Connexion
Pokemon Community :: Archives :: Les Archives :: Année 3

Pokemon Community

T’façon tu m’aimes trop pour me tuer là. Et on est sur un forum tout public tu n’as pas le droit..
en savoir plus ?
Marcher puis dormir sous la lune.
Marcher puis s'enlacer jusqu'à l'aurore.
Marcher puis s'aimer pour l'éternité.
Marchaimer.
en savoir plus ?
Contrairement à ce que tu penses, les gens ne sont pas prisonniers de leurs idéaux. Et tu devrais toi-même en prendre conscience ...
en savoir plus ?
Les gosses dans ton genre n'ont aucune expérience de vie. Et certainement pas leur mot à dire pour juger les autres.
en savoir plus ?
T’es là depuis une seconde à peine et tu me casses déjà les couilles. C’est parfait.
en savoir plus ?
Je ferai tout pour que ce soit notre flamme qui reste allumée à la fin de ce combat.
en savoir plus ?
Je te l'ai dis Alex, à demi mot, que je t'aime. C'est vrai, pourtant je t'aime… Est-ce là? La fin de notre relation? Un message perdu que j'essaie de sauver au bord d'une plage alors que tu te noies dans tes sanglots? Je ne me savais pas condamné aux sables
en savoir plus ?
Tu es prêt Germain ? Reste sage et admire le spectacle, surtout n'interviens pas et sois gentil, trouve moi une cigarette.
en savoir plus ?
Je ne peux pas te contredire, tu as merdé en beauté.
en savoir plus ?
Je continuerai de t’aider, de t’assister, ou te servir, pour atteindre ton rêve. Même en sachant tout ça. Même si, pour se faire, je dois abandonner mes propres rêves.
en savoir plus ?
Son paquet d'Eucalyptus avait provoqué le chaos.
en savoir plus ?
Mademoiselle Potts ? Je suis désolée mais … est-ce que vous pourriez m’aider à trouver un partenaire, je ne connais personne et je …
en savoir plus ?
Le Deal du moment :
DELONGHI MAGNIFICA S ECAM22.140.B – Machine ...
Voir le deal
274.99 €

Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Assis sur le rebord d’une falaise de granite, Alban regardait l’océan qui s’étendait à perte de vue en dessous de lui. Les vagues venaient lécher le rivage à intervalles régulier, s’écrasant contre la plage de sable dans un fracas assourdissant. De sa hauteur, il avait l’impression que ces immenses rouleaux marins n’étaient que de petites ondulations sur la surface de la mer ; réduits à de simples brises d’écumes inoffensives. Le spectacle était incroyablement beau, même si tout cela lui rappelait ses nombreuses heures à survoler les océans avec sa monture, Cirrus. Le magnifique Roucarnage avec qui il participait aux courses aériennes, et qui était tombé un jour pour ne plus jamais se relever. Le regard bleu du garçon se perdit dans sa nostalgie. Ses jambes se balançaient mollement dans le vide. A cette altitude, il avait presque l’impression d’appartenir au ciel. Malgré tout, il en avait été banni ; lui, l’oiseau qui ne pouvait plus s’envoler. Un soupir traversa ses lèvres tandis que Zéphyr à ses côtés, sentant son trouble, s’agitait en faisant frémir ses ailes dorées. Avec des mots doux, Alban le rassura et continua d’observer le paysage magnifique de Lansat en tout en caressant son Goélise.

Il était enfin arrivé sur cette île qui deviendrait son nouveau chez-lui. Il ne savait pas s’il parviendrait à la considérer comme son foyer aussi vite que Cobaba, mais à présent, il n’avait plus le choix. Contrairement au lieu des classes d’été, Lansat était bien plus grande et semblait avoir beaucoup plus à lui offrir. Cela ne faisait que quelques jours qu’il avait débarqué via le grand Port, mais il avait déjà trouvé quelques endroits qu’il appréciait. Cette falaise en faisait partie. Il se sentait au plus près des nuages, ici. Mais il savait bien que ce ne serait pas bon de s’attarder trop longtemps car il n’aurait plus autant de temps pour visiter à présent que les cours avaient recommencé activement. S’étirant longuement, il attrapa Zéphyr et le posa sur son perchoir préféré, à savoir son épaule. Dans son sac à dos, Mistral le Tylton blanc nouvellement éclos faisait une sieste. Le bébé Pokémon semblait avoir encore besoin de beaucoup de sommeil, et les endroits confinés étaient ses favoris. Ses parents disaient que c’était une réaction normale des Pokémon Vol ; à l’étroit, la transition entre la coquille et le monde extérieur était moins brutale. Ses ailes de coton confortablement déployées autour de lui, le Tylton dormait profondément, faisant parfois quelques bruits mignons. Avec un sourire attendri, Alban le transporta avec mille précautions, tandis qu’Auster à ses pieds surveillait son protégé avec attention. Le Noctali semblait s’être rapidement attaché à Mistral, et la nuit, il laissait ses anneaux lumineux allumés pour ne pas que le Tylton soit effrayé.

Alban aurait pu le laisser au dortoir, mais il voulait l’avoir à l’œil pour ne pas qu’il lui arrive quelque chose de fâcheux. C’était difficile à dire, mais depuis la naissance de Mistral, le garçon ne se sentait plus très rassuré. Et il répugnait à devoir le laisser dans sa Pokéball. Bah. Ça lui ferait une petite balade au moins, même s’il comptait bien éviter les endroits trop bruyants. Mais pour cela, où devait-il aller ? Alban ne connaissait pas encore bien Lansat, et l’île avait l’air tellement immense qu’entre le campus et la ville Portuaire, le châtain risquait de très vite de se perdre. Haussant les épaules, il se dirigea naturellement vers le cœur de la ville. Il y avait une Agence Touristique ici, c’était sûr et certain. Il lui suffisait de la trouver et de récupérer toutes les brochures ; grâce à ces informations, il parviendrait bien à occuper sa journée, n’est-ce pas ?

Se dirigeant d’un pas boitillant vers la ville, le châtain s’arrêta juste à une échoppe pour acheter de quoi grignoter ; quelques beignets aux baies Mepo qui avaient l’air appétissants et que son équipe apprécia grandement. Il n’en donna cependant pas à Mistral qui dormait encore et qui, de toute façon, était nourri uniquement aux liquides pour l’instant. Tandis qu’il vérifiait sa monnaie, il demanda à la vendeuse où est-ce qu’il pourrait trouver l’Office du Tourisme. La dame, compréhensive, lui griffonna un plan sur un morceau de papier. Et le voilà qu’il était reparti sur les routes en suivant les indications précieuses, en chemin vers le sésame ! Il n’aurait pas voulu l’avouer mais il trépignait d’impatience. Il avait envie de partir à la découverte de Lansat. Découvrir tous ses secrets, en explorer les moindres recoins. C’était fou à quel point il était curieux depuis qu’il avait quitté le monde des courses aériennes et retrouvé le goût de vivre sur Cobaba. Impatient, le garçon parvint enfin devant la grande devanture flambant neuve de l’Office du Tourisme. Zéphyr, sur son épaule, commençait déjà à se cacher derrière ses cheveux tant la perspective de voir du monde l’angoissait. Par malchance, Alban venait tout juste de se couper les cheveux en arrivant sur Lansat et le pauvre Goélise ne put que camoufler le haut de sa tête. Ahaha. Après tout, le Voltali n’allait pas garder la tignasse rebelle et un brin trop longue qu’il arborait du temps où il était encore sur Cobaba. Zéph' grogna un petit moment puis se calma finalement, enfouissant sa tête dans le col de chemise de son humain.

Se faufilant entre les personnes déjà présentes, Alban regarda les différents portants. Cartes de l’île, publicités, voyages organisés et… Ah ! Les dépliants sur les lieux incontournables et les animations de l’année. Ses doigts se saisirent du guide et il le ramena vers lui, soupirant de soulagement. C’était qu’il y en avait du monde, aujourd’hui ! Pas beaucoup d’élèves comme lui, malheureusement. Visiblement, une bonne partie des étudiants connaissait déjà Lansat. Il n’y avait que la nouvelle promotion qui était arrivée le 1er Septembre ou celle qui avait commencé les classes d’été un peu plus tôt qui n’y avaient jamais mis les pieds. Bah. Il ne se sentait pas seul pour autant. Il s’était fait de nombreux amis à Cobaba, dont certains qui avaient commencé en même temps que lui. Où pouvaient bien être Opale, Karel ou Khal, d’ailleurs ? Alban se tourna dans tous les sens pour essayer d’entrapercevoir ses amis, mais la seule jeune personne de son âge qu’il croisa fut une fille mignonne aux cheveux rosés et aux grandes lunettes. Ne souhaitant pas la fixer, Alban détourna le regard et avisa les dépliants qui étaient dans un portant juste à côté de la demoiselle. Pas faciles d'accès cependant, car l'inconnue était pile devant. S’approchant d’elle, il lui demanda d’une voix neutre.

- Hm excuse-moi, je peux prendre un dépliant ?

Il espérait qu’avec ça, elle comprendrait qu’elle était devant le portant et qu’elle gênait un peu pour qu’il puisse récupérer ce fameux papier publicitaire qui semblait parler de… hm… le Musée de Lansat ? Voilà qui était intéressant et annonçait un joyeux programme.
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Océan d'aquarelles

Alban & Max

Ce matin là Max s'était levée avec une impression étrange. Elle se sentait apaisée, calme, détendue. Ça fessait si longtemps qu'elle ne s'était pas sentie comme ça qu'elle en resta un moment béate. Ce fut Nessie, son Solochi qui la sortit de sa torpeur. Le dragon posa sa tête à coté de celle de sa dresseuse, l'air de se demander pourquoi elle restait immobile alors qu'il savait qu'elle était éveillée. La Givrali posa sa main droite sur la tête de son pokemon, observant quelques minutes la cicatrice violacée qui mangeait sa main. Elle avait fait un nouveau pas en avant dans son deuil. Elle acceptait mieux la mort de ses amis. Lentement, elle sortit de son lit, laissant ses pieds nus toucher le sol froid de sa chambre. Elle soupira légèrement. Il fallait vraiment qu'elle achète un tapis. Oui, ça fessait une semaine qu'elle se le disait et partie comme elle était, elle ne le ferait jamais. Elle sourit. Cette sensation de calme était fantastique. Elle se sentait capable de tout. Ça tombait bien. Elle n'avait pas cours aujourd'hui, elle allait pouvoir explorer la ville. Dès son arrivé à Lansat, la jeune  fille s'était sentit attirée par cette ville plus petite qu'Illumis mais semblant cacher autant de mystères.
Enfin debout la jeune fille salua joyeusement ses pokemons. Ils ne semblaient pas vraiment comprendre la bonne humeur de leur dresseuse. Nessie lui rendit son salut tout aussi joyeusement et Apalala sembla moins enthousiasme, réfléchissant à la raison de ce grand sourire. Il laissa rapidement tomber et se joignit à la bonne humeur ambiante. En se préparant, Max chantonnait joyeusement des chansons de sa région natale. Après une rapide douche rafraîchissante, la jeune fille s'habilla rapidement, enfilant une jupe et un top fluide. Se brossant les dents et les cheveux en même temps, Max se sentait curieuse. Il lui fallait faire quelque chose où elle pourrait apprendre des choses. Une fois prête, elle appela ses pokemons, sortit de sa chambre et prit soin de bien fermer sa porte à clé. Pas qu'elle ne fessait pas confiance à ses camarades de dortoir mais les dortoirs étaient ouverts à tous et on ne savait jamais. Son naturel prudent prenait le dessus et il y avait dans sa chambre toute sa vie. Elle ne voulait pas les perdre à cause d'une négligence. Sa clé dans sa besace avec son carnet à dessin actuel, ses pokeballs et un encas, elle essaya de sortir du bâtiment. Le dortoir lui avait lancer une malédiction. C'était sûr. Pour quelles autres raisons pouvait elle bien se perdre dans un bâtiment aussi simple. Quand elle réussit à trouver la salle commune, elle poussa un grand soupir de soulagement. Elle lançât un salut aux Givrali présentes et sortit du dortoir pour aller manger un bout au réfectoire.
L'estomac plein et cette fois prête à partir, elle se dirigea vers les arrêts de bus. Elle vérifia les horaires et les parcours des bus, histoire de ne pas se tromper de bus et finir dans un endroit perdu. Jouant la prudence elle prit une photo du plan avec son Ipok et fit rentrer ses pokemons dans leur ball, elle ne voulait pas risquer un accident. Surtout avec Nessie. Elle monta tranquillement dans le bus adressant un grand sourire et un salut joyeux au conducteur.
Direction la ville !
Le trajet ne fut pas vraiment long et elle arriva en centre ville après environ une petite demi-heure. Dès qu'elle mit le pied sur le trottoir elle se sentit de retour à la capitale de Kalos. Elle laissa son regard vagabonder sur la rue. Colorée et vivante, elle savait que cet endroit deviendrait rapidement le sujet d'une de ses peintures. Elle adorait la nature et la campagne mais l'énergie d'une ville avait une saveur indescriptible et elle l'adorait. Actionnant le mécanisme de ses pokeballs, elle fit sortir son équipe. Les deux furent surpris par le changement d'ambiance, déclenchant un rire chez Max. La petite équipe se promena tranquillement dans les rues animés de la ville. Aaron avait eu raison. L'endroit était sublime.
Cela fessait bien une heure que la jeune fille se baladait au grès de ses envies. Elle avait cédé à ses pokemons et leur avait offert une sorte de cookies. Elle ne savait pas vraiment. Mais ses pokemons avait eu l'air d'apprécier.
Après ce petit intermède sucré, l'équipe se trouva face à l'Office de Tourisme de Lansat. Exactement  ce qu'elle avait besoin. Elle allait pouvoir trouver un endroit sympa à visiter en ville. Elle entra donc et salua la jeune femme de l’accueil et les quelques personnes à l'intérieur. Elle se dirigea vers le portant à prospectus et se mit à les feuilleter. Un aquarium, le centre commercial ? Elle ne savait pas vraiment, elle attrapa sans faire vraiment attention le prospectus sur le Musée. Un Musée ? Ça la tentait bien. Prise dans sa lecture, elle faillit ne pas entendre la voix qui lui demandait implicitement de se décaler. Après un moment de blanc, elle réalisa que c'était bien à elle qu'on parlait. Elle sursauta, ce qui fit glisser ses lunettes sur le bord de son nez. Elle se décala légèrement, rougissante de gêne, laissant au propriétaire de la voix la place d'atteindre le portant.
- Désolée, je n'avait pas remarqué que j’étais au milieu.
Elle lâcha un rire gêné. D'un geste habitué, elle replaça ses lunettes et porta son regard sur Mr. la voix. C'était un jeune homme de son âge, apparemment, doté de prunelles fascinantes. Tantôt bleu ciel, tantôt bleu cobalt, Max aurait pu les regarder pendant des heures. Elle se fit la promesse de les peindre le plus rapidement possible. Elle se força néanmoins à baisser le regard vers les pokemons du jeune homme. Un Goélise aux ailes dorées - n'étaient elles pas censés être bleues ? - se reposait sur sa tête. A ses pieds, un beau Noctali semblait prêt à protéger son dresseur. Nessie semblait intrigué par le pokemon ténèbres. Il commença à s'avancer vers lui avant que le Mateloutre l'attrape à la nuque pour le garder à coté de lui. Apalala toisa du regard le Noctali, restant bien au coté de sa dresseuse.

- Hum … Désolée, Apalala n'est pas vraiment sociable. Euh, je m'appelle Max et je viens de la PC, comme toi je pense. Désolée, encore, je voulais pas te gêner.


Max se recula encore un peu, les joues rouges. Elle était dans une bonne journée, c'est pourquoi elle osa rouvrir la bouche. D'une petite voix cependant, elle n'était même pas sûre que le garçon aux yeux multicolores l'avait entendu.

- Euh, j'allais partir vers le musée. Si ça t'intéresse on pourrait le visiter ensemble.

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Elle était là à lire tranquillement son prospectus du Musée. Alban avait l’impression de la déranger mais, malheureusement pour elle, il voulait accéder au portant qu’elle cachait derrière son dos. Et quand Alban Abernaty avait une idée en tête, il pouvait se montrer tellement têtu qu’on ne pouvait la lui faire oublier. Il attendit donc patiemment que la demoiselle aux cheveux roses daigne se décaler pour qu’il puisse attraper son précieux. Visiblement, la jeune fille n’avait pas l’air décidée à bouger. Il y avait deux hypothèses à cela. Soit elle ne l’avait pas entendu, ce qui aurait pu être compréhensible sachant que lorsqu’Alban était lui-même plongé dans ses lectures, il pouvait mettre une éternité à vous calculer. Soit elle n’avait pas envie de le faire, ce qui était déjà plus dérangeant. L’ombre qu’Alban projetait sur elle, et son regard scrutateur qui pouvait mettre à l’aise par moments finirent cependant par triompher et la jeune fille, après un sursaut, se décala de quelques pas, les joues écarlates. Sa mine intimidée valida la première hypothèse d’Alban et ce dernier voulu lui adresser un petit sourire d’excuse. Malheureusement, il ne connaissait pas encore assez cette fille pour que le geste vienne naturellement ; un masque impassible tomba sur son visage et il maudit ses fichues défaillances maxillo-faciales. Un sourire, c’était trop demander ? Bon, oui, visiblement. Zéphyr sur son épaule observa un moment la jeune fille et, après deux secondes, il se cacha derrière son dresseur en émettant ces fameux bruits de gorges qui indiquaient qu’il était intimidé. C’était vrai qu’elle était mignonne, dans son genre. Pas bien grande, timide, avec de grandes lunettes qui avaient l’air de mal tenir sur son nez. Elle les replaça d’ailleurs bien vite d’un geste expert et eu un petit rire. Alban pencha la main à côté d’elle pour attraper son dépliant et continua de la regarder un petit moment.

- Pas de soucis, lui répondit-il d’une voix calme et posée où ne perçait aucune animosité.

Elle avait visiblement l’air mal à l’aise en sa présence. Et après tout, qui ne le serait pas ? Alban n’était pas le genre de garçon souriant et avenant. Il devait plutôt avoir l’air carrément flippant, oui. Les Pokémon de la demoiselle ne semblèrent cependant pas du même avis que leur dresseuse car un Solochi s’avança vers Alban et ses compagnons d’un pas précipité. Alban connaissait cette espèce car son préfet de dortoir, Orren, était un spécialiste du type Dragon. Et même si le châtain n’en avait jamais vu avant son arrivée à Cobaba, il avait assez entendu parler des prouesses de son aîné pour être capable de reconnaître un Solochi. En outre, c’était avec ce petit dragon bleuté à la longue frange qu’Orren avait commencé son aventure à l’académie. Impressionnant, donc. La jeune fille était-elle consciente du fait qu’elle avait un Pokémon destiné à devenir presque aussi puissant que le starter d’un des meilleurs topdresseurs de l’école ? Probablement pas. Alban regarda cependant le Mateloutre de l’inconnue attraper le Solochi par la nuque en lui intimant de rester bien près de lui. Geste qui semblait ne pas déplaire à Auster d’ailleurs, puisque le Noctali ne connaissait pas encore assez ces gens-là pour les laisser s’approcher plus de son dresseur. Le Pokémon Ténèbres relâcha donc la tension dans ses pattes et retrouva sa posture noble et tranquille, ses yeux rouges surveillant toujours les étrangers.

La jeune fille s’excusa ensuite pour le comportement de son Pokémon. Elle s’appelait Max, visiblement, et elle venait de la PC. Il ne s’était donc pas trompé mais après tout, il pensait que les adolescents vivant à la Ville Portuaire et n’allant pas à l’académie se comptaient sur les doigts d’une main. Bénéficiaient-ils de frais d’inscription préférentiel s’ils vivaient déjà près du campus ? Alban n’en savait rien, mais il avait longuement parlé avec ses parents de ces fameux frais, avant de se décider à s’inscrire. Sa famille ne vivait pas dans le besoin, loin de là ; même si au final, ils avaient appris à vivre chichement dans un village tel que Cimetronelle. Cependant, il fallait dire que l’inscription coûtait fichtrement cher, et que la décision de venir sur Lansat ne s’était pas faite sur un coup de tête de la part du garçon. Il secoua la tête lorsqu’elle s’excusa pour la gêne occasionnée.

- Ne t’inquiète pas, il n’y a aucun problème. Je m’appelle Alban, et effectivement, nous sommes de la même école. Enfin… Personnellement, je viens juste d’arriver à Lansat. J’ai fait les classes d’été mais je me considère encore comme un novice.

Là, il parvint à esquisser un sourire timide. Novice. Autrefois, il aurait presque eu honte de l’avouer ; son égo ne l’aurait pas accepté. Cependant, après avoir rencontré Khal, Opale, puis Karel, il se sentait moins seul. Il n’était pas l’unique nouveau parmi toutes ces pointures. Il y en avait beaucoup d’autres comme lui, et le dire à haute voix ne le gênait même plus. Max était-elle nouvelle comme lui, ou avait-elle déjà fait quelques semestres à l’académie ? Il n’en savait rien, et n’aurait même pas pu le juger sur ce qu’il voyait. En tout cas, elle avait déjà deux Pokémon, ce qui indiquait qu’elle devait au moins avoir fait les classes d’été. Après tout, aucune Sortie Capture n’avait été organisée depuis qu’ils étaient arrivés sur Lansat…

Il détourna le regard. Il avait l’impression de beaucoup trop la fixer, ce qui n’était pas vraiment poli de sa part. Elle émit cependant quelques paroles dans un petit couinement de souris, qu’une personne normale n’aurait pas pu entendre. L’oreille bien entraînée d’Alban capta cependant le contenu principal du message, et il se remit à plonger ses yeux bleus mouchetés d’or dans ceux de la jeune fille. Aller au Musée ensemble ? Le garçon regarda rapidement le prospectus. D’après la brochure, le Musée était un vieux monument de pierre sur plusieurs étages qui retraçait l’histoire de Lansat principalement, avec quelques références aux légendes et mythes du Monde entier. On pouvait y observer de magnifiques aquarelles d’artistes natifs du Village Portuaire, ainsi que des sculptures, des gravures, et autres reliques du passé. Actuellement, l’exposition phare du Musée concernait le Pokémon Légendaire Sulfura, qui aurait, d’après la description, été aperçu aux abords des volcans éteints de Lansat. Sûrement une technique marketing pour justifier l’exposition, d’après Alban, mais le programme semblait assez intéressant globalement, et le garçon releva la tête vers Max.

- Ça me semble sympathique effectivement. Allons-y, répondit-il à la Givrali.

Puis le duo se mis en marche et déambula dans les rues de la Ville Portuaire. A cette heure de la journée, les habitants étaient déjà sortis pour aller au marché, discuter entre eux, ou préparer la rentrée des plus petits. Tant d’effervescence et d’animation faisait plaisir à voir, et Alban s’imagina un instant de retour à Cobaba. Avec un pincement au cœur, il se força à ne pas repenser à tout ce qu’il avait vécu sur cette île et qui lui manquait déjà tant. Il espérait en tout cas que ce ne serait pas ici qu’Audrey déclencherait ses grenades chantilly ; devoir passer toutes ses années scolaires à éviter les habitants, très peu pour lui. Marchant de son pas boitillant, Alban suivi le plan inscrit au dos de la brochure pour trouver le Musée. Au bout de quelques minutes, les deux adolescents parvinrent enfin devant le grand bâtiment ancien, magnifique sous la lumière dorée du soleil. Ils entrèrent à l’intérieur après avoir pris leurs billets - gratuit pour les étudiants – et suivirent le circuit basique. Ils passèrent donc dans un premier couloir, et Alban s’arrêta pour observer les magnifiques aquarelles dans leur cadre d’ivoire, représentant la ville à différents moments de la journée, et de différentes prises de vue. On pouvait y voir le volcan, le Village Portuaire, une grotte qu’Alban ne connaissait pas, et une magnifique Epave distinguable sous l’eau bleue transparente. Les aquarelles étaient magnifiques, et Alban parvenait presque à sentir les odeurs qui émanaient de chacun des lieux représentés. Avec un sourire, il avisa l’une d’elle qui représentait une vue aérienne d’un immense campus avec plusieurs bâtiments et un complexe sportif en son centre.

- Tiens regarde, c’est la PC, dit-il à Max en lui montrant l’aquarelle. Les autres lieux c’est quoi, à ton avis ? Je n’en reconnais que la moitié.

Il lança un regard vers la Givrali, en espérant qu’elle aurait une meilleure connaissance de Lansat que lui. Il déplora la présence d’indications dans ce couloir qui expliqueraient l’histoire de ces peintures, mais se fit la réflexion qu’il s’agissait simplement de quelques décorations sans grande importance pour le Musée, et que le cœur de la visite se ferait plus loin. Ce qui était plutôt dommage, vu la beauté de ces œuvres.

- Je trouve ces aquarelles magnifiques, mais je ne m’y connais pas vraiment en art. Tu en penses quoi, toi ?
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Océan d'aquarelles

Alban & Max

Le jeune homme ne pris pas mal sa longueur à se décaler. Tant mieux. Elle se sentait suffisamment idiote pour ne pas vouloir subir la pression de l'intimidant Voltali. Étonnamment, le jeune homme accepta sa proposition. Le châtain avait vraiment quelque chose. Malgré sa carrure assez frêle et son pas boitillant, Max savait que le jeune homme pouvait se faire respecter. En fait, d'un regard, il lui semblait qu'Alban pouvait tout faire. Ce n'était peut être qu'une impression mais elle se sentait comme protégée et elle ferait tout pour rester du coté du jeune homme. Elle n'avait pas vraiment envie de se le mettre à dos. Elle ne résisterait pas et s’aplatirait devant lui. Il ferait sans aucun doute un terrible adversaire. Était-il connu ? Si il l'était, elle ne le connaissait pas et il ne venait pas de Kalos. Sa prestance indiquait qu'il savait quoi faire. Peut être avait-il fait de la compétition ? Il avait un regard de vainqueur, de conquérant. Si ses suppositions étaient justes, elle ne doutait pas qu'il avait été le meilleur. Il y avait une sorte de fêlure en lui. Du moins, elle le supposait mais, l'éclat dans ses yeux quand il regardait ses pokemons semblait démentir tout ça. Il lui fessait l'effet d'un oiseau auquel on avait brisé les ailes et qui lentement réapprenait à voler. Sa démarche montrait toute la contradiction du personnage. Son boitillement laissait penser à un infirme mais quand on laissait son regard remonter le long du corps du jeune homme on pouvait voir les épaules droites et le port de tête haut du Voltali. Sur le trajet les menant au musée où elle laissa le garçon s'occuper de les guider, elle ne voulait pas les perdre, elle réalisa que le garçon lui avait laissé une très bonne première impression. Et elle espérait que si ils parvenaient à se détendre en la compagnie l'un de l'autre, si elle arrivait à s'ouvrir à lui comme lui s'ouvrirait à elle, elle espérait que cette bonne impression devienne réalité. Elle n'en doutait pas vraiment.
Sortant de ses pensées en arrivant devant le bâtiment du musée, elle adressa un fin sourire au jeune homme, avant d'entrer.
Le hall d'entrée était aussi beau que la façade. Ce musée promettait de superbes découvertes. Les vielles pierres bien entrevues et mises en valeur par les meubles en bois brut. Les deux adolescents s'approchèrent de la guichetière. La jeune femme blonde semblait plus occupée par sa conversation téléphonique avec

« Juliette, ma chééééérie !! Tu sais pas quoi ??!! »

Un superbe cliché de la secrétaire. Ne sachant pas vraiment quoi lui dire, elle se contenta des basiques bonjour, s'il vous plaît, au revoir. La secrétaire leur lança un regard noir avant de leur grommeler que

« Vous êtes étudiants, c'est gratuit »

Aimable, vraiment.
Le duo prit la direction du parcourt basique. Implicitement, les deux adolescents avaient choisi de commencer par l'exposition permanente pour se garder la surprise de celle sur Sulfura. Max était vraiment intriguée par les surprises que pouvait lui réserver le Musée. Elle ne connaissait pas bien l'histoire et la légende de l'oiseau de feu. Peut-être que son camarade pourrait la renseigner. En attendant, les deux jeunes gens étaient entrer dans un couloir. Sûrement un simple lieu de passage vu le peu de décorations. Cependant, accrochées au mur, de sublimes aquarelles repensaient Lansat. Ça lui fessait penser à son propre carnet sur Illumis. Elle remarqua le manque d'information sur les lieux peints. Elle partageait l'avis de son camarade. C'était dommage, comme lui elle ne reconnaissait pas les lieux. Elle lança un sourire contrit. Mais elle s'y connaissait en art.

- Désolée, je ne les reconnais pas non plus. Je suis arrivée après les classes d'été. Et tu as raison, elle sont magnifiques. Tu vois ses deux aquarelles ?


Elle pointa le volcan et la vue aérienne. Son regard s'alluma, comme à chaque fois qu'elle parlait d'art et de peinture. Sa voix se fit plus assurée. Elle maîtrisait son domaine et c'était dans ces moments là que la jeune fille se révélait. Déjà sa posture changea, ses épaules n'était plus autant crispées et son sourire plus franc.

- Ce sont deux artistes très différents. L'auteur du volcan a un trait vif, presque violent. Il doit être énergétique et volontaire dans la vie. Il a choisit le parfait sujet. La violence d'une éruption convient parfaitement à son tempérament de feu. Maintenant regarde la vue arrière, les traits de crayons sont invisibles, c'est juste un ballet de couleurs. C'est beaucoup plus doux. C'est presque enchanteur. Il y a une poésie dans ce dessin qu'il n'y a pas dans l'autre. Je parierais que c'est quelqu'un d'attentionné. Très doux. Je pense à une femme, sûrement une maman.


Elle se tait. Elle sait qu'elle peut paraître bizarre à imaginer ainsi le caractère et parfois même la vie des artistes. Elle eut un sourire gênée et ses pommettes rougirent. Son regard se reporta sur le jeune homme. Ses yeux la fascinait vraiment. Son coté artiste ne résistait jamais à un défi et elle voyait les prunelles du jeune homme comme l'un des plus grand de sa jeune carrière.

- Hum, j'ai tendance à me laisser emportée quand je commente une œuvre. Et j'aime imaginer la vie des artistes. Pour moi le dessin ou la peinture permet de délivrer des messages que l'on ne sait pas faire passer par les mots. Enfin quand je dessine c'est surtout une expression de mes sentiments actuels. Alors j'imagine que c'est de même pour les autres.


Elle espérait ne pas l'avoir trop ennuyait avec ses divagations. Son regard retourna vers les aquarelles. Elles étaient sublimes. Si son envie d'explorer l’île était déjà grande, les aquarelles renforcèrent cette envie. L'épave en particulier la fessait rêver. Elle voulait absolument la voir en vrai. Sa curiosité la démangeait et ses envies d'exploration aussi. Apalala pourrait même l’accompagner ! Perdue dans ses pensées, elle resta quelques minutes devant la représentation de ce monde d'aventure. Ses deux petites semaines passées à la Tour Dracospire lui avait influer une passion pour la'exploration. C'était pour ça qu'elle s'était inscrite dans le parcourt Scientifique.
Le duo laissa les aquarelles derrière eux et entrèrent dans la première salle du Musée. Une statue en verre de Mew trônait au centre de la pièce. La pièce était d'une rare beauté. Fin et gracieux, le petit pokemon Nouveau semblait voleter dans la pièce. Autour d'eux, des vitrines présentaient divers objets. Max n'y prêta pas attention, subjuguée par la statue du légendaire.

- Wow … C'est magnifique.


Sa voix n'était qu'un murmure mais le silence et le calme de la pièce fit résonner le commentaire de la Givrali.  

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
La ville Portuaire de Lansat avait ce quelque chose de particulier qui la rendait exceptionnelle. Ses allées en pierre et en bois recelaient de joyaux à chaque coin de rues ; les marchands ambulants avaient dressé leurs stands aux toiles colorées et ils interpelaient les passants à voix haute. Sur les comptoirs, des produits par milliers aux odeurs et aux couleurs pétillantes. Ici, il y avait un portant d’olives noires tandis que là-bas, c’étaient perles nacrées et pierres précieuses qui côtoyaient les parures d’or et d’argent. Curieux, Alban regardait discrètement les différents villageois venus exposer leurs biens. Il avait décidé avec Max de se diriger d’abord vers le Musée, mais une main invisible l’attirait comme un aimant vers ces roulotes originales. Néanmoins, sa première visite était déjà planifiée et il aurait tout le temps de revenir faire un tour dans les ruelles quand il aurait plus de temps. Pour le moment, il était peut-être plus judicieux de profiter de l’exposition éphémère et de ne pas refuser la requête de la jeune Givrali. Après tout, cela aurait été du plus mauvais effet, en plus d’être le comble de l’impolitesse. Pris entre deux feux, Alban décida tout de même de rester avec la jeune fille, qu’il guida d’un pas sûr vers le Musée. Malgré son boitillement, le châtain marchait d’un bon pas et la démarche hésitante de la demoiselle lui indiquait qu’il valait mieux qu’il prenne les devants. Au bout de quelques minutes à peine, les deux adolescents trouvèrent enfin le fameux Musée et s’y engouffrèrent après avoir subi la mauvaise humeur de la guichetière. Ah… Ce n’était pas demain la veille qu’il allait en croiser une d’aimable, tiens. Entre celle-ci et la vieille courge qui lui avait servis de guide lors de sa visite de la maison hantée sur Cobaba, il n’était pas vernis. Enfin…

Maxine et lui purent enfin faire leurs premiers pas dans le couloir d’accueil. Sur les murs étaient accrochés de nombreuses aquarelles. Parfois, les œuvres étaient encadrées d’un ornement en bois flotté clair, ce qui rajoutait un charme tout particulier à leurs courbes délicates. Alban était admiratif. Il ne s’y connaissait pas vraiment en art, mais il savait apprécier les belles choses. Ses yeux aux couleurs changeantes se posèrent sur chaque coup de pinceau, et il déplora l'absence de plus d’indications. Ces aquarelles avaient-elles des noms ? Qui en était l’artiste ? Il avait beau ne pas être cultivé en la matière, il lui semblait qu’il y avait plusieurs auteurs, même s’il n’en était pas sûr. Se tournant vers Max, il acquiesça lorsqu’elle approuva qu’elle trouvait également les aquarelles magnifiques. Elle faisait cependant aussi son premier semestre à l’académie et n’en connaissait pas plus que lui sur la ville et ses richesses. Un peu déçu, il ne laissa cependant rien paraître ; une tâche plutôt simple vu son manque évident d’expression.

- Ah, moi aussi… précisa-t-il inutilement, tandis que Maxine embrayait sur deux aquarelles.

Il suivit l’index de la jeune fille et regarda les volcans représentés. Il aimait bien ces aquarelles en particulier, car les couleurs pastelles et douces parvenaient tout de même à refaire sortir la profondeur et l’éclat de la lave incandescente. Il fut cependant incroyablement étonné de l’analyse de Max. Elle était passionnée d’art, c’était évident. La façon dont elle en parlait était magique ; presque poétique. Il la contempla de ses yeux qui avaient viré au bleu profond et écouta chacun de ses mots. Elle s’exprimait avec un ton franc, passionné, et tellement professionnel qui dénotait avec son aspect de jeune fille timide de plus tôt. Une artiste. C’était évident. Il eut un léger sourire lorsqu’elle s’empourpra et s’excusa de s’être emportée. Elle lui avoua également qu’elle dessinait, ce qui lui semblait être l’évidence même.

- Ne t’en fais pas, je trouve ça impressionnant, et ça me permet de voir l’œuvre autrement. Je ne suis pas un artiste, loin de là, et je ne sais pas décrypter ces aquarelles aussi bien que toi. Si ça ne te dérange pas, est-ce que ce serait possible que tu m’en décrives d’autres ? Je trouve ça fascinant.

Il plongea ses yeux dans ceux de la Givrali. Il n’avait pas envie de paraître trop autoritaire ou impoli. Après tout, Maxine n’était pas une bête de foire et il ne voulait pas la forcer. Pourtant, il avait le sentiment qu’elle avait envie de laisser éclater sa joie de pouvoir contempler autant de belles œuvres, et que toute cette fascination devait se transcrire par la parole. Il se fit songeur. Elle était plutôt impressionnante, mais il était tellement étranger à ce monde d’art et de couleurs qu’il se sentait presque stupide.

- Par contre, quand tu dis que tu fais passer tes sentiments actuels… Cela veut-dire que quand tu es triste, tu ne peux pas dessiner quelque chose de joyeux ? Ou alors est-ce plus complexe que ça, comme…

Il regarda une aquarelle représentant le Lac Corail lors d’un lever de soleil. Les couleurs étaient vives, chaleureuses, de rouge et d’or, mais l’eau violette contrastait avec la matinale de l’astre. Dans la logique des choses, Alban aurait plutôt songé que le Lac Corail avec ses couleurs froides devait plutôt être représenté de nuit, sous un ciel d’encre étoilé, ou au coucher de soleil, lorsque le rose des nuages se pose sur le mauve comme une fine pluie.

- … celle-ci, continua-t-il. J’ai l’impression qu’il y a des sentiments contraires là-dessus, comme si la personne était indécise, sujette à un choix difficile à faire.

Il rougit et détourna le regard. C’était stupide. Il ne parvenait pas à décrypter l’art, alors pourquoi essayait-il ? Pour pouvoir parler avec cette fille sans avoir l’air d’être à la ramasse ? Allons Alban, reprend-toi, voyons ! A ses pieds, Auster se frotta contre ses chevilles pour essayer de le calmer. Zéphyr, lui, n’arrangeait pas la situation. Il continuait de gazouiller dans son coin, tout en essayant d’éviter au maximum le regard mordoré de la demoiselle. Quant à Mistral… Tiens ? N’était-ce pas lui qui venait de se réveiller et sortait doucement du sac d’Alban, comme porté par la brise ? C’était drôle à quel point les Tylton pouvaient s’envoler sans donner l’impression de battre de leurs ailes cotonneuses. On aurait presque dit des nuages qui s’élèvent comme bon leur semble. Le Tylton, toujours ensommeillé, se laissa monter jusqu’à la tête d’Alban, sur laquelle il s’installa comme un chapeau ouaté.

- Hm je, désolé pour ça, s’excusa-t-il devant cette intrusion involontaire.

Sans prêter plus d’attention à Mistral, ils continuèrent leur visite et débouchèrent dans une magnifique salle avec des pièces d’art diverses disposées çà et là. Alban n’était pas sûr qu’il y ait une quelconque logique dans ces sculptures de verre au beau milieu, ces reliques qui tombaient en ruines au fond et cet étrange globe qui tournait sur lui-même, auréolé de poussière d’étoiles. Pourtant, l’ensemble se mariait étrangement bien, et il suivit Max qui semblait subjuguée par la statue de Mew. Pour être belle, la statue était belle. Les spots de lumière disposés habilement autour la faisaient étinceler comme un diamant. Il lui laissa du calme pour continuer d’admirer la sculpture. Plus rien ne semblait exister autour d’elle, et Alban ne la dérangea pas avec un quelconque commentaire là-dessus. A la place, il regarda une vitrine disposée non loin, qui présentait une collection complète de toutes les pierres évolutives existantes. Il resta un long moment à regarder la Pierre Eclat qui brillait étrangement, jusqu’à ce qu’il sente que Mistral décolle de sa tête.

Habitué à ce phénomène, il tendit les bras et rattrapa le petit Tylton chromatique avant que ce dernier ne soit trop haut. Auster tournait dans tous les sens, prêt à réceptionner son petit protégé en cas de gros problème. Cependant, Alban parvint à ramener son Pokémon vers lui, le cœur battant à tout rompre. Ce fut à ce moment-là qu’il remarqua le plafond et cet énorme lustre de cristal, fait, tout comme la statue qu’admirait Max, d’un Mew et de petits globes qui gravitaient autour comme des étoiles.

- Max… Regarde ça, lui dit-il à voix basse.
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Océan d'aquarelle

Alban & Max

Alban n'était dérangé par ses envolées artistiques. Il n'aurait sûrement pas du lui demander d'en décrire et analyser plus. Si la jeune fille était lancée, elle pouvait parler pendant des heures d'un coup de pinceau ou d'une couleur qui aurait put être atténuée ou au contraire accentuée. Elle aimait beaucoup les musées et analyser les diverses œuvres. Tout comme Alban, elle était dessus du manque d'indication sur les lieux et les artistes. Le manque de titres aussi était dommage, on pouvait apprendre beaucoup d'un titre. Certains étaient poétiques et trahissait un soin tout particulier pour l’œuvre, d'autres étaient plus simple, plus explicite. Ces dernières étaient plus compréhensibles. Souvent aussi, les artistes du pinceau ne l'étaient pas des mots et certaines œuvres pouvaient avoir des noms détonnant avec leur beauté. Les artistes nommant leurs œuvres avec des noms simples comme « Salamèche N°1 » n'étaient pas rares.

Max était dans son élément, elle se sentait à l'aise, aucunement gênée par l’intérêt du Voltali pour ses paroles. Dans n'importe quel autre contexte, la jeune fille se serrai liquéfiée et son visage aurait prit la couleur de ses lunettes. Mais ici, dans l'ambiance calfeutrée du musée, une ambiance qu'elle connaissait bien, elle était à son aise et même si ses pommettes étaient rougies, sa voix ne tremblait pas et avait une intonation passionnée. Elle hocha la tête à la question du jeune homme. Elle s'en ferrait un véritable plaisir. Elle adorait ça. En observant les peintures des autres, elle pouvait s’améliorer. En analysant les erreurs des autres, elle gommait les siennes. En retenant les couleurs utilisées, elle pouvait étendre sa propre palette. C'est en comparant ses dessins avec ceux des autres, qu'elle découvrirait ses points faibles et forts. C'était pour ça qu'elle adorait l'Art. Rien n'était fixe. Tout le monde s'inspirait de tout le monde.

Elle regarda l'aquarelle du Lac Corail pointée par Alban et écouta attentivement son analyse, tout en réfléchissant à sa question. Pouvait-elle dessiner quelque chose d'heureux quand elle était triste ? Oui, mais le dessin avait une pointe de mélancolie ou une certaine tristesse dans les couleurs ou la météo. L'Art était un moyen de communication, du moins pour elle. Et toutes ses petites subtilités étaient souvent créée sans y penser.

- Je pense que c'est plus compliqué que ça. J'ai eu une période où je ne savais plus dessiner avec de la couleur. Tous mes dessins étaient en noir et blanc. Et ce n'était pas une des périodes les plus heureuses de ma vie. Je pense que mon mal-être s'est retranscrit de cette façon. Je dessinait toujours de sujets heureux mais seulement en noir et blanc. C'était ma façon de voir le monde.


Elle s’arrêta un instant pour réfléchir et observer l'aquarelle du Lac. Elle était de l'avis d'Alban. Cette aquarelle semblait se perdre entre les couleurs chaudes du ciel et celles froides du Lac. Il lui fessait presque peur alors que les alentours du Lac était accueillant.

- Ton analyse n'est pas mauvaise. Cette personne est perdue. Et pas dans le bon sens. Le Lac dégage une sensation malsaine. Comme si … Comme si la personne le voyait comme un arrêt, un point final. Mais c'est vraiment contrasté par les couleurs vives et chaudes des alentours. Cette personne a peut-être une peur panique de l'eau ? Ça expliquerait bien ce contraste. J'aime bien ton idée. Un choix important, décisif, crucial. Qu'est ce que ça peut être ? Une hésitation entre deux femmes ou deux hommes, l'un solaire et l'autre lunaire ? Qu'en penses tu ?


Elle eut à peine le temps de finir sa phrase qu'un nuage sortait tranquillement du sac à dos du garçon. Un pokemon ? A sa connaissance, on ne pouvait capturer les nuages, la petite boule blanche et duveteuse devait être un pokemon. Elle n'en avait jamais vu de pareil.

- Y'a pas de mal. C'est quelle espèce de pokemon ? Je n'en ai jamais vu. Il est adorable.


Alban eut la gentillesse de la laisser rêver devant la sculpture du Mew. Elle avait rarement ressentit une telle émotion devant une statue. Elle ne les appréciait que peu en général, préférant les dessins plus expressif à ses yeux. Cependant, celle-ci lui fendait le cœur, le pokemon semblait pris dans une prison de glace dont il ne se délivrerait jamais. Elle était empreinte d'une certaine nostalgie.

Elle détacha son regard du Mew de glace et chercha le jeune homme. Elle s'approcha de lui et de la vitrine qu'il observait. Chaque pierre évolutive y était représenté. Elles brillaient toutes d'un éclat différent. Un rouge, un jaune … La plus impressionnante était la Pierre Aube. Sa brillance éclipsait celle des autres pierres. Les regards ne pouvaient que se poser sur elle. La voix du Voltali lui murmura de lever les yeux. Dans le même style que le Mew, un mobile décorait le plafond. La lumière s’éteignit. Par un jeu polytechnique, les petites boules de verres semblables à des étoiles illuminait la pièce de raies de lumière. Elle baissa les yeux vers le prospectus.

« Venez admirer la salle aux étoiles, toutes les demi-heure admirait les fantastiques jeux de lumière de Nove Cento, le célèbre sculpteur sur glace connu partout dans le monde ! »


Ceci expliquait cela. Sans un mot pour ne pas gâcher l'atmosphère du moment, elle tapota l'épaule d'Alban enfin de lui indiquer la raison de la pénombre soudaine.

Ce musée était plein de surprises. La prochaine salle était la grande salle occupée par l'exposition sur Sulfura. Elle avait hâte de découvrir comment ils présenteraient l'oiseau de feu. Ils auraient sûrement droit aux traditionnelles gravures, peut-être quelques écrits, des peintures, des aquarelles comme au début de leur visite ? La lumière revenue, elle se tourna vers le châtain, se massant le nuque d'une main pour essayer de faire passer la légère douleur que sa position prise pour admirer le spectacle de lumières.

- On continue ou tu veux rester un peu plus dans cette salle ?

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
La discussion avançait bon train entre Maxine et Alban. La jeune fille semblait avoir sauté sur l’occasion pour partager ses connaissances et ses analyses avec le Voltali, ce qui les arrangeait tous les deux. Après tout, ce savoir dispensé était bénéfique d’un côté comme de l’autre. Alban pouvait profiter des envolées lyriques de la jeune fille, ce qui lui permettait de voir les œuvres d’un autre œil ; le voile levé par la Givrali, ces aquarelles avaient l’air de lui chuchoter leurs secrets. Et Alban était friand de secrets. D’un autre côté, Max pouvait s’exprimer au travers de ses paroles pour laisser exploser sa créativité. Elle semblait comme ces enfants qui confinent un trop plein d’énergie qui n’attend qu’une occasion pour sortir. Même si elle était calme de prime abord, Alban avait l’impression que si on parlait d’art, elle pouvait se révéler réellement, se teintant de milles couleurs. Lors de ces moments, il appréciait l’observer. Elle lui faisait penser à une toile, elle aussi ; progressivement, les couleurs se mêlaient pour sublimer l’esquisse, prenant un profil plus marqué, éclosant comme des pétales de fleur. Tous les artistes étaient-ils comme ça ? Il avait également la sensation qu’Opale, qui était plus une artiste de la rue, réagissait pareil. Les passions vous rendaient plus heureux, plus beaux, plus intéressants. Et Alban aimait regarder ce genre de beauté complexe. Souriant doucement, il se tint aux côtés de Maxine tandis qu’elle observait l’aquarelle du Lac Corail.

Elle parla d’elle, de ses difficultés dans la vie, et de sa période en noir et blanc. Un mal-être qui puise les couleurs et vous fait voir le monde comme dans un vieux film ? Si Alban avait su peindre ou dessiner lorsqu’il avait eu son accident, quel genre d’œuvre aurait-il réalisé ? Est-ce que ce genre de passion lui aurait permis de s’évader dans une peinture, tout comme Maxine ? La fille aux cheveux roses avait pu trouver du réconfort dans son art. Cela prouvait-il que d’un certain côté, elle était plus forte qu’Alban ? Non… Leur vécu était… différent, sans aucun doute. Alban avait eu une passion, lui aussi. Mais on la lui avait arrachée brutalement, le clouant au sol comme un vulgaire oiseau sans ailes. Comment aurait réagi Maxine si on lui avait enlevé ses bras ? Elle aurait sûrement peint avec la bouche ou les pieds. Les artistes, c’était de sacrés personnages. Ils n’étaient pas forcément les plus sportifs, cloués sur leurs chaises à dessiner, mais ils étaient les plus persévérants. Et lui, pouvait-il reprendre son envol, sans ses ailes ?

Il contempla l’aquarelle et écouta l’analyse de la Givrali. Un arrêt ? Un point final ? La fin d’une vie, peut-être. La fin de quelque chose qu’elle aimait. Si Alban avait eu à représenter une aquarelle de sa fin à lui, il aurait sûrement mélangé le bleu et le blanc pour former l’écume sur les vagues violentes, l’azur du ciel, l’écarlate de Cirrus lorsqu’on l’avait attaqué… Assez. Il ne voulait plus repenser à ces moments qu’il était parvenu à enfouir dans un tiroir de sa mémoire. Il avait eu envie d’en jeter la clé au loin, mais il ne pouvait pas tirer un trait aussi facilement sur son passé. Cirrus le hantait. Toujours. Il n’était pas toujours devant ses yeux, mais parfois, il se matérialisait dans ses prunelles colorées. A la fois beau et triste. Ah Cirrus… Que penserait-il de son maître, s’il le voyait dans cet état lamentable ?

- Je… ne sais pas trop, murmura-t-il. Avec effroi, il se rendit compte du fait qu’il parlait comme s’il était en train d’agoniser. Bête sauvage percutée par les aléas de la vie. Toussant pour reprendre contenance, il continua d’une voix calme et posée, comme si rien ne s’était passé. Peut-être une histoire d’amour partagée, oui. L’auteur aurait eu des souvenirs sur ce Lac avec d’autres personnes ; un de jour et un de nuit. C’est peut-être pour cela qu’on voit le lac représenté à deux stades de la journée opposés. Regarde, il y a même des étoiles au fond de l’eau ; elles ne devraient pas y être. A moins que ce ne soit le choix entre deux vies, comme Héracles dans la mythologie ; une vie oisive de plaisirs mais sans action notable, ou un chemin difficile et parsemé d’embûches mais hautement héroïque.

Il eut un sourire doux à la pensée de ce héros. Qu’aurait-il choisi, lui ? Avait-il en réalité déjà fait son choix ? S’il était sur le chemin difficile et parsemé d’embûches, parviendrait-il à rendre sa vie héroïque tout comme le demi-dieu le plus célèbre ?

- Que choisirais-tu toi, Max ? demanda-t-il, autant par curiosité que parce qu’il se posait la question à lui-même.

La jeune fille embraya alors sur l’intervention de Mistral. Elle ne connaissait pas ce Pokémon ? Elle ne devait pas être de la région de Hoenn, alors, car les Tylton étaient des Pokémon assez communs. D’où pouvait-elle bien venir ? Il se promis de lui demander lorsqu’il en aurait l’occasion, mais pour le moment, il avait déjà posé trop de questions personnelles.

- C’est un Tylton, un Pokémon Vol assez commun dans la région de Hoenn. Là d’où je viens. Normalement les plumes de leur corps sont bleu ciel, mais le mien est un chromatique, comme mon Goélise. Elles sont blanches légèrement irisées, comme ses ailes de nuage.

Il grattouilla Mistral pour qu’il écarte ses ailes cotonneuses et laisse Max voir son plumage ventral. Le Tylton gloussa et claqua du bec d’un air faussement mécontent. Pris d’une soudaine inspiration, probablement du fait de sa proximité avec l’artiste qu’était la Givrali, Alban continua :

- Je pense que normalement, les Tylton évoquent le ciel d’été bleu pâle et légèrement nuageux. Mistral, lui, représente plutôt les nuages et les arcs-en-ciel, on dirait.

Le petit Tylton piailla à l’adresse de Max, semblant lui réclamer de la nourriture. Le duo se dirigea ensuite vers la pièce suivante, où les sculptures de verre fascinèrent la jeune fille. Ils restèrent un long moment à contempler en silence le Mew central, puis se dirigèrent vers la vitrine des Pierres Evolutives, magnifiques dans leur écrin de velours. Alban n’en avait jamais vu en vrai. Elles étaient incroyablement rares à Hoenn, où seul un collectionneur les donnait aux gens en échange de tessons. Quant à savoir où il se procurait les Pierres ? Aucune idée. Sûrement les faisait-il importer des autres régions. Alban avait entendu dire qu’à Kantô par exemple, on pouvait les acheter assez simplement dans un centre commercial. Alors que chez eux, c’était si dur de mettre la main sur une seule d’entre elles… Et comme Alban n’avait jamais plongé avec un Pokémon, il n’avait jamais pu ramasser un tesson coloré.  Ensuite intrigué par le lustre, il eut un léger sursaut lorsque les lumières s’éteignirent. Ses sens et sa paranoïa acquise depuis le kidnapping et son expédition sur l’île aux Oiseaux lui crièrent de faire attention. Et pourtant, ce n’était qu’une simple animation qui venait de se déclencher, tandis que les sphères de cristal étincelaient comme des étoiles dans un ciel nocturne.

Bouche bée, Alban contempla le spectacle, à la fois poétique et incroyablement mélancolique. C’était impressionnant. Les artistes étaient impressionnants. Le châtain sentit un petit tapotement sur son épaule, et il se tourna vers la brochure que Max lui tendait. Wow, ce Noce Cento était vraiment doué pour créer des atmosphères aussi incroyables. Savourant les derniers instants, Alban fut presque déçu de voir la lumière se rallumer doucement. Puis, il vit Max se masser la nuque et sourit en pensant qu’une fille petite comme elle avait dû tordre le cou pour voir le plafond.

- Allons voir l’exposition du Sulfura, proposa-t-il en réponse à la question de la Givrali, surtout parce qu'il n'avait pas envie qu'elle se fasse plus de mal en regardant le lustre.

Ensemble, ils se dirigèrent vers la salle suivante. Derrière la porte, un long corridor les attendait, cette fois sans aucune aquarelle. C’était sobre et sombre, comme dans le cœur d’un volcan. Alban pouvait presque sentir ses poumons suffoquer de cette suie et ce soufre représentée. Puis, d’un même pas, le duo parvint dans la pièce de l’exposition éphémère. Et là, ce fut l’apothéose.

Au milieu, une énorme statue de Sulfura trônait là, majestueuse, divine. Elle semblait avoir été taillée dans ce qu’Alban identifia comme de la roche volcanique. Et pourtant, les courbes et les mouvements de flamme du Sulfura étaient représentées avec une incroyable délicatesse. On aurait presque cru qu’il s’agissait d’un véritable Sulfura, simplement pris dans un bloc de roche. Alban se pencha avec révérence pour lire la plaque descriptive en dessous du Pokémon.

« Sulfura, le Pokémon Flamme. Il s’agit d’un des Pokémon Oiseaux légendaires. On dit que sa venue annonce l’arrivée du Printemps. Une pluie de flamme surgit à chaque battement de ses ailes. On raconte que lorsque ce Pokémon est blessé, il se baigne dans le magma en ébullition d’un volcan pour se soigner »

Wow. Avec cette description, il annonçait plus l’été caniculaire que le printemps, celui-là. Avec ses flammes capables de faire brûler les fleurs et la verdure, il était plus représentatif des déserts dévastés et des forêts incendiées que du renouveau de la flore printanière. Alban contempla de nouveau l’œuvre, ses yeux virant automatiquement au gris anthracite. C’était… beau. Incroyablement réaliste. Cette impression de mouvement était fascinante. Se tournant vers Max, il soupira.

- C’est magnifique. Moi qui suis fasciné par les oiseaux, c’est la première fois que je vois une sculpture de Sulfura qui ait l’air d’être si proche de la vérité.
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Océan d'aquarelle

Alban & Max

Depuis leur entrée dans le couloir aux aquarelles, le duo avait vu passer de nombreuses personnes qui ne jetaient qu'un œil désabusé aux divers camaïeux de couleurs. Stupides êtres trop pressés pour apprécier la révélation des artistes. Max préférait de loin les dessins et autres peintures aux photographies. Elle les trouvait impersonnelle, trop froide. Une huile ou une aquarelle permettait de voir ce que l'artiste voyait. Personne n'avait la même vision du monde et une photographie certes pouvait immortaliser les faits mais les histoire et l'Histoire, elles, ne pouvaient être contées que grâce aux pinceaux. Le Voltali la ramena sur terre, elle avait vraiment une prépension à rêvasser. Elle capta la faille dans la voix du châtain. Impossible pour elle ne pas la capter, si elle était maladroite et qu'elle rêvassait fréquemment, elle avait un don pour comprendre et entendre. Ce garçon était bel et bien un oiseau à qui on avait arraché les ailes. Elle ne se doutait même pas à quel point elle avait juste. Elle ne dit rien cependant. Elle a apprit à laisser leur intimité aux gens. Si un jour l'oiseau blessé veut parler, elle sera là mais tant qu'il ne le souhaite pas elle n'a rien à dire.  

Ce garçon avait de pertinentes réponses et Max adorait converser avec lui. Elle avait avec lui ce qu'elle s'imaginait comme un échange. Elle lui donnait les bases et il l'enrichissait avec des idées nouvelles. La rêveuse reste pensive face à la question du garçon. Un vie de plaisir mais sans aventures ou un chemin difficile vers la victoire ? Alban lui pose une belle question, difficile mais belle. Plus elle y pensait et plus elle savait que jamais une vie banale de lui conviendra. Elle avait trop besoin de découvrir de nouvelles choses, d'apprendre, de voir et d'entendre. Elle savait qu'elle est désormais prête à se battre pour ses objectifs. Si le Voltali lui avait posé la question quelques années en arrière, elle aurait certainement choisit la vie tranquille. Mais les aléas de la vie lui ont donné envie de vivre avec force. Elle ne voulait plus rien regretter. Et même si elle aura toujours du mal avec les relations sociales, elle essayait de progresser. C'était donc avec finalement qu'un court silence que la Givrali, le regard déterminé et la voix claire lui répond :

- Je choisirais le chemin difficile. Si tu ne te bats pas pour ce que tu veux personne ne le ferra. C'est triste une vie ou tout t'es offert sur un plateau d'argent. Une pomme a plus de saveur si tu es allé la chercher dans l'arbre que dans la corbeille de ta cuisine. Elle aura le bon goût de la réussite. Et cette réussite, tu ne peux l'apprécier que si tu connais celui de la défaite.


Elle marqua un temps d’arrêt, elle s'étonnait à parler autant. Peut-être que le regard multicolore avait réussit à la charmer et à l'apprivoiser. Il lui permettait de s'exprimer sur un de ses sujets favoris, tout en lui apportant de nouvelles idées, de nouveaux thèmes à penser, des moyens de s'améliorer. Elle lui envoya un sourire amical avant de lui retourner sa question.

- Et toi Alban ? Quel chemin prendrais-tu ?


Elle avait déjà une idée de ce qu'il allait lui répondre. Mais elle voulait entendre ses idées. Pouvoir partager avec lui les siennes comme ils l'avaient fait pour les aquarelles de ce couloir.  C'était intéressant et enrichissant. Elle adorait ça. Malgré ses airs et son caractère de grande timide, elle aimait débattre, connaître les opinions des uns et des autres, entendre les réactions à propos des siennes … Elle espérait que certains cours ou activités scolaires seraient sur ce modèle là. En attendant, elle avait un très bon partenaire de débat et elle en profitait.

Le petit pokemon servant de chapeau à Alban était décidément adorable. Un petite boule cotonneuse qui semblait bien jeune et qui piaillait doucement. Un Tylton donc ? Elle n'en avait jamais entendu parler. Elle se rappela son séjour à la Tour Dracospire. Si elle se rappelait bien, elle avait vu dans le ciel de grand bancs de pokemon cotonneux ainsi. Il lui semblait pourtant qu'ils étaient parfois bien plus gros. L'évolution du petit bout de choux sûrement. Elle écouta les explications du jeune homme. Ils étaient originaires de Hoenn alors. Comme Aaron. Était-elle la seule originaire de Kalos ? Pas que ça la dérangeait, mais elle aimerait voir ce que les deux garçons voyait quand ils parlaient de leur région natale. De longs bancs de sable ? De vertes forêts ? De gigantesques villes ? Elle ne pouvait qu'imaginer. Elle avait envie de voyager, de découvrir le monde et tous ses secrets. Elle avait envie de demander à Alban de lui décrire sa région, sa ville ou son village, tout ce qu'il voudrait bien partager. Mais elle se retint. Elle ne connaissait pas les raisons de l'arrivé du Voltali sur Lansat. Elle ne préféra pas. Elle ne voulait pas faire ressurgir de mauvais souvenirs sans le vouloir. Elle concentra donc son attention sur l'oiseau qu'Alban avait maintenant dans les bras. Elle écouta attentivement les explications et les théories du jeune homme.

- Un ciel d'été ? Ça doit être magnifique de les voir voler en bande. Je pense que j'en ai vu lors de mon cours d’été, mais certains étaient plus gros que ton Mistral. Il peut évoluer ?


Elle s’arrêta un instant pour étudier les miroitantes couleurs du Tylton. C'est vrai que ça rappelait un arc-en-ciel. Ainsi, tout les Tyltons pourraient représenter selon leurs couleurs tous les états du ciel ? Le monde des pokemons était vraiment intriguant. Il y avait tant à découvrir.

- Mistral est sublime. C'est vrai qu'avec son plumage irisé, il fait penser à un arc-en-ciel. Tu penses que chaque Tylton chromatique représente un état du ciel différent ?


La salle du lustre de lumière était sublime, les jeux de lumières étaient fascinants. Il faudrait qu'elle essaie de jouer avec les rayons lumineux. Le résultat pourrai être intéressant et lui permettre de comprendre mieux les ombres de ses dessins. Le spectacle était d'une véritable beauté. Émouvant et prenant, la définition même d'une œuvre d'art à ses yeux. Les rayons se posaient sur les différents objets de la pièce, le plus beau étant le mélange des éclats des pierres et celui des cristaux du plafond. Les différents éclats se joignaient dans les sculptures en verre de la pièce. Chaque objet avait sa place et servait. La présentation était minutée à la seconde près, les objets placés au millimètre près. Le ballet des lumières était à voir et elle était heureuse d'avoir put l'admirer en la compagnie d'Alban.

Le duo se dirigea donc vers la salle de l'exposition. La porte franchie, ils tombèrent dans une toute autre atmosphère. De la délicatesse et la poésie des sculptures, ils passèrent à la violence et la puissance du feu et des volcans. Il lui semblait même que l'air s'était alourdit. Elle tourna sur elle même, se laissant le temps d'avoir une vision globale du lieu. Du rouge, du noir, cette pièce irradiait la puissance. Cette ambiance violente était dénotait par la simplicité des œuvres. Elle pouvait apercevoir une porte au bout de la pièce. L'exposition ne se limitait pas à cette pièce. Elle s’avança vers Alban. Elle le regarda avec un sourire. Il était aussi captivé qu'elle l'avait été devant le Mew. Comme lui, elle lut la petite description sur le pokemon légendaire puis elle leva la tête vers la statue. Elle n'aurais jamais imaginé que Lansat puisse recueillir de tels artistes. Il faudra qu'elle se renseigne sur le musée. Il ne pouvait pas être inconnu pour posséder de œuvres aussi belles.

Ainsi, Alban était bel et bien un oiseau. Elle eu un sourire à ses mots. Ses yeux devenus gris brillaient. Sa passion était belle à voir. Cette fois ci, les rôles seraient inversés. Il lui présenterait sa passion et elle amènerait ses idées. Un bel échange était encore à prévoir. Elle observa plus attentivement la statue avant de répondre. D'une beauté brute, elle se sentait intimidée. Il était impossible que l'artiste n'ait jamais vu l'oiseau. Un tel soucis des détails, une telle finesse dans les flammes, le choix du matériau, tout les éléments de la sculpture montraient la puissance et la splendeur du légendaire.

- C'est vrai qu'elle a été réalisée avec une véritable finesse. Le sculpteur doit être très expérimenté. Tu connais les légendes de Sulfura ? Il n'est pas beaucoup connu dans ma région. Tu dois bien le connaître si tu es passionné par les oiseaux.

DEV NERD GIRL



t h e f i r e i n s i d e
Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Il l’avait mise face à un choix compliqué. Alors petite Maxine, choisirais-tu la vie de paresse, d’oisiveté, de plaisirs et de facilités ? Ou le chemin difficile qui te ferait connaître malheurs, tristesse mais au final se révèlera être d’un héroïsme rare ? Alban se donnait l’impression d’être Janus, le Dieu des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes. Une tête tournée vers le passé, l’autre sur l’avenir. Mais la vie est rarement aussi binaire, petit Dieu mineur. Et en tout cas, toujours traître et sournoise. Qui sait, peut-être que l’héroïsme promis ne surviendrait qu’à la toute fin, au moment fatidique du souffle dernier ? Etait-ce donc un pari ? Choisis bien, ô oui, choisis. Car une fois avancée sur un chemin, tu ne pourras plus faire marche arrière ; la route semblable à celle d’une étoile filante se sera déjà éteinte. Mais peut-être que les étoiles brilleraient plus encore à la fin du tunnel ? Alban regarda Maxine avec un très léger sourire. Il voyait briller dans son regard les différentes portes du choix. Laquelle ouvrirait-elle ? Au bout d’un moment, une paire de lunettes à monture rouge se levèrent vers lui et elle fit son choix. Le chemin difficile. Bien. Alban esquissa un demi-sourire énigmatique. Etrangement, il s’en était douté. Cette Givrali dégageait quelque chose de particulier. Une fragrance qui lui rappelait sa propre odeur. Douce amère. Divine mais à la fois si douloureuse. Il eut un petit rire lorsqu’elle lui renvoya la question. Le voir aussi expressif était plutôt rare, mais il avait l’impression que tous ses traits étaient détendus à présent. Les rencontres le forgeaient. Il parvenait petit à petit à s’ouvrir aux autres. Ce devait probablement être une bonne nouvelle, même s’il n’en mesurait pas encore toute la portée.

- Aha, j’étais certain que tu choisirais ce chemin. Quant à moi, eh bien… je pense que je prendrai la même route que toi. Même si je suis persuadé que pour toi comme pour moi, nous avons déjà fait quelques pas sur le chemin depuis un bout de temps.

Il resta évasif. Les portes qui dansaient devant ses yeux se refermèrent pour n’en laisser qu’une seule ; brillante, lumineuse et terriblement attractive. Etait-ce cela, le choix ? Il avait laissé Cirrus et les courses de côté. Que l’avenir lui réserverait-il de plus beau ? Ou de plus triste ? Il plongea ses yeux océan dans les aquarelles ; les teintes pastel et les coups de pinceaux élégants le rendaient mélancolique. Il caressa machinalement son chapeau de ouate et remarqua le regard de Maxine. Décidément, elle semblait très intriguée par le Tylton. L’attention qu’on portait à Mistral ne gênait cependant pas ce dernier, qui en profita pour claquer son bec en direction de la Givrali, espérant sans doute un peu de nourriture. Zéphyr, quant à lui, était descendu à tire d’aile se poser sur le dos d’Auster pour ne plus être à hauteur de regard de cette fille qu’il trouvait si mignonne.

- C’est joli, oui, répondit-il, se remémorant les magnifiques paysages qu’il avait vu à Hoenn. On a l’impression qu’ils forment un énorme nuage à eux seuls. Même si de la terre, c’est difficile de les distinguer réellement tant ils se fondent dans leur décor. Mais je viens de Cimetronelle, et là-bas, les maisons en hauteur permettent d’être au plus près d’eux. Quant à son évolution, il en a effectivement une, ce n’est pas impossible que tu en ai vus. Il s’agissait sûrement d’un Altaria. Il ressemble à un oiseau plus élancé avec des ailes de nuages beaucoup plus imposantes. C’est le Pokémon favori de notre championne, Alizée.

Il eut un sourire nostalgique à la pensée d’Alizée. Ah la belle championne de Cimetronelle. Qu’elle était parfaite. Mais il fut forcé d’arrêter là ses pensées car Max l’observait. Ils parlèrent alors de théories de significations chromatiques. C’était amusant à quel point les oiseaux se prêtaient à tout, en fait. En particulier les Tylton et les Goélise, qui étaient les Pokémon Vol censés représenter le ciel et la mer à Hoenn.

- Je ne sais pas du tout, je n’avais jamais vu de Tylton chromatique avant Mistral. Mais on raconte qu’il existe des Tylton dorés. Censé représenter le soleil, peut-être ? En tout cas par chez nous, on a certaines croyances populaires qui disent que Tylton représente le ciel et les nuages, tandis que Goélise représente la mer et l’écume. Ce sont un peu nos deux oiseaux typiques, dirions-nous.

Il fit un clin d’œil et montra Zéphyr, qui se cacha immédiatement la tête dans les ailes lorsqu’il perçu le regard inquisiteur des deux adolescents.

- Normalement, les bandes des ailes des Goélise sont bleutées, précisa-t-il, au cas où Maxine n’ai jamais vu de Goélise non plus. Même si ces derniers voyageaient bien plus près des bateaux, ce qui les rendait moins discrets que les Tylton.

Ils se sourirent et la visite continua. Après la salle des jeux de lumières, le couloir de l’exposition dédiée à Sulfura en était presque choquant. Un passage de la poésie à la force brute et pure. C’était ça, la magie des Musées. Regrouper en un seul lieu des œuvres du Monde entier, sans logique entre elles, sans lien. Un véritable patchwork artistique qui permettait à chacun de se retrouver dans un style ou un autre. Alban lui était cependant plus proche de la salle des lumières que de celle du Sulfura. L’ambiance suffocante ne lui plaisait que moyennement. Il était un enfant du ciel, lui… Toutefois intrigué par l’immense statue de Sulfura en roche volcanique, il s’en approcha et resta là à la contempler. C’était la première fois qu’il voyait quelque chose qui semblait si proche du véritable Sulfura. C’était autre chose qu’une gravure approximative. La voix de Max qui s’éleva à ses côtés le fit sursauter. Il était tellement captivé par l’œuvre qu’il en avait presque oublié la présence de la demoiselle. Les légendes de Sulfura ? Oh oui, il s’était bien renseigné sur le sujet et en avait entendu deux ou trois. Mais de là à connaître beaucoup de choses sur Sulfura… Après tout, c’était un oiseau légendaire. Sa présence restait toujours à prouver. Mythe ou réalité ? Il ne connaissait personne ayant déjà vu cette merveille en vrai. Il ne pouvait donc que se fier à des légendes floues et obscures.

- J’en connais quelques-unes, mais je n’ai pas la prétention de tout connaître sur Sulfura. Je suis certes passionné par les oiseaux, mais les légendaires dépassent le champ de l’entendement. Il est sûr que si je devais en croiser un un jour, j’aimerais que ce soit un oiseau mais… leurs histoires restent beaucoup trop floues à ce jour. En tout cas, on dit qu’il viendrait de la région de Kanto, et qu’ils seraient trois oiseaux légendaires en réalité. On raconte que la flamme de la Ligue Pokémon de Kanto viendrait directement d’un Sulfura, mais je ne sais pas ce que cela vaut. Il se dit également qu’il habiterait dans les îles de l’Archipel Orange et qu’il régit l’équilibre météorologique.

Il resta pensif devant l’œuvre. Hoenn était l’une des rares régions qui n’accueillait pas d’oiseaux légendaires. Il soupira. A la place, ils avaient deux maniaques des catastrophes naturelles.

- C’est dommage mais à Hoenn, nous n’avons pas vraiment d’oiseaux Légendaires. Tu en as toi, dans ta région ?
Max Arago
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
Icon : Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
Taille de l'équipe : 10/30
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 19 yo
Niveau : 50
Jetons : 441
Points d'Expériences : 1786
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
pokemon
Océan d'aquarelles [PV Max] [Terminé] BHJfa6
10/30
Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
19 yo
50
441
1786
Max Arago
est un Scientifique Archéologue

Océan d'aquarelle

Alban & Max

Monfiance avec elle pour se détendre et être plus spontané, moins réfléchit. Sa réponse ne l'étonna pas, en fait, elle connaissait son choix avant même qu'il ne le lui dise. Il n'y avait qu'à voir son regard et sa posture malgré l'évidente blessure. Cette dernière lui fessait le même effet que la partie visible d'un iceberg. Elle n'était que l'expression physique d'une blessure bien plus grande et profonde, un peu comme sa cicatrice. Elle glissa un regard à sa main bandée. Oui, juste un petit morceau d'une blessure de l'âme. Elle releva la tête, échangeant un regard complice avec le châtain. C'était une évidence qu'ils étaient tout les deux engagés sur ce difficile chemin. Elle ne ressentait pas le besoin de parler plus que ça. Et elle sentait que lui aussi.

Dans la description du garçon pour sa ville on pouvait sentir tout son amour et sa passion pour ces petites cabanes perdues dans les hauts arbres de la forêt de Cimetronelle. Étonnamment, elle pouvait visualiser le lieu. Elle pouvait sans problème voir Alban et une silhouette féminine qui admiraient un vol de ses superbes oiseaux. Elle lui sourit et regarda un instant le petit Tylton qui piaillait gaîment semblant vouloir quelque chose. Un biscuit peut être ? Elle décida de tenter sa chance, tendant un cookie qu'elle avait acheté en ville vers l'oisillon tout en répondant à son dresseur.

- Un Tylton Solaire ? Ils doivent être magnifiques. J'espère que ça ne te gène pas si je donne un cookie à Mistral. Je ne connaissait pas Goélise. Ce ne sont pas des pokemons que l'on croise souvent à Kalos. Ils sont vraiment beaux. Hoeen est une région entre Terre et Mer, non ? A Kalos nous n'avons que Passerouge et ses évolutions et je ne pense pas qu'il représente vraiment Kalos.


Les ailes d'un Goélise sont donc bleutées à la base ? Alban avait donc la chance de posséder deux pokemons chromatiques. Et le sort voulu que ce soit ses deux oiseaux. Le Goélise du garçon l'a fessait rire à se cacher ainsi. Il était vraiment timide et il était adorable. Pour ne pas le gêner plus, elle détourna le regard vers les aquarelles. Décidément, ces aquarelles les auraient retenu un long moment. Pas que cela gênait Max, elle adorait discuter avec Alban. Ces discutions étaient enrichissante et elle aimait apprendre. Elle n'avait pas pris la spécialisation Scientifique pour rien après tout.

Ils passèrent la salle aux lumières et entrèrent dans la salle au Sulfura. Elle ne savait pas vraiment si elle appréciait cette salle. Trop de chaleur et de violence se dégageait du lieu. C'était un peu dommage. Les œuvres étaient belles mais peu assez mises en valeur par rapport au reste du musée, ce n'était sûrement pas la même personne qui avait disposé et mit en scène les deux pièces. Max fut un peu déçue par l'aspect de la salle. Cependant elle écouta avec attention les explications d'Alban. Elle eut un petit sourire à sa question. Si ils avaient des oiseaux légendaires ? Kalos en avait un. Et un des plus impressionnant. Elle lui répondit donc avec une certaine fierté dans la voix.

- Je viens de Kalos et nous avons bien un oiseau légendaire. Il s'appelle Yvealt. Je sais pas si tu le connais mais les légendes disent qu'il est le représentant de la Mort. Il viendrait chercher les âmes décédés pour les amener à Arceus. On racontent que sa venue fait mourir toute végétation et qu'il aspirerait l'énergie vitale des êtres autour de lui pour augmenter sa force.


Le duo continua sa route, s’arrêtant parfois devant une œuvre pour en discuter mais aucune d'elles n'eurent le même effet hypnotisant que les aquarelles. Traversant les salles et les couloirs du musée, ils sortirent du bâtiment assez tard et décidèrent de repartir vers la PC ensemble. Les deux adolescents eurent une tranquille conversation sur le chemin du retour en bus. Max n'avait pas vraiment envie que ce moment se termine mais toutes les bonnes choses ont une fin et c'était la fin de celui ci.

- On échange nos numéros ? C'était vraiment une superbe journée. Je te remercie. Si jamais tu veux aller explorer quelques part n'hésite pas. J'adore ça. Au revoir Alban.


Le cœur un peu lourd, elle esquissa un grand sourire et elle repartit vers le dortoir Givrali, de merveilleux souvenirs en mémoire et l'espoir d'en voir de nouveaux éclore.

Au revoir, oiseau dont on a brisé les ailes. J'espère te voir reprendre ton envol.


DEV NERD GIRL


HRP :
Voilà je crois que c'est fini pour moi ! Si y'a que ce soit qui va pas hésite pas ^^ Au plaisir de re RP avec toi !


t h e f i r e i n s i d e
Alban Abernaty
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes
http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2487
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
pokemon
Hoenn
17 ans
70
20638
2487
Alban Abernaty
est un Pokeathlète Coach
Alban observait Maxine avec attention. Ses yeux bleus mouchetés d’or plongèrent dans ceux de la jeune fille. Ils captèrent les mouvements de ses pupilles, allant jusqu’à sa main couverte de bandage à laquelle il n’avait pas réellement fait attention. S’était-elle blessée récemment ou cela datait-il de plus longtemps ? Il préféra rester silencieux et ne pas se risquer à demander ; après tout, lui-même n’était pas prêt de se confier sur son problème de genou. Il aurait été égoïste et stupide de sa part de souhaiter qu’elle lui révèle ses secrets alors qu’il gardait jalousement les siens. Laissant passer ce moment gênant, il décida de reporter son attention sur les belles aquarelles. Les teintes de ces dernières l’apaisaient, le rendant plus serein, presque plus… mâture. Il avait l’impression qu’en perçant leurs secrets grâce à la Givrali, il pouvait mieux les comprendre et les apprécier. L’art était magique et magnifique. Il avait toujours aimé l’art, mais ne s’était pour autant jamais trop penché là-dessus. Il était venu pour découvrir un Musée. Il en ressortirait avec la tête bien plus pleine que ce qu’il aurait imaginé. Passant machinalement une main dans ses cheveux châtains un peu trop longs, il pinça au passage légèrement le bec de Mistral pour le taquiner. Toute cette attention, vilaine petite chose ! C’était encore trop pour toi, petit Tylton ! Veinard, va ! Avec Max ils parlèrent donc encore des chromatiques. Un nuage était tellement beau et parfait que finalement, toutes les teintes pouvaient correspondre à un état du ciel. Que ce soit le ciel dans son humeur du jour ou du soir, ou bien lors de toutes ces parades de lumières quand le soleil venait y faire chatoyer ses rayons. Avec gentillesse, Maxine proposa un cookie à Mistral. Pour un bébé aussi jeune, c’était peut-être un peu tôt de lui faire grignoter ce genre de chose, mais le regard mordoré plein d’espoir de la Givrali fit taire Alban. Oh et après tout, pourquoi pas ? Il baissa légèrement la tête pour que la jeune fille puisse donner le biscuit à son Tylton.

Mistral ouvrit le bec et récupéra un petit bout qu’il mâchonna longuement. La pâtisserie semblait bien lui plaire, et en tout cas, il n’avait pas l’air d’avoir des difficultés à la manger. Rassuré, Alban coula un regard vers Zéphyr, qui était friand de sucreries d’ordinaire. Mais pour le moment, aucune jalousie à déplorer car la mouette chromatique était tellement intimidée par Maxine qu’elle était trop heureuse qu’on ne lui ait rien proposé. Cas contraire, ce pauvre Zéph’ aurait décédé sur place.

- Merci, ça a l’air de lui plaire, commenta-t-il tandis que Mistral se mettait à chantonner gaiement à voix basse.

Puis ils parlèrent de Hoenn. Sa région. Alban ne le disait pas souvent, mais il était un véritable fanatique de ce coin. Les paysages étaient beaux, poétiques, encore proches de la nature. En dehors de quelques villages qui tendaient à beaucoup s’industrialiser, Hoenn restait belle et vierge. Cimetronelle était sa ville favorite, évidemment, même s’il aimait aussi beaucoup Vermilava ou l’animation joyeuse de Poivressel. Quant à Nénucrique… Il avait beaucoup apprécié cette ville proche de la mer et aux frontières dessinées par des grottes maritimes exceptionnelles. Avec Cirrus, ils avaient beaucoup survolé ces plages salées et ces eaux aux bonnes odeurs d’embruns. Mais à présent, la ville lui semblait hantée par un fantôme qu’il n’arrivait pas à laisser derrière-lui. Maxine le détourna cependant de son attention en continuant sur Kalos, qui devait être sa région natale. Oh, intéressant. Alban connaissait très peu de choses sur Kalos, qui était peut-être une région beaucoup trop industrialisée pour lui. Mais Azalea lui avait parlé de Romant-sous-Bois et cette ville sous les feuilles d’automne l’avait fasciné. Quels autres beaux coins existait-il, là-bas ?

- Je me doute bien. A Hoenn, ils sont extrêmement communs, car nous sommes effectivement sur une région entre Terre et Mer. Il y a même ce petit village, Pacifiville, qui vit à l’écart de tout et dont les maisons ont été construites sur l’eau. Quand on se promène à travers la ville, on a sans cesse les pieds trempés. Mais c’est relativement petit et il n’y a pas grand-chose là-bas. Quant à Passerouge, hm… Je ne connais pas énormément Kalos mais je suppose que le côté très fier du Pokémon doit avoir un minimum un lien avec la belle Illumis, ce joyau de lumière imposant qui fait la fierté de vos habitants, non ?

Il esquissa un sourire. Il aurait bien voulu voir Illumis, même si sa description ne lui donnait pas du tout envie d’y habiter. Sans un mot de plus, ils continuèrent leur route vers les expositions suivantes. Les lumières laissées derrière, ils se faufilèrent jusqu’à l’exposition éphémère concernant Sulfura, et furent cloués devant la beauté brute de la sculpture de roche volcanique. Même si Sulfura était censé représenter le feu, les volcans et le phénix qui renaît de ses cendres, la statue avait une beauté froide et distante. C’était tout ce contraste qui la rendait intéressante, selon Alban. Ca et le fait que le mouvement de la statue était juste fascinant. Avec un fort intérêt, Alban écouta Maxine parler d’Yveltal, le Pokémon Légendaire oiseau de sa région. Il n’en avait pas vraiment entendu parler car les légendes des autres contrées mettaient parfois beaucoup de temps à arriver à ses oreilles, n’étant pas sur les bouches de tous les gens, mais il fut frappé par la description qu’elle en fit. Un oiseau qui représentait la Mort ? Une passerelle entre le monde des vivants ? Etrangement, cela ne l’inspirait pas. Les légendes de Kalos avaient l’air véritablement… effrayantes. Yveltal était-il une sorte de Charon, passeur naviguant sur les eaux du Styx pour livrer les défunts à des tourments sans fin ou un ennui éternel ? Il préférait largement les autres légendaires, si tel était le cas.

- C’est assez… malsain, comme Pokémon, commenta-t-il. Je me demande bien à quoi il peut ressembler…

Il resta songeur mais bientôt, Maxine le tira de sa rêverie en l’entraînant voir les autres œuvres. Pourtant, même s’ils s’arrêtèrent parfois brièvement en s’échangeant leurs ressentis vis-à-vis des représentations, ils n’eurent pas autant d’intérêt que pour les aquarelles, ou les deux statues de Légendaires. Au bout d’un moment, ils décidèrent d’enfin sortir et Alban pu noter sur son calepin des lieux à visiter que le Musée avait été complété avec brio. Heureux, il offrit un léger sourire à la Givrali lorsque celle-ci lui demanda son numéro.

- Avec plaisir. J’ai beaucoup apprécié ta compagnie également, c’est à moi de te remercier, tu m’as apporté plus que je ne t’ai apporté, lui dit-il, en référence à ses analyses pointues. J’ai encore beaucoup de lieux à aller voir, alors je penserai à toi, Max…

Il tendit Zéphyr vers elle pour lui qu’il imprime l’odeur de la demoiselle.

- Je t’enverrai une lettre à l’occasion. Maintenant que ton odeur a été enregistrée, Zéph’ pourra te retrouver plus facilement.

L’oiseau roucoula doucement en se cachant derrière son aile, intimidé.

- Au revoir Max, à très vite.

Il tourna alors les talons avec le sentiment d’avoir fait une merveilleuse rencontre. Décidemment, cette journée avait été riche en enseignements. Il n’oublierait pas Maxine. Il se promit de l’appeler dès qu’il trouverait un lieu qui pourrait l’intéresser. Et ensemble, ils évoqueraient de nouveau leurs sentiments, mis à nus par la beauté des œuvres d’art. Car c'était ça aussi, l'art...
pokemon
Contenu sponsorisé
est un
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum