Viva la familia!~ feat. Ruby
Heath S. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Viva la familia!~ feat. Ruby   Sam 1 Aoû - 4:52
30 juillet. La mauvaise nouvelle est arrivée par la poste, me retrouvant jusque sur l'île Cobaba pour venir étendre son ombre jusqu'à ma personne. Comme si le kidnapping et les remontrances qui avaient suivies n'étaient pas suffisantes. Tant de temps perdu simplement à l'écouter silencieusement, parlant seulement pour des réponses aussi courtes que "oui, madame" ou encore "compris, madame", et ça avait traîné, oh, d'un pénible. Et juste lorsque je croyais y échapper enfin, les accusations venaient d'ailleurs. Je n'avais même pas eu besoin de l'ouvrir, la texture de l'enveloppe et le sceau de la famille Jones ne manquaient pas d'éloquence. Cette inclination vers l'art, la mise en scène et le dramatique, tous si bien incarnés en ce mot inéluctable. L'air ennuyé, j'avais néanmoins ouvert l'enveloppe pour y trouver, sur un papier de bonne facture, une calligraphie étrangère, mais oh combien distinguée. Ma mère faisait donc toujours écrire ses lettres par une secrétaire quelconque à la calligraphie plus élégante. Y a-t-il une limite à la superficialité de cette femme? Sans doute pas.

Sourcils froncés, mon profond regard caramel lisait au travers des longues mèches de ma frange. Seulement quelques mois ici et j'avais bien grandit, déjà. Enfin, l'adolescence j'imagine. Bref. Une réunion était prévue à Volucité, réunissant ma famille immédiate et celle de ma cousine rousse. Je dois être en train de rêver. Une telle rencontre n'a pas eu lieu depuis des années maintenant. Quel événement extraordinaire a bien pu... Oh. Le kidnapping d'une Jones et l'implication quasi suicidaire d'un autre dans l'assaut d'une base de la team Rouage. Croyez-le ou non, mais pour certaines personnes, ces faits étaient dignes d'inquiétude. Je lâchai un soupir. Ils ne voulaient tout de même pas nous retirer de l'école maintenant? Plusieurs parents d'élèves avaient fait ce choix ridicule, j'aurais du m'attendre à ce qu'ils soient tentés, au minimum, d'en faire toute une histoire. J'en voyais déjà le refrain à des kilomètres. Si mon Illford avait été là, il aurait empêché ses camarades de se faire kidnapper! Enfin, je ne dis pas qu'Heath est incompétant, mais ses moyens sont limités, le pauvre. J'en avais envie de vomir. Je devais faire quelque chose, je devais attirer son attention ailleurs en la secouant encore plus. Il n'y avait, pour cela, qu'un choix idéal.

C'est ainsi que j'étais parti acheter de quoi me décolorer les cheveux, drastiquement. De petits reflets de la teinture précédente resteraient peut-être, mais ce n'était que détail! L'important, ce serait son visage horrifié, puis sa moue pincée, suivie de ses regards insistants, d'abord vers moi, puis dans toutes les directions possibles, comme pour oublier jusqu'à mon existence. C'était un peu triste, puisque je n'aurais plus l'originalité des cheveux bleus à l'académie, mais une fois que ce fut terminé, le résultat fut si convaincant que je n'en avait cure. Et puis, quelqu'un allait-il sincèrement réussir à me confondre moi avec qui que ce soit d'autre? Pitié, personne ne peut se faire passer pour moi, cheveux ou pas. Arrogance? À peine.

Cela terminé, je préparai ma valise sous le grand regard curieux et innocent de Léviathan. L'Otaria semblait craintif. Il ne cessait de me tourner autour et de m'interpeller de sa petite voix plaignarde. Il était effrayé à l'idée que je puisse partir sans lui. C'était mignon, selon mes critères. Comme un gamin qui gonfle les joues jusqu'à ce que l'on vienne le caliner. Quel dommage pour lui que je sois plus amusé par son attitude plus que je n'étais attendris, résultant en l'inutilité de son petit manège. Dans tous les cas, je terminai finalement ma besogne et rangeai la jeune Otarie dans sa balle, sans considération pour ses regards insistants et insécures. Comme si j'allais abandonner un seul de mes Pokémon derrière moi, ridicule. Gagnant le bloc note, je laissai un petit mot à mes colocataires, conformément à mes habitudes, mentionnant à la blague que, si la directrice me cherchait pour continuer à me remonter les bretelles, elle n'avait qu'à regarder du côté de Volucité. Voilà qui était fait. Et puis, si urgence il y avait, Abel possédait mon numéro de iPok, il n'aurait qu'à m'écrire.

Tous préparatifs derrière moi, je montai dans un bus pour gagner le port de Cobaba, histoire de ne pas manquer le bateau censé me ramener dans ma ville natale. Sortant sous le soleil, je du plisser les yeux, aveuglé un court instant par les reflets multiples causés par le soleil dans ma chevelure nouvellement bien plus claire. J'allais devoir m'habituer à ça on dirait. Qu'importe, il me suffisait de passer la main dans ma chevelure pour la ré-organiser un peu, laissant flotter de nouveau l'odeur de la teinture au passage. Je ne m'en lassais jamais, allez savoir pourquoi. Arrivé un peu d'avance, j'attendis l'arrivée de ma rousse préférée -c'est vite dit- sur un banc, tout près de la passerelle d'embarcation où les marins s'attelaient encore en vas et viens incessants. Ce serait un gros voyage, ils devaient se préparer en conséquence. Attendre, comme je détestais cela. Je commençai même à me demander si nous prendrions seulement le même bateau ou si nos parents n'avaient pas acheté les billets de manière indépendante, mais cette seconde théorie volait en éclat du fait qu'il n'y eut pas tant de bateaux que ça. Lassé de ces trois minutes quarante deux passées à attendre, je libérai de nouveau Levi qui, de toute façon, ne cessait de se débattre dans sa balle. Il semblait plus calme maintenant qu'il savait faire partie du voyage, mais il était encore plus heureux maintenant qu'il prenait l'air. Le caressant de manière nonchalante, j'observais les lieux de mon oeil perçant, jusqu'à repérer la silhouette que j'attendais.

Je me redressai, haussant un sourcil, le rictus aux lèvres. Oh la la, le triste spectacle. Elle était sombre, terne et ses pieds semblaient trainer. On parie combien qu'elle était restée enfermée beaucoup trop longtemps après ce fameux kidnapping? D'ici j'avais même l'impression qu'elle faisait quelques kilos de moins. Ne me dites pas qu'elle avait eu le temps de développer un syndrome de Stockholm et que la détention lui manquait? Non, ce serait bien trop tiré par les cheveux. Que faire, oh que faire? Certainement pas la laisser comme ça, je pourrais m'attirer bien trop de problèmes. La prendre avec des pincettes et la choyer? Toute l'énergie que je devrais gaspiller en paroles réconfortantes. Qui a le temps de pareilles choses? Je serais direct, tout simplement. C'était le meilleur moyen, surtout que, pour les choses qui lui tenaient à coeur, elle semblait moins lente que pour le reste. Si je le lui apportais de la bonne manière, les choses pourraient être beaucoup plus rapides. Pourquoi se casser la tête, après tout? Ainsi, oubliant mon changement esthétique, je m'approchai d'elle avec le sourire nonchalant et enfantin des beaux jours, mon regard d'or en fusion la détaillant mine de rien, Levi sur les talons, traînant un peu derrière de par sa condition d'otarie. Arrivé à sa hauteur, je la saluai d'un signe de la tête avant de parler d'une voix un peu déçue peut-être, attristée.

- Ces événements ne t'ont certes pas laissée à ton avantage, charmante cousine. Que penseront-ils de cet établissement pour nous deux lorsqu'ils verront les cernes sous tes yeux? Heureusement que je suis là pour apaiser ma petite princesse rousse.

Sur ce, j'ouvris simplement un bras, l'autre main étant simplement restée à la poignée de ma valise, lui offrant une accolade si elle le désirait, mon sourire se voulant bienveillant. Ce que je ne ferais pas pour que ça ne me retombe pas dessus. Mais ses blessures semblaient profondes, allais-je donc devoir rivaliser d'ingéniosité pour être débarrassé de ce contre temps? Peut-être bien. Mais bon, j'aime les défis!

_________________
Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQIViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_087Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQKViva la familia!~ feat. Ruby 2XQLViva la familia!~ feat. Ruby 2XQMViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   Jeu 6 Aoû - 21:57
Quel état mitigé. Ruby n'osait même plus aller se regarder dans un miroir. Pour sûr qu'elle se ferait peur. Il faut cependant avouer que les événements récents ne l'ont pas épargné, bien au contraire. C'est comme si qu'elle avait été détruite, lentement mais sûrement. Pire encore : consumée à petit feu, si bien que même les cendres ne pourront servir à la faire renaître. Cette lettre scellée encore disposée sur son lit avait été le coup de marteau final. Toute volonté de lutter s'était évaporée depuis hier. Aucun de ses Pokémons n'avait réussi à la réconforter, pas même Ramsès, le Tutafeh aux larmes permanentes. Bien qu'arrêté au dernier moment par Midnight, Hex avait atteint son but, même si ce n'était que partiellement. Toutes les relations étaient désormais fragilisées, à l'exception de celle avec Heath que la rousse renouera sous peu, puisqu'elle se devait d'être présente au quai dans moins d'une heure.

Bien qu'elle eût envie de se presser, elle n'en fit rien, préférant se préparer à son rythme tout en soupirant à chaque fois qu'une tâche compliquée était à accomplir. Le choix ne lui appartenait cependant pas. Démotivée ou non, la Pyroli devait impérativement se rendre à Volucité. Qui sait ce que la famille lui réservera si jamais elle ne se présente pas à la réunion ? Elle ne préféra pas l'imaginer et quitta simplement la maisonnette dans laquelle elle logeait. N'ayant néanmoins pas envie de parler ou encore de se justifier à qui que ce soit, Ruby choisit de faire le chemin à pieds. Si jamais retard était causé, elle n'aurait qu'à voler sur le dos de Goliath, en supposant que celui-ci accepte de transporter une dépressive inconsciente, bien entendu.

Alors qu'elle venait de parcourir la plus grande partir du chemin, elle aperçut le bus passer à plusieurs mètres d'elle. Si Heath voulait être ponctuel, c'est sûrement celui-ci qu'il a emprunté. Peu importe ! Ruby ne regretta pas un seul instant d'avoir choisi la marche à pieds et continua son petit bout de chemin jusqu'à apercevoir le port à quelques dizaines de mètres. À cet instant précis, elle regarda l'heure. En retard. Tant pis. Elle ne le sera que de quelques minutes tout au plus. De ce fait, la rousse perpétua ses mouvements démunis de motivation jusqu'à ce qu'un peu de moins de cinq minutes passent. Visiblement remarquée par son cousin, Ruby ne put s'esquiver et avança dans sa direction, s'efforçant de ne pas pousser le moindre soupir. Au final, c'est un peu de réconfort que le blanc lui offrit. Tiens donc ! Alors comme ça, il avait changé de style ? Qu'importe. Il était assez grand pour faire ses choix et n'avait pas besoin de se justifier auprès de son aînée. Et puis, c'est surtout qu'il se montrait bien trop sympathique pour qu'on puisse lui faire une remarque sur un sujet totalement hors du contexte posé par la conversation.

– Merci Heath, mais j'ai juste besoin de repos, c'est tout...

Mensonge. En même temps, que ce soit ses amis ou sa famille, Ruby ne voulait plus importuner personne avec ses soucis. Elle ne se fit néanmoins pas prier pour accepter le soutien physique de son cousin. C'était toujours ça de pris. Au moins, ça lui fera une présence rassurante et un tant soit peu fiable à ses côtés. Ainsi s'efforça-t-elle de marcher correctement, puisqu'elle n'était plus seule, et se laissa guider jusqu'à la passerelle, puis jusque dans le navire qui allait directement les amener au port de Volucité. Ironiquement, Ruby se faisait un tantinet impatiente. Pourquoi ? Tout simplement pour en finir au plus vite avec cette histoire de réunion, bien qu'elle espérait également que ce soit pas pour quelque chose d'assez critique, comme un point sensible qui pourrait ne pas arranger l'état de la rousse. Heureusement qu'elle avait déjà pensé à un petit quelque chose pour se ressourcer, bien que cela demandera une certaine... adresse.

– Je suppose qu'un chauffeur nous attendra. La dernière fois que je suis venue, c'était la même chose. Je suis désolée de t'apporter des ennuis, mais je n'ai pas trop envie qu'on me guide jusque là-bas. Je préfère passer un peu de temps en ville avant, si ça ne te dérange pas. Elle reprit sa respiration et s'accouda sur la barrière de sécurité, tout en observant Cobaba qui semblait s'éloigner alors qu'il ne s'agissait que du navire qui avait déjà entamé son voyage. Et puis je pense que je devrais me couper les cheveux. Avec l'air que j'ai, en plus de cette coiffure débraillée, je dois avoir l'air d'une sorcière, non ?

Ce n'était pas pour se rabaisser ou susciter un quelconque intérêt chez son interlocuteur, non. Cette fois-ci, l'étudiante pensait réellement ses propres puisqu'elle avait malgré tout eu le temps d'entrevoir sa trombine se refléter sur l'eau, lorsqu'elle traversa la passerelle il y a quelques minutes de ça. Sa mine était tout simplement affreuse, sans lésiner sur les mots. Et au fond d'elle, la miss espérait que son cousin continue ainsi de la garder près de lui, dans l'espoir qu'un minimum de gens fassent attention à elle durant ce long trajet de plusieurs heures. Ah oui ? Aussi longtemps ? Ce n'est pas avec un débit de conversation si bas que Ruby allait maintenir son proche en haleine assez longtemps. Se forcer ou bien rester naturelle ? Allez ! Un peu de bonne volonté, ma chère.

– Quoi de nouveau de ton côté, depuis le temps ? Des Pokémons ? Une progression dans tes objectifs ? Stupide. C'était stupidement banal, comme sujet de conversation. Après tout, on ne pouvait pas faire plus pitoyable que ça, et il faut dire que ça correspondait bien à l'état actuel de la demoiselle. Désolée... Je n'arrive vraiment pas à me forcer. Tu devras probablement me supporter dans cet état encore un moment...

_________________

Heath S. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   Mer 26 Aoû - 17:55
S'il y a une chose que je déteste autant que j'ai un malin plaisir à aimer, c'est d'être pris pour un idiot. Vous savez, quand les gens mentent ouvertement, pensant sans doute naïvement que vous n'y verrez que du feu. Pour l'orgueil, c'est toujours un peu désagréable, ça donne envie de dévisager et de mordre, de confronter et de réaffirmer sa position, parce que personne ne devrait avoir le cran de me mentir. Mais de l'autre, c'est tellement beau de les voir essayer, d'avoir l'avantage en les laissant croire qu'ils ont réussi, que leurs mots sont passés crème, sans soulever la moindre parcelle de suspicion. Attention, toutefois, à ce que je pourrais faire de ce mensonge pour le retourner à mon avantage et récupérer la main dirigeante par un habile tour digne des plus grands magiciens. Dans ce cas ci, toutefois, ce n'est pas tout à fait l'un, mais pas l'autre non plus. Elle était fatiguée? Elle avait juste besoin de repos? Pitié, j'avais presque honte de la laisser marcher à côté de moi. Son air tout entier n'était que supplications, demandes répétées pour qu'on l'achève enfin. C'est tout sauf le visage d'une personne simplement fatiguée. Allais-je laisser passer ça? Je vais me gêner tiens.

- Et dire que je vous croyais une piètre menteuse avant. Cela m'apprendra à juger trop rapidement.

Lui avais-je répondu lorsque la rousse était venue récupérer l'étreinte que je lui offrais. Impossible qu'elle ne m'ait pas entendue, il valait mieux lui rappeler à qui elle avait à faire. Nous avions ensuite marché ensemble jusqu'au bateau, accompagné par les petits bruits frustrés d'indignation de Léviathan, fort peu content de notre rythme de marche, le pauvre se retrouvant de nouveau bon dernier. Rapidement, je m'éclipsai pour aller porter nos bagages dans notre cabine avant de venir la retrouver sur le pont. Les épaules lasses, ses longs cheveux autrefois flamboyants maintenant ternes et dépourvus de quelconque lustre, l'oeil fatigué, le corps plus maigre et faible, le teint pâle. Le mépris se glissa sur mes traits royaux, bien que je les chassai rapidement, reprenant ma place à ses côtés, mes orbes d'ambre tournées elles aussi vers l'île Cobaba que nous quittions à présent. Un chauffeur allait nous attendre au port. Oui, c'était l'évidence même. Il était même plutôt ridicule d'en douter, cela avait toujours été ainsi et ce le serait toujours, pour nous en tout cas. Malgré tout elle n'avait pas envie de s'y rendre directement, préférant encore passer d'abord un peu de temps en ville, non sans s'excuser auprès de moi. Ma réponse se fit évasive, distraite, alors que mon regard d'or la détaillait toujours, à mi-chemin entre mépris et pitié.

- Comme il vous plaira, ma chère et tendre.

La voilà qui s'appuyait contre la rambarde devant mon regard allongé et mécontent. Ça ne le ferait définitivement pas. Heureusement la demoiselle semblait en avoir conscience vu les mots qui vinrent ensuite. La rousse aurait besoin d'une coupe de cheveux, si elle voulait ne pas passer pour une sorcière. Je n'aurais pas mieux dit, ou peut-être que si en fait. Impérieux, je vins passer une main dans sa crinière dépourvue de tout le charme que je lui avais jadis connu, tentant de réparer les dommages d'une part et, de l'autre, de ramener son attention jusqu'à moi. Le geste avait été ferme, mais doux. Solide et aussi sec qu'un ordre, mais affectueux et empli de soin malgré tout.

- Vous m'avez tout l'air d'un croisement entre un épouvantail, une sans-abri et une jeune personne qui hésite à se jeter par-dessus bord. Vous n'irez pas vous faire couper les cheveux, il vous faut bien plus. Encore heureux que je connaisse des gens.

Avais-je terminé, mes iris incandescents n'ayant pas terminé de détailler le visage de ma cousine, libéré de ses mèches rebelles par mes soins. Après inspection, les choses étaient encore pire que je ne les avais d'abord évaluées. Pathétique, il n'y avait pas d'autre mot. À se tenir comme ça contre le garde-corps, elle avait l'air à deux doigts de vomir. Inélégant, réducteur, désagréable. Ma dextre quitta finalement sa chevelure pour plutôt la saisir elle, forçant son être à se rapprocher du mien pour une étreinte, à s'accrocher à moi plutôt qu'à la rambarde. Une fois encore, l'énergie avait été la même, les bras forts, mais pas pour blesser. Simplement comme lorsque l'on force un peu, pour plier un bout de métal déjà devenu malléable, tout en prenant garde à ne pas l'abîmer. Ma joue vint ensuite se poser sur sa tête alors que mon étreinte lui coupait toute retraite.

- Je n'ai pas l'impression que vous preniez tout cela suffisamment au sérieux. Si vous vous présentez à la famille Jones en cet état, il est possible que vous ne mettiez plus jamais le pied sur l'île Lansat. Privée de vos amis, peut-être même de vos Pokémon, ils en seraient bien capable. Forcée à redevenir une Jones, une fille de bonne famille, une simple poupée entre leurs mains de riches narcissiques. N'était-ce pas ce que vous vouliez éviter à tout prix? J'ignore ce qui s'est passé et je m'en moque, mais il faudra un peu plus que vos mensonges éhontés et transparents pour me convaincre. Un peu de fierté, par Arceus. Vous me donnez envie de vous achever moi-même.

Le message était-il clair? Il y avait de quoi douter vu les paroles suivantes, mais elle faisait preuve de bonne volonté, me demandant comment avaient évoluées les choses pour moi, si j'avais de nouveaux compagnons, ce genre de choses. J'allais lui répondre, mais je fus interrompu dans ma lancée. Comme ça elle n'y arrivait pas? J'allais devoir l'endurer comme ça un peu plus longtemps? Détachant ma joue de son appui, je baissai la tête, pour que son regard et le mien soient à la même hauteur. Des yeux gelés et cruels malgré l'or fondu qui s'y muait, la perçant sans gêne aucune, le visage privé de sourire. Ne me force pas à me répéter, très chère cousine. La mer est toujours là, en contrebas, et elle n'attend plus que toi. Il était hors de question que je la laisse compromettre cette école aux yeux de nos familles, j'avais trop besoin de cet enseignement. Je commençais tout juste à m'élever, à étendre ma position et à créer mon domaine. Je ne laisserais rien ni personne gâcher tout cela. Personne.

- Il suffit, Laetitia.

_________________
Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQIViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_087Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQKViva la familia!~ feat. Ruby 2XQLViva la familia!~ feat. Ruby 2XQMViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   Jeu 10 Sep - 14:56
Humide. Pourquoi tout paraissait si humide ? Peut-être parce que Ruby était à deux doigts de se laisser aller, aussi pitoyablement que désespéramment. Toucher le fond est sans aucun doute l'expression qui lui correspondait le plus, pour le moment. Elle s'efforça néanmoins de ne pas repenser à tous ces éléments qui la torturaient depuis des jours déjà, ne serait-ce que pour conserver un minimum de dignité face à son cousin. Non. C'est n'importe. Ce n'est qu'un piètre argument pour qu'elle puisse s'auto-rassurer et se fondre en illusions éphémères qui la feront souffrir encore plus une fois dissipées. Il ne fallait pas se laisser bercer par les faux espoirs, mais plutôt vivre la réalité, aussi dure et amère soit-elle. Voilà ce que semblait penser Heath, ou ce qu'il essayait éventuellement de faire croire. Quoique non. La vérité. Voilà tout simplement ce que le Noctali disait. Elle fut au moins aussi dure à accepter que toutes ses horreurs, si bien que la rousse raffermit sa faible étreinte, toujours en quête d'un réconfort provisoire. Rien. Elle n'avait rien obtenu, si ce n'étaient que des mots aussi violents qu'un poignard planté dans le cœur. Cette vérité avait été encore plus dure à encaisser que dans ses rêves.

– Je ne veux pas...

La Pyroli, honteuse, baissa les yeux et ne contempla plus rien d'autres que ses pieds, se sentant présentement comme une enfant imprudente manipulée par les préjugés et réprimandée par un adulte, bien que son cousin soit en réalité plus jeune qu'elle. Le garçon n'avait néanmoins pas retenu ses mots. Plus de Pokémons, plus d'amis, plus rien. Tout cela était susceptible de voler en éclats par un simple écart de conduite. Trop de pression pour de si frêles un épaules, pour un si faible corps et pour un mental si affligé. Pourtant, s'il n'y a bien une chose dont Ruby était parfaitement consciente, c'était la perte de tous ces êtres chers. La voilà plongée dans le déni. Elle le savait pas ne voulait pourtant pas y croire. Ne pas être seule, ne pas être abandonnée... Elle le redoutait plus que tout au monde, et c'est sans doute la lourde sentence que la famille allait délivrer si jamais elle ne se ressaisissait pas. Il lui fallait s'éloigner pour les conserver. Aussi bizarre que cela puisse paraître, là se trouvait l'évidence, même s'il fallait trancher entre deux souffrances quasi semblables pour y parvenir.

La rousse serra les poings, respirant avec difficulté à cause de tous ces sentiments confus qui prenaient librement possession d'elle. Enfin osa-t-elle relever de nouveau la tête, après le dernier appel de son cousin. Il avait raison sur toute la ligne. Mieux valait l'écouter, plutôt que de se morfondre, de pleurer et de se laisser aller à ce destin si pitoyable. Instinctivement, Ruby alla donc se nicher contre la présence rassurante du moment, celui qui – pour elle – semblait tant s'investir, en apparence en tous cas. Cela ne l'empêcha néanmoins pas de trembler, puis finalement de pleurer, alors qu'elle n'osait désormais plus relever la tête. Plus personne ne devait la voir ainsi. Adieu état désolant, adieu déprime éternelle, adieu inlassable peine... Et surtout, ne revenez plus jamais.

– Pardon... Pardon Heath... articula-t-elle en sanglotant. Tu es là pour moi, mais j'arrive quand même à t'embarquer dans mes soucis... Je ne voulais pas, vraiment pas ! Je n'arrivais pas à supporter ça toute seule, c'est beaucoup trop... Je devrais simplement oublier tout ça et aller de l'avant, je le sais mais ça reste difficile... Je ne veux pas perdre mes amis, mais je ne veux pas m'en éloigner non plus. Pourtant, je n'ai pas le choix et ça me désole. Je les aime malgré que ce soit indirectement à cause d'eux que certains de mes problèmes prennent racine. Lâchant une dernière flopée de larmes, elle releva de nouveau la tête vers Heath et tâcha de ne pas paraître trop misérable, ce qui ne fut pas gagné d'avance. Qu'est-ce que je devrais faire ? Je suis perdue, Heath... Je m'excuse de ne pouvoir compter que sur toi, d'être dépendante, ou tout ce que tu veux d'autre. Tu accepterais de m'aider ? Non... Je devrais même te supplier. Tu risques de te retrouver dans de beaux draps de ma faute...

_________________

Heath S. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 28
Jetons : 332
Points d'Expériences : 598
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   Sam 12 Sep - 5:44
Le regard de ma cousine remonta vers moi, finalement. Elle m'avait écouté, elle commencait à comprendre, à traiter l'information. Puis, la rousse vint se serrer dans mes bras alors que je l'étreignis de nouveau, non sans un froncement de sourcils. C'était pour la bonne cause. J'allais devoir interagir avec elle toute ma vie durant, il s'agissait de ma cousine. Peu importe ce que nous réservait l'avenir, ce lien de sang ne disparaîtrait jamais et c'est pour cela que je devais être dans ses bonnes grâces. Jusqu'à la fin, j'aurais besoin de l'avoir dans ma poche et de savoir la manipuler du bout des doigts telle une fine marionnette. Et maintenant, elle aurait une dette envers moi. Je serais celui qui l'avait aidée à ne pas sombrer au plus profond du précipice. Ce serait utile, forcément, un jour. Tremblant au creux de mes bras, les larmes ne tardèrent toutefois pas à s'afficher sur son visage déjà si fatigué. Je la laissai pourtant faire, caressant son dos de la main en un geste affectueux censé la réconforter. Se forçant, elle réussi à parler, s'excusant d'entrée de jeu avant de poursuivre sur sa lancée. J'étais là pour elle et, pourtant, la Pyroli arrivait à me causer du soucis. Voilà qui était on ne peut plus vrai, mais valait mieux que je le garde pour moi. Tout ceci était trop pour les frêles épaules de la rousse et, maintenant, elle devait simplement aller de l'avant. Bonne résolution, oui. Ne pas vouloir perdre ses amis, ne pas vouloir s'éloigner non plus, je ne comprenais pas trop ce qu'elle voulait dire par là, mais pourquoi pas, ça ne m'empêchait pas de l'écouter. Son regard embué de larme remonta vers moi, si vulnérable, si fragile. Ne pas laisser filtrer le mépris qu'elle m'inspirait en cet instant, surtout pas. Ce qu'elle devait faire? Acceptais-je de l'aider? Non, la Jones me suppliait, d'autant plus que si je ne le faisais pas, je pouvais avoir des problèmes par sa faute. Elle était totalement dépendante, les mots venaient de ses propres lèvres. Je n'avais même pas eu d'efforts à faire pour qu'au final, cette rousse naïve et faible me tombe dans les bras. Maintenant, je ne devais pas gâcher ma chance. Je vins poser mes mains de chaque côté de son visage, sur chacune de ses joues, et vint appuyer mon front contre le sien. Des pouces, je chassai les larmes sur son visage. Chaque chose en son temps.

- Commence par respirer. Tout va bien se passer, je vais faire de mon mieux pour t'aider. Tu es entre de bonnes mains, fait moi confiance. Tu peux te calmer, maintenant.


Une fois cela fait, je retirai mon front du sien et l'attirai une nouvelle fois contre moi pour l'étreindre. Délicatement, je déposai sur le dessus de sa chevelure un baiser fraternel, rassurant, protecteur. Je devais la calmer, l'aider à se sentir en sécurité, à respirer normalement de nouveau, si je voulais qu'elle puisse également réfléchir comme il se devait. Après cela, il était plus aisé de retrouver son regard du mien et de m'assurer qu'elle écoutait bien tout ce que je lui disais. J'allais avoir besoin de son accord, même si j'aurais très bien pu faire sans. Simple question de principe, obligation de lien de sang. Je ne pouvais pas la faire danser autant qu'une fille lambda, puisqu'elle était de la famille.

- Nous allons descendre à Volucité, comme c'était prévu, mais nous n'irons pas retrouver le chauffeur. Nous allons partir à pied et aller chercher des glaces, puis nous irons dans un endroit que je connais. Je connais quelqu'un qui peut t'aider, Madame Jones ne jure que par elle. Nous allons faire tout ça en arrivant, pour que tu ressembles à quelque chose, et ensuite nous partons. Allons au Parc d'Attraction, toi et moi. Allons au Métro de Combat. Redécouvrons notre région ensemble, qu'en dis-tu? Ces égoïstes peuvent bien nous attendre un peu.

***

Le port, vaste et impressionnant, n'ayant rien en commun avec celui de l'île Lansat. De nombreux bateaux arrivaient et repartaient d'ici dans une seule et même journée. C'était un endroit achalandé, grouillant de vie et de l'odeur du béton. En fond, la ville grattait le ciel, immense et grise, imposante. Comme il faisait bon de retrouver cet endroit. Malgré toute mon appréhension, malgré cette réunion de famille obligatoire et malgré la présence de la créature la plus infâme que le monde ait connu, tapie quelque part en ville, nous attendant avec un martini à la main, j'étais heureux de me tenir là. À grandes respirations, je laissais la ville m'habiter de nouveau. Je me laissais vibrer avec elle, je me laissais revivre cette vie trépidante de citadin, le temps d'un séjour. Le visage maintenant illuminé d'un sourire autrement plus confiant, je me tournai vers la rousse, engageant, lui tendant même ma main pour qu'elle s'en saisisse. Consciencieux, je payai grassement un membre de l'équipage, pour le charger de remettre nos bagages au chauffeur venu récupérer les cousins Jones. Cette formalité écartée, j'entrainai ma cousine avec moi en ville, esquivant le lieu de rendez-vous par un petit chemin moins fréquenté. Direction le marchand de glaces. Sur le chemin, je redécouvris avec émerveillement le brouhaha de la ville, l'effervescence des rues. L'envie me prenait même d'aller redécouvrir notre arène, ce grand bâtiment imposant qu'il m'avait manqué d'admirer matins et soirs. Véritablement, je me sentais chez moi.

- Je ne suis parti que quelques mois et cela m'a semblé une éternité. Je n'ose même pas imaginer ce que ce doit être pour toi.

Après un peu de marche, nous avions atteint le stand de glace et, toujours aussi vif, je m'assurai de payer pour nous deux. Je ne lui laissai même pas le choix de sa glace, optant pour deux petits coupes glacées avec coulis de baies frambi. Nous n'avions pas le loisir de nous arrêter, nous devions poursuivre notre chemin tout en mangeant, mon regard de caramel demeurant alerte, au cas où nous devrions croiser quelqu'un capable de nous identifier. Après tout, j'ignorais quel état l'état de la famille immédiate de ma cousine, mais mes parents ne manquaient pas d'employés capables de reconnaître le second fils, moi. C'est donc avec un certain empressement que je nous fis entrer le commerce dont je lui avais parlé un peu plus tôt, me débarrassant à l'entrée du gobelet maintenant vide, dans la poubelle. C'est d'un pas décidé que j'approchai du comptoir, un immense sourire aux lèvres, attendant qu'elle me repère. Comme je l'avais espéré, ça ne tarda pas. Une femme aux courts cheveux noirs, la coupe asymétrique, les yeux d'un vert néon vif, vint nous répondre. Ses vêtements étaient à la toute dernière mode et son être était couvert d'accessoires en tout genre, clingant à chacun de ses mouvements. Son visage était tout petit et ses traits fins, mais ses grands yeux venaient déstabiliser le tout, lui donnant des airs d'écureuil survolté à la caféine. Petite, elle agitait beaucoup les bras et ce, peu importe ce qu'elle faisait et sans soin pour sa cigarette coincée entre ses longs doigts agiles et précis, mais alourdis de bagues. Edna, la designer de ma mère.

- Oh par Arceus! Mon petit Saphir, c'est toi?! Qu'as-tu fait à tes beaux cheveux? Le bleu que je t'avais fait ne te convenait plus? Dis-moi que tu viens pour un autre relooking? Oh, j'ai tout plein de vêtements que j'ai mis de côté pour toi, mais ils ne sont pas terminés, tu aurais du me prévenir que tu venais! Tes yeux sont toujours aussi beau, si je pouvais je les arracherais et je m'en ferais des boucles d'oreilles. Et ce sourire, comme il m'a manqué! Mais dis-moi, tu as grandi, non? Il faudra que je reprenne tes mesures, pour m'assurer que tout sera parfait! Alors, qu'est-ce que je peux faire pour toi? Ça se passe bien l'Académie Pokémon? Tu en as beaucoup? Finalement tu es dans quel dortoir? Tu as choisi ce que tu voulais faire plus tard? Ta mère n'arrête paaaas de me parler d'Illford, mais il est bien moins sympathique que toi, il ne vient jamais me voir. Oh, comme je suis contente que tu sois là! Qui est ton amie? Tu t'es enfin trouvé une petite copine?


- Je vous présente ma cousine, Ruby Laetitia Jones, c'est pour elle que nous sommes ici aujourd'hui. Je possède une Lapras, un Otaria et un oeuf de Sneasel. Je fais partie du dortoir Noctali et j'en suis devenu le préfet. Cette école compte beaucoup de charmantes demoiselles, mais aucune qui soit la bonne pour moi jusqu'à présent. Je suis inscrit dans le cursus de Pokéathlétisme, mais je dois discuter avec mère au sujet de ma spécialisation future. Pouvons-nous poursuivre cette discussion pendant que vous vous occuperez de cette pauvre demoiselle? Il ne sera pas du luxe de lui faire un petit relooking, ne trouvez-vous pas?

_________________
Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQIViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_087Viva la familia!~ feat. Ruby 2XQKViva la familia!~ feat. Ruby 2XQLViva la familia!~ feat. Ruby 2XQMViva la familia!~ feat. Ruby Miniat_6_x_044
Let's face it, this is not the worst thing you've caught me doing.
Ruby L. Jones
Région d'origine : Unys
Âge : 18 ans
Niveau : 60
Jetons : 821
Points d'Expériences : 1862
Todresseur Spé. Type
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   Lun 14 Sep - 10:06
Les yeux embués de larmes et le corps tremblotant, Ruby ne put que se laisser aller dans les bras dans son cousin. Elle y trouva néanmoins une présente rassurante, une présence qui allait même jusqu'à la bercer dans d'illusions qui l'auraient arrangée. Plus qu'un cousin, Heath agissait en grand frère. Si seulement il avait été plus vieux mais surtout issu de la même branche, cela aurait été possible. Ce n'était malheureusement pas le cas, la rousse devrait s'y faire. Pourtant, elle prit la parole juste après que ses larmes aient été délicatement fouettées.

– J'aurais tellement aimé que tu sois mon frère, mon aîné... Ce rôle t'irait trop bien. Elle sourit malgré les quelques larmes qui avaient survécu au balayage. Je ne sais même pas si, un jour, je pourrais te rendre autant service que tu ne le fais aujourd'hui...

La Pyroli soupira, s'efforçant de ne pas baisser la tête à nouveau. Avec un peu de courage, ce fut chose faite. Elle ne détacha plus son regard des iris de son cousin et laissa sa conscience se faire porter par les propos du Noctali alors qu'il se mit à réciter l'emploi du temps établi par ses bons soins. Quelque chose qui pourrait à la fois arranger les deux étudiants mais aussi leur rappeler quelques souvenirs d'Unys. Bons, sans doute. Ainsi Ruby se contenta-t-elle de hocher la tête à la proposition de son cousin. Pour sûr que les parents auront de quoi râler au retour de leurs enfants, mais il le fallait.

~

Le navire parvînt enfin au port, sonnant son arrivée par une alerte aussi peu mélodieuse que le cri d'un Wailord. Il accosta une des quatre immenses étendues de béton et déploya sa passerelle afin que les voyageurs puissent enfin en sortir. Ruby se laissa guider par Heath, acceptant volontiers sa main et avec un peu plus d'entrain qu'auparavant. Et les valises, alors ? L'étudiante regarda partout autour d'elle avant de constater que quelqu'un s'en chargeait déjà. Tant mieux. Cela occupa assez le chauffeur pour qu'il ne remarque pas la disparition des deux potentiels héritiers. Il faut dire que le chemin emprunté n'était pas souvent fréquenté par les Jones puisqu'il se trouvait non loin des rues à "risques", si on pouvait considérer les sans-abri comme un danger. Pourtant, ils étaient bien plus aimables que certains membres de la famille.

Quoiqu'il en soit, un chemin normal put être emprunté une fois que le binôme avait été assez éloigné du port. Direction le marchand de glaces ! Cela impliquait évidemment un passage par les grandes avenues populaires, celles qui étaient aussi actives le jour que la nuit. Heureusement, les étudiants parvinrent à se frayer un chemin au cœur de cette foule impitoyable, jusqu'à faire la queue pendant quelques instants pour avoir le plaisir de goûter aux glaces. Une attente récompensée, en somme.

– Le temps est passé plus vite que je ne l'aurais cru, sauf pour ce dernier moi assez... mouvementé ? J'espère vraiment mettre fin à mes malheurs durant ce voyage.

Marche fut aussitôt reprise. Pas le temps de s'arrêter, alors ? Il semblerait que non. Cela ne dérangea pas particulièrement Ruby qui se contenta de manger docilement l'intégralité de sa glace au gré de ses pas qui lui rappelaient à quel point c'était injuste qu'une pseudo élite puisse se déplacer en berline pendant que les gens peinaient à faire ne serait-ce qu'un mètre. Il fut assez compliqué d'atteindre le lieu désiré par Heath, mais réalisable avec une certaine patience. Avant d'entrée, la dépressive imita son cousin et jeta donc la coupe vide dans une poubelle, s'essuyant tout de même la bouche avec un mouchoir avant de faire ne serait-ce qu'un pas de plus. Son état ne la tarissait pas d'éloges, autant ne pas aggraver ça avec une petite moustache de crème glacée.

Quelques instants plus tard, la coiffeuse visagiste repéra le binôme. Enfin... surtout Heath.  Et bon Arceus, ce qu'elle parla énormément, si bien que Ruby décrocha avant même que son cousin ne réponde à cette réplique digne d'un drama du dimanche. L'habituelle prise de nouvelles, en somme. Ruby esquiva néanmoins toutes questions, permettant ainsi à son regard de se balader aux quatre coins du salon. À n'en point douter, cette femme était une professionnelle. Pourtant, la Pyroli ne semblait pas rassurée. Qu'est-ce qui l'attendait ? Un changement radical, sans doute. Elle se laissa néanmoins guider jusqu'à l'un des espaces de travail, ce qui lui permit notamment de regarder une dernière fois sa mine débraillée. Ce qui est passé appartient au passé. Cette apparence n'allait pas tarder à rejoindre les faits ancestraux.

Fallait-il faire confiance à cette coiffeuse quant à la nouvelle apparence, ou bien imposer quelque chose de prédéfini ? Puisque Heath semblait lui faire confiance, pourquoi ne pas la laisser faire ? De toute manière, la rousse aurait très certainement passé deux heures à feuilleter les catalogues de modèle sans pour autant trouver son modèle. Ainsi ferma-t-elle les yeux durant l'intégralité du relooking, ne souhaitant voir que le résultat final. On raconte que les étapes transitant l'ancien style du nouveau sont parfois effrayantes à voir. Enfin... peut-être pas autant que le nombre de méthodes utilisées pour trifouiller une tignasse rousse en désordre. Ruby en perdit même le compte. Mais au final, après un travail acharné de la styliste, le supplice de l'attente arriva enfin à son terme. Temps d'ouvrir les yeux.

Admirative, la Pyroli contempla son reflet dans la glace. C'était bien plus court, plus aéré, mieux ordonné et surtout un tantinet plus sombre. Une teinture ? Sans doute puisqu'on lui expliqua sans plus tarder comment l'entretenir correctement. Mais un tel changement... Ruby n'y crut même pas au début. "Est-ce moi ?" et autres questions du style lui traversèrent l'esprit. Mais oui ! C'est toi. La nouvelle toi. Différente dans le bon sens, plus assurée, moins soucieuse... Seul un ancien détail subsistait : la garde-robe. Sans doute faudra-t-il la changer afin qu'elle concorde avec la nouvelle tête. Encore une fois, cette styliste était la mieux placée pour savoir ce qui irait le mieux à la rousse. Elle semblait être de bon conseil, autant en profiter. Ne restait plus qu'un avis : celui de Heath.

– Alors ? Qu'est-ce que tu en penses, toi ?

HRP:
 

_________________

Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Viva la familia!~ feat. Ruby   
Viva la familia!~ feat. Ruby
Page 1 sur 1
Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Outils de modération :