquelle votre rampe salvatrice pour le deuxième étage. Sauf qu’il y a un hic.. non c’pas la porte, Héméra s’occupe de la maintenir ouverte en te laissant pousser pour faciliter le passage et être tranquille. Devant vous s’ouvre une pièce avec des trucs qui tournent en rythme, super, il manquait juste un obstacle simple, déjà qu’elle trimballer un poids lourd. Non, tu parles bien de Ruth.

-Ruth, plus sérieusement. De la musique et un passage en rythme. On tire à pile ou face la musique da playlist des tendance Youtube de ce mois-ci pour être sûr qu’on aura un truc que personne aime. Plus vite, on passe, plus vite cette musique de mort qu’on aimera pas s’arrête. C’ma seule proposition pour qu’on avance vite ok ?

Tu veux juste que ce cours s'achève.


© BBDragon
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« T’as une autorisation pour prononcer mon prénom, peut-être ? Je crois pas, non. Eh ! Parle pas de moi alors que j’suis à côté de toi ! Je t’entends, tu sais ! Et tu ne me fais toujours pas peur, malgré la dernière fois. »

Ruth fait alors claquer sa langue contre son palais. Alors quoi, comme une vraie blonde, elle n’a pas utilisé sa cervelle pour retenir les dires de Ruth ? Et en plus de cela, elle l’ignore. Tout ce que Ruth déteste : être ignorée et pas écoutée. Pourquoi est-ce que le professeur les ont mises ensemble ? Ruth en est persuadée, c’est un complot, sûrement dans le vain espoir de les rabibocher. Comme si elle allait lui pardonner sa bavure de la dernière fois. Mais le professeur semble également sourd aux réclamations de Ruth. Il faut donc se rendre à l’évidence : elle doit accepter son sort, serrer les dents et accepter la lourde tâche – au sens propre du terme – qui leur a été assignée. Ruth n’avait déjà qu’une hâte : que la journée se termine, ayant à peine commencé. Ruth finit par se ressaisir et vouloir prendre les devants. Après tout, la brute a les poings, elle a la finesse d’esprit – toujours selon elle.

« Au moins, tu sais reconnaître ta propre valeur MDR. Ouais, ouais, tu veux que je m’échauffe sur ta tronche, peut-être ? Creuse comme c’est à l’intérieur, ça va vite se casser en deux. »

Elle ricane alors, oubliant ses malheurs précédents. Elle a retrouvé son aplomb, sa pêche habituelle. Désormais, Ruth veut en découdre. Et surtout prouver à cette Barbie-Judo qu’elle aussi elle en a dans le ventre, qu’elle ne compte pas abandonner au moindre obstacle – quoique ce point est encore à revoir.

« Parle mieux à ton chef, ou tu seras pas payée. »

Disons que Ruth prend très à cœur son rôle de leader. Elle fait alors un signe de tête à son Jolly. Finies les roupillades, il est désormais temps de mettre les mains dans le cambouis. Ou plutôt, la corne dans la terre. Si Ruth l’a emmené avec elle, c’est pour être sûre de ne pas avoir à faire tout le sale travail seule. Et puis, quitte à être dans les ennuis, autant y entraîner quelqu’un avec, c’est toujours plus amusant. Mais le Ponyta ne semble pas vouloir contribuer de suite. C’est un peu le défaut qu’il a, ce Pokémon. Il renâcle à la besogne. D’autant plus si elle lui demande plus d’efforts qu’il n’aimerait en fournir. D’un autre côté, avec une dresseuse comme Ruth pour modèle, il est difficile de s’imaginer un Pokémon plus motivé ou combatif.

« Bon, Jolly, fais pas ta mijaurée, là. Tu nous aides, sinon je te rase la crinière. », qu’elle le menace, lui faisant les gros yeux au passage.

Vu la rapidité à laquelle le Pokémon décide enfin de s’atteler à la tâche, c’en est à se demander s’il craint plus les ciseaux ou sa dresseuse – en réalité, il tient plus que tout à sa douce crinière, soyeuse, pailletée et à l’odeur enivrante. Une vraie guimauve sur pattes, si on fait abstraction de la couleur noire de sa robe.

« Tu vois, quand tu veux. Prends exemple sur la couche-culotte. Lui, au moins, il participe sans faire de cinéma. »

La corne du Ponyta se met alors à étinceler avant de franchement briller. Tant pis pour ceux que ça éblouirait. Ruth, même si elle ne compte pas l’avouer, trouve toujours ce spectacle joli. Surtout quand il ferme les yeux, pour chercher – le peu de – la concentration dont il saurait faire preuve. Ruth passe alors une main dans ses cheveux et les balance à l’arrière, à la manière d’une de ces publicités pour femmes, de type L’Oréal, parce qu’elle le vaut bien. Ruth finit par passer la corde autour du bloc et tire. Malgré l’aide des Pokémons, Ruth commence à regretter sa place. Elle a l’habitude d’user de ses poings, mais pour les bras, c’est une autre histoire. Ils sont formés pour la protéger de potentiels coups, pas pour faire preuve de force. Non sans se plaindre de la lourdeur de cette terre, qui semble collée au sol, à cause de la gravité, Ruth participe. Son front perle déjà de sueur. Elle a pourtant fait montre de plus d’endurance, lors de la rixe de la dernière fois. La première porte s’ouvre et Ruth s’esclame, heureuse de découvrir une rampe… Qui semble alors difficilement accessible.

« QUOI ?! », qu’elle repart dans les aigus. « Non mais c’est mort, je le fais pas hein. Je veux bien tirer ce truc plus lourd qu’une vieille en fauteuil roulant, mais sur des plaques ? On va juste l’exploser et s’en prendre plein dans le visage. », qu’elle râle de nouveau.

Elle semble décidée à ne pas vouloir franchir cette pièce. Peut-être que, malgré toute la détermination dont elle est capable de faire preuve, cela lui semble réellement impossible. Elle n’est pourtant pas du genre à facilement baisser les bras, ni abandonner. D’habitude, au front, elle est la première à se relever, même si elle est en train de vomir ses tripes et cracher son sang. Le Ponyta lui lance un sale regard. Elle n’avait qu’à y réfléchir par deux fois, avant de se lancer dans ce cours. Elle l’a forcé à contribuer, alors il s’approche d’elle, et lui donne un coup de sabot dans le derrière, appuyant les propos de Théa.

« J’espère tu tomberas pas sur du Bilal Hassani, parce que sinon, je me pends vraiment, mais à l’aide de ces plaques tournantes. »

En d’autres termes, même si l’idée ne lui plaît absolument pas, elle accepte ce deal. D’accord. Quitte à être au fond du gouffre, autant s’y noyer. Elle ne serait plus à ça près. Alors, elle laisse Théa sortir son téléphone, pour lancer leur nouveau supplice. Ruth ferme les yeux, priant intérieurement pour ne pas tomber sur une de ces musiques populaires, purement industrielle et créée pour rester dans l’esprit, même des années après ne plus être passée à la radio. La musique d’hérétique, en d’autres termes. Et la sentence tombe. Wejdene, avec son titre « Anissa ».

« MAIS NON ! J’AIME PAS ÇA ! CHANGE ! », qu’elle proteste, malgré l’accord.

Mais un marché est un marché. Il faut donc le respecter à la lettre. Ruth manque de donner un coup de pied dans le bloc de terre, suite à un mélange de colère et de frustration. Décidément, plus rien ne va dans cette journée. Une véritable catabase. Heureux qui comme Ulysse, quel idiot du village, celui-là. Alors le coup termine dans le mur. Parce que la dernière chose à faire est de briser ce bloc et que le Ponyta la bouscule tout contre. Au moins, dans un mur, elle ne fera pas de dégâts. Et comme elle a sûrement été bercée trop près en étant plus jeune, cela lui rappellera uniquement de bons souvenirs de son enfance.

« On va jamais y arriver… », qu’elle peste. « En plus, j’suis malade sur les manèges, ça donne le tournis. Toi, Jolly, tu dois avoir l’habitude PTDR comme t’es un poney. », qu’elle chambre son Pokémon, sûrement pour faire oublier sa possible gêne.

Peu positive, Ruth se remet pourtant à la tâche. De toute manière, elle n’a plus le choix. Maintenant qu’elle a pris la température de ce Styx avec son pied, tout le corps doit y entrer. Mais ce bloc ne passera jamais aussi facilement. Avec les plaques qui tournent… Il pourrait s’effriter. Pire encore, qui ne leur dit pas qu’une fois le pied posé sur l’une d’entre elles, elles accélèrent ? C’est un casse-tête chinois, aux yeux de Ruth. Et, spoiler alert, c’est tout ce qu’elle déteste : devoir réfléchir et penser stratégie. Foncer dans le tas est beaucoup moins prise de tête mais également plus risqué. Et même si elle ne dit pas craindre Théa, elle ne tient pas à finir de nouveau au sol pour ne pas avoir poussé la réflexion ne serait-ce qu’au moins quelques minutes. Ruth fixe alors ses pieds, lançant des petits regards à Théa. Est-ce qu’elle a une idée, elle ?

« Quand faut y aller, faut y aller au pire hein. Lance la musique et… Amie, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaiiiiiiiines… », que chante Ruth, pour motiver les troupes.

Elle reprend alors sa corde, et se remet à tirer une fois qu’elle a vérifié que tout le monde mettait de nouveau la main à la pâte. Non, elle ne compte toujours pas s’y prendre seule. Pourtant méfiante, Ruth s’avance la première dans la salle, essayant de caler ses pas au rythme de cette musique. « Tu n’as pas de principes, j’te jure sur ma vie. », que les accompagne la chanson. Plus les paroles passent, plus Ruth hésite à se laisser tomber sur une de ces plaques pour se laisser mourir. Un suicide auditif. Œdipe revisité. Les premiers instants dans la salle se passent plutôt bien. Ruth semble plus sereine, vis-à-vis des plaques. Il faut dire que rien n’a changé, et le bloc passe d’une plaque à une autre avec une facilité déconcertante. Peut-être même trop… C’est au bout du passage de la deuxième à la troisième plaque, que tout dérape. Ruth l’avait pourtant pressenti mais comme à son habitude, elle n’a pas écouté son instinct.

« AAAAAAAAAAAH ! »

Son pied part en avant, l’entraînant. La plaque a accéléré. Elle tourne plus vite que lorsqu’elles sont entrées. Ruth tombe alors sur cette troisième plaque, dans un bruit sourd. Visiblement, malgré sa taille fine, Mademoiselle est un poids lourd. Et la voilà qui tourne, sur cette plaque, ayant lâché la corde et commençant à avoir la tête qui tourne. Elle l’a dit : sur les manèges, elle est malade.

« Théaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Sors-moi de làààààààà ! Je suis pas un fruit qu’on mixe !!! Encore moins une spationaute dans une centrifugeuse !! Ne HORS PAS DE MA VUE !!! »
Théa Ananké
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9131-620-thea-ananke-l-or-dure-jamais-cela-ne-vous-quitte-pyrolitermine
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9215-thea-ananke-pyroli
Icon : ----
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 308
Points d'Expériences : 275
----
1
Kanto
15
0
308
275
pokemon
----
1
Kanto
15
0
308
275
Théa Ananké
est un Topdresseur Spé. Type


Cours Spé Poké-A
Oh Hisse la Saucisse

Ruth Stonen



L’ambiance était plutôt lourde autour de ce bloc de terre. Les angles sont saillants, comme le tranchant de vos verbes. Chaque réplique en trouvait une autre de la même amertume. Difficile pour vous d’imaginer une entente. À la façon d’un pacte germano-soviétique il en découle un accord temporaire. Nul ne sait s’il sera paisible, le passif agressif sera au rendez-vous, mieux que cela, il est déjà là, en avance, dégustant votre sel dans son thé en observant la scène d’un geste nonchalant.

Tu pas (encore) envie de te battre avec elle, ton avenir scolaire importe plus que le reste, c’est quoi il est nécessaire pour toi de conserver ton calme dans les heures à venir avant de pouvoir librement l’éclater à la première occasion. Tu n’oublies jamais que la véritable dépendance vient du maître et non de l’esclave. Elle ne doit pas avoir la culture philosophique pour ça, ce ne sont pas des références que l’on a dans le rock, mais dans le rap.

-T’as le même charisme que Mac Mahon, difficile de ne pas mal te parler en permanence.

Sur cette réplique, tu briefes ton pokémon sur le processus à suivre pour le cour et la façon dont vous allez vous positionner. Si madame veut prendre le rôle de leader alors tu espères qu’elle a les bras et les épaules pour ce rôle, car dans ce contexte, tu te doutes que tu es la mieux placer, mais les stars de cinéma font toujours des caprices pour voler le prestige de leur doublure. C’est dans cette ambiance que tu pousses alors qu’elle tire, pas bien fort, mais tu peux compter sur le Ponyta de Galar et Héméra dont les doubles talents sont bien utiles en de pareilles situations. Tu ne pouvais espérer mieux comme partenaire de vie pour entrer dans la vie étudiante.

Si tu es sidérée voir cette salle, la réaction de Ruth trahit une sincérité déconcertante. Renoncer à l’effort au premier obstacle, c’est avouer sa faiblesse. Face aux mouvements des plaques, tu en déduis que la musique est un bon allié et qu’il faut choisir un morceau que personne n’aime. En dépit des remarques de Ruth sur certains artistes que tu n’apprécies pas, mais dont tu respectes l’oeuvre, tu lances une musique en aléatoire et la sanction tombe : Anissa. Un rictus de dégoût pointe sur tes lèvres.

La journée va être plus longue que prévue.

-Tiens ta parole et soit respectable, à défaut d’être respectueuse.

Tu souffriras en silence aussi, ta playlist sport aurait été bien plus adaptée, mais on ne fait pas ce qu’on veut dans la vie. Tu restes stoïque et de marbre devant une Ruth qui s’énerve dans son coin.

-Est-ce une réaction normale de Ruth ? Commence Héméra en privé avec toi.

-Non, mais considère cette star montante de la déchéance culturelle comme sa norme de comportement.

-En d’autres mots ?

-On est parti pour traîner un deuxième bloc de terre avec nous, sauf que celui-ci, il parle, il pleure, il hurle, il est méprisable.

-Un peu comme le vieux du village sénile ?

-C’est ça, sauf qu’au moins elle est pas trop moche.

C’est vrai que tu aurais pu tomber sur plus désagréable. Lorsque madame semble enfin disposée à se mettre au travail et puisqu’elle veut reprendre les devants, tu pousses donc lorsqu’elle le demande, concentrant massivement l’effort un bref instant pour mener sur la première plaque. On passe d’un travail d’endurance à un travail de puissance, le nombre de répétitions varie pour adapter l’effort. Tu te laisses guider par l’artiste et passe à la seconde plaque.

C’est lors du passage à la troisième plaque que tout dérape, Ruth glisse, la corde tombe au sol après le bruit sourd de ta camarade. Tant qu’elle à la force de crier, c’est qu’elle va pas si mal, donc qu’elle n’est pas la priorité. Tu récupères la corde et avise à présence la différence de rythme. Il y a des timings serrés et difficile à faire passer.

-Non, je ne hors pas de ta vue, mais j’aimerais que tu hors de mes oreilles. Ferme ta gueule Ruth.

Plus concentrée à faire passer le bloc de presque deux tonnes, tu te dis que tu ne peux rien pour elle à ce moment. Il va falloir innover. Les plaques sont traversée en leur centre par une immense barre qui lance le rythme. Il y a peut être une carte à jouer. Tu risques de tout casser, mais qu’importe, foutu pour foutu, votre prof saura venir à la rescousse.

-Héméra, manipule la corde pour l’enrouler autour de la bar, mais ne vérrouille pas la prise. On va se servir de la vitesse au moment opportun pour entraîner le bloc et pousser… et prier ?

-Entendu.

-Hoy, le Ponyta là, ouais, tient toi prêt à utiliser tes pouvoirs pour qu’on passe. Te souvenant qu’il avait sale caractère, tu ajoutes. Plus vite on passe l’épreuve, plus tu as de chance que ton tyran de dresseur laisse ta crinière sauve.

Chacun prend son poste et tu commences à soulever le bloc à trois, le but étant de le faire tourner sur le bon timing pour la plaque un passage en justesse. La corde attachée va entraîner et sécuriser le passage. Après quelques tours, le moment vient. Tu donnes le cri de départ, la corde se verrouille et à trois, vous achevez de faire tourner le bloc de terre sur la nouvelle plaque. Tu peux donc sauter et rejoindre l’ébène pour l’aider à se relever.

-Allé, on avance, tu vomiras plus tard.

Tu guide ce petit peuple pour les prochaines plaques, système similaire, assurer la prise, soulever psychiquement, faire rouler et tomber. C’est la méthode la plus sûr, mais ça coûte un peu de terre. De toute façon en commençant ce cours, il est évident que personne parmi les jeunes étudiants peut amener son bloc en parfait état. Tu regrettes qu’Héméra n’est pas évoluée et ne puisse pas encore Méga-évoluer, car il est fort à parier qu’elle aurait pu porter le bloc à une main. C’est la bonne méthode, c’est un exercice mécanique et donc toutefois assez répétitif, il n’y a pas beaucoup d’innovations à avoir, mais tu remarques bien que Ruth n’est clairement pas à l’aise, à la limite du malaise vu son état. La musique fracassante et insupportable ne vous aide pas, bien au contraire, mais au moins vous avancez. Une fois de l’autre côté, tu cesses la cacophonie.

-Tu vois, finalement, c’est l’esclave qui semble mieux s’en sortir… Peut-être car il ne se repose pas sur les efforts des autres pour s’en sortir.

Tu tends de l’eau qui est dans ton sac à la Givrali, qu’elle boive, s’en foute sur le visage ou autre. Pendant ce temps, tu étires un peu Héméra qui a déjà beaucoup travailler avec le Ponyta pour combler la déficience de votre partenaire.

-Quand t’es prête, on y va. Tu pousses ou tu tires cette fois ?

© BBDragon
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« C'est toi qui me parles de respect ? On aura tout vu, décidément. Comme disait César, VENI VIDI VICI ! Toi, je t'ai veni vidi mais pas encore vici. Cela ne saurait tarder, Blondie. »

Cette journée est à peine entamée et est pourtant déjà un calvaire pour Ruth. Une boxeuse, deux Pokémons qui se croient trop fort, un bloc et des plaques tournantes. Elle aurait préféré que son réveil ne sonne jamais, ce matin-là. Au moins, elle aurait eu une bonne excuse pour sécher à la dernière minute ce maudit cours. En plus, savoir que cela aurait mis sa binôme en difficulté, de se manger un pareil coup du lapin, ç'aurait été d'autant plus jubilatoire. Et ça, ça valait toutes les punitions de la Terre, pour sûr. Mais face à toute sa frustration, Ruth ne sait comment réellement réagir. C'est sûrement pour cela qu'elle se bat 99% du temps : pour contrer sa frustration, l'évacuer même. Elle entend Théa baragouiner. Elle doit être en plein ramassage de potins, avec sa langue de vipère, avec son Pokémon. Ruth lance un regard en coin au Rantanplan qui lui sert de Ponyta et peste de nouveau intérieurement. Et lui, alors, c'est quand ses premiers mots ?

« Au moins, t'as les yeux en face des trous, tu sais reconnaître les belles choses quand t'en vois. Sois pas trop jalouse, meuf. »

Insupportable. Quand Ruth commence à jouer la fille trop sûre d'elle, cela en devient insupportable. Ce n'est même pas sa véritable personnalité, elle surjoue. Elle se donne un rôle qui ne lui colle pas toujours à la peau. En général, Ruth s'en moque. Que l'on la trouve jolie ou non, cela ne compte pour elle que dans les yeux d'une seule personne. Voire deux, si on compte le maso qui lui colle aux basques dernièrement. Après avoir su évacuer le semblant de frustration qui pointait le bout de son nez, et être revenue à un niveau supportable de frustration, Ruth est enfin prête à se remettre au travail. Mais tout dérape et c'est la panique à bord. Le fun après et la vitesse d'abord.

« Je ne hors de tes oreilles que quand tu m'auras tirée de làààààààààà ! », qu'elle continue de geindre.

C'est terrible. Cela tourne à une vitesse folle, aux yeux de Ruth. Elle a beau chercher un endroit à fixer, rien ne lui convient. Et vu comment elle s'est goinfrée ce matin, ce n'est qu'une question de temps avant que le petit-déjeuner ne fasse marche arrière dans son estomac. Tenant la barre comme si c'était sa dernière chance, Ruth ferme les yeux, en espérant que cela lui retire le tournis. Que cela soit plus supportable en attendant sa Pamela Anderson. SOS Plaques tournantes. Ruth ne peut même pas la réprimander, quand elle vient à mal parler à son Ponyta. Non, mais, vraiment. Pour qui elle se prend ? La menace ne fait qu'un tour dans son esprit et inutile de le supplier plus que cela. Il s'exécute aussitôt. C'en est risible à tel point c'était prévisible de sa part. Ruth rouvre un oeil alors que tout ce petit monde la rejoint. Elle n'a rien à ajouter. Si sa bouche s'ouvre, ce ne sont pas des mots qui en sortiront. Elle se contente de hocher vivement la tête, sans broncher. Ses jambes sont légèrement flasques. Oui, clairement, elle est dans un état dans lequel on n'aurait jamais pu penser la voir. En espérant que cela reste entre elles deux, il ne manquerait plus que cela s'ébruite et cela remettrait en jeu sa réputation de petite frappe. Une fois arrivée à bon port, c'est-à-dire de l'autre côté de ces maudites plaques, Ruth se met contre le mur et vomit tout son petit-déjeuner. Eh non, elle n'a pas menti, quand elle disait que les manèges la rendaient malade. Une fois ses tripes sorties, elle attrape la bouteille d'eau de la boxeuse et boit quelques gorgées.

« ... Merci. »

Incroyable mais vrai : Ruth sait faire preuve de gratitude. Elle tient à la remercier parce que malgré les querelles qu'elles ont pu avoir, Théa l'a aidée. A la place de la blonde, Ruth ne saurait dire ce qu'elle aurait fait. Peut-être bien qu'elle ne se serait pas gênée pour l'abandonner à son triste sort. Cela lui coûte de le dire mais elle lui doit une fière chandelle. Et une chose est certaine, Ruth fait désormais moins la maligne. Son petit tour sur la centrifugeuse aura au moins eu le mérite de la calmer.

« Je pousse, mais toi tu risques pas de pointer. », qu'elle la raille.

Forcément, puisque c'est une sportive, elle devait porter une de ses brassières faites pour. Et pas un joli sous-vêtement en dentelle. Ruth sait attaquer là où il faut, même si elle n'est pas spécialement garnie  sur ce point là. Alors, elle se place désormais à l'arrière du bloc de terre. Tant pis pour ses fringues. Au pire, elle les fera laver aux frais de la blonde.

« ... Oh... Hisse... La saucisse... »

Elle est tout de même plus calme et plus silencieuse qu'au début. A croire qu'elle se remet encore de ses émotions. C'est qu'elle a eu une sacrée frayeur, la rose noire. Et comme si une épreuve ne suffisait pas, en voilà une deuxième. Des ventilateurs.

« Mais ehhhhhh ! Je vais être toute décoiffée ! »

De toute manière, après son petit tour en manège, ses cheveux sont en bataille. Elle n'a pas pu les arranger comme ils étaient au départ, elle a fait comme elle a pu.

« Mais ça s'arrête quand, tout ça ?! », que reprennent ses ronchonnements. « Le prof', c'est vraiment un sadique ! »
Théa Ananké
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9131-620-thea-ananke-l-or-dure-jamais-cela-ne-vous-quitte-pyrolitermine
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9215-thea-ananke-pyroli
Icon : ----
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 308
Points d'Expériences : 275
----
1
Kanto
15
0
308
275
pokemon
----
1
Kanto
15
0
308
275
Théa Ananké
est un Topdresseur Spé. Type


Cours Spé Poké-A
Oh Hisse la Saucisse

Ruth Stonen


En dépit de toute l’ingratitude dont la Givrali fait preuve, l’état dans lequel elle ressort de cette première pièce fait peine à voir. Dans une détresse qui soit lui être propre, elle a réclamé de l’assistance en position de faiblesse. Une énorme fierté, mais pas au point de mourir pour elle. Tu soupires alors que vous passez finalement ces trucs rotatifs infâmes. Pour toi, cette épreuve fut aussi difficile et tu as bien eu peur de la chute, mais avec l’aide de Jolly et Héméra, vous vous en êtes tous et toutes sorti en un seul morceau. Tu peux arrêter l’infâme musique qui passe sur ton téléphone et ton enceinte toute neuve dans le sac à dos. Il est temps d’avancer, mais vu la posture de Ruth et le bruit, tu te doutes qu’elle vient de toute dégobiller. Tu retiens un soupir en tendant ta gourde pour qu’elle puisse rincer la bouche.

Puis y a ce « merci », anodin pour certain, mais vu le timbre de la voix, tu sens que c’est sincère. S’est-elle arraché la gorge pour parvenir à un semblant de politesse ? Tu gardes le silence face à cette première situation de calme entre vous. Tu te saisi de la bouteille à nouveau que tu essuies avant de la ranger.

-Quitte à être dans la merde à deux, autant s’en sortir.

S’en suit une brève mise au point sur la suite où les rôles s’inversent, voilà qui est préférable compte tenu des capacités de chacun. Tu prends donc la corde que tu enroules autour des épaules, pectoraux en avant, Héméra te suis et vous commencez à tirer.

-Pourtant j’t’ai bien pointé dans le gymnase, que tu répliques, un sourire sarcastique au coin des lèvres, sans ton agressif, juste railleur également.

Par habitude, tu donnes le rythme de l’effort par temps. À ceux impairs, tu tires et ceux paires tu laisses Ruth t’accompagner, par la répartition de la force, tu permets de faire couler le temps d’effort sans trop t’épuiser. Ça peut sembler étrange, mais ça fonctionne et au moins, vous passez la deuxième rampe beaucoup plus facilement. Vous débarquer enfin au deuxième étage avec une grande porte en verre qui semble s’ouvrir sur une salle avec d’immenses ventilateurs un peu partout. Ça va être sympa sur ce bloc de terre légèrement humide, ça va l’assécher et il va s’effriter sauvagement à forcer. Tu entends Ruth se plaindre d’être décoiffée, mais tu n’oses lui faire remarquer que sa coupe a la même consistance que sa dignité après ce tour de manège. Toutefois, ton regard se porte sur des tuyaux d’aération des ventilos.

-Dis moi Ruth… Rien n’interdis de « mobiliser » le mobilier à notre avantage non ? Tu jettes un coup de menton aux tuyaux. Pourquoi pousser quand on peut rouler ?

Tu as ce sourire en coin d’une connerie qui se prépare alors que ta Méditikka commence à comprendre ce que tu espères faire.

-Mais la dégradation de mobilier est un délit ?

-Tu crois que c’pas un délit d’nous imposer ça ? Puis ils avaient qu’à interdire d’utiliser le terrrain. Allé Héméra, on va déboîter du ventilo.

Tu lâches le bloc avec un petit sourire et tu t’élances dans la pièce où le vent souffle sauvagement. Héméra décidée à te suivre et puisqu’elle n’a pas trop le choix commence à utiliser forte Paume pour briser un premier ventilateur proprement que tu t’empresses de récupérer et le démonter afin de n’avoir que le tube d’acier, vu la facture, avec quelques rouleaux vous allez pouvoir aisément déplacer ce truc. Il faudra accepter d’en écraser quelques-uns pour soulever le bloc. Vous évincez de cette façon, à vous deux, une grosse dizaine de tubes en acier. Chacune s’en donne à coeur joie, puis si elles se font coller ou autre, elles joueront la carte de la crédulité et de l’accident. Un sourire perle sur ton visage de temps à autres quand tu l’observes. Y a un peu de sauvagerie dans ce monde de Bisounours.

-Bon, on devrait avoir ce qu’il faut. Maintenant faut soulever le truc. Héméra prends les tubes qu’on a en trop et broie les et entour les comme une tresses pour qu’ils forme un bloc compact… Ruth tu peux le faire aussi ? Si on a chacune notre truc pour balancer ça sera plus simple, on va un peu abîmer le bloc, mais tant pis ?

Tu laisses Héméra joindre deux tubes pour avoir ce que tu veux et tu attends que Ruth soit prête également pour commencer le boulot, ta Méditikka, aidée par le Ponyta commencent à seulement soulever une partie du bloc pour le mettre sur une seule arrête. Tu t’empresses de foutre ton levier improvisé en acier pour maintenir la posture et aider à soulever en employant toute ta force. Cela ne suffit pas à tout lever, mais suffisamment pour glisser les premiers tuyaux. Tu laisses Ruth s’en charger, elle est, hélas, la moins forte de vous quatre pour l’exercice, mais elle est également idéalement placée pour cette tâche.

- Cela ne suffit pas à tout lever, mais suffisamment pour glisser les premiers tuyaux. On va pousser et laisser nos pokémons faire le relais des tuyaux, ça te va ?

Il faut dire que la pièce semble bien moins menaçante avec la moitié des ventilateurs en moins.  ?

© BBDragon
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Elle soupire à chaque poussée. Elle aurait dû mettre des vêtements de la veille, ils auraient déjà été sales. En espérant que ses fringues ne soient pas entièrement fichues. Elle n'a pas spécialement les moyens, en ce moment, de les repayer. A moins qu'elle soudoie Gio, il a plutôt l'air du genre à tout lui céder, si elle lui fait les yeux doux. Cela se sent, qu'elle commence à rêvasser, la pousse se fait moins forte, elle n'est plus concentrée. Peut-être qu'il faudra la rappeler à l'ordre ou bien le secouement de tête dont elle fait preuve parle de lui-même : elle se reprend seule. Ou alors c'est de la faute des ventilateurs, qui sortent brutalement de leur cachette.

« J'sais pas, j'ai pas écouté. J'suis allergique aux professeurs. », qu'elle piaille, tentant tant bien que mal de remettre ses cheveux en place. « Je deviens sourde quand ils ouvrent la bouche. »

Et à dire vrai, la technique dont parle Théa, Ruth n'y prête pas dessus tout de suite. Elle n'a qu'une envie, c'est de fracasser ce maudit bloc, qui ne leur apporte qu'ennui sur ennui. Oui, vraiment, qu'il explose comme s'il avait eu une bombe en lui, depuis le début. Peut-être que les professeurs testent également leur patience, leurs réactions face aux obstacles que la vie peut leur offrir. Et visiblement, Ruth est en train d'échouer lamentablement. Elle n'a jamais eu une patience infinie. Au contraire, cela s'est même aggravé depuis le départ de son père. Sa frustration est devenue colère, et bouillonne en elle. Ruth est un volcan, pire que le Vésuve, explosant au moins une fois toutes les heures.

« On va cogner du ventilo ?! »

Ruth est de la partie. Elle a un besoin insatiable de se défouler. Elle récupère à son tour un tuyau et le serre fermement. Ruth semble avoir repris du poil de la bête, elle a une guérilla contre ces ventilos à mener. Le deuxième ventilateur qu'elle éclate fait un bruit sourd. Ruth a un sourire mauvais au visage ; ce moment lui est libérateur. Clairement, elle est en train de prendre son pied. Ruth lance des petits regards à Théa. Elle aussi, elle a l'air de s'amuser, ce qui plaît à Ruth. Peut-être qu'au final... Elles ont plus en commun qu'elles ne le pensaient toutes les deux ? Ruth grimace à cette idée, se disant qu'en passant trop de temps aux côtés d'une blonde, elle finit par le devenir à son tour. Un frisson de dégoût se fait sentir tout le long de sa colonne vertébrale. Il allait falloir arrêter toutes ces idées farfelues. Cela ne lui réussit pas.

« Dommage, on s'amusait bien. »

Elle laisse tomber le tube contre le sol, presque dégoûtée. Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait au moins un rabat-joie, dans un groupe ? Elle ne rajoute rien, se disant qu'elle n'est pas spécialement en position de force, après l'épisode des plaques tournantes.

« De toute façon je te préviens, si on nous punit à cause de ça, je dirais que c'était TON idée. »

Et elle en est parfaitement capable, pour le coup. Elle finit par obéir à Théa, tressant les tuyaux comme demandé, sous l'oeil avisé de son Ponyta. Alors celui-là, en train de fanfaronner parce qu'une fois c'est à elle que l'on donne des ordres... Si elle pouvait, Ruth en ferait du Findus. Mais elle se contente de lui tirer la langue, avant de mimer le signe des ciseaux. Ouais, il verra bien une fois qu'ils seront rentrés. Il ne fera plus le malin comme maintenant. Alors que tout ce beau monde soulève ce maudit bloc, Ruth pousse leur radeau métallique. Elle a l'impression qu'elles n'en finiront jamais.

« De toute façon, j'ai pas le choix, hein. On fait comme MADAME veut, HEIN ! »

Jamais contente, toujours en train de râler. A croire que rien ne lui convient - et c'est sans doute le cas. C'est péniblement que le bloc finit au dernier étage. Ruth, suant à grosses coulées le long de ses tempes.

« Quand je pense que même mes bagarres ne m'épuisent pas autant. Je te jure, tu vas me payer un grec ou un macdalle après ça hein. Hors de question de rester le ventre vide ! »

Et ce n'est pas fini. Alors que Ruth éponge son front, elle ouvre grand les yeux, face à leur nouvelle attaque. Des Akwakwak. De partout.

« ... Nos deux Pokémons contre une légion ? C'est pire que Waterloo, là. »

Théa Ananké
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9131-620-thea-ananke-l-or-dure-jamais-cela-ne-vous-quitte-pyrolitermine
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9215-thea-ananke-pyroli
Icon : ----
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 308
Points d'Expériences : 275
----
1
Kanto
15
0
308
275
pokemon
----
1
Kanto
15
0
308
275
Théa Ananké
est un Topdresseur Spé. Type


Cours Spé Poké-A
Oh Hisse la Saucisse

Ruth Stonen


Tu détestes réellement cette manie que Ruth a d’être incapable d’assumer ses actes. À l’entendre, c’est jamais de sa faute, elle est une éternelle victime qui joue de ce statu pour se permettre d’être agressive avec tout le monde, c’est le problème des gens qui ont un complexe d’infériorité ou qui ont toujours besoin de justifier leur mal-être. Un truc de faible. Se conforter dans sa merde ne rend pas les gens braves, mais bien au contraire totalement méprisable. Un soupire passe alors tes lèvres lorsqu’elle te râle dessus encore, bouh, bouh, bouh, ouin, ouin, ouin, c’est ta faute Théa.

-T’as raison, vu la branlée que je t’ai mise la dernière fois, logique que tu te soumettes à mes choix. Tu veux pas donner la pâte et chercher la baballe. Un sourire narquois, tu ajoutes. Assume un peu.

Vous finissez malgré tout pour faire rouler ce bloc et avec la coordination de vos types psys, vous parvenez à progresser malgré la pente. Tu tires bien plus facilement et tu dois libérer pas mal de pression à Ruth qui peut donc s’économiser dans cet exercice. Théoriquement, vous avez fait la moitié du chemin, ça ne peut pas être si terrible ? Il faut admettre que cette salle à servit d’excutoire, Ruth a évacué sa frustration d’avoir été inutile, quoi qu’elle n’est pas utile du tout en fait comparé à Jolly qui met la main à la tâche. En même temps, vu les injonctions et menaces de sa dresseuse, normale qu’elle s’active pour en finir aussi vite que possible ?

Lorsque vous arrivez en haut, deux portes épaisses masquent la suite, ça ne présage rien de bon, mais tu écoutes encore Ruth se plaindre, l’ébène n’y met vraiment pas du sien, se déliant de ses responsabilités (encore). C’est plus une habitude, mais une signature en fait.

-Ouais, j’vais t’engraisser, que tu convertisses ça en muscle, car ton utilité se rapproche d’une femme enceinte en goulag.

C’est taquin, mais si elle se braque au lieu d’aller lui prouver le contraire, c’est qu’elle aura (encore) raté une occasion de montrer qu’elle a faim de progresser qu’elle veut se saigner à la tâche. De toute façon Théa, tu ne feras que les efforts nécessaires à ta note malgré le fait que ta réussite dépende également d’elle, cette ponchienne qui aboie trop fort.

-Allez, voyons c’qui nous réservent pour cette putain de dernière salle.

Puis s’ouvrent les portes épaisses sur des Akwakwak, au début, tu te demandes, pourquoi des types eaux ?… Un bloc de terre ? Tu fermes toi-même les portes avec de gros yeux. Jusqu’au bout, ils vous casseront les couilles. Jusqu’au bout, ils voudront que le bloc se brise. Bon ok il a traîné au sol, un peu perdu aux angles, il doit faire une dizaine de kilos en moins, mais quand même, une légion entière ? Ptin, mais c’est pas Rome, faut arrêter de vouloir refaire l’invasion du sud de Kalos.

-Bon. Je propose qu’on laisse le bloc dehors et qu’on leur pète la gueule. Pas de pitié pour ces connards. Ils toucheront pas à ma bonne note. Tu sors de sac tes bandages et tes gants, car en effet, tu pensais devoir te battre ou faire de l’exercice physique d’un autre manière. Tu veux des bandages ?

Tu enroules tes mains pour prévenir les petites contorsions et tu sautilles un peu pour réveiller tes jambes. Rien n’interdit à ce que les élèves se battent avec leurs pokémons. De nombreuses professions le font, alors pourquoi pas vous ? Tu frappes tes gants, l’air décidé.

-Le duo qui en met le plus K.O remporte le droit de donner un gage à l’autre. Tu veux que je te laisse un peu d’avance pour équilibrer ? Héméra, à la charge !

Un rire aux lèvres, tu t’engages dans la salle en poussant un cri guerrier, mais Héméra ne te suit pas immédiatement. Elle adopte une posture de méditation avant d’effectuer quelques mantra avec les mains en canalisant l’énergie. Une séance de Yoga improvisée pour se muscler avant de partir frapper avec panache. Son talent pur, qui décuple par deux son attaque crée généralement la surprise chez ses adversaires. Obtenir l’équivalent en base attaque de certains pokémons ayant deux stades d’évolution, c’est un exploit qu’il faut savourer.

Déjà dans la mêlée, avec ta garde, les Akwakwak ne semblent pas te prendre au sérieux et se contentent de rester autour de toi en te narguant, leurs capacités psys facilitent leurs déplacements, sauf que tu vies avec une Meditikka depuis trois mois, tu n’es pas en terre inconnues et lorsque tu décoches une première grosse mandale à un canard bleu en face, ils semblent d’un coup te prendre au sérieux. Les gants ont cette vertu « sportive » tu ne veux pas te battre à sang, juste éprouver tes capacités.

Héméra arrive d’un coup par-dessus ton épaule, profitant d’une prise solide pour se jeter sur le canard en face apposer sa paume sur le visage becté.

-Imapct !

D’un coup sec, elle descend en appliquant l’attaque forte-paume, capable de paralyser, il faut se dire que la chance est avec vous. Les jeunes élèves doivent faire face à des dangers énormes avec de jeunes pokémons qui manquent d’entraînement. Face à cette cible facile, tout ton corps accompagne ce crocher du gauche que tu prépares, ce n’est pas one punch man, mais clairement, avec tout l’élan et le fait que ton adversaire soit littéralement paralyser, tu couches le pokémon !

-Vous n’aurez pas mon putain de bloc ! J’vais vous saigner en magret moi !

Un cri guerrier retenti alors que tu zieutes Ruth pour voir comment elle s’en sort, visiblement, elle a pas très envie de s’y investir, mais là, tu as un bon exutoire à la frustration. Héméra semble elle aussi déterminée à décharger ses mauvaises ondes.

-Héméra, couvre moi avec puissance cachée Ténèbres !

Puisqu’elle avait dévoilé cet atout lors de votre précédent cours top-dresseur, tu profites de l’avantage type à nouveau. Au fond, c’est un cours de coaching, mais tu ne peux pas demander la lune à tes pokémons si toi-même tu n’es pas capable de te saigner pour les aider. Il est impossible pour toi de laisser Héméra se battre seule contre autant d’adversaires.

Si la diversion fonctionne, tu ne parviens pas au contact, repoussée par un puissant jet d’eau qui te propulse en arrière, le mur stop ta course, te coupant brièvement la circulation. Face à ce retournement, Héméra préfère recule pour se protéger avec une attaque détection. Toutefois, ton pokémon utilise l’attaque puissance cachée pour semer le trouble n divisant l’attaque en dizaines de petites sphères ténébreuses. Les rangs sont déformés, il est possible de donner de belles attaques.

© BBDragon
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

« Ptdr tu m’as prise pour Gretel ou quoi, s’pèce de sorcière. C’est toi qu’es en sucre, Hansel. »

Elle lui tire alors la langue. Non mais, elle se croit maligne, la chambrer ainsi ? Ruth ne saurait dire si elle est réellement vexée ou si elle a compris que ce n’est que de bonne guerre. Toujours est-il qu’elle rentre dans le jeu, qu’elle répond aux provocations. En réalité, Ruth tient simplement à avoir le dernier mot, comme pour avoir raison. C’est tout ce qui lui importe ; être celle qui a raison, qui assoit son adversaire, même dans une joute verbale.

« … Dis-moi qu’on a pas vu la même chose, s-t-p. Dis-moi qu’on a pas vu ça. »

Une armée de Akwakwak. Cela fait frémir Ruth. Le combat contre les Pokémons, elle sait qu’elle ne fait clairement pas le poids. Jolly n’est pas entraîné pour, et Ruth ne compte pas l’y initier. Ce n’est pas le parcours qui l’intéresse. A dire vrai, ce n’est même pas une chose qui semble éveiller une once de curiosité chez elle. La bagarre, Ruth préfère y aller par elle-même. Aller au front et faire pleuvoir les coups. Elle n’a pas besoin d’une sorte d’animal pour la défendre. Et puis, il n’est pas taillé pour. Il tient trop à son physique pour le voir s’abîmer. Peut-être même que Ruth a peur qu’il se blesse. Qu’elle tient à lui plus qu’elle ne tient à le montrer…

« J’suis pas une dégonflée, moi. J’ai pas besoin de tes pansements de fillette. »

Elle n’a pas tort. Déjà la dernière fois, lors de l’entraînement au gymnase, Ruth avait combattu à mains nues. Il faut croire qu’elle en est une habituée. Et vu l’état général de ses mains, dur d’en douter. Souvent éraflées, des ongles cassés, un vernis écaillé et des pansements. Parfois une attelle, pour se remettre d’un doigt cassé. Elle la regarde faire, perplexe. Une question lui vient en tête et elle ressent le besoin de la poser, de partager le fond de sa pensée.

« Eh, Blondie. T’es une excellente battante. Pourquoi est-ce que tu te protèges comme ça ? T’en as pas b’soin. »

Si elle se demande ; alors oui, le commentaire a coûté à Ruth. Elle soupire. C’est vrai, ça. Pourquoi est-ce qu’elle met des protections alors qu’elle sait déjà où frapper ? Elle ne doute quand même pas de ses capacités ? Ruth ne l’avouera pas, cette fois, mais ça ne l’arrange pas, si c’est le cas. Parce que ce n’est pas le moment de faiblir ; c’est la dernière ligne droite. Elle la laisse terminer de se préparer, avant de craquer ses poings, prête à partir à l’attaque.

« Marché conclu. », qu’elle accepte, d’un sourire narquois.

Les défis, il n’y a rien de mieux. Et celui-ci plaît à Ruth. Enfin, elle a la possibilité de mettre une sale raclée à cette petite blondasse. Elle ferait moins la maligne, quand elle sera occupée à faire son gage. Ruth s’en frotte les mains, déjà mille idées pour la ridiculiser.

« Eh, attends-moi ! C’est pas juste, t’as dit que tu me laissais de l’avance ! »

Ruth lui emboîte rapidement le pas, n’ayant pas envie d’en perdre une miette elle aussi. Après tout, ils sont aussi là pour elle. Elle veut sa part du gâteau. Jolly, lui, ne se mêle pas à tout ce remue-ménage. Il se contente de rester devant la porte, faisant mine de veiller sur ce maudit bloc. Lui, il ne partirait jamais au combat. Ce ne sont pourtant pas les capacités qui manquent, surtout que depuis quelques semaines, il a gagné de nouvelles attaques. Non, c’est un pur souci de blessures, ou même de fournir des efforts. Se pavaner, oui. Se faire du mal, non. Ruth castagne plusieurs Akwakwak, partie sur une belle lancée. Au moins, eux, contrairement aux ventilateurs, ils pouvaient répliquer ou tituber, une fois sonnés.

« THEA ! », qu’elle s’écrie, en voyant la blonde se faire propulser contre le mur.

Ouch. Ils ne l’ont pas loupée. Et pour qu’une bagarreuse comme Théa se retrouve éclatée contre le mur… C’est impressionnant. En guise de revanche, Ruth vient alors s’en prendre au Akwakwak qui a osé terrasser sa rivale. Hors de question qu’il prenne l’avantage. Si quelqu’un avait bien le droit de mettre Théa au tapis, c’était elle et personne d’autre !

« PRENDS ÇA, FACE D’ORNITHORYNQUE ! », qu’elle lui enfonce droit dans le bec.

Voyant que le Méditikka de la boxeuse décide de passer à l’attaque, Ruth part rejoindre son binôme. Elle lance quelques regards à son Ponyta, tout en vérifiant que Théa n’est pas grièvement blessée. Déjà parce que ce n’est pas le moment, mais aussi parce que Ruth ne veut pas ça sur les bras. Il y a plus important à gérer qu’une mort qui aurait pu être évitée.

« Jolly n’ira pas au combat, Théa. Il n’est pas entraîné pour. La dernière fois on s’est fait éclater par un mec aux cheveux couleur ketchup. Il est trop nul. »

Elle grimace. Elle ne ment même pas, pour le coup. Jolly Jumper n’a d’étalon que le nom. Et la prestance, à la limite.

« Ton couche-culotte peut assurer tout seul ou je dois mettre des coups de pied à la croupe du mien ? Et ton dos, tu vas pas finir en fauteuil roulant, quand même ? Parce que ptdr sinon on pourra plus te demander comment ça roule. »
Théa Ananké
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9131-620-thea-ananke-l-or-dure-jamais-cela-ne-vous-quitte-pyrolitermine
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9215-thea-ananke-pyroli
Icon : ----
Taille de l'équipe : 1
Région d'origine : Kanto
Âge : 15
Niveau : 0
Jetons : 308
Points d'Expériences : 275
----
1
Kanto
15
0
308
275
pokemon
----
1
Kanto
15
0
308
275
Théa Ananké
est un Topdresseur Spé. Type


Cours Spé Poké-A
Oh Hisse la Saucisse

Ruth Stonen




-Ah ça ? Fis-tu en regardant les bandages. C’est pour que les articulations soient renforcées, permet de maintenir le tout ensemble et limiter le risque de blessures, je peux y aller franco comme ça. Disons que c’est une marque de respect ou de haine sanglante quand j’me bat à mains nues avec.

Cette question te fait étrangement plaisir, Ruth ne s’est jamais réellement intéressée à toi, prise dans son égocentrisme. Vous êtes toutes les deux déconfites face à l’adversité, mais vous trouvez vite un point d’accord pour vous motiver. Le combat ne t’effraie pas, Ruth non plus, mais de ce que tu as vu avec son Ponyta de Galar, il n’a clairement pas l’air d’être le couteau le plus affûté du tiroir et pourtant, il n’a pas l’air d’avoir beaucoup servi pour autant. C’est peut-être un défaut de fabrication de son espèce ? Tu as peu le temps d’aviser les spécificités de Jolly et tu décides de t’élancer dans la mêlée sous les plaintes usuelles de ta partenaire de galère. Les adversaires semblent s’adapter au niveau, mais ils ne veulent clairement pas se laisser faire, c’est pourquoi les premières ripostes sont sèches (ironiques) et musclées.

Le mur à une saveur désagréable pour ton dos, il te tarde déjà les massages d’Héméra pour le combat. Les cris de Ruth te permettent de rester éveiller et garder le cap. Tu te redresses difficilement, sonnée par le coup reçu. Un pokémon aurait mieux encaissé, mais clairement, tu n’es qu’une humaine parmi tant d’autres.

-Tu te sens d’y aller ?

-On a pas le choix, quitte à y laisser notre âme.

La Givrali avec toi s’élance avec une rage reconnaissable dans la bataille. Impossible pour toi de la laisser prendre le dessus, hors de question que tu lui paies quoi que ce soit. La compétition haineuse devient une étrange émulation positive où vous voulez avoir le dernier mot sur l’autre sans avouer les qualités. Tu remontes ta garde avant de rejoindre Ruth pour couvrir un coup de griffe d’un Akwakwak et créer l’ouverture pour que ton Meditikka assène un coup de Forte Paume. La frappe descendante depuis le visage a pour effet de paralyser le canard cette fois, celui-ci sera beaucoup moins chiant et surtout vous permettra de mieux vous protéger des autres.

Les remarques de ta partenaire sur son pokémon font peine à entendre, mais tu n’es pas surprise de te dire que le Ponyta n’a pas l’air de vouloir se mêler au combat, veillant sur le bloc comme s’il allait s’en aller avec ses petites jambes en terre. C’est bien connu, les blocs de plus d’une tonne peuvent bien s’en aller en courant, puisqu’ils ne peuvent pas rouler à cause de leur forme cubique. Un bref soupire passe tes lèvres.

Tu aurais bien aimée répondre, mais tu es coupée dans ton élan par un jet d’eau que tu esquives cette fois, tu n’as pas envie de te briser la colonne vertébrale aujourd’hui. Le but est actuellement de mettre K.O ou épuiser suffisamment les cibles pour qu’elles vous laisse passer. Avec un paralysé et un K.O ça ne s'annonce pas trop mal.

-Ouais, faut que Jolly s’en mêle, car on va vraiment avoir besoin d’aide ou la fatigue nous fera échouer ! Je vais essayer de m’occuper de ceux à l’arrière pendant que tu charges ceux de devant ! Tu ajoutes en faisant craquer tes doigts. Je t’aurais enterrée avant d’finir en fauteuil roulant, t’inquiète pas.

Héméra sur tes épaules, tu passes par le côté pour profiter de la couverture du mur, en ayant la vision sur tes assaillant tu peux ce luxe exceptionnel n’est pas de trop. Héméra charge alors deux attaques puissance caché ténèbres pour scinder les Akwakwak en deux, ainsi les attaques synchronisées sont moins dangereuses et surtout, tu vas pouvoir bastonner le premier qui te vient en t’en servant comme protection intermédiaire. Le jeu de jambe de boxeuse est primordial dans la gestion de la distance et si le deuxième Akwakwak qui est de ton côté ne peut pas t’atteindre sans au préalable totalement ravager son pote, tu as un avantage tactique certain. Toujours sur ta tête, tu te décides à élaborer un plan capable de réduire en poussière un des deux canards, en utilisant l’attaque patience et en laissant Héméra sur ta tête, les Akwakwak s’exposent trop à la frappe double, ce qui te laisse la parfaite opportunité d’enchaîner les crochets et les feintes pour faire chuter le canard et le boxer au sol jusqu’au K.O

-Tu t’en sors de ton côté ?! Hurles-tu à Ruth.

Si vous arrivez à en mettre deux au sol, la supériorité numérique jouera en votre faveur et obligera l’abandon. C’est ce qui finit par arriver puisque peu de temps après, du côté de Ruth les types eau-psy décident de s’écarter en trainant leurs camarades pour leur prodiguer les premiers soins. En attendant ce moment de soulagement, tu as du encaisser quelques chocs psychiques qu’Héméra à perdu sous la fatigue. Le combat étant clairement en votre désavantage, vous avez perdu du temps et de l’énergie.

Lorsque le calme revient, tu avises Ruth avec un léger soupire.

-Allé, on va profiter de l’eau au sol pour traîner le bloc plus facilement, ça dois se trouver au même étage en théorie.

Tu reprends les cordages en passant devant, le souffle court, difficile et surtout les bras en vrac, il n’y a qu’en fin de match que tu as autant de mal à utiliser tes bras pour quelque activité que ce soit.

-Tu penses qu’ils seraient assez sadiques pour rajouter une pièce ?

-Ne parle pas de malheur Héméra et tire en silence !

-Très bien, avançons alors.

Vous parvenez finalement sur une plateforme montante qui vous amène sur le toit où attendent des assistant de Léon, ils sont là pour vous réceptionner et constater l’état du bloc, mais tu n’en as plus rien à foutre, au pire vous avez perdu entre dix et quinze pourcents du poids initial, mais vous avez réussis à remonter ce tas de terre desséché.

-Pas trop mal finalement pour une ponchienne qui aboie plus qu’elle n’agit, j’vais presque me dire que t’es digne d’être traîtée comme une humaine… Tu te laisses glisser contre le mur, levant la tête vers le ciel. Pourquoi Jolly est pas évolué ? Il aurait pu nous ramener putain… J’ai la flemme

-On va prendre le bus Théa, et l’ascenseur pour descendre.

-L’ascenseur ?

-Oui, nous sommes passés devant,vous n’avez pas remarqué ?

-Ho ta gueule, on aurait pu tricher et monter directement putain !! Tu pestes un coup avant de regarder Ruth. C'était cool en vrai. J'me serai sûrement emmerdé sans toi, parfois tu sais mettre des paillettes dans la vie des gens, pas comme Kévin.

© BBDragon


HRP :
Fin du cours pour Théa, merci!
Ruth Stonen
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9064-612-ruth-stonen-givrali
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t9149-ruth-stonen-givrali
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
Taille de l'équipe : 3
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 19
Jetons : 3275
Points d'Expériences : 342
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] Unknown
3
Sinnoh
17 ans
19
3275
342
Ruth Stonen
est un Coordinateur Performer
Ruth

Elle note. Son objectif a désormais changé, avec elle. Elle ne veut plus seulement l’exaspérer. Elle veut sa reconnaissance, elle veut cet honneur : se battre à mains nues avec la blonde. La raclée de la dernière fois n’a plus le même goût, maintenant qu’elle sait qu’elle peut viser encore plus haut. Excelsior. Mais l’heure n’est plus à la parlote ; il faut se remettre au combat. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il tarde à Ruth de se sortir de ce pétrin. En espérant ne plus jamais devoir remettre les pieds ici. C’est un combat digne de l’ère Jurassique. Les Tyrannosaures qu’elles sont face à ces espèces de Tricératops. La première à tomber est Théa. Et contrairement à ce que l’on aurait pu s’attendre, Ruth ne se moque pas ; au contraire, elle vient en aide à sa camarade. La vérité est qu’elle sait que, sans elle, elle n’a littéralement aucune chance.

La situation devient critique, il faut l’admettre. Et l’aide de Jolly ne serait pas de trop. Mais pour qu’il se lance au combat, c’en est un autre – de combat. Ruth se mord la lèvre, préoccupée par l’aveu de Théa. Il faut que Jolly les rejoigne. Elle évite de justesse un jet d’eau, qui l’éclabousse d’un peu trop près, à son goût. Elle ne sait pas comment convaincre son Pokémon de l’écouter, de participer, de l’aider.

« C’est que ça risque de jaser, si tu ne redonnes pas une bonne leçon à l’effrontée que je suis. », qu’elle se marre.

Comme quoi, les épreuves et la guerre, ça rapproche. Ruth décide alors de se replier. Non pas pour se cacher derrière Théa, mais pour tenter de convaincre le bourricot qui lui sert de Pokémon. Ce qui s’avère ne pas être une mince affaire. Têtu comme l’âne qu’il n’est pas, Ruth tente alors de passer par les menaces. En général, c’est dissuasif. Mais pas cette fois : il en a trop entendu pour aujourd’hui. Alors le ton monte, Ruth s’agace. Elle lui explique que s’il ne les aide pas, il ne s’en sortira pas tout seul, qu’ils ne vont faire qu’une bouchée sur lui.

« J’ai juste besoin que tu aides, même si tu restes à l’arrière ! Comme ça, tu mouilles pas ta crinière, si c’est ça qui te tracasse tant. T’es pire qu’une meuf, purée. On t’a castré ou quoi. »

Force est de constater que c’est en roulant des yeux qu’il s’attèle à la tâche. Ruth repart au combat, lui lançant un dernier regard. Qu’est-ce qu’il est mal élevé, lui. A se demander qui s’occupe de son éducation. Comme quoi, se dit Ruth, on ne peut réellement jamais compter sur les hommes. Il reste cependant en arrière, derrière elles. Il ne tient pas à aller au corps à corps. Véritable chochotte ou pure diva ? La question se pose.

« Ouais ! J’ai réussi à faire bouger l’autre, là ! »

Elle ne saurait dire combien de temps passe. Tout s’arrête, brutalement. Visiblement, les Pokémons adverses ne s’attendaient pas à ce qu’elles résistent, à ce qu’elles leur tiennent tête et, pire encore, à ce qu’elles en mettent l’un d’entre eux K.O. Essoufflée, Ruth les regarde partir en marmonnant dans la barbe qu’elle n’a pas. Elle se laisse glisser contre le mur, le temps de se remettre de toutes ces émotions, toute cette action soudaine. Jolly, au loin, lustre son poil. A se demander s’il en a vraiment foutu une, ou s’il a simplement fait mine. Voilà un Pokémon sur lequel ne jamais compter, en termes de combat ou d’épreuve physique.

« T’es pas aussi blonde que t’en as l’air. », qu’elle lâche, à l’annonce de la nouvelle idée.

Ce bloc, Ruth n’en peut plus. Si ça ne tenait qu’à elle, elle l’aurait explosé depuis le deuxième étage, avec une des barres métalliques. Ruth lâche un long soupir, ayant retrouvé une respiration régulière. Elle fait alors signe à Jolly de les suivre et emboîte le pas à sa camarade, reprenant sa place à l’arrière. Pitié, qu’elles soient au dernier palier… Elle a de l’endurance, mais elle n’est pas sûre de supporter une quatrième attaque. Aussi bien mentalement que physiquement, elle commence à être à bout de ses ressources, de son énergie.

« Miracle… », qu’elle murmure.

Elles sont enfin arrivées. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y en a deux qui vont bien dormir, ce soir. Voire cet après-midi. Ruth laisse alors le bloc au professeur et se met dans un coin avec Théa, restant debout. Elle remet en place ses bijoux, ses cheveux et cherche un miroir du regard, histoire de voir sa tronche éclatée. Même si elle n’en a pas l’air, elle écoute attentivement Théa, et plante son regard dans le sien.

« Quel honneur venant de ta part PTDR. Il mérite pas d’être évolué, vu son comportement. »

Et puis, est-ce qu’il en est vraiment capable ? Aujourd’hui plus que d’ordinaire, Ruth doute des réelles capacités de son Pokémon. Elle s’étire alors, renonçant à trouver de quoi observer son reflet, faisant craquer son dos au passage. Tout ceci lui a donné faim, soif et sommeil. Dire qu’elle s’est levée pour faire un truc pareil. Y a vraiment des jours où on ferait mieux de rester couché. Ruth fait alors rentrer Jolly dans sa Pokéball, estimant l’avoir assez vu pour le moment et commence à se mettre en route, prête à se séparer de Blondie.

« T’as de bonnes réfs, meuf. Mais me redis plus jamais un truc, les paillettes ça craint à mort. »

Trop girly pour elle. Après un petit temps, et avant de laisser Théa seule, Ruth se décide alors à lui faire elle aussi un compliment.

« T’es p’têt une sale brute mais j’dois avouer qu’il y a un truc positif avec toi ; t’es pas une sale jèze. Les gens comme toi, directs, ça manque. Allez, la bise. XOXO et tout le barda. », qu’elle lui fait alors signe, avant d’aller s’installer dans le bus.

H-RP :
Fin du cours pour Ruth.
Sir Trouille
Icon : Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13090
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] CeOUB4f
-
-
0
0
13090
pokemon
Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] CeOUB4f
-
-
0
0
13090
Sir Trouille
est un PNJs
Modération

Appréciation
Un de ces jours, faudra vraiment qu'on établisse une liste des duos ''Pas une bonne idée'' quand on associe les élèves pendant les cours.
Parce que celui-là, c'est clairement la PIRE idée du monde inRP, comme la meilleure HRP.
Les noms d'oiseaux fusent, les coups aussi et niveau rythmique, c'est nickel pour suivre l'action. On a un petit manque dans les descriptions des lieux pour se représenter parfaitement ce qui entoure les demoiselles, mais à part ça, les obstacles et leurs résolutions sont assez bien décrits pour qu'on ne soit jamais complètement perdus.
Concernant les Pokémons, y'a de l'interaction, ils ne sont pas là uniquement pour être utiles.
En fait, mon seul petit problème au final, ça vient de la bataille avec les Akwakwaks. L'idée est bonne, c'est pas mal menée et les deux font leur boulot. Mais à lire, je m'attendais paradoxalement à plus de difficultés. On a un bon démarrage, une bonne fin, mais les punchs d'ornithorynques (#Ruth) en eux-même, j'ai moins ressenti le danger que lors des autres obstacles (à l'exception de la rencontre Théa-le mur)...un peu comme si en sous-estimant le duo, ils avaient déjà perdus.
Au final et même si y'avais beaucoup de refs qui jaillissaient (parfois difficile à suivre), c'est un très bon cours avec une ambiance originale.
Gain Vous gagnez 34 exps !



Oh hisse, la saucisse - Feat Théa Ananké [Cours 14 - Pokéathlète] 7z5c
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum