nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.
Alex J. Lovell
Alex J. Lovell
Région d'origine : Kanto
Âge : 18 ans
Niveau : 29
Jetons : 245
Points d'Expériences : 571
Pokeathlète Coach
Sujet: nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.   Mar 16 Fév - 23:09
avec Sirius & Hanaë   le 17 décembre 2015


Your lipstick stain is a work of art
« D'accord, Maman. Oui, ne t'en fais pas. Profitez bien aussi de vos vacances, du coup. Oui oui, je te raconterai. Embrasse Papa de ma part. Bisous. »

La rouquine mit fin à l'appel, et un grand sourire s'installa sur son visage, avant de s'écrier « YES !! » d'une voix tonitruante qui fit se retourner les étudiants sur leur passage. Mais la rouquine neleur prêta pas attention, toute à ses projets. Dans deux jours, c'était les vacances, et l'académie venait d'annoncer les vacances de rêve : un village de Noël organisé à Lansat, avec des chalets à occuper par groupe de trois à la disposition des étudiants. Si ça c'était pas le rêve pour un adolescent ! En tout cas, Alex venait d'avoir ses parents au téléphone, qui avaient achevé de convaincre la rousse que c'était le sien, et qu'elle ne devait surtout pas manquer une chance pareille. Quant au choix de ses colocataires pour le chalet, c'était tout vu : trois places, c'était fait pour la team Well ! La Givrali navigua rapidement sur son ipok pour atteindre les messages, et en envoya un à chacun de ses deux compères pour leur annoncer la nouvelle — et leur dire d'annuler tout autre plan qu'ils auraient pu faire pour ces vacances, parce qu'ils venaient avec elle ! Puis elle décida d'appeler Sirius dans la foulée, parce qu'elle était beaucoup trop excitée pour s'en tenir à un simple message, et qu'en plus ça faisait une petite semaine qu'elle avait pas eu l'occasion de le voir, avec tous les cours qu'ils avaient eu récemment. Elle voulait d'ailleurs lui demander comment s'était passé son cours de coordination de la veille — mieux que son propre cours de médecine, elle l'espérait, même si au vu de la façon dont cette académie était gérée elle avait des doutes.

« Siriuuuus, lança-t-elle d'une voix enjouée quand le Noctali décrocha. T'as vu mon message ? C'est trop bien, hein ! Dis t'es où, là ? Les Serres ? OK tu bouges pas hein ! »

Et elle raccrocha sans autre cérémonie, se dirigeant d'un pas bondissant vers les serres. En pénétrant dans la grande structure en verre et en traversant les serres principales pour se diriger vers les parcelles réservées aux étudiants, la rouquine se fit la remarque qu'elle devrait peut-être se pencher sur la question un jour.

Alors qu'elle s'engageait dans le dédale d'allées entre les parcelles de terre, la rouquine rappela son ami.

« Je suis lààà. Comment ça ? Ben je te cherche, idiot. Où est ta parcelle ? La 51 ? »

Et c'est alors qu'en passant, elle reconnut la silhouette d'une jolie rousse qu'elle n'aurait pas pu louper. Elle s'arrêta et balbutia un « Euh, attends. » dans le combiné de l'appareil avant de faire un pas en direction de la parcelle où se trouvait la Mentali.

« Ah, tiens, Hanaë. Ça fait bizarre de te voir pleine de terre comme ça. »

Pro social skills, Alex.

_________________
Sirius B. Powell
Sirius B. Powell
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 18 yo
Niveau : 51
Jetons : 2520
Points d'Expériences : 1534
Coordinateur Mode
Sujet: Re: nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.   Lun 21 Mar - 22:57
NOS VOIX QUI S’ÉCHARPENT DANS CE QUI LES OPPOSENT.
Alex, Hanaë & Sirius
Il soupira. Il voulait être en vacaaaaances. Il ne restait certes plus beaucoup à tirer mais par Groudon il ne pouvait plus voir son dortoir et la grande majorité d'abrutis qui le peuplait. Vraiment, n'aurait-il pas pu être répartit chez les Phylla pour être avec Ren ? Vraiment,  c'était fait comment les répartitions ? La directrice avait un dé et celon ton résultat tu partais là ou là ? Franchement, Mr le hasard, s'il en était la cause était un véritable connard. En plus il avait l'impression d'être au milieu d'une guerre interne. Heath avait quitté son post et chacun y allait de son petit léchage de de botte pour devenir le préfet des noirs. Ce qui était totalement ridicule, il en consentait. Il n'approuvait absolument pas ce bordel ambiant.

Et il se sentait un peu seul.

Il était probablement le seul coordinateur du dortoir et il le ressentait. Vraiment. Beaucoup. Ça planait au dessus de sa tête en permanence. Comme une sorte d'épée de Damoclès. Il ne savait pas vraiment s'il était paranoïaque ou simplement  réaliste mais il avait l'impression d'être moqué en permanence et s'il s'était fait la promesse de ne plus se moduler pour répondre aux exigences des autres … c'était quelque chose de difficile. Ça allait à l'encontre de tout ce que ses parents lui avaient appris mais il ne voulait plus être une marionnette entre leurs mains. Du coup, en bon adolescent aux idées coincées, il avait décidé que d'agir en total opposé avec comment il agissait était la parfaite solution. Il avait laissé agir ses instincts depuis son arrivé ici, et même si des fois il avait des vieux réflexes, il appréciait celui qu'il était devenu. Mais peut-être qu'un jour il devrait appeler ses parents pour leur dire qu'il ne suivait pas le parcours Scientifique mais bien celui de Coordinateur …

Bwarf. Il avait le temps avant de rentrer et de devoir avouer le tout à la famille. Et puis ce n'était pas comme s'il en avait quelque chose à faire en réalité. On lui avait brisé son rêve de partir dans l'espace, il briserai le leur de le voir devenir PDG du Centre Spatial d'Algatia. De toute façon, connaissant sa raclure de grand frère, il débarquerait un jour comme une fleur et volerait tout ce pourquoi il aurait travaillé. Il ne travaillerait donc pas. Cette place n'avait jamais été pour lui. Et il n'en voulait pas. Il n'en voulait vraiment pas. Il voulait toucher les étoiles et vu qu'on lui interdisait celle de son enfance il s'en créait des nouvelles. Il en deviendrait même une. Il serait une star.

Et il travaillait dur dans cet objectif. Il cousait de longues heures, s'écorchant les mains avec les aiguilles. Il subissait les insultes et les brimades. Il s’épuisait à l’entraînement. Il faisait tout pour s'améliorer. Il donnait même de sa personne ! Il avait réussi à supporter la pire peau de vache de toute l'académie pendant une journée pour accéder à son but. Il donnait ! Il avait été poursuivit par un … Il frissonna en repensant au souvenir. Et voilà qu'il était là, en plein hiver, en train de s'occuper de sa serre alors qu'il crevait de froid et qu'il aurait tout donner pour un chocolat chaud. Son jeans était ruiné à cause la boue, il avait faim et il n'était que moyennement d'humeur. La seule chose qui lui remontait un peu le moral c'était la perspective des vacances avec ses deux meilleurs amis dans un petit chalet en bois où ils profiteraient tranquillement des fêtes de fin d'année. Il ne manquait que la confirmation de sa rouquine … et là voilà ! Lisant avec un grand sourire sur les lèvres le message qu'elle venait de lui envoyer et avant d'avoir le temps de lui répondre voilà qu'elle l'appelait. Elle connaissait vraiment pas le concept de patience. Enfin, pas comme s'il le connaissait aussi … Avec un léger mouvement de tête, il répondit à la rouquine.

- Ouiiiiiiiiiii, je t'aurais répondu si tu m'avais pas appelé dans la seconde qui a suivit. Je suis aux Serres. Magne toi. Je veux te faire un gros câlin de bienvenue dans le meilleur chalet du village ! La Team Well au complet !

Le jeune homme se releva et épousseta son pantalon. Il fallait qu'il ai l'air un minimum présentable quand même.

