Concours Coordination #3 [18/04/2015]
Elisabeth Snow
Elisabeth Snow
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 368
Directeur
Sujet: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Lun 20 Avr - 6:57
CONCOURS COORDINATION #3 [18/04/2015]

Rappel des règles
Le but du Concours Coordination sera de montrer les compétences de vos Pokémon  afin de lui attribuer -ou non- un ruban. Afin de valider votre participation, il n’y a qu’une seule condition à remplir :
- Poster un unique RP de 700 mots minimum, décrivant votre personnage défilant sur l’estrade avec son Pokémon, et la prestation. Vous avez totale carte blanche sur le style vestimentaire, le costume, le maquillage, et l’attitude de votre personnage et de vos Pokémon. La prestation doit mettre en avant vos Pokémon, en mettant en scène ses attaques. Le but est de vous voir utiliser un maximum vos attaques (dans la limite du raisonnable et de l'esthétique, bien sûr. On est pas là pour utiliser tous les moves du Pokémon sans cohérence, il nous fait du spectacle !)

Nous déciderons par la suite d'offrir le ou les rubans aux personnes qui nous auront le plus convaincu. Ne prenez pas cet évènement trop au sérieux, si vous n’êtes pas choisi : les résultats peuvent parfois être surprenant, mais comme toujours, une grande importance sera donnée à la qualité de RP et à la cohérence.

Je vous rappel qu'à présent, il faut se référer aussi à ce topic concernant les concours de coordination > www

Vous avez 2 mois (soit, jusqu’au 18/06/2015) pour poster votre RP. Des délais pourront être accordés si les participations ne sont pas assez nombreuses, et seront annoncés dans le TOPIC D’INSCRIPTION.


Description du lieu
Vous vous trouvez dans le gymnase. Une immense estrade en hauteur a été installée, afin que vous puissiez vous adonner à votre prestation. De nombreuses places occupées par des élèves s'étalent devant vous. Au premier rang, une table en longueur vous fait face, accueillant Elisabeth Snow, Andreas Heartnett, Melty Potts eeeeet Kiméra  d'Unionpolis (profitant de sa présence à l'école, Elisabeth lui a proposée d'être juge ce qu'elle a accepté, bien évidemment) ! Ils sont bien évidemment accompagnés de leurs Pokémon respectifs. La salle est brillamment éclairée, et retombe dans le noir complet entre chaque prestation. Un spot vous illumine cependant dès que vous arrivez sur les devants de la scène.

Météo du jour : Aucune importance, puisque vous êtes à l'intérieur

Description des vestiaires : vaste salle séparée filles/garçons, avec des cabines pour se changer, des bancs, et de grands miroirs un peu partout.

Précisions supplémentaires
- Évitez de faire agir le jury, concentrez vous uniquement sur votre prestation. Vous pouvez cependant décrire les réactions du public (en restant cohérent)
- Vous et votre Pokémon devez être maquillés et/ou déguisés. Ne lésinez donc pas sur la description de votre personnage
- Vous pouvez utiliser 1 seul Pokémon
- Les objets achetés en boutique ou trouvés en recherche fossiles apportent du bonus à votre performance. Mais les autres déguisements n'en font gagner aucun.
- Vous pouvez utiliser 3 objets MAXIMUM (je parle ici des objets apportant du bonus. Pour les autres objets normaux, c'est illimité)
- Vous pouvez écrire votre RP depuis la préparation dans les vestiaires, jusqu'à la fin de votre prestation et votre retour dans les vestiaires.
- Pas d'interactions entre les joueurs, vous n'avez le droit qu'à un seul RP.
- Inscrivez-vous dans le topic adéquat avant de poster.
- Veuillez mettre en fin de RP dans une balise HRP ces informations :
Citation :
Pokémon utilisé :
Points de Beauté :
Objets Bonus attachés :
Points Pokéblocs :
Attaques utilisées :
- Vous pouvez dès à présent écrire votre RP et le poster à la suite ! Bon jeu !


Le THEME pour cette Compétition est le suivante : Pâques.
Effectuez votre performance en fonction de ce thème, en l'abordant de façon personnelle et originale, tout en gardant à l'idée qu'il faudra obligatoirement que les membres du staff qui vous évalueront trouvent le rapport avec le thème sus-cité.
Bon courage !
Stella Douglas
Stella Douglas
Région d'origine : Hoenn
Âge : 15 ans
Niveau : 38
Jetons : 1580
Points d'Expériences : 1135
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Dim 10 Mai - 17:20
De toutes les compétitions auxquelles je me suis inscrite, celle de coordination est la seule que j'ai préparée. Le combat ne m'intéressait qu'à moitié quand à la compète scientifique... C'est plus une belle erreur qu'autre chose. Vouloir étendre mes horizons c'est une chose, mais m'être jeté là dedans. J'ai fais un excès d’enthousiasme pour une fois, mais ce qui est fait et fait et ce concours là est déjà passé alors, autant ne plus en parler. M’entraîner pour le sport ? Je nage déjà très souvent entre 2 et 3 fois par semaine depuis des années et vu que je ne sais même pas quel pokemon j'aurais avec moi. Je trouve que c'est déjà suffisant. Non vraiment j'ai choisi de concentrer le reste de mon temps libre à mes préparations pour aujourd'hui et pour être honnête, je suis plutôt contente du résultat. Gagné ? Faut pas pousser non plus. Je ne suis pas au niveau de ceux qui préparent leurs pokemons depuis longtemps. Sam est sportif et en bonne santé mais en dehors de ça, il n'est pas spécialement soigné. Bon j'ai quand même réussi à lui passer un petit coup de peigne et à le laver et pour lui, c'est déjà pas mal. Mais à part ça le reste de notre préparation c'est plutôt bien passé, surprenament bien même. Sam est du genre énergique après tout alors difficile de le garder en place. Cependant comme il aime bien l'attention, l'idée de monter un spectacle lui a vite plus. Restait juste à trouver l'idée qui lui plairait, à lui comme à moi. Notre chance fut que cette idée, bah on l'a trouvé assez vite en fait. Je ne sais pas si ça plaira mais au pire, on se sera bien amusé.

Même si on a fait ce qu'on à pu, l'attente reste loooonnngue. Je ne suis pas du genre stressé, mais contrairement à mon starter je ne suis quand même pas fan d'attirer l'attention. Du coup oui je crois que j'ai le trac. Sam lui c'est le contraire, il est bien trop excité et court partout ! Il a bien failli monter sur scène alors que ce n'était même pas notre tour. Il a aussi failli faire tomber d'autres personnes. Non mais pour lui comme pour moi, j'ai hâte qu'on commence et surtout qu'on en finisse avant que je ne trouve plus ça drôle du tout ! Heureusement le concurrent numéro 8 est enfin appelé, temps d'entré en scène.

Monté sur scène, j'expire et inspire un grand coup avant que les spots de lumière s'allument et se braque sur moi. Woah, y a tant de mondes que ça ?! Avec le contre-jour on les distingue à peine à part les membres du jury. Juste un paquet d'ombres. Bonne chose de ne pas voir leurs visages ? Ça je ne saurais dire mais en attendant, pas question de me laisser démonter. Me redressant un bon coup prête à partir, je sens déjà les gens me scanner du regard pour se faire leurs premières impressions. Ma tenue ne me met pas en valeur il faut dire. Une grosse paire de sabots et une robe longue, j'ai aussi un tablier blanc et une coiffe assortie de la même couleur que le tablier pour mon déguisement de fermière. Dans mes mains je tiens un sceau bien rempli mais dont le contenu n'est pas encore visible. J'espère qu'aucun de mes frères ne me verra jamais comme ça en tout cas... Le gars au micro n'a pas à se sentir obligé de donner mon nom aussi fort d'ailleurs hein, je veux bien rester un numéro. Bref, c'est un petit pas pour moi mais un grand pas pour le bêtisier de l'académie !

Avançant pour atteindre le devant de la scène, je fini par me prendre les pieds dans ma robe pour m'étaler de tout mon long. Mon sceau se renverse lui aussi alors relâchant son contenu partout sur le sol, à savoir de très nombreux œufs en chocolat. Au moins il ne sera pas difficile de faire le lien avec le thème du concours. Je suis dans le pétrin ? Pas encore, la chute était volontaire après tout. Ce que j'espère à présent alors que je sors ma pokeball, c'est que ça faisait naturel. La suite aussi d'ailleurs.

- Oh non j'ai renversé tout mes oeufs. Viens m'aider Sam !

Cette fois ci on commence pour de vrai ! Lançant ma pokeball bien haut en l'air, mon pokemon sort dans l'éclair blanc habituel pour atterrir devant moi et face au public. Arrivant bien sur ses pattes, il prend la pose deux doigts sur son chapeau de cow-boy qu'il revisse sur sa tête. Pour compléter son déguisement, il a aussi une ceinture de cow-boy à la taille, à laquelle est accroché ma vieille corde trouvée dans les souterrains. Dire que c'est elle et un dessin animé qui nous ont inspiré tout ça, j'espère que ça va le faire. Aucun oeuf n'est tombé de la scène et Sam à l'air calme et concentré, tout commence très bien ! Temps de lancer la première attaque alors qu'une musique comme dans les duels de far-west envahi la scène. L'attaque groz'yeux envahi alors la salle, Sam toisant le public pour les mettre dans l'ambiance avant de se retourner pour faire face à la centaine d’œufs renversés au sol. Woh j'ai presque l'impression de les voir trembler, il est vraiment dedans ! J'espère juste qu'il ne va pas trop en faire.

- Balayage !

Changement de musique pour une danse folque tandis que Sam passe à l'action. Sautant au milieu d'un groupe d'une dizaine d’œufs proches, il envoie un coup de pied circulaire au ras du sol. L'onde de choc envoie voler les œufs et c'est maintenant qu'on va voir si l'entrainement a payé. Je ramasse mon sceau et levant le nez au ciel, je constate avec le sourire que les œufs se rassemblent tous en l'air pour venir dans ma direction. Bon contrôle, il est concentré ! L'attaque balayage faisant des dégâts en fonction du poids, les œufs en ressortent tous en bon état même après l'attaque groz'yeux. C'est assez bizarre mais tant mieux, il ne me reste plus qu'à ne pas les rater et le tissu à l'intérieur se chargera d'amortir leur chute. Après le premier vol groupé, Sam recommence l'attaque balayage pour envoyer d'autres groupes de 5 ou 6 œufs. Je suis obligé de bouger un peu partout ce qui n'est pas pratique avec ma tenue. Cependant comme ils arrivent tous dans ma direction et groupé, cela reste assez bien. Oups parlé trop vite, ce groupe là est trop court Sam ! Je cours un peu avec mes sabots et doit poser mes genoux à terre, mais je les rattrape aussi. Safe. C'est une petite faute, mais tant que les œufs ne tombent pas par terre ça devrait aller. En tout cas cela ne perturbe pas Sam qui passe déjà à la suite, on n'allait pas tout ramasser juste avec le balayage après tout, même si on a fait le plus gros.

Pour la suite je me mets moi aussi à courir pour ramasser le reste des œufs au sol. Il ne reste que des œufs assez dispersés après tout et Sam aussi les ramasse normalement. Sauf qu'au lieu de les ranger aussi dans le sceau, il les mange et mets le papier à la place dans le sceau. Je fais semblant de le gronder pour me remettre à ramasser les œufs et les mettre dans le sceau. Sauf que les œufs que je lâche à présent sont interceptés discrètement par l'attaque larcin de mon starter. Bien sûr je sais qu'il le fait, mais je dois admettre que sinon je ne le vois même pas faire. Du coup je regarde à l'intérieur discrètement une fois, histoire d'être sûr qu'il n'a pas oublié. La salle elle rigole en tout cas, tant mieux. C'est le but après tout, on ne risquait pas de faire dans l'artistique lui et moi. Bref à un moment je fais semblant de m'en rendre compte me retournant plusieurs fois avant d'enfin le surprendre en flagrant délit entrain de les cacher dans son chapeau. Je confisque alors le chapeau pour le mettre dans le sceau, mais dois m'incliner devant l'attaque implore qui me pousse à le lui rendre. Il lance alors le chapeau en l'air, celui ci plane alors un peu recrachant les œufs qu'il contenait. Tombant droit sur lui Sam utilise son attaque combo-griffe pour déchirer le papier et gober les œufs les uns après les autres avant de reréceptionner son chapeau pour le remettre fièrement sur sa tête. Ça aurait pu être classe s'il n'avait pas tout de même aussi avalé le papier déchiré ! J'avoue que je ne peux pas retenir le facepalm, même si au moins cela fait rire les gens. Volontaire ou pas ? ... Joker.

Je recommence donc à "disputer" Sam, mais celui ci prend alors la corde et commence à la tourner comme un lasso. Il s'empare du sceau dans mes mains et le brandit fièrement au-dessus de sa tête. Va-t-il tout manger ? Non. En bon "férosinge grincheux" agacé d'être grondé, il balance alors le sceau très fort avec sa frappe atlas au dessus du public. Les œufs en chocolat tombent donc dans l'assistance et Sam récupère le sceau en tirant un bon coup sur la corde toujours enroulé autour. Il le prend alors à deux mains pour me l'enfoncer sur la tête (aïe pas si fort). Il passe ensuite la boucle de la corde autour de moi comme pour me ligoter mais sans serrer, juste pour me gêner dans ma tentative de retrouver la lumière. Il prend alors la fuite vers les vestiaires, suivi de près par moi quand je parviens enfin à me dépêtrer. La lumière me suit jusqu'au bout pour finalement s'éteindre quand je disparais, signalant la fin de notre "prestation". Elle ne s'allume plus qu'une dernière fois pour nous pour nous permettre de saluer et nous en avons enfin terminé.

Bilan ? On a eu des rires même si je sais pas si c'est vraiment bon signe. J'ai un peu peur du Hors Sujet j'avoue, mais même si on fini dernier tant pis. On se sera bien amusé après tout, pas vrai Sam ? ... Sam ? Hey quesque tu fais avec le suivant ! On a fini tu n'as plus besoin de saluer ! Roooh Sam...

Modo:
 
Eryn McNellis
Eryn McNellis
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 19 ans.
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334
Coordinateur Éleveur
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Dim 17 Mai - 17:47

Pâques. Le thème était… Gênant. Eryn le sentait, tous les participants allaient se pointer avec des œufs, du chocolat, des trucs qui rappellent la fête, il fallait donc absolument qu’elle sorte du lot si elle voulait avoir une toute petite chance d’être remarquée. Mais comment pourrait-elle se faire remarquer si le thème était « Pâques » ? Certes, elle serait obligée de parler de la fête, des œufs, tout ça. Mais elle avait une autre idée. Levée très tôt ce matin-là, la jeune Coordinatrice avait déjeuné en vitesse avant de prendre le bus pour aller en ville. Ce qu’elle s’apprêtait à faire pouvait être considéré comme du hors-sujet par le jury, mais tant pis, elle n’allait pas se barbouiller de chocolat juste parce que Pâques avait été détournée pour devenir la journée officielle de l’indigestion par surabondance d’œufs en chocolat. Même sa team ne savait pas ce qu’elle avait prévue. Lasse de courir derrière sa dresseuse, Bleuenn s’était perchée sur le dos de Yakuru, qui trottinait tranquillement aux côtés de la Mentali. Finalement, la Germignon tourna la tête vers Eryn, couinant pour lui demander ce qui était prévu. Pourquoi étaient-ils en ville à neuf heures du matin ? Qu’est-ce qu’elle allait acheter, de si bonne heure ?

« Des fleurs ! » Bleuenn soupira. Evidemment, quelle question stupide. « Pâques, ce n’est pas juste le jour du chocolat. C’est le printemps ! Le renouveau de la nature, la naissance des fleurs, bref, c’est Pâques ! Donc, on va aller acheter des fleurs. Plein ! Et des jolies ! De toutes les couleurs ! Parce que pour ce concours, j’ai une idée, mais pour ça, il nous faudra une véritable explosion de couleurs ! »

Yakuru bêla sa joie. Bleuenn, plus réservée, se contenta de hocher la tête tandis que sa dresseuse rentrait dans un magasin de fleurs, toute guillerette. Toutes ces fleurs ! Elle aurait pu les nommer une à une les yeux fermés, sans les toucher, juste au parfum. Il ne lui fallut que quelques minutes pour trouver ce qu’elle cherchait, soit des fleurs des champs, simples mais colorées, et surtout peu chères. Les paniers posés de part et d’autre du Cabriolaine furent assez vite remplis de fleurs, refermée pour qu’elles ne s’envolent pas, et après avoir payé ses achats, la Coordinatrice ressortit pour passer à l’achat suivant. Il lui fallait un œuf. Mais pas n’importe quel œuf ! Tenant Yakuru par la bride, ce dernier se collant un peu plus à elle à cause du monde qu’il commençait à y avoir, elle se dirigea vers un autre magasin, dans lequel elle avait fait des commandes quelques temps plus tôt. Aussi vite entrée, aussi vite ressortie, avec son paquet qu’elle sangla sur le dos de Yakuru, obligeant Bleuenn à descendre, ce qu’elle fit non sans protester énergiquement. Elle avait mal aux pattes, et puis elle était toute petite, les gens la bousculaient tout le temps, c’était d’un lassant ! En soupirant, Eryn se pencha pour l’attraper dans ses bras, et remonta ainsi à l’académie, à pied. Mieux valait ne pas prendre le bus. Si Bleuenn, de par sa petite taille, serait acceptée sans soucis, ce ne serait pas le cas de Yakuru, trop grand, trop imposant, et trop chargé. Cahin-caha, la petite équipe remonta vers l’école, Eryn réfléchissant à comment elle allait pouvoir faire tout ce qu’elle voulait faire.

________________________________________________

« Bon, vous vous rappelez de ce qu’on a préparé hein ? » Couinements généraux provenant de son équipe. « Il n’y aura peut-être que Bleuenn sur scène, mais il faut qu’on travaille tous ensemble pour rendre ça exceptionnel. »

Ses Pokémon hochèrent la tête de concert. Ils étaient prêts. Ils avaient répété pendant des semaines, sans les fleurs puis avec les fleurs, tout irait bien. Du moins, elle l’espérait. Alors que le rideau se fermait, l’équipe d’Eryn passa à l’action. Accompagné de sa dresseuse, le Cabriolaine s’avança silencieusement sur scène, laissant la Mentali piocher dans les panier accrochés de part et d’autre de lui pour en sortir les fleurs et les répandre au sol selon un chemin prédéfini, qui servirait à cacher ce qui devait l’être quand le moment viendrait. Achille, le Chenipotte perché en hauteur, créa un plafond blanc et invisible avec sa Sécrétion. Amaryllis, la Chlorobule, accrocha en vitesse le fin filet qu’Eryn avait acheté dans la semaine, laissant Khensit, la Vipélierre, y renverser un panier de fleurs. Achille et Ama tournèrent rapidement autour, s’assurant que ça ne tombe pas avant l’heure, et bondirent sur le dos de Yakuru qui retournait en hâte vers le reste de la team. Le Posipi, qui tenait le bouquet de fleurs jaunes entre ses petites pattes, sautilla vers sa dresseuse pour le lui tendre, et fuir avant le lever de rideau. Resserrant ses doigts autour des fleurs, la Mentali respira calmement pour calmer son stress, et ferma les yeux alors que le rideau se levait.




Un douce mélodie résonna. Une Eoko, perdue, se dirigea sur la scène, regardant autour d'elle, cherchant un point de repère. Elle ne savait pas quoi faire. Se tournant à gauche, puis à droite, elle tournoya ensuite sur elle-même. Entre-temps, à pas de loup, une jeune fille, un panier à la main, était montée sur la scène. Silencieusement, au pas de la musique, elle s'approcha de la créature perdue. Arrivée à un mètre d'elle, la demoiselle l'observa quelques secondes. Puis, lentement, une de ses mains attrapa une des clochettes qui se trouvaient dans son panier. Le tenant par le bout, elle tenta de l'accrocher dans le vide. Son regard se plongea dans celui de l'Eoko. Et bientôt, la clochette s'entoura d'une lueur rosâtre. Alors seulement, l'humaine osa lâcher l'objet. Objet qui ne retomba pas. Il lévitait désormais. Au sommet de la clochette, dans l'anneau qui le surmontait y était passé un ruban rose.
La jeune fille accrocha alors une seconde clochette autour de la créature qui semblait veiller sur les instruments qui s'installaient peu à peu autour d'elle. Une après l'autre, les cloches, toutes reliées entre-elle par le ruban rose, prirent place. Toutes tintaient d'un son doux et semblaient être bercés par la musique. La demoiselle avait fait le tour. Elle regarda son panier et constata qu'il était désormais vide. Alors seulement, elle le reposa et leva la tête vers la créature légère qui, entre-temps, s'était élevée légèrement.

L'Eoko entrouvrit sa bouche. Une petite bulle bleutée se forma. Progressivement, elle s'agrandit, et, finalement, se projeta au-dessus des clochettes sur lesquelles elles glissa, les faisant résonner les unes après les autres, comme on pourrait le faire sur un clavier de piano, avant finalement de retomber sur une cloche aléatoire qu'elle absorba. La clochette, se retrouvant au milieu du bâillement, se tue. La clochette s'était endormie. D'autres bulles de bâillement se découlèrent de la créature d'une pareille légèreté et précision, glissant le long du sentier doré, et bientôt, toutes les cloches cessèrent leurs tintements. Une après l'autre, les bulles avaient glissées sur les clochettes tentant de trouver leur âme soeur avec qui elles s'unissaient, les menant au silence. Autour de l'Eoko, se trouvait désormais un collier de bulles reliées entre-elles par un ruban rose. Cette dernière, sans relâcher la pression qu'elle exerçait sur tout ce qui l'entourait, perdit un peu son altitude, et, soudain, fit résonner un cri. Surprise soudaine. Le spectacle délicat et fragile venait de se briser en l'instant de quelques secondes. Les bulles furent poussées en l'air, avant d'éclater. L'équilibre avait disparu. Le travail de dur labeur s'était transformée en vapeur. Cette même vapeur ensommeillée qui se répandit un peu dans toute la salle. Dans le public, on pouvait voir un certain nombre de personne bâiller sans pouvoir se retenir. Les clochettes se remirent à tinter brusquement, brisant elles aussi la sérénité qui s'étaient installée un peu plus tôt, avant de retomber au sol. La créature, elle, s'était posée sur la scène, à même le sol. S'entourant de sa partie inférieure pour se rouler en boule, elle se tue, entourée d'un cercle de cloches désormais muettes.
Derrière, il n'y avait plus aucune trace d'humaine.


   Pokémon utilisé : Chell, Eoko
   Points de Beauté : 0
   Objets Bonus attachés : 0
   Points Pokéblocs : 0
   Attaques utilisées : Bâillement - Brouhaha
Hope Spettell
Hope Spettell
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 74
Jetons : 11719
Points d'Expériences : 2567
Todresseur Ranger
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Ven 19 Juin - 10:40
La jeune blonde, assise en tailleur sur un des bancs de la loge, tentait tant bien que mal de se recoiffer. Sa brosse à cheveux entre les dents, elle bataillait avec son élastique pour se faire une queue de cheval parfaite. Devant elle était posé un minuscule miroir à côté duquel se trouvait un ruban rose. Constatant que ses mèches recommençaient à faire des bosses, elle soupira et passa l’élastique autour de son poignet pour revenir sur le champ de bataille avec sa brosse. Les prestations débuteront dans peu de temps et on sentait la tension qui régnait dans la loge féminine.
À côté d’elle, posé sur une plaque électrique chauffante, une casserole remplie de chocolat chauffait. Cela devait déjà faire un certain moment qu’elle était là, car la mixture était désormais parfaitement lisse. Hope lança un regard furtif vers sa préparation, se retenant de tremper ses doigts dedans. Mmm, l’odeur chocolatée s’était répandue dans toute la pièce et lui chatouillait les narines. Les autres occupantes de la loge ne semblaient cependant pas s’en rendre compte, trop occupées à stresser pour leur future prestation.

Elle avait fini de faire s’attacher les cheveux. Relevant la tête, elle s’observa dans un des grands miroirs qui ornaient les murs de la salle. S’apercevant, elle haussa un sourcil. Après quelques secondes de réflexion, elle décida de relâcher ses cheveux et s’attacha plutôt le ruban rose sur la tête. Elle vérifia ensuite que Twinings, qui était pour le moment sous la garde de Malware, se portait bien. Après de longues réflexions, elle avait décidé d’utiliser ce Tarsal un peu instable pour sa prestation. Elle n’était pas sûre que ce soit une bonne idée à cause de son tempérament, mais après avoir réalisé des tests, elle avait constaté qu’il était le mieux adapté à ce qu’elle souhaitait réaliser. Elle croisait les doigts pour que tout se passe bien.
Enfin, une voix surgit des haut-parleurs, annonçant le début de la compétition. La première participante fut annoncée, et une demoiselle sortit de la loge pour se rendre sur scène. Hope la suivit des yeux d’un œil critique. Une fois la porte refermée, la petite blonde se leva. Elle remua la fondue au chocolat et s’observa dans la glace.
Elle avait choisi de mettre un t-shirt large avec des motifs de fraises. Pour le bas, elle avait déniché dans une boutique de la ville, une jupe noire à rayures verticales blanches, qu’elle avait remontée au niveau de côtes pour qu’elle lui retombe au-dessus des genoux. À ses pieds, elle s’était chaussé de simples ballerines discrètes. Elle avait également sélectionné plusieurs colliers dans les tons rouges noirs et dorés. Ses ongles s’étaient colorés d’un doux vert pastel. Le look était un peu étrange, mais ça convenait à la Pyroli, vu qu’elle sourit avant de reporter son attention sur son partenaire pour la prestation.
Elle attendit encore quelques minutes plus ou moins longues, et enfin, ce fut son tour. Elle prit juste le temps de verser la fondue au chocolat dans une théière avant de monter sur scène, Twinings sur son épaule.


La lumière s’était allumée sur une jeune fille. De sa main droite, elle tenait une théière bleu pâle à motifs blancs qui était posée sur sa seconde main. Elle regarda le public avec un mouvement de tête circulaire. Puis un sourire se dessina sur ses lèvres. Sans se soucier, elle retira la main qui soutenait la théière et tendit son bras droit le plus loin d’elle possible. Un liquide chocolaté s’écoula de la trompe. Aussitôt, la petite blonde repositionna le récipient droit. La fondue cessa de couler. Un peu plus bas, flottait désormais une boule de chocolat entourée d’une lueur rose.
Cette boule disparut d’un coup, pour réapparaitre plus haut. À sa place, se trouvait désormais un Tarsal qui semblait s’amuser. La tête levée vers le plafond, il s’amusait avec la boule de chocolat, la séparant en deux, en quatre, en huit, en seize, avant de la fusionner à nouveau en huit en les disposant en cercle. En hauteur, des billes de chocolat semblaient se livrer à une danse, tournoyant en rond. Puis l’attention se reporta sur la demoiselle à la théière. Celle-ci versait du chocolat sur le sol sans se soucier de ce que le concierge pourrait dire. Alors qu’un motif prenait forme par terre, la suite du flux brun qui continuait à couler se transforma en bulles d'un certain diamètres qui s’élevèrent en l’air, telles des ballons à hélium. Ils s’envolaient, jusqu’à atteindre l’altitude des petites boules de chocolat. Durant leur ascension lente et silencieuse, leurs objectifs, eux, ralentissaient progressivement, comme si ils voulaient préparer leur arriver. Et soudain, un courant d’air souffla. Du tarsal, fut projetée une multitude de feuilles en croissant de lune qui transpercèrent chacune des boules de chocolat. Au passage à travers le chocolat, celles-ci perdaient pendant l'instant de quelques secondes la lueur verte pétante qui les entouraient. Ces feuilles se recouvrirent alors d’une couche de gourmandise, alors que des petites gouttes, reste des boules, retombèrent au sol en désordre, comme s'il pleuvait. La courte averse passée, le sol s’était moucheté de petits points bruns.

Les feuilles, elles, tourbillonnaient autour des bulles. Bientôt, la fine couche de chocolat qui les recouvrait se durcit, tout comme les bulles qui se fixèrent elles aussi. Les feuilles retombaient désormais, en flottant lentement, alors qu’au sol, le motif dessiné par la demoiselle un peu plus tôt, sec, se soulevait. Une arche en chocolat se redressait. Elle était d’une taille normale, et on pouvait voir la base qui était constituée du tube de chocolat le plus épais. Autour de celui-ci, des motifs, plus fin, se développaient, comme de la dentelle. Les bulles qui descendaient désormais, se dirigèrent vers la construction et se fixèrent dessus, d’une manière homogène. Finalement, d’un coup, les feuilles de chocolats, retombées au sol, furent comme aimantées par l’arche et se fixèrent dessus à leur tour. L’œuvre était terminée.

Vers l’avant de la scène, une petite blonde essayait de vider les dernières gouttes de sa théière. Mais plus rien de coulait. Elle était désormais vide. Afin d’en être sûre, elle enleva le couvercle. Gonflant ses joues, elle quitta alors la scène, passant sous l’arche duquel retombèrent deux feuilles qui s’étaient mal fixées, tenant d’une main la théière par la hanse, et de l’autre, le couvercle. Sur son épaule, apparut le tarsal qui retourna dans les coulisses en compagnie de sa dresseuse.


  Pokémon utilisé : Twinings, Tarsal
  Points de Beauté : 0
  Objets Bonus attachés : 0
  Points Pokéblocs : 0
  Attaques utilisées : Téléportation - Psyko - Feuillemagik

J'ai un retard de presque 12h, j'espère que c'est pas trop grave... ._."" *craint la réponse*
Invité
Anonymous
Invité
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Ven 26 Juin - 23:54

WHITE PROPHET

D'un pas gracile, une jeune fille blonde rentra sur scène. Une masse imposante dégoulinait autours de la scène, dont les yeux s'abattaient sur elle. Freyja était jolie. Jamais elle n'eut crû penser cela de sa propre personne, mais pour la première fois, elle osait toiser la foule avec une assurance désinvolte. Sa robe n'était qu'un vulgaire voile blanc, épousant ses formes de jeune fille. Elle ondulait au rythme de ses pas, dégageant un érotisme à la grecque, un caché dévoilé, dans une certaine sobriété. Les pieds nus, les ongles en amande peints d'une teinte pâle de rose, la jeunette incarnait la candeur dans toute sa simplicité. Sa chevelure cendrée attirait toute l'attention, coiffée d'un bandeau de roses Pierre de Ronsard, connues pour leurs pétales fournies, et leur douce couleur pastel. Ses yeux, deux perles ambrées vigoureuses, contrastaient avec les valeurs claires. Ils harcelaient la foule. Parfois, certains détournaient le regard, d'autres grimaçaient. Il y avait une ambiance dérangeante, l'effet escompté. Ses prunelles, entourées d'un costume sobre, semblaient être deux sanctuaires, miroirs de la fougue de la jeune fille.

La musique commença. Encore une fois, la coordinatrice avait misé sur la mesure. La lumière peu à peu, s'étouffait, offrant aux spectateurs une palette de couleurs mattes, plus douces à l'oeil. Dans son travail rigoureux, la blonde s'était improvisée peintre, révisant la chromatique, pour déranger, apaiser et choquer... Bluff. En quelques secondes, un petit être était rentré sur la scène, surprenant la foule. Freyja devinait leurs bouches circulaires et s'en amusait. Tandis qu'elle s'était présenté lentement, un petit ange s'était présenté furtivement, d'une manière presque spectrale. Le petit Jésus des temps modernes.
Du blanc sur blanc, Léon était parfaitement assorti à sa dresseuse. Il portait un nœud papillon mentholé, se fondant dans sa fourrure nacrée. Ses yeux, même dans la pénombre, dérangeaient. Ses prunelles mordorées réfléchissaient comme deux morceaux d’éclipse immobile. Le temps passa, juste assez pour que le public commence à se lasser, couvrant la musique par des chuchotements. Ils n'attendaient que ça, la distraction. Léon fit un pas, puis deux. Mur lumière. Un halo incandescent les séparaient de la foule, donnant au pokémon un aspect princier. Plus jamais ils n'oseront détourner le regard, songea la demoiselle. Léon ressemblait à un enfant de belle famille, avec son costume de bonne qualité, mais torturé par des pouvoirs surnaturels.

La dresseuse songea à toutes les études nécessaires pour réaliser son spectacle. Le public ne s'imaginait pas que le moindre pas était médité pour suspendre la temporalité. Elle avait étudié l'esthétique selon Kant, s'était aventurée dans les palettes de Courbet, dans les longueurs des scènes de Kubrick... Un cri de détresse marqua la fin du petit air cristallin qui accompagnait le duo. Implore. La trahison. Léon déchirait la scène par ses supplications, se courbant vers le sol, fendant l'âme des sensibles en deux. Il suppliait à sa perfection, rentrant dans le registre pathétique de la tragédie, laissant le public dans leur impuissance. Son regard ambré transperçait la foule par sa tristesse. Le mur de lumière arrêta d'être efficace, et il éclata soudainement. Des cristaux translucides virevoltèrent partout, et Freyja s'amusa à les suivre du regard comme devait le faire le public. Un sourire malicieux se dessina sur son visage. C'était presque à son tour.
Après l'éclatement, la scène redevint vierge. Le petit corps de Léon s’élevait, grâce à ses pouvoirs psychiques. Les pattes tendues, il semblait être crucifié sur une croix immatérielle. Une seconde fois, il utilisa Implore. Ses cris étaient plus légers, plus mélancoliques. Chacun, dans ses songes, se rappelait d'un regret de son existence, d'une sensation d’amertume impossible à ôter. En plus milieu de ses gémissements torturés, il laissa son corps chuter contre le sol. Sa chute laissa un bruit sourd. Jésus, l'enfant de Dieu, était mort.

Freyja s'approcha. Lentement, elle ôta sa robe, mais au lieu de témoigner d'une quelconque nudité, celle-ci laissa voir, en dessous, une seconde tenue, tout aussi fluide, d'un bleu pur, celui de la Vierge. Elle enveloppa le cadavre dans le voile. Elle s'assit en tailleur, berçant dans la pénombre le petit corps inerte. La demoiselle incarnait toute la détresse maternelle, lançant un regard de détresse à la foule qu'elle ne pouvait plus voir, laissant apparaître quelques larmes, ondulant sur son visage. Le mutisme du public fut brisé par son timbre cristallin, elle fredonnait une berceuse. La pression était à son comble, le lyrisme à son apogée. Sa performance lui tenait tellement à cœur, que ses larmes étaient d'être factices, et le duvet de ses bras se relevait peu à peu. Frisson.

La coordination était loin d'être une affaire de pièce théâtrale. Enchaîner les attaques ne servaient à rien, il fallait que le public effectue une longue marche interprétative et cérébrale. Léon ne s'était pas contenté d'utiliser Bluff, Mur Lumière et Implore. Il se devait d'incarner une vision sacrée de Pâques, un passage biblique, un subtil fil de soie entre les mythes, Arceus, et les personnes destinées à voir la scène. Elle aimait voir son sérieux, ils avaient tant travaillé pour cela. Si le Psystigri ne possédait aucune autre compétence, il dmeeurait un bon acteur, dans une sobriété qui satisfaisait totalement la dresseuse. Dans son rôle de génitrice du fils de Dieu, elle se brisait, s'imaginant que Léon était véritablement mort, que sa fourrure de nacre allait pétrir dans ce voile opaque. Ses dents se serraient, elle commençait à angoisser face à ce rôle qui lui tenait trop à cœur.
Les jambes tremblantes, elle s'assit de coté, de manière à ce que la foule ne puisse observer qu'une face, que que l'autre reste dans l'ombre. Le corps toujours sur les genoux, elle regardait la masse enrobée de tissu, craignant la prochaine étape délicate. Ses longs doigts laiteux parcoururent celui-ci, et elle effectua trois pression dessus. Le signal. A ce moment, Léon bascula très rapidement sur le coté caché de la dresseuse. Freyja gardait docilement les yeux en l'air, pour ne pas voir le voile s’aplatir. Elle pensait à cette dame, cette fameuse Marie, dont la providence lui avait fait perdre son tendre enfant.  Léon, à son tour, était mort. Elle avait une folle envie de crier tant l'imaginaire la noyait. La coordinatrice n'avait pas songé une seule seconde qu'elle était dans la capacité de perdre autant ses moyens. Elle devenait ce que le public voyait en elle. Freyja n'existait pas, elle n'était qu'une gamine aléatoire jouant une Vierge détruite. Ses souvenirs s'étaient évanouis en un maigre instant, la transformant vraiment en cette madame, avant de ressurgir. Son but n'était pas de jouer une scène biblique, mais d'en faire quelque chose de contemporain. Sinon, elle n'aurait pas choisi ce genre de musique, ni de mettre un nœud papillon au chaton. Léon était un Jésus dandy, un être d'amour incompris. Son histoire n'était pas spectaculaire, c'était un vulgaire petit conte que tout le monde pouvait se raconter. Chaque lien affection pouvait être exploité avec du sacre.
Perdue dans ses pensées, le regard vague, ce fut au chaton de reprendre la scène. Grâce à ses pouvoirs psychiques, il fit en sorte que le voile le soulève lentement. Caché derrière la coordinatrice, ses oreilles d'un blanc crémeux se soulevaient pour laisser passer de puissantes ondes. La toge remuait doucement, atteignant un mètre au dessus de la blonde, pour il le laissa tomber sur son visage. Femme fantôme, femme en deuil. Le corps d'un être aimé avait disparu, seule sa présence matérielle subsistait sur la scène.
De son coté dans l'ombre, elle tapa trois fois sur la scène pour prévenir son camarade. Doucement, la jeunette pivota pour se retrouver en face du public, les jambes pendant dans l'angle droit de la scène. Avec le voile, elle ne voyait rien. Elle tentait juste Léon qui s'était agrippé à son dos pour demeurer cacher. Sans laisser de longueurs cette fois si, le Psystigri escalada le dos pour se placer sur la tête de sa dresseuse. Toujours aussi candide, il fit les Gros Yeux pour avoir plus de charisme. Il était désormais un être ressuscité, puissant et exemplaire. Il plaça ses pattes de manière à ce qu'elles soient perpendiculaires à son corps, rappelant la croix invisible du début.
Voix enjôleuse. Le petit timbre du chaton n'était qu'amour, il se diffusait doucement dans la salle, tranchant les maux pour les calmer. Émue, Freyja pleura, le visage caché. La mélodie lui grignotait les tripes. Ils avaient réussi à atteindre la fin, et son petit chaton handicapé s'était montré bien plus brillant qu'elle. Le prophète blanc était là, elle voulait qu'il illumine la salle d'une foi nouvelle, d'un amour sincère.
Pour marquer la fin de la mise en scène, il vint sur les genoux de sa mère, et lui ôta le tissu à l'aide d'un Choc Mental. Maladroitement fait, il lui fit mal à la tête, mais la blonde offrit son sourire le plus doux au public, inclinant la tête avec solennité.

«  Good night, and joy, be with you all. »


Elle avait prononcé ces mots d'un timbre cristallin, avant de serrer fort Léon contre elle. Son dos se courba lentement et la salle s'illumina. Malheureusement, les applaudissements ne fusèrent pas. Seulement certains avaient compris les enjeux de sa performance. Une chose était sûre, elle s'aventurait délicatement vers de nouvelles expériences, en quête d'un style authentique. L'âme morose face aux réactions plates du public, elle rejoignit les coulisses en traînant les pieds.
Et le prophète blanc pleurait silencieusement, déversant un flot d'empathie.

 Pokémon utilisé : Léon, Psystigri chromatique.
 Points de Beauté : 4
 Objets Bonus attachés : 0
 Points Pokéblocs : 0
 Attaques utilisées : Bluff - Mur Lumière - Implore - Gros Yeux - Voie Enjôleuse - Choc Psy
Elisabeth Snow
Elisabeth Snow
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 368
Directeur
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   Lun 6 Juil - 10:49
La compétition est terminée Merci à tous de votre participation !
Le temps pour nous de vous évaluer et d'ici quelques temps, vous aurez les résultats. Wink
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Concours Coordination #3 [18/04/2015]   
Concours Coordination #3 [18/04/2015]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :