Connexion
Pokemon Community :: Reste du monde :: Les Sorties Captures :: Anciennes Sorties

Pokemon adala community

Tu abandonnerais ce pauvre locataire démuni à son déménagement, en « empruntant » sa camionnette en plus… ? Je ne te pensais pas voleur, Josh.
en savoir plus ?
Cha-charmant… normalement c’est en mission avec Josh que je frôle la mort, pas en rentrant chez les Phyllalis.
en savoir plus ?
Je vais chuter, encore, et ça sera long, et ça sera douloureux, et t'auras pas envie d'être là. Parce que toi, tu as Aoi mais moi j'ai quoi maintenant que Maya est partie, dis-moi ?
en savoir plus ?
Ce n'est pas le parc que je souhaite anéantir...
en savoir plus ?
Mademoiselle Alézar, Pecheresse Caroline ! Où êtes-vous ?
en savoir plus ?
La triche sera permise évidemment.
en savoir plus ?
Q…. Quéééééééééééééé ?!
en savoir plus ?
-60%
Le deal à ne pas rater :
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
15.99 € 39.99 €
Voir le deal

Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Menhirs et Confessions
Nous avons enfin le droit de partir ! Enfin le droit de s’échapper quelques jours de l’Île Touga. Enfin le droit de prendre du recule sur les derniers évènements des ces vacances. C’est tout naturellement que nous avons décidé, avec Alban, de partir tous les deux. Entre hommes. Entre meilleurs amis. Loin de toutes nos attaches familiales, amicales, amoureuses. Loin de nos problèmes de la vie quotidienne, loin de l’Académie. Nous en avons bien besoin, c’est certain. C’est moi qui ai choisi notre destination. C’est une surprise pour Alban, je sais qu’il ne vit pas quelque chose de facile en ce moment alors j’ai fais de mon mieux pour préparer notre voyage, réserver nos couchages et, surtout, garder la surprise de notre destination. A vrai dire, il n’a pas beaucoup cherché à savoir où nous partions, il a l’air éteint ces temps-ci. Il est donc naturellement de mon devoir de parvenir à lui remonter le moral. Un petit sourire se dessine sur mon visage. Nous sommes le premier week-end d’août, j’ai quatorze ans depuis une semaine. Je n’ai pourtant pas l’impression d’avoir changé… J’ai l’esprit plus tranquille depuis que j’ai vu mes parents. La Terreur est bien là mais je n’ai plus l’impression d’avancer dans le noir, à tâtons, non, au contraire, j’ai l’impression d’avoir trouvé la lumière qui me permet d’avancer. Cette lumière, ce n’est pas Léo, même si son aura semblait me faire éprouver la même chose. Cette lumière, je l’ai trouvé moi-même, à force de méditation et de travail. Et ça, je ne peux qu’en être fier.

Je finis de parer mon sac à dos. J’ai prévenu Alban de ne pas trop se charger et de privilégié les sac à dos pour ne pas s’encombrer de valises. Je vérifie que toute mon équipe est bien en sécurité, toutes mes Pokéballs sont bien là. Phy repose sur mon épaule alors qu’Invy reste à sa place habituelle. Je sais que Vivaldy m’attends dehors alors que Frey, Genesy, Maky et Marley restent bien au chaud dans leur sphère. Je me tourne vers Alban qui finissait également ses affaires dans la chambre que nous partageons.

“_ Prêt pour une nouvelle aventure, Alban ?”

J’essaie de lui adresser un sourire encouragent, mais il semble être un peu à côté de la plaque. Je place mon sac sur mes épaules (et mon Abra au dessus) avant de m’approcher de mon meilleur ami pour lui donner un tape amicale sur l’épaule.

“_ Allons-y ! Tu vas voir, je suis sûr que ça va te plaire !”

A vrai dire, j’ai pris une éternité pour trouver quelqu’un qui accepte de nous emmener jusqu’à notre destination. C’est un endroit reculé, malgré son bord de mer il est impossible d’y accéder par l’océan. Kalos est en général desservis par les airs mais Touga ne propose pas de transport aérien. Nous voilà donc à embarquer dans un bateau à moteur exiguë en direction de Relifac-le-Haut. Les habitants tentent tant bien que mal de mener des conversations banales. Nous sommes une petite dizaine sur le bateau et chacun y va de sa petite blague. Ils ont l’air de tous se connaître et finissent peu à peu par nous mettre à l’écart. Ce n’est pas comme si nous faisions un effort. Malgré la distance à parcourir, les kilomètres sont vite engloutis et nous nous amarrons à Relifac-le-Haut en début d’après-midi. Nous débarquons à même la plage, j’ai l’impression qu’il fait un véritable froid de canard ! Un mois à vivre dans la chaleur envahissante de Touga m’a fait oublié à quel point on pouvait ressentir le froid… Je revêts donc un petit gilet histoire de ne pas attraper froid dès le début du voyage. Je me tourne ensuite vers Alban pour lui expliquer la suite de l’aventure.

“_ Nous n’allons pas nous éterniser à Relifac-le-Haut ! Je te propose de manger puis j’ai loué des vélos pour la suite de notre aventure !”

Embarqué par mon engouement habituel je pars devant mon meilleur ami jusqu’à une petite boutique de sandwiches. Nous commandons rapidement avant de nous attabler et de dévorer notre repas. Je sens bien qu’Alban n’est pas tout à fait avec moi. Déjà qu’en général il est pas bavard… mais là.. c’est une tombe vivante. Mais… je préfère largement arriver à notre destination finale avant d’aborder ce qui pourrait le tracasser. Même si j’ai ma petite idée à ce sujet. Et cela me serre le coeur. Cette impression douloureuse de voir son meilleur ami se perdre sur un terrain glissant. De le voir glisser si loin qu’il m’est impossible d’arriver à le rattraper. Ni même de comprendre comment il est arrivé si loin de moi. Je me sens le pire meilleur ami du monde. Cette douloureuse impression de ne pas avoir été là aux moments où je me devais d’être justement à mon poste. Je baisse les yeux sur mon sandwich au jambon de pays. J’engloutis la fin avant de me lever en silence pour jeter mes déchets.
Ces vacances sont justement là pour te rattraper Aaron. Mouais. J’aimerais pouvoir y croire moi-même. Je me force tout de même à avoir l’air plus enjoué et, lorsque qu’Alban a fini son propre repas, de le tire par la manche jusqu’au loueur de vélos qui a justement préparé nos deux montures. Je le remercie fortement avant d’enfourcher ma bicyclette.

“_ C’est parti !”

Je pédale donc en direction du nord. Des paysages d’un vert éclatant défilent sous nos yeux. Après tout ce jaune orangé de l’île de Touga, nous voilà dans les tons verts et bleutés. J’ai l’impression d’avoir totalement changé ma vision du monde, c’est à la fois agréable et surprenant. Comme si je découvrais le monde pour la première fois. Comme si c’était la première fois que j’ouvrais les yeux. Nous ne sommes pas les seuls à avoir emprunter un vélo sous ce ciel entièrement gris. Nous croisons divers cyclistes, des touristes, comme nous, aux professionnels, venant profiter du plat de l’océan et des côtes proches des montagnes. Nous suivons les petites routes de terre sans rencontrer de difficultés malgré la légère montée. Bientôt, le village de Cromlac’h fait son apparition devant nos yeux. Je ne peux m’empêcher de sourire. D’écouter le lointain fracas des vagues contre les rochers. D'apercevoir les menhirs au loin, qui font la renommée de la ville. Rayonnant, je me tourne vers le Voltali.

“_ Nous sommes arrivés ! Viens, je vais te montrer où on va dormir !”

Nous pédalons à travers les petites rues de pierre. Cromlac’h est un minuscule village perdu entre terre et mer. Ici, tout est verdoyant, le temps est souvent maussade mais le vent est vivifiant. Cette destination me paraissait parfaite pour retrouver la paix, pour pouvoir parler sans retenue ni oreille indiscrète. Les légendes qui tournent autour de ces pierres levées sont nombreuses, j’ai hâte d’en découvrir plus à leur sujet. Nous arrivons devant le camping où j’ai réservé un bungalow pour deux personnes.

“_ Bonjour madame ! J’ai réservé un bungalow pour deux au nom de Migthley !”

La bonne femme regarde sa liste jusqu’à trouver mon nom et me répond :

“_ Bonjour messieurs ! En effet, il ne nous restait que celui-là ! Vous savez, cette nuit est une nuit spéciale pour tout le village, elle attire aussi quelques touristes. Nous allons passer la nuit prochaine à la belle étoile pour communier avec les Pokémons. De nombreuses espèces sont attirées par nos Menhirs, cela nous donne l’occasion d’en apprendre plus sur eux. Le temps d’une nuit, nous partageons des expériences formidables avec les Pokémon sauvages. Certains d’entre eux préfèrent, parfois, rester avec nous ! Votre chalet se situe tout au fond, derrière les grands pins là-bas ! Installez-vous bien et n’hésitez pas à revenir me voir si vous avez la moindre question ! D’ici quelques heures, je vous conseil de vous rendre au cercle de Menhirs pour ne pas rater le début de cette magnifique cérémonie ! Amusez-vous bien en attendant !”

Sur ce long monologue, elle nous adresse un grand sourire en nous désignant du doigt notre maison pour la nuit à venir. Même si nous allons la passer dehors. J’avais bien évidemment prévu cet évènement, espérant dérider Alban avec cette cérémonie authentique.

Cet endroit me rappel mon dortoir et je suis pris d’une légère nostalgie… Touga est magnifique. Mais Lansat reste mon nouveau chez moi. La vie en communauté des Phyllalis me manque un peu. Même si, vivre en Collaction avec ses amis, c’est génial aussi ! Bah ! Allez Aaron, profite donc de ces moments trop rares que tu as en tête-à-tête avec ton meilleur ami. Je pousse la porte du chalet et nous découvrons notre petit nid douillet. C’est loin d’être le grand luxe mais ça sera parfait. Deux lits séparés, une table et quatre chaises, un tapis moelleux et une immense baignoire. Il y a déjà de quoi faire ! Je dépose mes affaires et autorise mes Pokémons à aller découvrir les environs. Une seule règle, qu’ils rentrent avant le début de la nuit. Quant à moi, je vais m’occuper au mieux de mon petit Alban qui semble pouvoir se briser au moindre coup de vent. Je le prends par l’épaule et l'amène à l’extérieur.

“_ Que dirais-tu de faire un tour du village avant la tombée de la nuit ?”


Sans lui laisse réellement le choix, je nous dirige vers la sortie du camping et vers la rue commerçante du village. Beh quoi ? C’est bien là que tout a vraiment commencé entre nous !
Aaron S. Mightley


Aide Modération :

Cette Sortie Capture se déroule entre Aaron S. Mightley et Alban Abernaty, ils sont à Cromlac'h entre les Routes 10 , 11 et la Grotte Miroitante .
Je possède 28 Pokéballs et 9 Superballs

Merci ♥



HAIL NOCTA
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach



Menhirs et confessions
Alban Abernaty & Aaron S. Mightley

Cela faisait presque une semaine qu’il était rentré. Presque une semaine qu’il avait ignoré Maxine et Alex pour aller s’enfermer dans sa chambre et ne plus y bouger. Il ne savait même pas si elles étaient encore sur Touga, à vrai dire. Seul Aaron avait pu le voir vu qu’ils partageaient la même chambre. Seul Aaron avait pu remarquer sa détresse, et l’entendre toutes les nuits se tourner et se retourner dans son lit, trop tourmenté pour trouver le sommeil. Il avait l’impression d’être au fond du gouffre, maintenant. Pire, il avait l’impression de ne même plus savoir comment faire pour en remonter. Il avait pourtant eu des hauts et des bas, tout au long de sa vie. Mais ce qu’il avait vécu à Rhode risquait d’être ce traumatisme qu’il ne pourrait jamais surmonter. Celui qui ne s’était pas contenté de détruire ses rêves, comme lors de son fameux accident avec Cirrus. Mais celui qui déchirait tout ; son avenir professionnel, sa morale, sa foi en l’humanité… Le regard vide, Alban siffla ses Pokémon. Assis à l’ombre d’un arbre, en bordure du désert de Touga, le jeune Coach essayait de tenir tant bien que mal ses entraînements quotidiens. Avant de finir sa Mission, il avait accepté de prendre deux nouveaux pensionnaires dans ses rangs. S’il avait su la façon dont s’achèverait son excursion à Pyrite, il n’aurait jamais tenu à prendre Sphax et Baron en entraînement. Car en était-il réellement capable ? Cette dernière année avait prouvé que oui… avant que quatre jours dans sa vie ne viennent remettre en doute tout ce qu’il avait réussi à bâtir pierres par pierres. Il avait néanmoins accepté de prendre en Coaching Armstrong, le Machopeur d'un élève de son dortoir avec qui il n’avait jamais encore parlé. Pour un premier Coaching, on pouvait dire que Kira ne tomberait pas sur son meilleur… Mais, ayant déjà Baron et Sphax, Alban n’avait pas eu le cœur à refuser la demande de son camarade Voltali, qui avait l’air d’avoir envie de se débarrasser momentanément de son starter. Au fond, il s’était dit que peut-être cela le motiverait-il à reprendre confiance en lui. A tout donner pour livrer des séances d’entraînement de qualité, comme il l’avait toujours fait.

Le châtain soupira. Sur son calepin, des dizaines et des dizaines de programmes d’entraînement s’étalaient sur plusieurs pages. Avant de partir en Mission, Alban avait profité de son regain d’inspiration lors de sa séance de Coaching précédente pour expérimenter l’entraînement à partir de sports d’équipes. C’était sur ça qu’il comptait, pour occuper Sphax, Armstrong et Baron. De toute façon, il n’était actuellement plus capable d’improviser quelque chose. Son inspiration semblait s’être envolée, de même que ses rêves de réussite de la Mission PALLADIUM.

Un échec. Voilà ce que son voyage à Rhode était.

Devant lui néanmoins, ses Pokémon essayaient de faire de leur mieux pour entraîner les trois nouveaux pensionnaires. De son côté, Alban ne voulait plus faire grand-chose. Il dispensait ses ordres avec un ton blasé au possible. Il était lent à réagir lorsqu’on faisait une bêtise. Il donnait ses conseils sans grande conviction. Une chose que Sphax, l’Absol chromatique d’Aileen Sôma, n’avait pas tardé à remarquer. Mais, malgré son caractère de base, Sphax souhaitait sûrement donner à Alban un peu de temps pour se reprendre. Il lui aurait sans doute fait comprendre qu’il fallait qu’il se ressaisisse si Alban y avait vraiment mis de la mauvaise foi. Mais, semblant comprendre qu’il avait une épreuve à surmonter seul, l’Absol se contentait de la situation actuelle. Nul doute qu’il réagirait si son Coach se mettait à traîner trop longtemps sa mélancolie. Mais en attendant, et après deux jours d’entraînement à peine, il pouvait supporter. Surtout que les Pokémon d’Alban appliquaient à la lettre les programmes de leur dresseur pour livrer une performance de Coaching toujours aussi satisfaisante.

Hélios était le seul Pokémon d’Alban capable de lire de longs textes. Assis sur un cahier, il communiquait les ordres à Auster, qui les aboyait aux autres pour les motiver. Le début de l’entraînement avait été légèrement chaotique ; si Sphax et Baron se montraient relativement obéissants, Armstrong aimait n’en faire qu’à sa tête, soulevant tout ce qu’il trouvait au passage pour faire de la gonflette. Un écart qu’Auster n’avait pas accepté très longtemps. Actuellement néanmoins, les Pokémon s’adonnaient à une gigantesque course d’obstacle, préparée avec soins par Aura, Hélios, Auster, Mistral et Zéphyr. Courir dans le sable n’était vraiment pas aisé. Surtout lorsqu’autour de ses pattes ou chevilles, on avait des poids de plusieurs kilos. Mais Auster n’était pas aussi tendre qu’Alban quand il s’agissait de gérer l’entraînement. Spartiate et impitoyable, il avait demandé à tous les autres Pokémon de l’équipe d’Alban d’être ces Pokémon « gêneurs » qui iraient assaillir les pauvres coachés. Il y avait des attaques qui pleuvaient de partout. Des parades qui se montaient à l’instinct. Des coureurs qui esquivaient in extremis les assauts opposants. Le tout sur fond d’aboiements tyranniques d’Auster. « Faites comme vous voulez », avait dit Alban. Alors le Noctali allait faire comme il le souhaitait.

Au bout de deux bonnes heures d’entraînement, d’étirements et de ravitaillement - c’était important, après tout -, Alban siffla la fin de la séance. Caressant d’un air absent Auster pour le remercier, il se dirigea vers sa hutte pour rejoindre Aaron.

Aujourd’hui, Aaron et lui devaient partir pour un petit voyage entre meilleurs amis. Une nouvelle qui l’avait réjoui quand il l’avait appris, avant sa Mission, mais qui à présent parvenait à peine à lui remonter le moral. Dans son état actuel, Alban ne voulait pas plomber l’ambiance. Aaron avait travaillé si fort pour lui faire la surprise du voyage, et lui se sentait coupable de ne pas pouvoir en profiter pleinement. Un moment, il avait songé à proposer à Aaron d’y amener quelqu’un d’autre, mais… il n’avait finalement pas eu le cœur à refuser lorsque son meilleur ami s’était mis à sourire comme un enfant à qui on annonçait que Noël était avancé.

Rentrant dans sa hutte, Alban regarda machinalement du côté de la chambre des filles. Comme d’ordinaire, il ne voyait ni n’entendait Alex ou Maxine. Peut-être n’étaient-elles plus là, après tout. Quoique. Ce n’était pas comme si ça allait changer quelque chose, pour lui. Haussant donc les épaules, Alban pénétra dans sa chambre et attrapa le sac à dos qu’il avait préparé pour le voyage. Il en profita pour rappeler tous ses Pokémon, à l’exception de Zéphyr, Auster et Sphax. Les deux premiers car il avait besoin de sentir leur présence près de lui, et le dernier car il n’aurait pas supporté d’être dans une Pokéball. Soit. Alban se sentait déjà coupable de ne pas pouvoir s’occuper de l’Absol comme il le fallait. Il n’allait pas en plus l’obliger à faire quelque chose qu’il ne souhaitait pas… Fourrant donc son Polaroïd dans son sac à dos, le Voltali cocha le dernier item de sa liste d’objets à prendre. Il était paré pour partir. Ce qui tombait bien, puisqu’Aaron avait également fini, de son côté.

Une tape amicale le fit sursauter. Hein ? Que ? Quoi ? Alban se tourna vers Aaron, qui était en train de lui sourire. Perdu dans ses pensées comme il l’était, il n’avait même pas entendu sa première question. Ni entendu qu’il s’était approché de lui. Un peu décontenancé malgré son visage toujours aussi inexpressif, Alban hocha la tête lentement.

- Oui, ce sera sûrement cool, dit-il, sans grande conviction.

Ce n’était pas faute d’essayer d’être agréable, pourtant. Passant donc son sac à dos sur son épaule, Alban essaya d’éviter le regard du Phyllali. C’était inacceptable de sa part sachant qu’Aaron avait été un des premiers à lui souhaiter son propre anniversaire, mais… compte tenu de la situation à Rhode, Alban n’avait même pas pu trouver un moment pour lui souhaiter son anniversaire le jour J. Il l’avait fait de vive voix à son retour, avec deux jours de retard, mais ce n’était quand même pas suffisant… Il espérait se rattraper ce week-end, avec ce cadeau qui était caché dans le fond de son sac à dos. Cadeau qu’il n’avait pas eu l’occasion de lui offrir, d’ailleurs. Ah… Heureusement qu’il avait préparé ça avant de partir à Rhode. Sinon, son état ne lui aurait pas permis de trouver quelque chose de pareil.

Ils sortirent tous deux de leur hutte pour rejoindre le port de Touga. Ce chemin, Alban l’avait fait en sens inverse il y avait à peine quelques jours. Néanmoins, être avec Aaron lui mettait du baume au cœur. Il avait beau ne pas le montrer, Alban était sensible à tous les efforts que son meilleur ami faisait pour lui. Cette sortie lui ferait du bien. Ou en tout cas, rien ne pourrait être pire que de rester seul dans sa hutte.

La traversée se déroula sans encombre. Entassés dans un petit bateau à moteur, ils passèrent néanmoins un bon moment. Alban avait l’impression que loin des grands ferrys, il se sentait revivre. Ils étaient si proches de l’eau que son âme de touriste passionné vibrait face à toutes ces couleurs  et tous ces sons. De leurs côtés, ils bavardèrent modestement. Alban sentait qu’il se devait de faire un effort. Pour Aaron. Pour lui. Alors, il répondit au rouquin avec un peu plus d’entrain. Un tout petit peu plus, tout du moins…

***

Ils arrivèrent quelques heures plus tard à Relifac-le-Haut. Prévoyant, Alban enfila immédiatement un imperméable. Loin de la chaleur caniculaire de Touga, il avait l’impression qu’il était dans le grand Nord, ici. Qu’importe ! C’était la première fois qu’il voyait Relifac-le-Haut, et il regarda avec curiosité ce paysage qui lui était si étranger. La montagne… il ne l’avait pas souvent vue avant d’arriver sur Lansat, malheureusement. Et pourtant, elle paraissait si immense. La vue devait certainement être imprenable de là-haut, mais jamais il n’aurait le courage d’entamer une ascension. Après tout, avec son corps encore faible, mieux valait ne pas tenter le diable. Il hocha néanmoins docilement la tête lorsqu’Aaron lui présenta le programme du jour. Pas de visites ici, ce n’était pas là qu’il avait prévu leurs vacances. Mais où, dans ce cas ? Alban avait bien compris qu’il s’agissait d’une ville de Kalos, mais en dehors…

- D’accord.

Une réponse simple et concise, comme à son habitude. Allons Alban, tu pouvais faire mieux, non ? Derrière lui, Auster soupira d’exaspération. Toujours aussi inexpressif, Alban suivit son meilleur ami. Ce dernier parvint néanmoins à piquer sa curiosité quand il s’arrêta devant la devanture de la boutique de sandwiches. Ils étaient à Kalos. Quelles étaient les spécialités, ici ? Il n’allait pas se contenter d’un simple sandwiche qu’il pourrait manger partout. Progressivement, ses vieilles habitudes lui reprenaient. Saisissant son iPok, il fit rapidement une recherche internet et se décida - enfin - à commander un sandwiche aux gésiers de canard. Aaron, de son côté, n’avait pas tant fait le difficile. Ensemble, ils allèrent s’installer et Alban grignota son sandwiche sans trop parler. Ce n’était pas qu’il n’en avait pas envie. C’était juste qu’il… ne savait pas quoi dire ? Face à son meilleur ami, il avait toujours pourtant été plus bavard qu’avec d’autres. Mais d’habitude, Aaron parvenait à instaurer un rythme et à lancer les conversations. Là… Avec sa tête d’enterrement et le froid qu’il dégageait, Alban était certain que même le Phyllali ne parviendrait pas à rattraper le coup seul. Il fallait vraiment qu’il fasse un effort… Mais à peine eut il le temps d’y penser que son meilleur ami s’était déjà levé pour aller jeter l’emballage de son sandwiche. Tant pis. Une prochaine fois.

Engloutissant ce qu’il lui restait de pain, Alban se leva lorsqu’Aaron vint le tirer par la manche. Ensemble, ils se rendirent à la boutique de location de vélo, et le Coach sentit ses yeux se remettre doucement à pétiller. Du vélo ! Cela faisait presque trois ans qu’il n’en avait plus du tout fait. C’était un peu comme un vieux rêve de gosse qui ressurgissait. Mais y arriverait-il avec sa jambe ? Un peu anxieux, Alban sentit Zéphyr lui caresser doucement la joue avec son aile. Rien ne l’empêchait d’essayer, non ? Au pire, il pourrait très bien continuer à pieds au besoin. Esquissant donc un sourire tandis qu’il posait sa main sur la selle, Alban se tourna vers Aaron.

- C’est parti, oui.

Le premier sourire sincère depuis qu’ils avaient quitté Touga.

Montant sur son vélo, Alban donna un premier coup de pédale. Il sentit aussitôt le vent venir lui fouetter le visage, et il se sentit incroyablement libre. C’était tellement agréable ! Intérieurement joyeux, le châtain en profita pour faire sortir Armstrong et Baron pour un entraînement improvisé. Ce serait uniquement du footing, mais lui étant à vélo, ils devraient forcément calquer leurs rythmes sur le sien. Sphax, déjà hors de sa Pokéball, se joignit donc à l’exercice et tous coururent derrière Alban.

Le paysage était vraiment magnifique. Loin du désert de Touga, les couleurs semblaient tellement plus vives. Trop concentré sur le panorama pour ressentir la douleur dans son genou, Alban finit par arriver aux abords de Cromlac’h. Curieusement, il regarda derrière lui. Wow. Ils avaient réellement monté tout ça ? Sans qu’il ne suffoque de douleur ? Revigoré par cette nouvelle, le châtain fut surpris lorsqu’il vit les immenses menhirs devant eux. Ces énormes pierres brutes et grises avaient vraiment un charme exceptionnel. C’était si sauvage, si naturel, qu’Alban ne put s’empêcher d’en être ému. Loin de Rhode, de l’industrialisation et de l’horreur de sa Mission avec Orren, le châtain sentait qu’il pouvait revivre petit à petit.

Des étoiles plein les yeux, il eut un large sourire lorsqu’Aaron lui annonça qu’ils étaient arrivés. C’était donc là qu’Aaron voulait l’amener, n’est-ce pas ? Complètement satisfait de la surprise, Alban hocha la tête avec ferveur et pédala encore un peu pour rejoindre le village. Ils contournèrent rapidement des maisons puis parvinrent dans un camping. Toujours aussi dynamique, Aaron descendit de son vélo et alla s’enregistrer à l’accueil. Un peu plus en retrait, Alban observa les alentours. Cromlac’h était vraiment une très belle ville. Les habitants, très différents de ceux de Cimetronelle, semblaient néanmoins vivre tout aussi simplement. Une bonne odeur de viande grillée vint chatouiller ses narines, et Alban se promit d’aller faire un tour dans les échoppes du coin, pour le dîner.

Ses oreilles captèrent cependant un peu tard ce que la dame expliquait à Aaron. Hein ? Que ? Quoi ? Une nuit de partage avec les Pokémon ? Merde, il avait loupé de quoi ça parlait. Il faudrait qu’il demande à Aaron, plus tard. Mais si c’était bel et bien un événement touristique, il fallait absolument qu’il y assiste. Pressé de s’isoler avec Aaron pour enfin pouvoir lui demander ce qu’il avait manqué, Alban nota toutefois qu’ils devaient se rendre au cercle de menhirs pour plus tard. Une magnifique cérémonie ? Bordel, ça donnait vraiment trop envie !

Entrant dans le chalet qu’on leur avait attribué avec Aaron, Alban posa ses affaires et regarda l’intérieur avec un certain enthousiasme. C’était vraiment sympathique, comme endroit pour séjourner. Vraiment… Se tournant vers ses Pokémon, Alban leur autorisa à aller jouer ou s’entraîner dans les environs. Il appela Mistral, Auster et Zéphyr et leur recommanda de surveiller tous les autres. Puis, tiré par l’épaule par Aaron, il quitta le chalet pour un tour du village.

Avant tout ça, il fallait néanmoins qu’il règle quelque chose.

Attrapant Aaron par la main, le forçant à s’arrêter, le châtain le regarda droit dans les yeux.

- Un tour du village serait parfait mais… je voulais te dire quelque chose, avant tout ça.

Il déglutit avec difficulté.

- Merci… merci pour tout ce que tu as fait. Merci pour ce voyage. Merci d’avoir supporté mes silences et ma mauvaise humeur. Je ne sais pas trop ce que je ferai, sans mon meilleur ami. Merci d’être là, tout simplement. Je vais faire des efforts pour aller mieux, je te le promets.

Il souffla. Ce n’était pas si compliqué que ça, au final. Non ?

- Et ce soir… On fêtera ton anniversaire comme il se doit. Qu’en penses-tu ?

Un sourire se dessina sur ses lèvres. Encore une fois.

Encore une fois, ils allaient remonter la pente. Tous les deux. Ensemble.



Dernière édition par Alban Abernaty le Dim 25 Déc - 18:40, édité 1 fois
Sir Trouille
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
ETAPE 1 : Aaron

Voici les quatre Pokémon que tu peux rencontrer, choisis-en un dans ce lot ou celui de ton partenaire. Inutile de faire un post RP pour dire lequel tu sélectionnes.

[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 703[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 193[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 434[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 202

Vous possédez 28 PokéBalls, 9 SuperBalls.


ETAPE 1 : Alban

Voici les quatre Pokémon que tu peux rencontrer, choisis-en un dans ce lot ou celui de ton partenaire. Inutile de faire un post RP pour dire lequel tu sélectionnes.

[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 228[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 577[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 597[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 397

Vous possédez 5 PokéBalls.


[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 7z5c
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Menhirs et Confessions

Le voyage s’était, disons, déroulé. Alban n’est pas le mec le plus bavard de la Terre, ni même le plus expressif. Néanmoins, aujourd’hui, il bat des records. M’enfin, il est comme ça, c’est mon meilleur ami, j’imagine que je dois être là pour l’épauler. On a tous nos moments de faiblesse, moi le premier. Nous étions bien arrivés dans notre chalet après ce voyage motone. J’avais loué les vélos pour les quelques jours de vacances afin de pouvoir nous déplacer librement. Mais pour circuler dans le village, nous n’en aurons pas besoin. Montrant l’exemple, je détache le casque laissant cascader ma chevelure rousse. Je passe une main dans ma tignasse pour tenter de les remettre plus ou moins en ordre. Puis, je fais le tris dans mes affaires pour ne transporter que le nécessaire.

La nuit n’est pas encore tombée, nous avons un peu de temps avant le début de la cérémonie. C’est la raison pour laquelle je propose à Alban d’aller faire un tour dans le village. Peut-être trouverons-nous des spécialités qui raviront les désirs de tourisme du Voltali ? Qui sait ? Parce que là je vais avoir besoin d’un coup de main pour le faire remonter en selle. Alors que j’étais sur le point de passer la porte, la main d’Alban me retient. Il me dit être d’accord pour le village mais… un truc le chiffonne. Je le lit sur son visage bien avant qu’il ne me l’annonce. Il hésite un instant, déglutit.

Il me remercie, pour tout. Pour tout ce que j’ai fait.

Il est si franc. Ca lui ressemble tellement. Je sens les larmes me piquer les yeux. Et moi ? Je ferais quoi sans lui ? Je me fends d’un sourire, essayant de retenir une voix chevrotante.

“_ De rien Alban, les amis sont là pour ça. Je suis là pour ça. On va remonter la pente ensemble.”


Je lui attrape l’épaule dans un geste de réconfort. Oui, ensemble.

Pourtant, il n’avait pas fini. Non, il me rappel quelque chose que j’avais complètement oublié. Mon anniversaire. Je l’avais fêté avec ma famille, à Hoenn, loin de tous mes amis. Ne pensant même pas que mes amis s’en rappeleraient après. Maxine m’avait laissé un petit message qui m’avait fait chaud au coeur. J'acquiesce lentement de la tête. C’est d’accord. Puis, je profite du premier sourire que mon meilleur ami m’offre depuis le début de ce voyage.

Je le lui rend avant de l’emporter à l’extérieure. Après tout, si nous voulons profiter du village, il va falloir se bouger un peu. Nous traversons le camping côte à côte. Une multitude de tentes s’est installée dans les grandes prairies vertes. L’ambiance est à la fête. De nombreux feux sont disséminés à travers le camping. Bientôt, ils devront les éteindre pour ne laisser que la lumière de la pleine lune filtrer. Afin de laisser les Pokémon s'avancer sereinement vers le cercle de Menhirs qui trône au milieu de la zone.

Je suis sûr qu’Alban va apprécier le spectacle. Enfin, au fond de moi, je l’espère sincèrement. Nous arrivons à l’entrée du camping en croisant quelques touristes retardataires. Puis, nous pénétrons sur les pavés du village. Nos pas résonnent sur la pierre dans un rythme régulier. Le silence s’éternise entre nous alors que je me retourne le cerveau pour tenter de le briser. Cette petite balade tranquille à le don de me ramener presque un an auparavant. Dans cette fameuse Rue Commerçante. Avec les glaces Goût Lansat. Et cette boutique. Et ce… Non ! Tu es passé à autre chose Aaron. Surtout depuis les Hunger Games. Un goût amer me revient en bouche. Ca ne sert à rien de ressasser ce qui s’est passé dans l’arène. Ni d’attiser des différents qui n’ont plus lieu d’être. Allons de l’avant.

Nous passons devant une petite boutique où règne une ambiance chaleureuse. Un petit paravent annonce “Crêpes” , une spécialité de la région. Peut-être serons-nous plus loquace avec quelque chose de sucré à manger ? Après tout, depuis les sandwiches de ce midi, on ne s’est rien mis sous la dent ! Je propose donc à Alban de faire une halte pour commander deux crêpes. J’en prends une au chocolat tout en offrant celle de son choix à Alban. J’admire le savoir faire de la dame qui nous sert. Elle étale la pâte à crêpes avec dextérité sur une plaque chauffante puis, à peine quelques secondes après, elle la retourne, ajoute la garniture et la plie en trois pour finalement nous la servir dans une assiette en carton. Je souris largement, l’eau à la bouche ! Nous la remercions avant de reprendre notre chemin.

Les rues se font de plus en plus sombres. Il sera bientôt l’heure de faire demi-tour. Allez Aaron, lance-toi ! Brise ce silence qui vous pèse autant l’un que l’autre. Alors, je prends une grande inspiration entre deux bouchées pour tâter le terrain.

“_ Tu sais… j’ai remarqué. Tout ça.” Je fais un signe de la main pour englober un tout, sans vraiment savoir ce que j’enferme dedans. Max, son retour de mission, ses nuits blanches, ses entraînements ratés, son peu de conviction en tant que Coach. Des petites choses insignifiantes qui s’accumulent. Même sans y prêter attention il faudrait être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. “Tu… tu peux m’en parler Alban… si… si tu veux, évidemment.”

J’ai le regard fuyant. Je ne veux pas voir ce qui naît dans ses prunelles à ce moment. Parce que je fais aussi parti de ses soucis. Si Alex et moi ne l’avions pas abandonnés dans cette grotte en tête à tête avec Maxine, cette nuit-là, peut-être que tout irait mieux ? Je ne peux m’empêcher de repenser aux quelques souvenirs de la nuit mémorable passée avec Alex, du grand n’importe quoi. Mais je m’inquiète sincèrement pour mon meilleur ami.
Aaron S. Mightley


Info Modération :
Alban prendra le Nucléos et moi le Strassie ! Merci d'avance o/



HAIL NOCTA
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Sir Trouille
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
ETAPE 3 : Alban

Tu rencontres Nucléos caché ! A présent tu peux écrire un post RP décrivant ta confrontation avec ce Pokémon. Merci de préciser à la fin de ton post si tu souhaites [Lancer une PokéBall] [Mettre K.O le Pokémon sauvage] ou [Fuite du Pokémon sauvage] (rappel : les Pokémon que vous rencontrez ont le même niveau que vous. Donc considérez qu'ils ont appris les attaques correspondant à votre grade). Attention il s'agit du dernier Pokémon que tu pourras rencontrer lors de cette sortie capture.
Bon courage !
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 577
NB : Un Pokémon caché possède un potentiel particulier lui permettant d'apprendre naturellement une CT parmi celles compatibles avec lui.


ETAPE 3 : Aaron

Tu rencontres Strassie shiny ! A présent tu peux écrire un post RP décrivant ta confrontation avec ce Pokémon. Merci de préciser à la fin de ton post si tu souhaites [Lancer une PokéBall] [Mettre K.O le Pokémon sauvage] ou [Fuite du Pokémon sauvage] (rappel : les Pokémon que vous rencontrez ont le même niveau que vous. Donc considérez qu'ils ont appris les attaques correspondant à votre grade). Attention il s'agit du dernier Pokémon que tu pourras rencontrer lors de cette sortie capture.
Bon courage !
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 703
NB : Un Pokémon caché possède un potentiel particulier lui permettant d'apprendre naturellement une CT parmi celles compatibles avec lui.


[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 7z5c
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach



Menhirs et confessions
Alban Abernaty & Aaron S. Mightley

Cela faisait un bien fou, d’être franc de temps à autres. De se livrer totalement à ses meilleurs amis, sans avoir ces peurs triviales de déranger ou de mal faire. Aaron était de toute façon de ceux qui lui prêtaient toujours une oreille attentive. Il y avait eu des hauts et des bas dans leur relation, certes. Alban ne s’était pas toujours comporté de la meilleure des façons ; et il lui semblait d’ailleurs qu’il était toujours le seul à tout gâcher. Néanmoins, ils parvenaient à se relever et à reconstruire les fondements de leurs relations. A chaque fois. Et quoi qu’il arrive. Etait-ce à cela qu’on reconnaissait une amitié belle et forte ? Alban n’en savait rien, mais il chérissait plus que tout son amitié avec Aaron. Il lui fallait bien un petit rouquin enthousiaste dans sa vie, après tout.

Les deux garçons se regardèrent pendant un long moment. Il y avait dans cet échange muet, un silence lourd de significations. Alors, Aaron, les yeux brillants, lui assura qu’il était là pour ça. Et qu’ils remonteraient la pente tous les deux. Alban n’en avait pas douté une seule seconde, après tout ; le rouquin n’avait-il pas toujours été là pour lui, qu’importent les situations ? Une main se posa doucement sur son épaule, et Alban baissa légèrement la tête. Il n’avait jamais été du genre très expressif, ni très émotif. Mais la chaleur que lui transmettait son meilleur ami parvenait à faire fondre son cœur pris en glace. Depuis longtemps, il avait attendu ce genre de contact. Quelque chose qui pourrait chasser tous ses problèmes et doutes au loin. Et maintenant, voilà qu’il l’avait. Alors certes ; ses problèmes ne s’étaient pas envolés pour autant. Néanmoins, à défaut de se sentir bien, il se sentait mieux. Et c’était tout ce à quoi il pouvait aspirer pour le moment.

Aaron le guida jusqu’à l’extérieur, et Alban le suivit docilement, bien décidé à se montrer de meilleure humeur. Autour de leur petit chalet il y avait majoritairement des tentes, toiles colorées tendues sur des piquets de bois. Avec curiosité, le châtain regarda ce drôle de paysage qui s’étalait sous ses yeux. Il avait l’habitude des huttes, des maisons, des cabanes en hauteur construites sur des arbres… mais ça ? Il avait certes déjà vu des tentes et des zones de camping. Mais c’était très différent de ce qu’il connaissait de Hoenn. Intrigué par ce drôle de regroupement autour de ces menhirs caractéristiques de Cromlac’h, Alban essaya d’imprimer toutes ces images sur sa rétine. C’était des souvenirs qu’il n’oublierait pas. Ce voyage avec Aaron, ces décors atypiques et cette fête qui se préparait. Que n’aurait-il pas donné pour avoir un guide touristique dans la main, afin de connaître tout sur tout sur ce village reculé ? Se contentant néanmoins de marcher derrière Aaron, Alban observa avec un intérêt certain les allées pavées et les maisons. Le rouquin l’arrêta devant une boutique pour lui offrir une crêpe. Alban jeta son dévolu sur une au caramel beurre salé, un met de la région. Avec intérêt, il croqua dans la crêpe et se rendit compte qu’elle était très différente en goût de celles que Mama Odie faisait parfois à la cantine de l’académie. Remerciant son meilleur ami, le châtain dévora son encas, non sans avoir au préalable fait plein de Polaroïd de la confection et du résultat final, façon bloggueuse culinaire.

Le ciel déclina ensuite rapidement, et Aaron et Alban prirent le chemin du retour vers le cercle de menhirs. Totalement reposé après cet interlude, le jeune Coach décida de laisser ses Pokémon dans le chalet et de profiter pleinement du temps qu’il pouvait partager avec son meilleur ami. C’était cependant sans compter Aaron, qui décida de tout mettre à plat au moment où il s’y attendait le moins. Aoutch. Dur.

Restant silencieux face à la tentative du Phyllali de lui poser les questions qui lui brûlaient les lèvres, Alban baissa légèrement la tête. Evidemment qu’il savait qu’Aaron avait remarqué. Aaron remarquait toujours tout, après tout. Ce n’était pas pour rien qu’ils étaient meilleurs amis… Entortillant ses doigts entre eux, ne sachant trop que dire, le châtain se sentit étrangement mal. Il savait qu’il aurait pu en parler à Aaron depuis le départ. Que d’un côté, partager son fardeau lui aurait peut-être fait du bien. Mais c’était trop difficile d’en parler. Trop compliqué de mettre des mots sur les faits. Et, progressivement, Alban s’était renfermé dans ce qui lui semblait être une carapace protectrice. Devait-il se confier à Aaron, à présent qu’il était allé si loin dans son processus d’enfermement ? Son meilleur ami semblait le lui demander. D’un côté… Alban lui devait bien ça, non ?

Soupirant, le châtain passa une main dans ses cheveux. Puis, avec nervosité, il se lança.

- Je… Je sais que tu as remarqué, Aaron. Je te connais assez pour savoir quand tu as deviné quelque chose. C’était comme pour mon… genou. Je ne t’en ai jamais parlé mais dans ton regard, j’ai rapidement su que tu savais. Je ne l’ai jamais abordé plus tard, non pas parce que j’avais un manque de confiance en toi ou quoi que ce soit. Juste que… J’ai toujours un peu de mal à parler de ce genre de choses. De même qu’à me confier sur ce que je ressens, sur ce qui me fait du mal… Mais je vais essayer de trouver les mots pour t’expliquer, cette fois-ci.

A présent qu’il avait commencé, il serait difficile de l’arrêter.

- Alors allons-y. Je pense que tu l’as vu, mais je… j’ai une sorte de faible pour Maxine. Depuis quelques temps déjà. A vrai dire, je serai incapable de te dire quand tout ça a commencé. Le problème, c’est que je ne sais absolument pas m’y prendre et que j’enchaîne bourdes sur bourdes. Ça a commencé par une grosse dispute en début d’été. Puis on a arrêté de se parler pendant quelques semaines, jusqu’au camping dans la Grotte Luminescente où tout s’est arrangé. Puis ça allait beaucoup mieux, et on a de nouveau eu une prise de bec. Je pense que c’est de ma faute. Tu sais, elle voit ce Noctali, Andersen. C’est un type insupportable et il… flirte avec Max. Mais il m’a avoué indirectement que c’était juste pour m’embêter et qu’il n’en avait rien à faire d’elle. Sauf qu’elle n’a pas vraiment l’air de se rendre compte qu’il lui tourne autour. Et ça me rend dingue. Du coup on a eu une engueulade à ce propos, et elle m’a balancé des trucs assez durs. Mais dans les faits, c’était à cause de moi que tout a commencé, et je ne me suis pas montré particulièrement compréhensif. Enfin du coup… on en est là. On ne se parle plus, et je ne sais vraiment pas comment arranger les choses.

Il s’interrompit, légèrement assez essoufflé d’avoir vidé son sac ainsi. Il n’avait même pas mentionné sa Mission ratée chez PALLADIUM, ni le reste. Au final, c’était toujours vers Max que se tournaient ses pensées.



Dernière édition par Alban Abernaty le Dim 25 Déc - 18:41, édité 1 fois
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Menhirs et Confessions

Nous arrivons tranquillement à notre châlet lorsque je décide enfin de rompre ce silence pesant. Alban a des choses à me dire, ça c’est certain, c’est pour cette raison que je lui ai proposé ces quelques jours de vacances. Mais, va-t-il vouloir me les avouer ? A vrai dire, je n’ai jamais vu Alban aussi gêné. Il baisse la tête, montre sa gêne en jouant avec ses doigts… Cela me fait presque regretter la question que je viens de lui poser. Malheureusement, je ne peux pas revenir en arrière. Et c’est moi qui vais récolter les pots cassés s’il préfère fondre en larmes que me parler. En tout cas, c’est probablement ce que j’aurais fait, moi, si je partageais une situation similaire. Mais bon, je ne compte pas, je pleure pour tout et n’importe quoi. Finalement, après d’interminables secondes, mon meilleur ami relève la tête en passant une main dans ses cheveux. Il prend son inspiration et se lance.
Rarement j’ai vu un Alban aussi loquace. Il se rattrape de tout un voyage sans un mot.

Dans un premier temps, il esquive habilement le sujet. Il sait quand je sais tout. Je n’ose pas le couper, de peur qu’il ne s’arrête définitivement. Sinon je lui aurais probablement fait un petit sketch sur les meilleurs amis qui ne peuvent que se comprendre l’un l’autre. Je suis ramené à la réalité par le fait qu’il “va tout m’expliquer”. Je change de position afin de l’écouter du mieux possible. Ce n’est pas tout de savoir ce qui le tracasse. Le plus dur reste de réagir de la bonne manière après.

Il se lance donc, m’avouant d’abord qu’il a un faible pour Max. SANS DECONNER ? Je ne peux me retenir d’un petit sourire. Evidemment, on a tous remarqués, banane !
La suite est beaucoup moins hilarante. Il a l’impression d’enchaîner les conneries avec elle. Il m’avoue même qu’ils se sont engueulés le premier jour en arrivant sur Touga. Je ne peux m’empêcher de sentir la honte de gagner. Où étais-je ? J’étais déjà parti visiter les allées atypiques de la ville. Sans me préoccuper le moins du monde des autres. Quel égoïsme. Heureusement, j’ai l’impression de me rattraper un peu quand il me dit que le camping soigneusement organisé par Alex et moi les a rabiboché. Ce n’était peut-être pas une si mauvaise idée. Même si… ça n’a pas duré longtemps. Alban me parle d’un certain Andersen, oui, j’en ai déjà entendu parlé. Il est jaloux, ça se voit d’ici. En même temps, c’est normal. Surtout quand il m’avoue qu’Andersen ne fait que l'embêter en jouant avec Maxine. Ca, ça me rendrait furieux. Mais Alban semble plutôt au bord du gouffre. Et voilà, ils en sont là. A ne plus se parler. Et, pire encore, Alban semble vouloir être le seul fautif.

Un nouveau silence s’installe. Mais, cette fois-ci, c’est un choix de le laisser un peu durer. Puis, en toute amitié, je prends Alban dans mes bras. Parce que je sais que ce geste vaut toutes mes paroles. Il n’a pas besoins de mes remarques, ni de mes conseils. Il a besoin de soutien, de savoir que je suis là. Et c’est le cas. A ce moment, je ne pense à rien d’autres que son bien-être. Aucune arrière pensée, aucune magouille.

Il a choisi de ne parler que de Max, je sais que d’autres choses l’ont blessé. Mais celle-ci doit être la plus profonde. Celle qui prend le plus de temps à cicatriser. Je le sers un peu plus contre moi. On dirait un petit garçon dans les bras de son père, Alban me dépasse toujours d’une bonne tête. Puis, me décidant enfin à réagir.

“_ Maxine t’aime aussi, Alban.”

Je sais qu’il doute. Mais ça ne fait aucun doute. Alex me l’a confirmé. Evidemment que Max l’aime, sinon, elle ne l’aurait jamais pardonné la première fois. Je ne sais pas s’il a besoin de l’entendre. Peut-être qu’il aurait préféré s’en rendre compte lui même. Je ne sais pas. Mais c’était la seule chose que je pouvais lui dire sans lui jeter la pierre où le juger.

Nous sommes bientôt interrompus dans notre moment de proximité par la coupure de l’électricité. J’en avais presque oublié où nous étions ! Je me redresse et adresse un sourire au Voltali.

“_ Offre lui quelque chose, sans raison… Puis, dit-lui que tu l’aimes, parce que c’est le cas. Vous… vous allez continuer à vous faire du mal en vous tournant autour sans parler du sentiment profond qui vous anime, tous les deux.”

J’élargi mon sourire pour tenter de lui donner confiance. Je suis bien malin moi, mais je sais bien que je serais incapable de révéler mes sentiments à qui que ce soit. Il n’y a qu’à regarder la situation avec Léo. Mais… c’est différent. Lui, je sais qu’il ne n’aime pas. Il est avec Calliope. Je cligne des yeux pour revenir à la réalité. Il faut qu’on se dépêche, sinon, on va louper le début.

“_ Viens ! Il faut qu’on aille profiter de cette cérémonie !”

Je retourne dehors en prenant soin de laisser mes Pokémon au châlet. Il ne faudrait pas qu’ils fassent foirer ce moment. Alban est sur mes talons. Toutes les sources de lumière ont été coupées. Seuls quelques feux rougeoient à droite et à gauche. Tout le monde est dehors, répartis autour des pierres dressées. Nous trouvons un endroit calme, dans l’ombre d’un menhir. Je n’ai pas besoin d’expliquer à mon meilleur ami ce qu’il va se passer. Il va le découvrir par lui-même. Et ça sera bien plus beau.

Après quelques minutes de silence, la procession se mit en branle. Sous la lune blafarde, les Pokémon sauvages se mettent à s’approcher. Ni timides, ni gênés, ils s’approchent simplement des menhirs. Toutes espèces se mélangent et semblent fascinés par les pierres dressés. Finalement, après peu de temps, nous voilà entourés de dizaines et de dizaines de Pokémon. Je reste bouche bée face à cette oeuvre de la nature. Je prends des notes dans ma tête afin de me souvenir le plus longtemps de cet incroyable mystère. Je laisse échapper un “Waouh” alors qu’un Nucléos s’approche de nous. Il tourbillonne autour de la tête d’Alban avant de repartir un peu plus loin. Puis, un Strassie s’approche de moi. Ses couleurs sont étranges au clair de lune. Il vient se glisser sous ma main. Il est rigolo. Puis, il s’éloigne et s’en va rejoindre d’autres Strassie.

J’échange un regard fasciné avec Alban. Nous avons le droit de capturer un Pokémon si celui-ci est d’accord. Bien sûr, nous n’avons pas le droit d’intervenir dans la cérémonie. Nous ne pouvons aborder un Pokémon que si c’est lui qui fait le premier pas. Le Nucléos revient vers Alban et se met à lui tourner autour. Cela me fait glousser et je chuchote.

“_ Je crois que tu t’es fait un nouvel ami !”

Quant à moi, le Strassie revient sous ma main. Je lui souris. Il ne semble pas vouloir me quitter. Je crois que moi aussi je me suis fait un nouvel ami. Et, ses couleurs me semblent étranges. Peut-être pourrais-je l’étudier s’il revient avec moi ?
Je fouille dans mon sac jusqu’à en sortir une Superball. Je l’ouvre devant moi et propose au Strassie de se joindre à moi. Le Pokémon me regarde un instant, semblant hésiter.
Aaron S. Mightley


Info Modération :
Lancer une Superball sur le Strassie.
Alban ne tentera pas de capture Wink



HAIL NOCTA
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Sir Trouille
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 13080
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban CeOUB4f
-
-
0
0
13080
Sir Trouille
est un PNJs
ETAPE 4 : Aaron

Tadam ! Strassie Shiny est capturé ! Tu peux dès à présent écrire ton post de clôture, et rajouter les informations de ton nouveau compagnon sur ta T-Card ! Le choix du sexe, de la nature et du surnom sont entièrement libres. Merci d'avoir participé ! N'oublie pas d'indiquer [Terminé] dans le titre de ton topic après l'avoir conclu.
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 703

Il vous reste 28 Pokeballs et 8 Superballs.


[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban 7z5c
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach



Menhirs et confessions
Alban Abernaty & Aaron S. Mightley

Voilà qu’il avait vidé son sac. Voilà qu’il avait tout révélé à son meilleur ami. Même s’il était persuadé qu’Aaron savait déjà tout. Même s’il savait qu’au fond, ils n’avaient pas vraiment besoin de mots pour se comprendre. Mal à l’aise et à la fois soulagé, Alban regarda ses chaussures en piétinant maladroitement sur place. Il savait pertinemment que le rouquin n’allait pas le juger - après tout, ce n’était pas pour rien qu’ils étaient meilleurs amis - ; toutefois, il se sentait responsable. Responsable d’avoir fait du mal à Maxine. Responsable d’être à la fois raison et cause de leur situation actuelle. Les choses ne pourraient pas s’effacer d’un coup de pinceau magique. Mais qu’attendait-il du Phyllali, au juste ? Il n’avait pas réellement besoin de conseils ; de toute façon, la situation était désespérée. Ni même qu’on lui colle une baffe pour lui remettre les idées en place après les atrocités qu’il avait faites - il s’en passait aisément, merci pour lui -. Alors ? Il n’avait pas forcément besoin qu’on l’écoute non plus ; se confier lui avait fait du bien, certes, mais ce n’était pas la raison première pour laquelle il en avait parlé avec Aaron. Probablement devait-il dans ce cas penser qu’il le lui devait. Qu’au fond, Aaron avait bien le droit de savoir ces faits de sa propre bouche. Et que c’était quelque chose qui se faisait entre meilleurs amis, tout simplement. Parce qu’il était indéniable qu’Aaron était son meilleur ami. Pas le premier qu’il s’était fait en arrivant à l’académie. Pas forcément celui avec lequel il passait le plus de temps. Mais celui qui avait pris le plus d’importance, malgré l’adversité.

Dans les yeux verts du Chercheur Pokémon, Alban décela de la compassion. Sans chercher à l’interrompre, Aaron l’avait écouté. Il l’avait laissé s’ouvrir à lui. Et cette pensée était vraiment rassurante. Dans les faits, Alban ne savait pas vraiment si son meilleur ami l’avait compris ; après tout, il n’avait pas vécu la même chose que lui, et était peut-être trop éloigné de ce sentiment. Mais au moins l’avait-il accepté. Au moins ne le lui reprochait-il pas. En silence, les deux garçons se regardèrent. Puis, avec douceur, Aaron se pencha vers lui pour le prendre dans ses bras.

Une sensation chaleureuse vint prendre naissance auprès de son cœur pour se répandre dans le reste de sa poitrine. Ses oreilles se mirent à bourdonner, comme lorsqu’il avait envie de pleurer mais qu’il faisait tout pour se retenir. Ses yeux se brouillèrent, l’espace d’un clignement de paupière. Ses mains tremblantes finirent par étreindre également le rouquin. Une embrassade fraternelle. Sans aucune ambiguïté. Sans aucune gêne. Simplement… Une pure amitié entre deux garçons.

Ils restèrent quelques secondes comme ça dans les bras l’un de l’autre. Depuis un an qu’ils se connaissaient, ce n’était pas la première fois qu’ils se montraient de telles marques d’affection. Malgré le baiser qu’Aaron lui avait volé lors de cette fameuse sortie dans la Rue Commerçante, Alban avait cessé d’interpréter les gestes de son ami comme étant intéressés. Aaron n’était pas amoureux de lui. Le châtain le savait bien. Après tout, le Phyllali le lui avait fait comprendre. Alors pourquoi ne l’aurait-il pas cru ? Il ferma les yeux. C’était autre chose que de se retrouver dans les ailes de coton de Mistral. Une véritable étreinte humaine était bien différente… Puis, après cet instant fugace de complicité, les mots tintèrent comme des clochettes. « Maxine t’aime aussi, Alban. »

Il ravala un sanglot. Non, Maxine ne l’aimait pas. Oui, peut-être l’avait-elle aimé à une certaine période de leur scolarité. Il n’en savait rien, mais l’idée n’était pas impossible. Ce qui l’était actuellement, c’est qu’après tout ce qui s’était passé depuis le Nouvel An, elle ait pu conserver ce genre de sentiments. Même si elle avait eu un faible pour lui avant cette fête, Alban avait tout simplement tout tué dans l’œuf. Il avait tout gâché. Beaucoup trop de fois. Ce n’était pas possible qu’elle l’aime encore. Pas après tout ça.

Hochant la tête de gauche à droite, le regard dans le vague, Alban essaya de ne pas croiser celui d’Aaron. La coupure de courant intervint à point nommé. Dans l’obscurité, le châtain pu laisser s’échapper une larme qui roula le long de sa joue. Il n’avait pas envie de se montrer ainsi devant Aaron. Pas pour le voyage de son anniversaire... Léthargique, il écouta le murmure de son ami venu de quelque part devant lui, lui conseiller de lui offrir quelque chose et de lui dire qu’il l’aimait. Il lui dit qu’ils allaient continuer à se faire du mal. Mais s’il faisait ça… Alban risquait probablement de faire encore plus de mal.

- Je ne peux pas… J’aurais l’impression de l’acheter, ou de ne faire ça que pour me faire pardonner. Je… Cela ne fera que compliquer les choses encore plus.

Il ravala un nouveau sanglot. L’optimisme d’Aaron était douloureux, dans ce genre de situation. Mais Alban ne pouvait pas l’écouter sur ce conseil là. Le rouquin ne savait pas tout. Il n’était pas au courant de toutes les erreurs qu’Alban avait accumulées. S’il avait eu connaissance de toutes… Probablement ne dirait-il plus ça.

Après un court blanc gênant, Aaron regagna de sa joie de vivre et il appela Alban pour qu’ils aillent suivre la cérémonie. Essayant de se parer d’un sourire de circonstances - même s’ils ne se voyaient pas à cause de l’obscurité -, le Coach fit de son mieux pour mettre ses problèmes de côté. Ce soir, c’était la soirée d’Aaron. Il n’avait pas envie d’accaparer la conversation avec ses propres sujets. Suivant donc le rouquin, Alban quitta le chalet en laissant ses Pokémon se balader librement autour du village.

Ils trouvèrent rapidement un coin derrière un menhir. Sous la lueur trouble de la lune, les ombres s’allongeaient et se déformaient au rythme des rougeoiements des feux de joie. Le spectacle était à la fois beau et atypique. Subjugué par la scène, Alban se surpris même à battre la mesure des quelques musiques qui se répercutaient de part et d’autre de leur cercle. Avant que tout ne devienne silencieux lorsque les Pokémon sortirent des bois pour s’approcher d’eux.

En silence, Alban observa des Pokémon qu’il ne connaissait pas forcément s’avancer plus ou moins timidement vers les villageois. Une petite lueur flottante vint virevolter autour de sa tête, et le châtain reconnu un Nucleos. Le même que celui d’Alex. Puis, aussi rapidement, le Pokémon s’en alla visiter d’autres groupes. Avec curiosité, le Pokéathlète observa un Strassie aux couleurs anormales venir se loger sous la main d’Aaron pour une caresse. Ce dernier se fendit même d’un petit gloussement lorsque le Nucleos revint le voir.

- Je crois que toi aussi, plaisanta Alban tandis que le Strassie revenait jouer avec son meilleur ami.

Ils se sourirent en silence, tandis que les étoiles brillaient avec encore plus d’éclat au-dessus de leur tête. Ce spectacle était si apaisant. Si naturel… Si loin de leurs problèmes. Loin de Rhode. Loin de Maxine. Loin de tout…

S’allongeant dos contre l’herbe fraîche, Alban embrassa du regard le ciel étoilé. Puis, se redressant brusquement, il fouilla dans son sac tandis qu’une lumière rouge prenait naissance juste derrière-lui - Aaron venait-il de capturer quelque chose ? -. Se retournant, il tendit un paquet cadeau soigneusement enveloppé à son meilleur ami, un sourire d’excuse sur les lèvres.

- Tiens, au fait. Joyeux anniversaire, en retard…

Sous l’emballage brillant, un gros carnet épais avec de nombreux souvenirs communs collés façon scrapbooking sobre. Un petit papier avec des messages de tous les gamins qu’ils avaient gardé la première fois qu’ils avaient fait une Mission ensemble - et qu’il avait pu récupérer grâce à un gros travail de la part de Mistral et Zéphyr -. Une petite bague en fleur séchée que la fiancée d’un jour d’Aaron lui avait confectionné. Quelques cartes de visites des boutiques qu’ils avaient faites ensembles. Des petits clichés de leur Hunger Game. Des mini morceaux d’origamis des Sources thermales de son anniversaire… Plein de petites choses glanées çà et là, comme des petits trésors. Et avec, un mini Polaroïd tout comme le sien, pour créer encore plus d’autres souvenirs… Il espérait que ça lui ferait plaisir.

Silencieux pendant qu’Aaron prenait le paquet, Alban pencha la tête sur le côté.

- Hm ? Ton nouvel ami est reparti ?



Dernière édition par Alban Abernaty le Dim 25 Déc - 18:41, édité 1 fois
Nemo Kendhall
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t8470-574-nemo-kendhall-tu-seras-lecrou-de-mon-fabuleux-rouage-noctali#85815
Icon : [SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 37
Jetons : 6707
Points d'Expériences : 849
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
pokemon
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban K8dc
Kalos
15 ans
37
6707
849
Nemo Kendhall
est un Pokeathlète Novice
Menhirs et Confessions

Je suis resté silencieux à ses paroles. Moi qui voulais trouver des solutions viables pour mon meilleur ami, voilà qu’il les repousse une à une d’une revers de main. Je n’y suis pour rien mais ça me fait mal, là, dans ma poitrine. Alban semble avoir perdu tout espoir. Et je suis à court d’idée pour tenter de le remettre de plein pieds sur la route du bonheur. Me voilà contraint d’écarter le sujet pour le moment, aidé par cette coupure électrique qui signale le début d’une soirée inoubliable. Allez Alban, écartons tous ces problèmes le temps d’une soirée, laissons-nous porter par les chants enivrants et les Pokémons peu farouches lors de cette pleine lune. Je le tire par la manche pour l’emporter dehors. Nous nous joignons aux différents groupes de voyageurs tout en nous aménageant une petite place dans l’herbe.

Puis, les clameurs cessent, les derniers feux s’éteignent. La cérémonie commence. Petit à petit, les Pokémons s’approchent, sans faire attention à nous. Ils ne visent que les menhirs qui se dressent devant eux. Hypnotiques pierres tombales, cela me donne presque froid dans le dos. Comment interprètent-ils ces rochers levés ? Qu’y voient-ils comme signes ? Cela me fait froncer les sourcils mais je n’ai guère le temps de m’en préoccuper. Un Strassie aux reflets argentés s’approche de moi et se met à jouer avec ma main. Alors qu’un Nucléos tourbillonne autour de mon meilleur ami. Cela me rassure de le voir sourire, de l’entendre glousser, de me répondre avec un petit sourire et de le sentir petit à petit se détendre. Je le vois profiter du moment, aussi fugace soit-il. Il laisse ses problèmes de côté et ne garde que son oeil d’amateur de Pokémon, de grand voyageur et d’explorateur. Je me mets alors à fouiller dans mon sac pour en ressortir une Superball et la proposer au Strassie. S’il souhaite m’accompagner à l’Académie, je lui offre une place avec moi.

Alors que je dépose la ball ouverte sur l’herbe Alban me tend un paquet soigneusement emballé. Pour mon anniversaire. En retard. C’est vrai que j’ai profité des cours d’été pour retourner voir mes parents. Pour leur annoncer quelque chose qu’ils savaient déjà. Pour recevoir des nouvelles de Lucenzo. Je sens les larmes piquer mes yeux.
Alban ne m’a pas oublié. Lui non plus. Je le remercie en inclinant la tête et ouvre délicatement le papier.

C’est un livre agréablement décoré. En feuilletant les pages au clair de lune, je découvre toutes nos aventures sur papier. De notre première mission accompagnés des enfants. Notre première rencontre entourés de ces petits monstres. Étrangement, j’en garde un souvenir agréable. Même cette petite alliance marguerite fait remonter foule de sentiments dans ma gorge. Je ne peux empêcher une larme de perler sur ma joue lorsque je découvre des images des Hunger Games. J’en ai tellement bavé. C’était tellement atroce. Me voir mis en scène à travers ces images, tel un héros, un vainqueur des grands jeux, me retourne l’estomac. Je prends la main du Voltali pour la serrer fort contre la mienne. Je tourne une dernière page pour redécouvrir les boutiques que nous avions parcouru ensemble, ainsi que de superbes origamis offerts à son anniversaire. Certes, le sien était plus glorieux. Alban peut se vanter d’y avoir été magnifiquement bien entouré. Mais cette soirée en tête à tête me rappel que je suis loin d’être à plaindre. Que mon anniversaire est aussi probablement l’un des plus beaux en cette soirée d’été.

Je tourne un regard embué de larmes vers le châtain. Petit à petit, je lâche sa main. Il a du comprendre maintenant l’émotion que me traversait en découvrant tout cela. Je murmure alors du bout des lèvres.

“_ Merci…”


Je ne sais pas bien ce que j’aurais pu ajouter. Ah si, juste ça. Je m’empare de la deuxième partie du cadeau : un superbe appareil photo instantané. Je me rapproche de lui pour nous immortaliser dans un selfie. La lumière de l’astre lunaire suffit à l’appareil qui se déclenche dans un cliquetis mécanique. Pendant cet instant, le temps semble s’être suspendu. Le clic est le seul bruit venant perturber une cérémonie bien trop calme. Puis, dans un nouveau bruit mécanique, la photo se déverse dans la gueule du Polaroïde. D’abord noire, elle laisse petit à petit apparaître deux visages rayonnants, éclairés d’une manière blanchâtre. Je sers la photo contre moi avant de la ranger soigneusement dans mon sac.
Je suis coupé dans mon élan par la question d’Alban. En effet, où est passé le Strassie ? Je jette un coup d’oeil à la ball qui s’est refermée. Je souris, autant pour moi-même que pour Alban. Je m’empare de la Superball pour la montrer au Coach.

“_ Je crois que celui-ci rentre avec moi !”

Puis, en poussant un soupire, je m’allonge aux côtés de mon meilleur ami dans l’herbe. Je regarde les différents Pokémons défiler sous mes yeux. J’observe la lune décliner petit à petit. Cette soirée passe décidément bien trop vite. Sans être parvenu à trouver des solutions pour Alban, j’espère avoir réussi à lui changer les idées. J’espère surtout qu’il gardera cette soirée en mémoire, chère à son coeur. En tout cas, moi, hors de question que je ne l’oublie.
Sur ces pensées, je sombre petit à petit dans un sommeil apaisant.

Je ne suis que réveillé le lendemain matin par le levé du soleil. Me redressant sur mes coudes, ma première pensée me percute d’un seul coup : il est déjà l’heure de rentrer. J’observe la Superball remplie par mon nouveau compagnon. Puis je m’attarde sur les cadeaux d’Alban, laissant échapper un soupire d’aise.

J’ai le meilleur ami que je n’aurais jamais espéré avoir.
Aaron S. Mightley



HAIL NOCTA
[SC été 2016] Menhirs et Confessions | PV Alban Turtwig

Spoiler :
Le couple le plus improbable avec... une fille
Alban Abernaty
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
https://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach



Menhirs et confessions
Alban Abernaty & Aaron S. Mightley

Il avait pu vider son sac et parler de ses problèmes, mais à dire vrai, ce n’était pas ça qu’il avait voulu faire au départ. Cette soirée, ce n’était pas la sienne. Ce voyage, ce n’était pas le sien. C’était l’anniversaire d’Aaron. Et, quoi qu’il se passe, Alban ne voulait pas gâcher l’ambiance avec ses problèmes. Il ne voulait pas détruire tout ce que son meilleur ami avait essayé de monter pour lui remonter le moral. Aaron méritait un anniversaire digne de ce nom. Et le châtain voulait que ces quelques jours passés ensemble à Kalos soient aussi magiques que l’avait été son week-end aux sources thermales. Alors il décida de se mettre de côté. Le cœur plus léger après s’être confié, Alban ne ressentait plus cette peine qui l’avait démoralisé ces dernières semaines. Pour un soir, il allait essayer d’oublier Maxine. D’oublier Rhode. D’oublier la cruauté humaine. D’oublier que lui-même pouvait être quelqu’un d’abject. Fermant les yeux et prenant une grande inspiration, il fit le vide. Aaron. Lui. Les Menhirs et la fête. C’était les seules choses qui devaient compter, à présent. Alors, accompagnant le rouquin, ils allèrent s’assoir à l’écart des villageois qui communiaient avec les Pokémon dans un silence respectueux.

La soirée était réellement belle. Aussi mordu des voyages, rites et coutumes qu’il l’était, Alban n’aurait jamais imaginé qu’il assisterait à un tel festival. Kalos l’avait toujours attiré, mais il avait déjà tellement de choses à découvrir dans sa propre région qu’il ne l’avait jamais envisagée. C’était la région de l’amour, de la bourgeoisie et de la gastronomie. La région de Maxine, aussi… Il soupira. C’était une très belle opportunité, et il n’arrivait même pas à la saisir pleinement. Il fallait qu’il fasse un effort, pour.

Un Nucléos vint rapidement tourbillonner autour de sa tête. Même si le Pokémon n’avait pas été découvert dans cette région, Alban s’émerveilla de sa présence. Puis, ils passèrent à une émouvante séquence cadeaux. Malgré ses divers épisodes de déprime, le châtain avait fourni de gros efforts pour être à la hauteur du premier anniversaire qu’il fêtait en compagnie de son meilleur ami. L’an passé, ils n’étaient pas encore devenus amis lorsqu’Aaron avait soufflé ses bougies… Cette fois-ci, Alban voulait être là ; de la même manière que le Phyllali était constamment là pour lui. C’était bien à cela que servaient les amis, non ?

Emu en voyant des larmes perler au coin des yeux du rouquin, Alban resserra la prise de sa main autour de celle d’Aaron. Ce n’était pas comme lorsqu’il s’était disputé avec Maxine. Ce n’était pas une étreinte agressive et brutale. C’était… plus doux. Amical. Complètement dénué de toute colère et de toute négativité. C’était comme pour lui dire de ne pas partir… mais sans cette jalouse possessivité qui l’avait animé lors de son dernier tête à tête avec la rosée. Peut-être aurait-il pu réagir avec autant de calme et de bienveillance, avec elle. Peut-être aurait-il dû faire autrement. Enfin… Il était sûr qu’il aurait dû faire autrement. Mais s’en serait-il montré capable ?

Il sourit doucement lorsqu’Aaron tourna un regard ému vers lui. Le cadeau lui avait fait plaisir. Le cadeau l’avait touché. Et au final, c’était tout ce qui lui importait à cet instant précis. Hochant la tête de gauche à droite lorsque le Phyllali le remercia, Alban voulut lui faire comprendre que ce n’était rien. Rien à côté de tout ce qu’Aaron faisait pour lui depuis qu’ils étaient devenus amis. Rien en comparaison à la petite boule de bonheur qu’il était. Les cadeaux, ça ne représentait même pas un quart de ce qu’il ressentait. C’était juste un bonus, un extra… Heureux néanmoins, le châtain se rapprocha d’Aaron lorsque ce dernier amorça un geste pour prendre une photo avec lui. Immortaliser cet instant. Le premier parmi tant d’autres à venir. Souriant doucement mais timidement, le Voltali attendit que le bruit habituel du Polaroïd vienne lui indiquer que la photo avait été prise. Puis, regardant Aaron agiter le Polaroïd encore noir, il se pencha en avant pour voir apparaître les couleurs et les silhouettes sur le papier, comme par magie.

Deux garçons. Deux adolescents. Deux meilleurs amis. C’était beau. Leur visage éclairé par la lune avait un petit quelque chose de mystique. Des deux, Aaron était probablement le plus photogénique. Son grand sourire joyeux était réellement rafraîchissant. Malgré son côté réservé, on pouvait néanmoins voir qu’Alban était heureux, sur ce cliché. Un beau trésor à chérir.

Leur attention fut ensuite détournée par le Strassie. La sphère de capture qu’Aaron avait posée derrière lui semblait à présent occupée par un nouvel hôte. Alban sourit, en réponse à l’expression du Phyllali.

- Une capture tout en douceur. C’est fou à quel point ces Pokémon semblent proches de l’humain. A les voir comme ça, on n’aurait même pas idée à les poursuivre pour les capturer. C’est apaisant.

Il ferma doucement les yeux pour laisser le vent léger lui chatouiller les joues. Outre le Nucléos et le Strassie, d’autres Pokémon vinrent à leur rencontre en s’approchant plus ou moins d’eux. Un Yanma, un Moufouette, un Malosse… Peu de Pokémon véritablement originaires de Kalos, néanmoins. Caressant doucement le petit chiot des Ténèbres qui vint renifler son sac, Alban s’allongea au sol. Dans ce village éloigné de l’industrialisation, avec toutes ces lumières éteintes, les étoiles semblaient bien plus nombreuses et brillantes que d’ordinaire. Seul le feu de joie chassait un peu leur éclat. Au fur et à mesure de la soirée néanmoins, ce dernier perdit de son intensité jusqu’à finalement s’étendre. Les chants et les discussions s’arrêtèrent d’un seul coup. A ses côtés, Alban sentit qu’Aaron venait de s’endormir. Alors, sortant un petit plaid de son sac, il recouvrit son ami. Puis, se couchant à ses côtés, il ferma également les yeux.

Nouveau départ. Aaron avait raison, après tout ; il ne pouvait pas passer sa vie à se morfondre. Même si c’était difficile. Même si la rentrée qui approchait allait probablement lui faire encore plus de mal. Il soupira d’aise. Là, en cet instant, il n’avait pas envie de penser à ce qui le déprimait. Puis, sans même qu’il ne s’en rende compte, Morphée vint le prendre délicatement entre ses bras.

Il ouvrit les yeux aux premiers rayons du soleil, un peu courbaturé d’avoir dormi sur un sol trop ferme. Revigoré néanmoins, il regarda Aaron lever une tête ensommeillée vers lui, et lui tendit une bouteille d’eau. Puis, avec un sourire taquin, il se pencha vers lui.

- On petit-déjeune avant de prendre les vélos pour rentrer ?

Ouaip. Une longue traversée les attendait, pour retourner sur Touga. Mais au moins, celle-ci serait plus joviale qu’à l’aller.

Grâce à Aaron.

HRP : RP Terminé pour Alban
Merci o/

pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum