Partagez | .
[Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 65
Jetons : 16275
Points d'Expériences : 2272

MessageSujet: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   Lun 5 Sep - 17:16




Quand il faut être là l'un pour l'autre...
Alban Abernaty & Calliope Pryde

- Pssst Al’. Ce ne serait pas Andersen et Arago, là-bas ?
- …

Au garde-à-vous, doigts contre la tempe dans une position de parfait petit soldat, Alban essaya de couler un regard vers la direction que venait de lui montrer un de ses camarades Voltali d’un discret signe de tête. Une tâche pas si évidente que ça lorsqu’on devait se tenir droit comme un piquet et ne pas bouger la tête d’un millimètre. Reniflant dédaigneusement et tentant de rester dignement posté comme Jackie le leur avait gentiment ordonné de sa voix si suave, le châtain fit comme si cette information ne le gênait pas. Et après tout, pourquoi cela l’aurait-il dérangé ? Il était en froid avec Maxine depuis déjà trois semaines. Plus tôt dans le mois de Juillet, il avait essayé de lui ouvrir son cœur lors de cette soirée camping si romantique dans la Grotte Luminescente. Mais de l’eau avait coulé sous les ponts, et Andersen était venu mettre son grain de sel dans le potage. A l’issue de quoi, Max avait attrapé son pauvre cœur et l’avait explosé contre un mur sans aucune délicatesse. One shot. Enfin bon… Tout ça était de l’histoire ancienne. Depuis, la jeune Archéologue avait sans doute flirté tout son saoul avec celui contre qui Alban l’avait mise en garde. Aujourd’hui encore, n’était-elle pas venue avec lui jusqu’à cette soirée organisée par le corps professoral ? Enfin… Il ne pouvait en être sûr vu qu’il ne voyait pas exactement avec qui Andersen était arrivé - fichue situation qui lui empêchait de tourner la tête pour s’en assurer -. Mais cela ne l’aurait pas étonné.

Jackie beugla une nouvelle fois et Alban rajusta son garde-à-vous. Il n’était pas assez suicidaire pour aller à l’encontre d’un des autres de la terrible référente Pyroli, et se concentra donc pour étouffer tous les sentiments qu’il pouvait ressentir à cet instant.

Au fond néanmoins, Alban n’en menait pas vraiment large. Il avait beau se comporter comme si toute cette histoire ne le dérangeait pas ; il n’empêche qu’il était vraiment agacé de sa relation actuelle avec Maxine. Max était une amie qui lui était précieuse. Plus que ça, elle était la fille dont il était éperdument amoureux. Mais il l’avait visiblement compris trop tard, et avait enchaîné erreur sur erreur. De son côté, l’Archéologue ne l’avait pas attendu pour avancer son propre bout de vie. Comme pour Calliope néanmoins, Alban avait essayé un instant de se raisonner en se disant qu’il devait rester ce bon ami qui vous soutient dans toutes les situations. Mais il ne voulait céder Maxine à personne, c’était un fait. Et encore moins à ce crétin d’Andersen. Finalement, il répétait encore une fois les mêmes erreurs. Franchement, il se serait collé des baffes s’il l’avait pu. Lui qui avait pourtant dit à Calliope qu’il essayerait de devenir quelqu’un de meilleur. Que des paroles en l’air. Le cœur avait décidemment bien ses raisons que la raison ignore…

Jackie acheva son discours à ce moment-là, et Alban redescendit un instant sur terre. Bon. De ce qu’il avait compris, il allait avoir une sorte de parcours du combattant à faire, associé à un test de courage ? L’idée ne l’enchantait pas vraiment. Enfin… Disons qu’il aimait bien ce genre d’attractions, mais qu’il n’était actuellement pas en état d’en profiter pleinement. D’autant plus que s’il avait bien compris, chacun devrait se mettre en « duo » avec la personne à ses côtés. Si c’était bel et bien Maxine, la fille à côté d’Andersen, Alban n’allait pas forcément bien le prendre. Qui sait de quoi serait capable Andersen pour faire tomber Max entre ses bras ? Qu’arriverait-il lorsque, dans l’obscurité de la grotte, ils se serreraient l’un à l’autre pour combattre leur peur commune ? Cette pensée lui était insoutenable. Alban savait très bien comment Maxine réagissait, lorsqu’elle avait peur. Et il n’avait vraiment pas envie qu’elle soit avec le Noctali, au moment où cela se produirait…

Le couple à sa gauche commença à se tenir la main, et Alban en conclut qu’il allait devoir se mettre en binôme avec Jaen. Pas une idée qui le rebutait plus que ça ; les tests de courage n’étaient pas forcément faits pour créer des couples. Le faire entre ami n’avait rien de si bizarre que ça. D'autant plus que dans les faits, c'était Jackie qui organisait l'événement - ce qui donc, éliminait d’office toute ambiance romantique -. Le châtain croisa donc le regard de Jaen, et ils surent tous deux qu’ils s’étaient compris. Malgré la crainte du parcours de Jackie, les deux Voltali essayeraient de s’amuser comme ils le pouvaient. Quant à Maxine…

Alban leva la tête pour essayer de repérer Andersen et sa mystérieuse partenaire, mais ne parvint pas à les voir tant la foule massée devant eux était dense. Tant pis. Il fallait qu’il essaye de passer outre et de ne pas y accorder de l’attention, de toute façon… S’apprêtant donc à se diriger vers Jaen pour commencer à faire la queue, Alban s’immobilisa lorsqu’il sentit des mains se refermer autour de son bras droit. Une chevelure longue et rousse entra dans son champ de vision, et un joli minois qu’il ne connaissait que trop bien vint se coller contre son épaule. Malgré ses sentiments pour Maxine, Alban ne put empêcher son estomac de faire un looping lorsqu’il reconnut sa précieuse Doc. Ok il n’avait plus de sentiment pour elle et il la considérait uniquement comme une de ses meilleures amies depuis qu’ils avaient pris le temps de discuter ensemble, peu après Noël. Mais il n’empêche qu’elle restait fichtrement jolie et qu’il avait toujours ces rougeurs sur les joues dès qu’elle se collait un peu trop à lui comme ça.

- … Doc ?

Surpris par cette brusque apparition, il croisa le regard interloqué de Jaen et haussa les épaules. Il était à peu près certain que Calliope n’était pas dans le rang derrière lui lors du discours de Jackie, parce qu’il l’aurait remarquée, sinon. D’où est-ce qu’elle sortait ? Et pourquoi avait-elle délibérément ignoré les consignes de Jackie pour venir le retrouver ?

- …

Quelque chose n’allait pas. Dans ce geste et dans l’attitude de Calliope, Alban décelait quelque chose… Sa petite Médecin n’allait pas bien. Mais il était incapable d’en connaître la raison pour le moment. Un peu perdu par cette situation, il comprit néanmoins que si elle l’avait rejoint, c’était parce qu’elle souhaitait faire l’épreuve avec lui. Il fit donc un léger signe de main à Jaen, qui capta le message et le salua pour aller se chercher un autre binôme. A présent seuls, Alban pouvait parler librement.

- Bon, nous sommes seuls maintenant… Donc tu peux tout me raconter. Qu’est-ce qui ne va pas ?

Autant jouer la carte de la prudence et éviter de trop extrapoler pour le moment. Il connaîtrait bien rapidement les raisons de ce geste, après tout.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2130
Points d'Expériences : 1530

MessageSujet: Re: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   Mer 7 Sep - 14:28


QUAND IL FAUT ÊTRE LA L'UN POUR L'AUTRE
FT; ALBAN

Comment s'était-elle retrouvée ici, juste devant la Grotte Luminescente, debout et droite comme un I, au milieu de cette masse de personne? A vrai dire, la pauvre rouquine n'avait pas eu tellement le choix. En tant que préfète, sa présence était in-dis-pen-sa-ble. Du moins, c'est ce que le Général Jackie lui avait fait comprendre. Montrer l'exemple pour son assiduité, aucun problème. Mais relever les épreuves physiques du général, c'était tout autre chose. Frêle, fragile et peu sportive, Calliope n'était pas le genre de personne à suivre les cours de pratique de ce professeur car elle était exemptée de par sa maladie et du certificat fait par son médecin attitré. Cela n'empêchait pas pour autant la référente des Pyroli de la trainer ici. Peut-être qu'elle pourrait filer en douce après son discours ? Cette éventualité ne l'enchantait guère, surtout que Godzilla veillait au grain à ce que personne ne dépasse des rangs.

Telle une statut de marbre, la demoiselle patientait, observant par la même occasion toutes  les personnes autour d'elle. Il y avait de nombreuses Pyroli. Forcément... Mais pas un seul de ses amis. D'un coup, un énorme sentiment de solitude pesait sur ses épaules. Si sa présence avait été obligatoire, celle de Leonidas aussi, puisque lui-même était préfet. Hors, impossible de distinguer sa tête blonde parmi toutes celle s devant elle. Bien que suffisamment grande pour la moyenne, la jeune fille se plaçait sur la pointe des pieds et scrutait partout. Là ! Le lion était juste ici, un peu plus loin. Il ne restait plus qu'à se déplacer un peu et...

*Slap*

Godzilla. Le Lamantine du général surveillait les élèves. Tous les élèves. Ce coup de nageoire dans son dos en disait long : pas un mouvement ! Un frisson désagréable parcourait l'échine de Callie, qui se retrouvait dans l'incapacité de retrouver son amoureux. Déçue, elle baissait la tête et se mordillait les lèvres en silence alors que Jackie commençait son discours. Les reproches fusaient. La jeune fille ne les prenait pas pour elle, ne faisant réellement pas attention. Tout ce qu'elle arrivait à décrypter dans ce message, c'était qu'elle allait devoir participer à un test de courage, dont le but était de traverser la grotte qu'avec une seule et unique source lumineuse : une bougie. En premier lieu, quelque chose d'assez simple donc... Mais c'était sans compter sur l'organisatrice de cet évènement qui ne se retenait pas pour dire qu'elle avait elle-même réalisé le parcours. Le mot "piège" résonnait dans l'esprit de la préfète assez longtemps, la faisant un peu trembler. Comment est-ce que la directrice avait ou approuver un tel projet ? Qu'elle s'estime déjà heureuse, il ne s'agissait pas d'un parcours du combattant. Mais quand même...

La crainte gagnait petit à petit la demoiselle. Jusqu'à ce que quelque chose vienne la réconforter : Cela se faisait en groupe de deux. Parfait ! Avec Leonidas, elle n'aurait rien à craindre. Alors que la foule se mettait en mouvement, elle se précipitait à la rencontre du blond avant de contraster avec déception qu'elle avait été prise de vitesse. Et le Général les poussait déjà à l'entrée de la grotte, sans trop de ménagement. Trop tard... Prise de panique, la rouquine cherchait rapidement une solution. C'est-à-dire une autre personne. Elle préférait largement participer avec quelqu'un qu'elle connaissait, non désireuse de se jeter dans les  bras d'un parfait inconnu. Et c'est à cet instant que ses yeux se posaient sur Alban. Elle avait reconnu le garçon de dos et s'était précipitée à sa rencontre avant de se faire doubler une seconde fois. Et là, elle mettait clairement le grappin dessus. Il n'y avait aucun échappatoire possible et le Voltali n'avait pas le choix. Ses mains s'enroulaient autour du bras du garçon et elle posait sa tête sur son épaule. Son visage traduisait l'innocence et une mine quelque peu boudeuse tandis qu'Alban semblait beaucoup plus surpris.

_ … Doc ?

Calliope souriait. Elle appréciait entendre ce surnom et il était propre au garçon. Cependant, elle ne répondait pas et se contentait de faire glisser sa main le long du bras du châtain pour aller rencontrer la sienne, entremêlant discrètement ses doigts avec. Le voilà capturé, prisonnier de son emprise. Il ne pouvait pas le lui refuser. Elle se sentait d'ailleurs soulagé lorsqu'il adressait un signe à son ami qui s'éloignait juste après. Alban venait de comprendre son message. Du moins, l'essentiel car une fois seuls, il n'hésitait pas à lui demander ce qu'elle avait. Et vu le timbre de sa voix, il s'inquiétait beaucoup trop. Peut-être en avait-elle trop fait en s'accaparant ainsi de lui ... Son regard se posait sur ces doigts qui se croisaient naturellement les uns avec les autres. Ce geste, d'abord anodin pour elle, prenait une toute autre ampleur lorsqu'elle percutait sa réelle signification. Habituellement, on la réservait pour l'être aimé. Callie aimait Alban. Mais pas de la même manière que Leonidas. Elle trouvait alors son geste déplacé et elle se détachait dans la foulé. Inutile de rappeler des souvenirs douloureux, surtout avec ce que lui avait avoué le garçon à Noël.

_ Tout te raconter ? Rien de spécial, juste que...
_ PRYDE, en silence !

La rouquine sursautait d'un coup à l'entente de son nom que venait tout juste de beugler le Général Jackie. Aussitôt, la préfète s'était interrompue, se redressant comme un piquet, fixant droit devant elle et lâchant la main de son interlocuteur. Elle et Alban avaient finalement avancé beaucoup plus vite et elle n'avait même pas remarqué qu'ils se trouvaient déjà au niveau de la référente des Pyroli. Sans ménagement, cette dernière fourrait deux bougies dans les mains de Callie. Et la maladresse de la demoiselle lui jouait de nouveau des tours car elle manquait de  renverser celle qui était allumée. Poussée en avant, elle pénétrait d'un coup dans la grotte. Il faisait bien sombre là-dedans et elle ne comprenait pas. D'après ce qu'elle avait pu lire, cette caverne avait des propriétés, d'où son nom "luminescente". Et avec cette petite bougie qu'elle avait entre ses mains, la lumière devait se refléter. Sauf que la pénombre dominait. Générant par la même occasion un sentiment d'oppression.

_ Je n'aime pas ça... Je n'aime pas ça du tout ... commençait Callie, en panique.

Quel plaisir y avait-il a effrayer les autres ? Peu friande de ce genre d'évènement, la demoiselle faisait toujours son possible pour les esquiver. Cette fois-ci, malheureusement, elle n'avait pu y échapper. Déglutissant avec difficulté, l'une de ses mains allait se plaquer sur le poignet de son accompagnateur. Elle avait besoin d'un contact physique, d'un contact vivant ... D'un coeur qui bas. Elle le sentait, grâce à cette légère pression effectuée avec le pouce. Alban paraissait serein à en croire son rythme cardiaque. Calliope regardait droit devant elle, mais elle osait détourner le regard pour voir si elle voyait le visage de son ami. Sa tête ne bougeait pas cependant, bien trop paralysée. Ca lui rappelait étrangement de bons souvenirs. Mais pas suffisant pour la rassurer. Ce n'était pas la première fois qu'ils étaient confrontés à ce genre de choses tous les deux.

_ Leo a été embarqué avant nous. Et je ne voulais pas faire ce genre de chose avec n'importe quiiii... HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Calliope avait tout juste eu le temps de finir sa phrase, mais elle concluait par un bien beau joli cri de stupeur, balançant par réflexe la bougie par dessus son épaule -Heureusement, celle-ci ne s'est pas éteinte- pour aller se placer derrière son bouclier humain, j'ai nommé Alban.

_ J-Jai vu... un spectre ! soufflait-elle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 65
Jetons : 16275
Points d'Expériences : 2272

MessageSujet: Re: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   Lun 17 Oct - 19:35




Quand il faut être là l'un pour l'autre...
Alban Abernaty & Calliope Pryde

La main de Calliope contre la sienne était chaude et légèrement tremblante. Avec nervosité, la rouquine emmêla et démêla ses doigts, les faisant vibrer au rythme de ses battements de cœur. Alban tourna ses yeux bleus dorés vers sa Doc pour l’interroger du regard. Son fugace moment de gêne avait été remplacé par une inquiétude. Car ce n’était pas habituel pour elle d’agir ainsi. Ils avaient certes eu leurs moments de tendresse - et pas qu’une seule fois, il fallait l’avouer -, mais, cette fois-ci, cela n’avait rien à voir avec leur ambiguïté d’antan. Alban le savait bien. Raison pour laquelle il retrouva rapidement son calme, se contentant de s’inquiéter totalement pour sa précieuse amie. Autour d’eux, les élèves commençaient à se diriger avec excitation vers l’entrée de la Grotte Luminescente, les bousculant légèrement au passage. Le châtain redressa brièvement la tête pour voir s’ils pouvaient encore rester ici ou s’ils devaient se dépêcher de rallier la file d’attente, quand Calliope reprit la parole… avant d’être bien rapidement interrompue par la terrible Jackie.

Sursautant à son tour, Alban sentit la main de Calliope lui glisser entre les doigts et la Préfète amorça un mouvement vers le reste de la file. « Plus tard », semblaient vouloir lui dire ses lèvres. Mais « maintenant », évoquaient ses yeux apeurés. Quelque part, ce constat lui fit du mal. Ils avancèrent donc en silence et s’arrêtèrent lorsque le flot d’élèves commença à ralentir. Entrouvrant alors légèrement la bouche, la rouquine commença à lui répondre quand la voix suave de Jackie leur perça les tympans. Ok ok. Qu’ils en aient envie ou non, ils allaient de toute façon devoir attendre de ne plus être sous la surveillance un peu trop efficace de la Générale Jackie. Jetant un regard blasé à la référente Pyroli - mais pas trop, il tenait à éviter les 456 prises de Krav Maga dont elle pouvait lui faire bénéficier, merci pour lui -, Alban passa sa main derrière le dos de Calliope pour l’aider à avancer. Il la laissa récupérer les bougies - puisqu'elle était plus près de Jackie que lui, alléluia -, puis ensemble, ils pénétrèrent dans la Grotte Luminescente.

Aussitôt, l’obscurité inhabituelle des lieux les avala. Légèrement surpris, Alban leva la tête mais il fut incapable de distinguer les contours des parois rocheuses. Ce qui était étrange. Pour y avoir été quelques semaines plus tôt, le châtain savait très bien que les mousses qui se développaient le long de la grotte permettaient une visibilité presque comme à l’aube. Une attaque Ténèbres avait sûrement dû être lancée, pour ajouter cet aspect glauque à ce lieu qui était pourtant si féérique, d’ordinaire… Pour couronner le tout, les yeux d’Alban décelaient une très légère brume qui flottait dans les airs, à peine éclairée par la lueur vacillante de la bougie de Calliope. Ce qui ne lui disait rien qui vaille. Après son expédition traumatisante dans la vieille école abandonnée du Bois de Brume, Alban avait de bonnes raisons de vouloir fuir ce genre de choses au possible. Mais pas le temps de paniquer. Callie devait certainement avoir encore plus peur que lui, et il ne voulait pas la paniquer encore plus.

Comme faisant écho à ses pensées, Alban entendit le couinement de souris de son amie, et ses mains se serrer autour de son poignet. Malgré lui, il eut un petit sourire.

- Ne t’en fais pas. Le pire danger est dehors. Ici, en comparaison, ce ne sera qu’une simple balade de santé. Allons par-là, d’accord ? Je suis déjà venu une fois ici, et il me semble que c’est le chemin le plus sécurisé pour parvenir au fond…

A mesure qu’il disait ces mots, un pincement au cœur vint lui vriller la poitrine. Effectivement. Il était déjà venu une fois ici. Mais pas dans ce genre de contexte-là. Et pas avec la même personne.

Se crispant légèrement, Alban se mordit la lèvre inférieure. Que se serait-il passé, s’il s’était encore une fois retrouvé ici avec Maxine ? La dernière fois qu’ils s’étaient retrouvés ici, ils étaient également en froid - à croire qu’ils ne faisaient que ça… se disputer -. Et pourtant, la magie de ces lieux leur avait permis de se réconcilier. Mieux encore ; au cours de ces quelques heures passées ensemble, les deux adolescents s’étaient révélés leurs secrets et dévoilés l’un à l’autre. Ils s’étaient rassurés. Tenus la main comme des amants. Avaient passé beaucoup de temps à s’enlacer, la tendresse et l’affection se mêlant délicieusement. Peut-être aurait-il pu l’embrasser, à ce moment-là ? Il en avait eu envie, c’était certain. Mais pourtant, cela ne lui avait pas paru une bonne idée dans l’instant. Les choses se seraient-elles passées autrement, s’il avait eu le courage de faire le grand saut ?

Il soupira. Inutile d’y penser maintenant, de toute façon. Il vivait déjà avec assez de regrets comme ça ; pas la peine de s’en rajouter d’autres.

Redressant légèrement la tête lorsque la voix de Calliope se répercuta contre les parois de la grotte, Alban se sermonna intérieurement. Il était avec sa Doc. Pas avec Max. Et de ce fait, il ne fallait pas que ses pensées soient totalement préoccupées par l’Archéologue. Quel imbécile il faisait, après tout. Ne pouvait-il pas faire une croix définitive sur la fille qui l'obsédait bien trop ? Regardant le peu qu’il pouvait voir de la rouquine dans cette obscurité, Alban sentit ses lèvres se raidir à la mention de Leo. Blackhart n’était-il pas venu ici avec Calliope ? C’était plutôt étrange, comme histoire. Le châtain espérait que le Préfet Phyllali n’était pas en train de batifoler avec une quelconque autre demoiselle. Sûr et certain qu’il ne le lui pardonnerait pas. Il hocha cependant la tête, comprenant que Calliope n’ait pas eue envie de faire le test de courage avec un inconnu. La connaissant, elle risquait de se montrer vulnérable sur toute la soirée. Alban non plus n’aurait pas apprécié de se dévoiler ainsi au premier venu.

Sursautant cependant violemment lorsque la rouquine hurla, Alban se redressa, sur le qui-vive. Qu’est-ce qui s’était passé ?! Se précipitant vers Calliope pour s’assurer qu’elle allait bien et qu’elle ne s’était pas blessée, il soupira de soulagement lorsqu’elle alla se cacher derrière son dos en affirmant qu’elle avait vu un spectre. Ouf… Pas de blessure à déplorer, donc. Se détendant légèrement, Alban se pencha pour aller récupérer la bougie et la tenir.

- Ne t’en fais pas, c’est sans doute un tour des profs pour nous faire peur. Rien ne te sera hostile, ici. Reste derrière moi, si tu veux. Tu veux que je sorte Auster ? Tu seras peut-être plus rassurée, comme ça, non ?

Aucune réponse de Calliope. Sûrement trop apeurée pour dire quoi que ce soit, Alban lâcha un petit soupir. Aïe. Comment allait-il se sortir de cette situation ?

- Ecoute… Je sais que tu as peur, mais plus vite on avancera et plus vite on sera sortis d’ici. Si tu veux heu… Je peux te bander les yeux et on peut trouver quelque chose pour te boucher les oreilles, non ? Comme ça je te guide et tu n’auras ni à voir ni à entendre ce qui te fait peur.

Ça faisait un peu solution de pervers glauque avec les idées mal placées mais… Promis, Alban n’avait aucune mauvaise intention en tête.

Semblant vouloir ruiner son plan néanmoins, un rire guttural et sinistre s'éleva tout autour d'eux. Ah. Hm.

- Heu bon… On va dire que tu n'as pas entendu ça et que l'offre tient toujours, ok ? déclara-t-il pour sauver la situation, sans grande conviction.

Si elle se mettait à courir dans le noir, il ne savait pas s'il serait en mesure de la retrouver.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Unys.
Âge : 18 ans
Niveau : 51
Jetons : 2130
Points d'Expériences : 1530

MessageSujet: Re: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   Mar 8 Nov - 8:16


QUAND IL FAUT ÊTRE LA L'UN POUR L'AUTRE
FT; ALBAN

Comment faisait-il pour rester parfaitement calme ? Certes, ce n'était qu'un test de courage stupide organisé par le Général Jackie en personne. Mais tout de même ! Il était drôlement bien réussi et m'était Calliope en difficulté. Alors forcément, dès qu'elle croyait voir quelque chose, elle sursautait, son cœur s'emballait et elle allait s'abriter comme elle le pouvait. Mais Alban ne pouvait pas servir de bouclier humain éternellement. Et ses belles paroles pleines de bon sens ne faisaient pas grand chose. Car oui, Callie avait beau se dire que c'était les professeurs, il n'empêche que la peur la dominait. Un sentiment vraiment difficile à contrôler, surtout pour celle qui se laissait facilement envahir. Tétanisée, elle ne trouvait pas les mots pour répondre à son ami qui récupérait la malheureuse bougie qu'elle avait jeté par derrière. Elle devrait y faire plus attention, c'était quand même leur unique source de lumière ! Alban devrait plutôt la garder.

Les yeux plantés dans les iris de son interlocuteur, la rouquine était incapable de sortir un son ou même d'acquiescer les propos de son ami. Auster, son Noctali, pouvait très bien régler le problème des ténèbres mais c'était contre le règlement. Et voir une Général Jackie en furie, hors de question. Soupirant, le garçon reprenait, toujours aussi calme. Intérieurement, la demoiselle s'excusait de ne pas pouvoir être autrement, d'affronter comme une personne un peu plus mature cette épreuve puérile afin d'éviter d'être trainée comme un boulet. Elle était désolée pour Alban, a tel point qu'elle se concentrait sur sa voix pour tenter d'apaiser son rythme cardiaque et réguler sa respiration.

L'idée de se boucher la vue et les oreilles n'était pas mauvaise mais ferait perdre énormément de temps au binôme. Après, ce serait certainement plus rapide qu'une rouquine terrée dans un coin, toute recroquevillée à espérer que tout se termine. Cependant, au moment où elle hochait la tête positivement, un rire glauque s'élevait autour d'eux, ayant pour effet de paralyser définitivement la demoiselle. Dans un dernier frisson qui remontait toute son échine, elle se plaquait contre le dos du garçon et apposait sa tête dans le creux de son épaule et de son cou. Ses mains allaient enlacer la taille du garçon pour l'empêcher -sans le vouloir- tout éloignement. A présent, seuls ses yeux fonctionnaient, cherchant dans tous les sens l'origine du son et ignorant par la même occasion la dernière phrase d'Alban.

_ On est vraiment obligé de participer à ce truc ?

La phrase était sortie d'un coup de sa bouche, détaillant chaque mot et détachant chaque syllabe. Son regard croisait finalement celui d'Alban qui se voulait aussi rassurant que possible. Qui avait-il a gagné après tout ? Rien de spécial... Le Général avait juste forcé la main aux élèves, particulièrement celle des préfets, et Callie s'était retrouvée devant cette grotte sans réellement le vouloir. Alors, qu'est-ce qui l'empêchait de rebrousser chemin et de fuir, concrètement ? En plus, elle ne voyait pas en quoi ça dérangerait son partenaire car il avait l'air de vraiment en avoir rien à faire. Et puis, il y avait bien une autre sortie quelque part, ce qui permettrait à Jackie et aux autres participants de n'y voir que du feu. Mais ce serait mal connaitre la référent des Pyroli qui a certainement du piéger les alentours pour empêcher tout froussard de prendre les jambes à son cou.

_ Non, parce que... Je veux dire... Comme tu es déjà venu, tu sais peut-être s'il y a un endroit pour fuir ce calvaire ? continuait-elle, tout en se détachant progressivement du garçon. Car oui, c'est bien le contact physique. Mais pas trop quand même, n'est-ce pas Calliope ? Rappel toi ce qu'il s'est passé entre vous. Inutile de faire remonter des souvenirs, si ce n'est des sentiments. Pourtant, après ces aveux et depuis le temps qui était passé, tout semblait beaucoup plus simple pour elle. Cela ne voulait pas dire que c'était aussi le cas pour son ami.

Tout d'un coup, le rire explosait de nouveau. Mais plus fort, semblant même plus proche... Celui qui en était à l'origine avait bien réussi son méfait car voilà que des sueurs froides venaient à couler le long de la tempe de la rouquine. Trop tard pour y faire quoi que ce soit, la peur avait raison d'elle et elle allait s'accroupir en enfermant sa tête dans ses mains. Les oreilles bouchées, les yeux fermés, elle murmurait des paroles incompréhensibles. La faire bouger dans cet état ? Impossible. Pas dans l'immédiat en tout cas. Tout ce que Callie voulait, c'est que ça s'arrête. Mais ce qu'elle faisait n'était pas forcément la bonne solution. Mais comment se faisait-il qu'elle avait d'aussi vives réactions ? Elle ne se l'expliquait pas. Elle le savait, pourtant, que ce n'était qu'un jeu. Mais elle avait beau se le répéter, rien n'y faisait. L'atmosphère était relativement pesante et ça fonctionnait bien sur elle. Un mauvais cauchemar qui faisait de nouveau surface ? Sans doute. Elle ne savait pas. C'était seulement son subconscient qui la rappelait ceci.

_ Stop stop stop... Il faut s'en aller. Stop. Il faut s'en aller. ne cessait-elle de répéter dans la même position.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1231-0116-calliope-callie-pryde-givrali#13904 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1233-calliope-callie-pryde-givrali#13937
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 65
Jetons : 16275
Points d'Expériences : 2272

MessageSujet: Re: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   Mer 28 Déc - 13:33




Quand il faut être là l'un pour l'autre...
Alban Abernaty & Calliope Pryde

Pile quand il pensait avoir trouvé une solution intelligente, voilà qu’un abruti de Professeur venait tout chambouler avec ce rire à glacer le sang. Celui qui venait de faire ça était vraiment doué, pour leur foutre les chocottes ainsi. Ce n’était certainement pas Andreas Heartnett néanmoins, puisque son référent aurait fait de magnifiques vocalises dignes d’un Opéra - on ne refaisait pas sa nature, même pour un test de courage… -. Qui d’autre, alors ? Ghost en serait probablement capable, mais Alban ne savait même pas s’il était de la partie ou non. Restait… Yade ? Non. Il était sûrement en position fœtale dans un coin de la grotte, à pleurer dans les bras inexistants de Maximus. Ace Stupide Creed ? Hm. Cela lui semblait bien plus plausible qu’un Roseverte, par exemple. Brrr. Alban ne voulait même pas imaginer ce que Roseverte leur préparait. A moins qu’il ait réussi à s’enfuir ? Voilà qui ne l’étonnerait pas de sa part. M’enfin… Laissant ses pensées de côté pour se concentrer sur la jolie rouquine qui venait de l’étreindre - et de lui briser les os au passage -, Alban essaya de la rassurer. Sans grand succès.

Etaient-ils obligés de participer à ce test ? Alban aurait d’instinct répondu que oui, puisque c’était Jackie qui l’organisait. De son avis, les conséquences en seraient bien plus dramatiques si elle se rendait compte de leur désertion. Mais vu l’expression de sa Doc, il était certain qu’ils ne pouvaient pas rester là plus longtemps.  

- Hm oui, je suppose… Je serai capable de trouver une sortie, effectivement. Après, ça ne m’étonnerait pas que Jackie soit en train de faire des rondes dehors pour essayer de coincer les fuyards. A mon avis, je-…

Il s’interrompit en voyant les yeux de biche paniqués de Calliope. Argh. Comment pouvait-il résister à ça ?

- Booon… ok. Je vais nous trouver une sortie. Laisse-moi juste deux minutes, le temps que je repère exactement où nous sommes et-

Nouveau rire guttural. Mais plus proche que la dernière fois, encore. Merde. Merde merde merde. Voilà qui n’allait pas arranger leurs affaires. Essayant de faire abstraction de ce qui l’entourait, Alban se tourna vers sa binôme pour la rassurer. Trop tard. Cette dernière était à présent complètement paniquée, et le bruit se rapprochait de plus en plus. Dans quelques minutes à peine, la « chose » allait fondre sur eux. Et, entre nous, Alban préférait éviter que Calliope se retrouve face au cadavre d’Ace Stupide Creed. Bon, cela aurait plutôt fait plaisir au Voltali, mais… allons, reprends-toi Alban !

- Viens, il faut qu’on s’en aille d’ici. Tout va bien, prends ma main.

Mais la jeune fille était bien trop paniquée pour faire le moindre geste. S’ils restaient là néanmoins, cela n’allait pas être facile pour eux. Soupirant, Alban décrocha une Pokéball de sa ceinture. De souvenir, ils avaient le droit d’utiliser des Pokémon du moment que ces derniers ne faisaient pas de lumière. Dans un petit éclat rougeâtre, Aura se matérialisa au sol. La petite Togepi leva une mine interrogative vers son dresseur, et commença à s’agiter pour aller s’amuser. Nope ! Pas cette fois petite fripouille.

- Aura, viens ici.

Il attrapa la Togépi et tourna sa tête vers Calliope. Puis, regardant une dernière fois la rousse, il lui fit un sourire gêné.

- Je suis désolé, Doc, mais je n’ai pas le choix.

Aura ouvrit alors sa gueule et se mit à lâcher un énorme bâillement. En quelques secondes, Calliope s’endormit et Alban la rattrapa dans ses bras. Il aurait certainement fait mieux avec Barber et sa Berceuse, mais le Pijako n’étant pas avec lui, il allait devoir se débrouiller avec les forces en place… Attrapant une seconde Pokéball, il fit sortir Mistral qui se matérialisa en ouvrant ses ailes cotonneuses.

- Mistral, prends Calliope sur ton dos, s’il-te-plaît. Je vais finir ce test de courage tout seul et tu vas me suivre.

L’Altaria chromatique lâcha une note mélodieuse pour montrer qu’il avait compris. Hochant la tête, Alban fit rentrer Aura dans sa Pokéball et se saisit de sa bougie encore allumée. A défaut de pouvoir faire bouger Calliope et de s’enfuir, il allait continuer sans son aide. Endormie, elle n’aurait certainement pas à endurer cette épreuve. C’était probablement mieux pour eux deux… Prenant donc son courage à deux mains, le châtain se lança dans la bataille.

Il connaissait plutôt bien l’itinéraire pour y être déjà été. Bifurquant à la première intersection, il se baissa pour éviter une volée de Nosférapti. Mistral, de son côté, les esquiva souplement en gardant sa passagère bien installée sur son dos. Pas le temps de traîner. Se mettant à courir tout droit, le châtain s’arrêta un instant pour réfléchir au chemin qu’il devait prendre. Tournant à gauche, il continua d’avancer avec conviction. Il sursauta lorsqu’une ombre fondit vers lui.

- Booooouhhhh !

Alban s’arrêta pour voir… Hearnett déguisé en vampire, qui venait d’apparaître dans une nuée de pétales de rose rouge sang. Pas… la vision la plus effrayante du siècle, vu que le stupide référent de son dortoir était en train de tournoyer sur lui-même, façon diva. Bon. Certainement avait-il dû être effrayant à un moment ou à un autre de l’épreuve. Mais là… Le dessus revenait visiblement au galop trop rapidement.

- Professeur… soupira Alban, exaspéré.

Semblant reconnaître son élève, Heartnett s’immobilisa en montrant les dents. Il perdit néanmoins ses allures grandiloquentes lorsqu’il vit Calliope, allongée derrière.

- Oh mon dieeeu. Est-ce c'est la jeune Préfète Givrali ? Que lui est-il arrivé ?

Alban décida de jouer la carte de l’émotion.

- Elle ne va pas bien, elle s’est évanouie… j’essaye de finir le test le plus rapidement possible pour la sortir enfin de là. Je ne peux pas sortir maintenant sinon Jackie va nous tomber dessus… Vous savez par où je dois aller ?

Agitant sa magnifique cape, Heartnett se redressa comme le sauveur de ces demoiselles en détresse. Il pointa du doigt une direction, puis essuya une larme qui perlait au coin de son œil droit.

- C… C’est si émouvant *snirf*. Allez dans cette direction, vous n’êtes pas bien loin. Il y a un passage pour sortir immédiatement sans faire le retour, si vous voulez *snirf*.

Alban remercia le Coordinateur, puis il reprit la route indiquée. Pas loin ? Pas loin ? Ok… Tapant un sprint, Mistral toujours sur les talons, il parvint enfin devant le petit autel autour duquel de nombreuses bougies brillaient déjà. Soupirant, il déposa la sienne et profita de la luminosité pour trouver le passage. Effectivement, il était là, bien caché sous un pan de roche moussue. Faisant sortir Mistral et Calliope par-là, il les suivit. Puis, déposant Calliope sur le sol meuble, il attendit qu’elle se réveille.

Un quart d’heure plus tard, le Bâillement d’Aura ne faisant plus effet, la demoiselle ouvrit un œil. Au-dessus d’elle, dans la pénombre de la nuit, Alban la regardait avec un sourire.

- Désolé Doc. Comme c’était compliqué pour toi, je t’ai endormie et sortie. C’est Mistral qui t’a portée durant tout le trajet.

L’Altaria agita ses ailes et lâcha une note mélodieuse.

- J’ai bouclé l’épreuve. Notre bougie est bien auprès de l’autel, donc on a réussi. Jackie ne trouvera rien à nous redire. Ça va ? Tu peux te lever ?

Il lui donna la main et l’aida à se remettre sur pieds. Puis, rappelant Mistral dans sa Pokéball, il aida la Givrali à retirer la poussière qu’elle avait sur elle.

- Bon. Puisque c’est fini… Que dirais-tu de se balader au clair de lune ? Comme ça… tu pourras me raconter un peu mieux tes problèmes !

Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres. Au moins… ils pouvaient passer une soirée tranquille et normale. Et sans avoir Jackie sur les talons ! Si c’était pas chouette, ça…

HRP : RP Terminé pour Alban
Event non compté comme validé


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
[Event été 2016] Quand il faut être là l'un pour l'autre... [PV Calliope] [Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 3 :: Ile Touga :: Village de l'Oasis-