Il avait oublié de donner le numéro de sa serre. Forcément qu'elle allait se perdre connaissant son sens de l'orientation légendaire. Il soupira. Elle l'appelait. Il décrocha aussitôt.

- Je te vois paaaaaas. Attend, essaie d'aller vers la Zone 51 ok ? Je vais essayer de te trouver.

Le Noctali sortit de sa parcelle et se dirigea vers l'entrée du bâtiment. Il repéra rapidement la chevelure rouge feu de son amie et s'avança vers elle avec un pas guilleret en s'exclamant :

- Je croyais que tu devais venir me voir moi et pas … L'Inf … Hanaë ?!

Il s'était retenu à la dernière seconde d'appeler la Mentali à L’Infâme à voix haute. Mais comment sa si gentille et douce Alex connaissait-elle cette folle furieuse ? Son sourire s'était transformé en mine confuse alors que son regard alternait entre les deux demoiselles.

Arceus, help ?
code by mirror.wax

_________________
sirius
liens
atelier
Hanaë Hawkins
Hanaë Hawkins
Région d'origine : Kanto
Âge : 15 ans
Niveau : 10
Jetons : 316
Points d'Expériences : 217
Coordinateur Performer
Sujet: Re: nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.   Jeu 7 Avr - 20:57
L'hiver était vraiment une saison difficile pour les baies. Et même si le mois de février annonçait prochainement la fin de cette période glaciale, il n'en était pas moins un moment peu propice à la floraison de quelque espèce qui soit. Les rares rayons de soleils étaient littéralement disputés par les quelques cultivateurs présents. Chacun voulait se réserver l'emplacement de choix pour faire face à cette horrible saison. Autant dire que dans cette ambiance purement compétitive, Hanaë avait trouvé sa place. Écraser les insectes est une passion certes chronophage mais hautement addictive. Pour preuve, la Mentali ne cessa jamais d'importuner ses voisins, espérant que ceux-ci se découragent naturellement et abandonnent cet emplacement où le soleil était le plus aisé à capter lors de son zénith. Néanmoins, les cafards sont aussi des insectes, des tenaces qui plus est. Il y en avait d'ailleurs quelques uns dans le lot, toujours là pour résister péniblement aux attaques de miss désagréable. Il est bien dommage que tout acte de sabotage soit prohibé, auquel cas une demoiselle se serait déjà permise d'envoyer un certain Grahyena à la manie totalement fortuite de saccager les plans, à la recherche de fruits comestibles.

Tant de rêves à priori impossibles à réaliser, encore une fois. Qu'à cela ne tienne ! Hanaë n'aura qu'à écraser la concurrence en entretenant la meilleure serre qui soit. Ce nouvel emplacement allait d'ailleurs lui aider à atteindre cet objectif. De plus, il y avait une personne en particulier qui devait se la fermer définitivement, un certain Noctabruti qui avait la fâcheuse tendance à courir sur le système de la rouge. Mais soyons honnête, elle l'a un peu cherché. Ne lui répétez surtout pas ce que j'ai écrit ! Je tiens à ma pauvre vie de narrateur bénévole malgré lui.

Pour une fois, la coordinatrice décida de s'investir pleinement dans son travail, au point d'en ignorer les conséquences sur la tenue qu'elle portait (OH MON DIEU, IL VA Y AVOIR UN DÉLUGE). Tenue qui datait de la saison passée, évidemment. Mais vous êtes fous (oh oui ♫) ! Jamais elle n'aurait pu gâcher un ensemble à la mode. De plus, suivre la tendance Timothy Forest ne l'intéressait étrangement pas. Le vert ne lui allait pas particulièrement bien. Ne parlons même pas des bottes en caoutchouc et du tablier aussi large qu'une Mama Odie (désolé, Mama). C'est pourquoi la miss favorisa l'usage d'une tenue qui lui allait bien mieux, quitte à la gâcher définitivement. Un mal pour un bien, dirons-nous.

En parlant de mal, en voilà un qui lui torturait littéralement la colonne vertébrale. C'est ça de rester accroupie pendant presque une heure, sans se relever. Travailler la terre c'est bien, mais encore faudrait-il avoir l'expérience du labeur et l'endurance d'un travailleur vénérable. Et pour le coup, la voilà bien seule puisqu'elle ne pouvait guère demander une quelconque assistance ni à Feitan, à Karuto ou à Irumi. Ces barbares détruiront plus qu'ils ne bâtiront.

Totalement éreintée, la rouge se releva et souffla un grand coup, tâchant d'ignorer au mieux cette vive douleur qui lui parcourait le dos. Suite à quoi, elle épousseta ses habits bien que ce ne fut clairement pas suffisant pour en retirer toute la terre, puis se retourna alors qu'elle crut entendre une petite voix derrière elle. Ce n'était pas une hallucination. Au moins, elle eût la confirmation que ses sens n'étaient pas en train de la lâcher, contrairement à son dos. Mais à qui appartenait donc la voix ? La réponse la plus probablement aurait sans doute été "à un concurrent direct", mais non. Hanaë eût tout le loisir de détailler la personne qui se trouvait en face d'elle. C'était Alex, Givrali qu'elle côtoyait de temps à autre en raison d'un passé commun. Il fallait cependant avouer que celle-ci semblait agir un peu bizarrement, ces derniers temps.

– Ne m'en parle pas. Si ce n'était pas nécessaire, je serais plutôt en train de me baigner dans les larmes de mes rivaux, tu me connais.

Ses yeux prirent aussitôt la fuite, non pas par gêne mais plutôt parce qu'ils étaient à la recherche d'un objet particulier, à savoir un torchon qui lui servirait au moins à essuyer ses mains à présent dégantées. Sèche fut sa réaction lorsqu'elle aperçut le tissu entre les crocs d'Irumi. Hanaë claqua des doigts et fusilla le Grahyena du regard. Il grogna mais rapporta l'objet à sa dresseuse avant de s'approcher à pas de loup de la nouvelle arrivante. À peine eût-il le temps de la renifler qu'il redressa les oreilles. Oui. La même voix irritante – si on veut – venait également de percer les tympans de la Mentali. Sircus. L'expression de la coordinatrice se renfrogna quelque peu alors que l'autre abruti semblait tout aussi perdu. Alors ça y est, les voilà en train de batailler si ardemment qu'ils devront aussi se partager les relations ? Hanaë jura par les sept cercles infernaux à voix basse tandis qu'elle s'efforça de ne pas se jeter au coup du Noctali, non pas pour le papouiller mais plutôt pour lui arracher la carotide.

– Tiens donc, un Don Juan de Cochignon.

Peut-être aurait-elle dû se retenir, pour le coup. Quoiqu'il s'agissait là d'une référence assez personnelle, seul lui sera réellement outré par cette remarque. Hanaë nota néanmoins qu'Alex et Sirius avaient l'air de se connaître un minimum, ou du moins assez pour avoir échangé leurs numéros. Et si ce Noctabruti comptait faire comme tous les autres idiots de son dortoir, à savoir partir à la chasse à la donzelle (et se ramasser lamentablement) ? Alex savait-elle au moins que ce Sircus n'était pas un bon parti ? Enfin... c'est relatif. Aux yeux de la rouge, ce type était le pire de tous.

– Je ne savais pas qu'un rendez-vous avait lieu ici, tiens.

_________________



Personnage le plus exécrable
Alex J. Lovell
Alex J. Lovell
Région d'origine : Kanto
Âge : 18 ans
Niveau : 29
Jetons : 245
Points d'Expériences : 571
Pokeathlète Coach
Sujet: Re: nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.   Lun 15 Aoû - 13:56
on se tourne, tourne, tourne autour

« Ne m'en parle pas. Si ce n'était pas nécessaire, je serais plutôt en train de me baigner dans les larmes de mes rivaux, tu me connais. »

Voilà qui ressemblait déjà plus à la Mentali. Mais Hanaë suivait le parcours des Performers, et les baies représentaient un atout essentiel pour ces derniers ; c'était finalement évident que la rousse devait y dédier une partie de son temps, qu'elle le veuille ou non. Elle répondit par un espèce de « Oui, haha... » tout en se demandant comment elle allait bien poursuivre cette conversation — tandis que, heureusement, Hanaë focalisait son attention sur son grahyena. Remis à sa place, ce dernier décida alors de venir renifler Alex, qui le laissa faire prudemment ; quant Sirius fit son entrée, ayant visiblement trouvé sa rouquine le premier. Elle se retourna immédiatement avec un grand sourire en entendant sa voix, commençant déjà des présentations enthousiastes :

« Ah, Sirius ! Je te présente-- »

Avant de s'interrompre en réalisant qu'ils semblaient déjà se connaître. Et qu'ils se comportaient bizarrement l'un avec l'autre. À la réflexion, ils étaient tous les deux Performers, c'était donc assez logique. Mais Sirius semblait confus. Hanaë, quant à elle, l'affubla d'un de ses sobriquets piquants, point qu'Alex releva à peine vu le caractère de la Mentali ; en revanche, elle tiqua sur le Don Juan, ne sachant pas s'il s'agissait là d'une mention complice ou moqueuse. Il s'était passé quoi, entre eux ? La Givrali lança un regard inquisiteur à son meilleur ami, un peu perdue, presque inquiète. Mais inquiète de quoi, au juste ? Elle n'était pas sûre. Mais d'une certaine façon, l'idée de les imaginer proches et complices la dérangeait. Son beau Sirius, avec sa belle Hanaë...

« Je ne savais pas qu'un rendez-vous avait lieu ici, tiens. »

Alex sursauta, embarrassée, sans trop savoir quoi répondre. Son imagination cavalait comme un galopa, échappant totalement à son contrôle, comblant arbitrairement les données manquantes par ses propres suggestions. Et si, et si ? Voilà que maintenant, Hanaë parlait de rendez-vous, et d'un ton peu engageant. Est-ce qu'Alex empiétait sur ses plate-bandes ?

Alex avait bien flairé le malentendu ; elle n'avait juste pas compris à quel niveau il se situait réellement.

Alors elle s'enfonça.

« Ah, euh, c'est rien, rien du tout. Haha. Je venais juste parler à Sirius des vacances, du chalet, tout ça. »

T'es vraiment trop douée Alex. T'étais en train de rassurer ton crush (que tu ne reconnaissais toujours pas comme tel) sur le fait que t'étais pas en train de lui piquer son potentiel copain (qui se trouvait juste être la personne qu'elle supportait le moins au monde, et réciproquement, mais aussi ton meilleur ami), en lui expliquant que « c'était rien, vous preniez juste un chalet ensemble pour Noël ». Non seulement tu faisais l'inverse de ce que tu essayais de faire, mais en plus tu essayais de marquer contre ton camp, juste parce que t'étais fichue d'admettre que tu aurais préféré qu'Hanaë te regarde toi. T'avais faux sur toute la ligne, à plus d'un niveau, et tu ne remarquais même pas que tu étais en train de creuser ta propre tombe.

« Alors comme ça vous vous connaissez bien ? » demanda-t-elle l'air de rien, dans un espoir mal maîtrisé de relancer la conversation.

Puis elle ajouta à l'intention d'Hanaë, en désignant Sirius, des fois que c'était pas assez clair :

« C'est un ami. »

Sans réaliser qu'Hanaë avait en vérité de grandes chances d'interpréter cette insistance dans le sens opposé, à savoir qu'Alex aurait des vues sur Sirius. Quant à Sirius, rien de tout cela ne l'aidait à faire la lumière sur la relation que son amie entretenait avec sa pire ennemie — à part peut-être qu'elle semblait intimidée par la Coordinatrice ? De là à en conclure qu'elle avait peur d'elle, il n'y avait qu'un pas. Surtout vue l'image que Sirius se faisait d'Hanaë.

Bref, c'était le genre de situation où l'on avait juste envie de répondre :

« C'est compliqué. »

17 décembre 2015

_________________
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.   
nos voix qui s'écharpent dans ce qui les opposent.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :