Partagez | .
[Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...
Région d'origine : -
Âge : -
Niveau : 0
Jetons : 0
Points d'Expériences : 9360

MessageSujet: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mar 14 Fév - 23:08

Saint-Valentin et Botanique

Ah, le printemps...Ah, le printemps ! La nature se réveille, les oiseaux reviennent, on crame des mecs...Quoi de plus romantique que de se retrouver sur un banc, dans le vent frais de Février, main dans la main avec celui ou celle qu'on aime ? Les regards langoureux, les contacts fugaces, les promesses échangées....Et ce moment si précieux où on tend une rose à son aimée, en gage d'affection. Car oui, l'une des traditions les plus anciennes de la Saint-Valentin, c'est bien celle qui consiste à s'offrir des fleurs, vous n'êtes pas d'accord ?
Après les incidents de l'an dernier, Elisabeth a bien entendu pris le maximum de précautions pour que ces derniers ne se reproduisent pas : Le 14 Février sera une journée placée sous le signe du calme et de l'amour, rien de plus ! Ça et là, on aperçoit déjà les couples qui se forment discrètement et même l'équipe professorale semble se prendre au jeu. Gaston Fooly tentera bien de rétablir un semblant d'ordre et de bienséance, mais nous savons parfaitement à quoi nous en tenir avec vous, petits coquins !
Ainsi, Roseverte et Janice ont tout bonnement annulé leurs cours de la journée, prétextant un ''colloque associatif'' dans le cadre de leur recherche, tandis que vous pourrez observer Wolfgang compter fleurette à Jackie, en prenant les poses les plus improbables (À ses risques et périls, bien sûr). Quand à Ace, les plus observateurs remarqueront sans doute la présence d'une horde de jeunes femmes aux grilles de l'établissement, à l'affût de la moindre occasion...On leur souhaite bien du courage.
Pour l'occasion, Mama Odie s'est même enfermée dans le réfectoire, afin de vous préparer un menu spécifique aux couleurs de l'événement (Comprendre par là, en rose et blanc) pour ce soir. Néanmoins, les petits malins qui tenteraient de pénétrer à l'intérieur de la salle en avance, se retrouveront confrontés à une troupe de type Combat (En costard et noeud papillon, bien évidemment), qui ont reçu des instructions extrêmement claires : Seuls les élèves porteurs d'une rose seront autorisés à entrer dans ce havre de l'Amour (On raconte que Mama Odie en personne, arbore un costume de Cupidon) et les contrevenants à cette règle seront jetés dehors manu militari !

Or, il se trouve justement que, comme tout les ans, un fleuriste spécialisé de l'île, le Sir Ros & Rade, propose les précieuses fleurs à la vente. Partisan du contact avec ses clients, le propriétaire Mr. Ros transporte ainsi son stock dans un petit chariot à nouilles reconverti, dont l'enseigne en forme de Roselia ne passe pas inaperçue.
Son échoppe itinérante,actuellement située au milieu du centre-ville de Lansat, a donc rouvert ses portes ce matin afin d'en assurer la distribution. Facile, me direz-vous, un petit passage, quelques jetons sur le comptoir et le sésame est à portée de main...Ou pas.
En effet, une véritable marée de couples est déjà en train de se ruer sur les plus belles fleurs et les stocks ne sont pas illimités. Bientôt, l'offre n'égalera plus la demande...et quelques pauvres malheureux devront faire face à une garde inflexible et incorruptible, s'ils veulent pouvoir profiter des merveilles de la cantinière.

Règles

*Ce commun démarre le 14 Février a 9h du matin. L'échoppe du Ros. & Rade ouvrant à 8h, une bonne partie des fleurs ont déjà été emportés.

*En un seul post, à vous de décrire votre lutte acharnée (Ou l'absence de lutte et l'échec dans les affres de la solitude) pour obtenir votre propre fleur. Vous pouvez faire intervenir les PNJs, considérant qu'ils participent également, pour la plupart, à cette marée humaine.

*Actuellement, les rues de Lansat ressemblent pas mal à celle de Tokyo...Comprenez par là qu'il y a BEAUCOUP de monde et que les plus inventifs ne reculeront devant rien pour récupérer leur rose.

*N’hésitez pas à faire un cours résumé de votre RP à la fin de votre post pour permettre une meilleure compréhension globale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Kalos
Âge : 15
Niveau : 12
Jetons : 975
Points d'Expériences : 226

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 15 Fév - 21:36

A quel moment s'étaient-ils dit que tout cela était une bonne idée ? Entre les habitants de la ville qui cherchaient simplement à fêter ce bon vieux Val', les élèves dont les hormones s'échauffaient et ceux qui voulaient simplement dîner le soir à l'école, la cohue qui s'étendait devant lui était digne d'un black friday. Il n'aurait sans doute pas été étonné de découvrir en fin de journée qu'il y avait eu des morts piétiné qu'on aurait dut ramasser à la spatule et si l'idée de finir pressé contre un charmant inconnu le temps d'y arriver avait tendance à l'enchanter - après tout on n'aurait rien put lui reprocher, l'idée de finir sur le pavé, beaucoup moins. L'idée germa rapidement en voyant un pokemon vol filer vers le centre de la foule. Sortant la pokéball de son petit brocélôme, il le fit sortir et après l'avoir longuement consolé de se retrouver face à tant d'humain furieux, son dresseur lui expliqua ce qu'il avait à faire, ce pour quoi il hocha la tête avec un air inquiet.

Les jetons entre ses petites pâtes il s'éleva au dessus de toutes ces têtes et s'approcha du stand où deux vendeurs semblaient presque aussi agité à vendre leurs fleurs qu'à éviter que des mains peu soucieuse de la loi n'en vole. Le petit fantôme tourna en rond plusieurs fois, poussant de petits bruits timide en leur direction, se faisant parfois bousculé par des pokemons moins regardant et au bout du 4em qui passa, il s'hasarda à faire de même. Filant vers le stand, il jeta les pièces avec panique sans chercher à voir si elles ne tombaient pas au sol, attrapa deux roses et retourna aussi vite que possible vers son dresseur. Sur son passage, des mains se tendirent vers le ciel et à plusieurs reprises il dut luter pour garder la pauvre plante déjà bien éprouvée. Son dresseur qui l'attendait toujours à l'écart du troupeau reçu le boulet de canon angoissé de son pokemon dans le poitrail, le faisant grimacer un moment. Quel plaisir cela aurait été, accompagné d'une nidoqueen pour écarter la foule, lui sur son dos.

Depuis son éclosion, il n'avait eu de cesse de se renseigner sur son espèce et ses évolutions, découvrant ces êtres étranges qu'étaient les types poisons. Le physique disgracieux de la plupart n'avaient pas eu raison de l'attraction qu'ils avaient sur l'adolescent, sur cette passion qu'il avait développé pour ces êtres. Leur pouvoir n'était ni offensif ni défensif, il était plus pernicieux, s'immisçant dans les muscles de leurs adversaires jusqu'à les mettre KO, certains pouvaient créer ces effets rien que par le toucher. Si pour le moment il n'avait jamais eu aucun soucis avec cette nature de son nidoran, passant ses mains sans problème sur les piques de celle-ci. Trop jeune pour cela, il avait malgré tout hâte de commencer l'entrainement et le dressage, discipline où elle semblait réceptive, bien plus que son grand frère de spectre. Perdu dans ses pensées, il en oublia presque la raison de cette deuxième rose et se mit alors en marche à la recherche de la brune. Plus petite que lui, au final c'était bien plus le dessus de sa tête qu'il cherchait que vraiment son visage.

L'adolescent prit bien cinq minutes avant d'enfin l'apercevoir, toujours affublée du même petit oiseau et de cet énorme pokemon dont lui échappait encore. Fax ? Sphinx ? Sphax peut-être ? Dans tous les cas, d'un mouvement rapide de la main, posant son index sur ses lèvres avec un sourire vers le pokemon, il continua son avancée dans le dos de la jeune fille. Dès que celle-ci fut à portée, ses mains se glissèrent devant ses yeux et lorsqu'elle demanda de qui il s'agissait, sans piper un mot, retira ses main pour dévoiler une rose.

- Elle n'égale pas ta beauté et encore moins ta force mais permet-moi de te l'offrir malgré tout


Sur ces mots il se pencha pour poser chastement ses lèvres sur sa joue. Il était difficile de savoir qui il tentait ainsi de séduire entre les gens autour d'eux ou elle mais en tout les cas, il n'y avait pas à dire, le garçon s'avérait bon acteur. Avançant de quelques pas pour se placer devant elle, il la salua chaleureusement, loin du garçon qu'il était lorsqu'ils étaient seul avant de prendre délicatement son bras, marchant vers l'école. La route retour, si elle était longue était beaucoup moins éprouvante que l'allé et la découverte de la foule, au fur et à mesure que les gens se faisaient de moins en moins nombreux autour d'eux, il se détachait, adoptant une distance bien plus adaptée à leur relation.

Résumé:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5781-404-soan-hastings-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5785-soan-hastings#61376
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Illumis, Kalos.
Âge : 17.
Niveau : 80
Jetons : 16596
Points d'Expériences : 3146

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 15 Fév - 22:54




Aileen avait faim.

Après l’habituel entraînement matinal, après la douche plus que revigorante, la brune s’était hâtée vers le réfectoire, prête à engloutir un plateau entier pour se remettre d’aplomb avant les cours. Elle n’avait pas fait attention à ce qu’il se passait autour d’elle, juste obsédée par l’idée de se remplir le ventre avant de décéder. Mais en arrivant au bâtiment principal, elle avait commencé à comprendre qu’il y avait un problème. Il n’y avait personne devant les portes du réfectoire, résolument fermées, les Pokémon Combat de la cuisinière montant la garde comme des colosses aussi inflexibles qu’incorruptibles. Quand elle n’en avait pas tenu compte, et qu’elle avait essayé de passer, le Tygnon avait tendu le bras pour l’en empêcher, avant de lui désigner l’écriteau à côté de la porte. Elle y avait jeté un œil négligent, avant de s’y intéresser plus en détail, sans doute à cause de l’opulence de cœurs roses sur ledit écriteau qui avaient attiré son attention, lui rappelant brusquement qu’aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres.

C’était la Saint-Valentin.
La cafétéria était fermée le temps que Mama Odie termine de cuisiner.
Et pour manger ce soir, il faudrait avoir une rose comme sauf-conduit.

La brune avait juré. Et sans se démonter, elle avait sorti une vingtaine de jetons de son sac et les avaient tendus au Machopeur, qui les avait d’abord refusés, pensant sans doute à une tentative de corruption. Il avait fini par accepter quand elle lui avait demandé si elle pouvait acheter des sandwich aux baies et un soda. Quelque peu hésitant, le Machopeur avait quitté son poste, et était revenu quelques minutes plus tard avec sa commande, en plus d’une pâtisserie enroulée dans du papier, sans doute de la part de Mama Odie pour s’excuser de les empêcher d’accéder à la cantine. Aileen l’avait remercié, et avait quitté les lieux, se préparant mentalement à une virée en ville, en pleine journée de Saint-Valentin, pour tenter de décrocher, quelque part, le sacro-saint Graal qui lui permettrait de manger ce soir. Elle n’accorda pas le moindre regard aux groupies de Creed tandis qu’elle quittait l’académie pour s’enfoncer dans la ville, essayant de ne pas tenir compte des décorations roses et stupides, et de l’ambiance beaucoup trop dégoulinante qu’il y avait dans les rues.

Aileen détestait la Saint-Valentin. Mais genre, vraiment. Même en étant en couple. Cette publicité permanente sur les couples lui donnait envie de vomir, et tout le commerce lui étant associé la mettait de mauvaise humeur, surtout quand elle voyait les publicitaires de tous poils tomber dans le sexisme le plus primaire. Un maillot de foot pour monsieur, un aspirateur pour madame. Bah tiens. Qu’un garçon essaie de lui offrir un aspirateur, juste pour voir. Elle l’étranglerait avec le câble avant de lui rentrer son cadeau pourri par l’endroit où le soleil ne brille jamais, si je puis me permettre. Aussi, être obligée de se coltiner une descente en ville pour trouver une putain de fleur… Parce que pour ne pas arranger, elle n’aimait pas non plus les fleurs. Peut-être parce qu’elle avait passé trop de temps avec une coordinatrice. Mais quand on lui offrait des fleurs, elle avait plus tendance à grimacer qu’à être véritablement heureuse. Des fleurs. Qu’est-ce que c’est cliché… Pourquoi pas des petits chocolats en forme de cœurs, tiens ? Enfin bon. Avec un peu de chance, le fleuriste de la ville aurait encore une ou deux roses en rab, et elle pourrait remonter à l’académie avec le sésame en poche.

Mais le fleuriste était fermé. Sans déconner. Cet imbécile était fermé le seul jour où il pouvait se faire des bijoux en or grâce à la vente de fleurs. Incompréhensible. Désappointée, la brune s’enfonça un peu plus dans le centre-ville pour trouver son bonheur, et finalement, tomba sur l’attroupement autour du chariot Roserade. Il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre qu’elle trouverait le Précieux à cette endroit, puisque des gens réussissaient à sortir avec une rose serrée dans le poing, oubliant sans doute que cette jolie fleur a aussi des épines qui font assez mal quand elles rentrent dans la peau. Ici, il y avait des fleurs. Sept jetons la fleur. Tsssk. Sale voleur. Mais ce serait sans doute le seul endroit où elle trouverait une rose, alors elle n’allait pas cracher dessus. Elle avait englouti ses sandwichs sur le trajet, et si elle n’avait plus faim, elle refusait de passer à côté du repas de ce soir. Mais avec la cohue, comment s’approcher ?

« Sook ? Tu pourrais te téléporter, payer et revenir avec une rose ? »
« Je ne sais pas. Je ne maîtrise pas encore très bien mes pouvoirs de Gardevoir, et je n’ai pas envie de faire exploser le chariot et les gens autour, si tu vois ce que je veux dire. »
« Ouaiiiiis, ce serait un peu con. Kipling ? »
« Désolé maman. Mais je ne me téléporte pas, et je n’ai pas envie de me faire marcher dessus. »


Hm. Aurum, alors, depuis la voie des airs ? Non, il ne valait mieux pas. Le Ninjask était attiré par tout ce qui brillait, et autant de jetons sur le comptoir risquait de lui faire envie. Il volerait l’argent et s’enfuirait sans avoir acheté la rose, en plus de lui attirer de gros ennuis. Sans trop réfléchir, elle fit sortir son Brindibou de sa Poké Ball, et le hibou feuillu hulula, se posant en douceur sur son poing levé à hauteur de son visage.

« Et toi, Errol, tu penses pouvoir m’aider ? » Le hibou hulula à nouveau. Il n’en savait rien, mais voulait bien essayer. « Alors voilà ce que tu dois faire. Tu vas survoler le chariot, là-bas, lâcher les pièces que je vais te donner, attraper une rose et revenir vers moi. Tu penses pouvoir y arriver ? »

Errol battit des ailes. Puis il se saisit des pièces et s’envola pour mener à bien sa mission. Malheureusement, Aileen n’avait pas prévu que d’autres auraient eu la même idée qu’elle. Passer par les cieux, quelle idée géniale ! Trois fois, Errol tenta de s’approcher du chariot, trois fois, un autre Pokémon Vol le chassa, trois fois, le Brindibou s’enfuit en hululant. Son type Plante le rendait sensible aux attaques Vol, il ne l’oubliait pas. A la quatrième fois, voyant une ouverture, il piqia en plongé pour atteindre les roses, mais il fut chassé par un Furaiglon, plus rapide que lui, qui le mitrailla de coups de becs, le forçant à battre en retraite pour ne pas tomber KO au milieu de la foule. Personne ne se soucierait de lui, et il serait piétiné par des centaines de chaussures. Errol ne tenta pas une cinquième fois, et la mort dans l’âme, il se résolut à retourner vers sa dresseuse, qui l’attendait avec espoir. En voyant la mine triste du Brindibou, qui lui rendit ses sept jetons quand elle ouvrit la main, Aileen comprit facilement qu’il n’avait pas réussi. Il n’avait pas eu la suprématie des cieux, et s’était laissé intimider par des Pokémon plus forts et plus imposants.

« Ce n’est pas grave, Errol. Ce n’est qu’une fleur. Ne te mets pas en danger pour une fleur, d’accord ? On va trouver une autre solution. »

Avec quelques appréhensions, Aileen laissa sortir son Ninjask, qui, après un salto aérien, se tint immobile devant elle pour savoir ce qu’elle attendait de lui.

« J’ai une mission pour toi, Aurum. Tu vois le chariot, là-bas ? J’ai besoin que tu ailles y chercher une rose et que tu me la ramènes. »

Elle allait lui expliquer le reste. Mais brusquement, deux mains obscurcirent son champ de vision, et la brune, surprise, se fit violence pour ne pas mettre l’importun au sol. Elle avait bien fait. Quand les mains disparurent, elle se retrouva face à une rose devant laquelle elle cilla. Genre. Comme ça. Une rose. Alors que ça fait bien dix minutes qu’elle galère à échafauder un plan pour en avoir une. La voix enjôleuse de Soan effleura son oreille gauche, juste avant qu’il ne lui embrasse chastement la joue. Et brusquement, elle se rappela d’un truc. Elle sortait avec lui ! Bon, pas pour de vrai, certes. Mais elle le savait bien, que l’avoir à la Saint-Valentin lui serait bénéfique. Il venait de lui amener une rose ! Qu’il avait dû payer, du coup. Bah, elle le rembourserait autrement. Genre, en lui achetant un sandwich. Ou bien en lui glissant les sept jetons qu’elle avait toujours en main dans sa poche, par exemple, ce qu’elle fit sans attendre.

« Ooooh. Quelle délicate attention. Merci beaucoup ♥ »

Taquine, la brune embrassa à son tour la joue du Voltali, avant de se laisser entraîner vers l’académie, n’oubliant pas de rappeler Aurum avant qu’il ne vole les jetons posés sur le comptoir. Elle faisait bien. Car tandis qu’elle l’avait temporairement oublié, Aurum avait obéi à son ordre et était allé chercher une rose, résistant aux pièces brillantes pour ne pas décevoir Aileen, fauchant une rose dans le pot avant de s’enfuir, trop rapide pour être touché par une attaque Vol. Mais, rappelé par sa dresseuse, il lâcha la rose, qui tomba alors du ciel pour, sans doute, se perdre dans la foule. Ou plutôt, tomber sur la tête d’un élève très chanceux, qui, du coup, venait de gagner une rose gratuite sans avoir à se battre. La magie de la Saint-Valentin, sans doute...

Résumé HRP:
 

_________________
aileen sôma
I messed up tonight, I lost another fight, I still mess up but I'll just start again, I keep falling down, I keep on hitting the ground, I always get up now to see what's next. Birds don't just fly, they fall down and get up, Nobody learns without getting it wrong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1326-aileen-soma-des-voeux-de-lumiere-dans-l-ombre-de-la-nuit http://pokemoncommunity.forumactif.org/t1328-aileen-soma-pyroli
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Oblivia ; Kalos
Âge : 17 ans.
Niveau : 31
Jetons : 944
Points d'Expériences : 817

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Jeu 16 Fév - 22:30


© AkumaCursed

La rose a des épines...
Event St-Valentin


Soyons clairs : je conchie la Saint-Valentin et ses pratiques commerciales dégoûtantes. On est d’accord ? On est d’accord. De ce fait, je ne vais pas vous raconter comment je suis allé chercher une rose au centre-ville, parce que je ne veux pas y aller ! C’est DEBILE ! Et je refuse de participer à cette mascarade. Je vous vois venir, tous « Tu dis ça parce que tu n’es pas en couple, et tu es jaloux ». Oui, c’est vrai, je suis un peu jaloux, même beaucoup. Mais même sans ça, à quoi ça sert, honnêtement ? Quand on aime quelqu’un, on n’a pas besoin d’un jour pour le lui prouver. Si c’est pour être exécrable tout le reste du temps, quel intérêt ? L’amour doit se montrer chaque jour qui passe, chaque heure par des petites attentions ou des mots doux, pas forcément des cadeaux, juste des choses douces qui montrent qu’on s’aime. C’est d’ailleurs comme ça que je vois ma relation future – très future visiblement, oui, bon, ça va hein –. Quelque chose de sain, basé sur la confiance mutuelle et les actes tout plein d’amour. C’est ce que j’aimerais bien avoir. Mais je sais que… Ca prendra du temps.

En tout cas, je ne vais sûrement pas aller la chercher, cette foutue rose.

Enfin, c’est ce que je croyais jusqu’à ce que mon estomac ne commence à grogner. J’avais faim, et pas envie d’aller chercher de la nourriture à la supérette du coin. En plus, je me disais que le repas de cette fête – toujours nulle – devait être un repas spécial… Super bon… Avec plein de choses sucrées… Je gigotais dans mon lit, agacé, et me levais, m’habillant et prenant Cierge sur mon épaule. Très bien, j’allais aller la chercher, leur stupide, stupide fleur ! Un instant, je bloquais sur la Pokéball d’Héraclès. Un petit Giga Impact dans la foule m’aurait assuré une entrée pour le moins fracassante, littéralement, mais aussi une sacrée correction de la part des forces de l’ordre, et peut-être même une sanction à l’académie… Abandonnant l’idée, j’optais pour la ball d’Europe, et je sortais du bâtiment, me dirigeant dans les rues.

Et quelle ambiance. J’avais l’impression de me noyer dans une marée humaine. Tant de gens me donnait presque la nausée. Au cas où, je prenais mon Funécire dans mes mains. Ce serait idiot qu’il se fasse éjecter bêtement à cause d’un malencontreux coup d’épaule. Moi qui comptais monter sur ma Cabriolaine pour aller plus vite, je me rendais vite compte que c’était impossible. Me frayant un chemin parmi les personnes présentes, je me retrouvais non loin du stand. Mais il était complètement assailli par les clients. Des couples mielleux qui voulaient absolument une rose… Eh, j’en ai besoin pour manger, moi ! Je devais trouver une solution, au moins pour en piquer une à quelqu’un. Au moins, je n’aurais pas besoin de la payer… Je sortais la Pokéball que j’avais prise, et faisais sortir Europe.

« - Eh, chérie, tu veux jouer ? On va jouer. Laisse-moi juste trouver la bonne personne… »

Je regardais tout autour de moi, jusqu’à ce que mon regard soit attiré par un duo. Une jeune demoiselle ignorait visiblement les avances d’un homme, qui lui avait offert une fleur et tentait maintenant de l’impressionner en montrant ses muscles. Encore un débile, mais ça ne me surprenait pas vraiment.

« - Là ! Tu le vois, le type là-bas ? C’est comme au bowling. Si tu fais un strike… On gagne un joli cadeau. »

La type plante commença à s’agiter, apparemment ravie de pouvoir encorner les fesses de quelqu’un. Elle ne faisait jamais mal, mais ça pouvait surprendre, et ça ne rata pas. Le gars sursauta et poussa un cri peu viril, alors que j’approchais, avec une fausse mine désolé.

« - Oh, pardon ! Elle s’est échappée, je… Je suis désolé, elle vous a fait mal ?
- Oh, non, elle tombait à pic… » me dit la fille.

Elle se rapprocha de moi, un peu près. Un peu TROP près, d’ailleurs.

« - Merci de m’avoir débarrassé de ce gros lourd. Il ne comprend pas que je les préfère plus… Fines, douces et… Féminines. D’ailleurs, j’adore les petites blondes… »

J’écarquillais les yeux. C’était à la fois flatteur et franchement gênant. Je me faisais draguer par une nana, qui pensait que j’étais moi-même une nana. Génial. Mais  au moins, je touchais presque à mon but. Me faisant encore un peu de charme, elle finit par me laisser la rose, non sans effleurer un peu trop longtemps ma main. Rappelant Europe, je m’éclipsais aussi vite que j’étais venu, plus rouge que jamais. Ca m’apprendrait à avoir des plans diaboliques. Ils se retournent toujours contre moi.

Sur ma route pour rentrer, je sentais tout à coup une chose me tomber sur la tête. En tâtant, je constatais qu’il s’agissait… D’une autre fleur. Si j’avais su, j’aurais juste attendu. Mais maintenant, j’en avais deux… Pas comme si j’avais quelqu’un à qui l’offrir, de toute façon. Elle décorerait ma chambre jusqu’à faner, comme toutes les plantes. Comme toutes les choses vivantes.

Chassant ces pensées moroses, j’allais enfin au réfectoire. J’avais hâte de goûter à ce repas spécial ! Il allait être dééélicieux ! Je regardais un peu autour de moi, cherchant les pauvres âmes pleurant leur tristesse de ne pas avoir trouvé leur pass pour le déjeuner. J’avais un peu envie de me moquer, mais une silhouette attira mon attention plus que les autres.

*doki doki*

Je m’approchais du garçon. Un brun à lunettes qui avait l’air un peu désemparé face à ce dont il avait besoin pour rentrer. Je regardais rapidement dans ma main, puis lui, et lui tendais la rose.

« - C’est une tradition débile, la Saint-Valentin, uniquement commerciale, faite pour que les couples dépensent leur argent sans compter pendant une seule journée alors qu'ils devraient se prouver leur amour tous les jours. Et c’est vraiment indigne d’une académie comme celle-là de forcer les gens à y participer pour un repas. »

Pourquoi je rougis ? Pourquoi j’ai chaud ? Pourquoi je viens de faire une bonne action ?!


Spoiler:
 


_________________

 
This madness is
supreme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4249-start http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4259-alyx-levi-harabo-noctali
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Johto
Âge : 17
Niveau : 26
Jetons : 173
Points d'Expériences : 742

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Dim 19 Fév - 13:14

Il y a dans l'air quelques notes qui dansent, dansent, dansent♪ Au rythme des coeurs amoureux qui s'épanchent-panchent-panchent♪....Non ? Même pas une petite réaction quand à cette rythmique ambiante qui s'épanouit dans toute l'académie ? Bon, et bien on ne pourras pas dire que je n'ai pas essayé.
On ne peut pas dire que tu sois très coopératif non plus, Nolan : Tandis que le reste de tes camarades papillonnent deci-delà, un peu partout dans les allées de l'académie, toi, tu te contentes d'adopter ta position favorite. Un arbre dans le dos, une guitare sur les genoux, casque au volume maximum sur les oreilles, le bonheur tient à peu de choses. Et ta sérénité serait complète sous le feuillage, si seulement Libra et Mu voulaient bien cesser de t'inclure dans leur discussion !

(Et celle-là, Lili ?)

(Mouais...Elle est un peu grande. Et il aime pas les rousses.)

(Ah...Et là ?)

(Ah non, on dirait un Granbull avec des cheveux !)

Qui dit Saint-Valentin, dit multiplication exponentielle des jeunes filles dans les rues de l'académie. Une aubaine que ne laissera sûrement pas échapper lIbra pour te caser ; Depuis que vous êtes sortis du dortoir Voltali (Une grave erreur), elle n'a cessé d'examiner chaque candidate potentielle en analysant ses mérites et défauts. Et même si ses tentatives pour t'impliquer se sont heurtés à un silence blasé, la Gardevoir ne se décourage pas le moins du monde. Quand à Mu, il prend beaucoup trop de plaisir à ton goût à repérer les cibles pour la type Psy.

(Aaaah, je crois qu'on a trouvé...En plus, j'suis sûre qu'elle embrasse bien !)

*DZONG*

Ta main a ripé sur les cordes, produisant un son extrêmement désagréable malgré la musique qui t'emplit les oreilles. Avec un profond soupir, tu te redresses en chassant les quelques feuilles de givre qui ornent ta veste, puis part d,un pas décidé en direction du portail de l'académie. Lancés sur tes talons, Libra et Mu ne se privent pas pour continuer leur taquineries et bien que tu ne leur en veuilles pas, l'idée de rester dans une telle atmosphère commence à devenir pesante.
Peut-être qu'en ville, les choses seront plus calmes : Tant que tu esquives les parcs et cafés, repaires traditionnels des amoureux, il devrait bien y avoir un coin paisible ou tu pourras profiter de cette journée sans être dérangé toutes les cinq secondes.

********************

(Wow...Il vient de lui faire un german supplex, là ?)

(Lili, Lili, regarde-là !)

(Pourquoi...OUAH ! ALLEZ VAS-Y, MORDS-LUI L'OREILLE ! Nolan, j'te parie cinq jetons que ce le petit vicieux qui gagne.)

C'est un cauchemar...Ça ne peut être que ça, un rêve éveillé, qui te conduit dans le pire des scénarios possibles. Le brouhaha général qui emplit les rues de Lansat est en train de lentement saper la barrière offerte par tes écouteurs, mélange de cris, de pleurs et de bruits de courses précipités. Réfugiés dans une petite ruelle adjacente à l'artère principale, vous vous êtes retrouvés complétement pris au piège par la marée humaine qui grouille un peu partout autour de vous. Du peu que Libra a réussi à glaner dans les émotions et les esprits des Pokémons présents, il semblerait qu'il s'agit d'une histoire de fleurs. Des roses, pour être plus précis.
Et aussi incroyable  que cela puisse paraître (Bon pas tant que ça, on parle de la Pokémon Community), tes camarades de classe se sont aussi lancés dans la bataille. Profitant de leurs entrainements, ils semblent bien déterminés à récupérer une rose, sésame pour un accés aux cuisines lors du repas de ce soir. La perspective de manger seul dans ta chambre ne semble pas te gêner plus que ça, Nolan, mais celle d'être entouré d'autant de monde dans une effervescence incroyable, c'est une autre histoire.
Chaque cri est comme une aiguille qui vient faire tressauter doucement l'air calme que tu tentes de t'imposer. Chaque choc est un marteau qui vient douloureusement te frapper à l'arrière de la nuque. Et même si Libra et Mu ont conscience de cet état de fait, leurs tentatives pour vous sortir de là se sont soldés par plusieurs échecs : Impossible de se téléporter sans ligne de vue directe vers la destination, et avec autant de monde, c'est un saut de quelques mètres que Libra pourrait réaliser en te portant. Quand à Mu..

(J'y vais ! YAHAAAAAAAAAAAAH !)

*Bunk*

C'était bien tenté, mais l'Abra semble avoir surestimé sa petite taille : Au lieu de pénétrer dans le flot humain, tu le vois tout simplement rebondir sur les corps entassés, avant qu'il ne revienne tout penaud dans votre direction. Tandis que tu lui caresses la tête entre les oreilles pour le consoler, ton esprit tente d'échafauder un plan pour te sortir de là : Impossible de sortir de la ville sans emprunter l'artère principal et impossible d'emprunter la-dite artère principale...On appelle ça une boucle logique, Nolan. Et c'est toi qui va devoir en changer les mesures pour trouver une voie de secours...

Sing, little Bird

!...Ça, par contre, c'est un son que tu connais. Encore faible à cause du bruit ambiant, mais le touché des cordes, la rythmique de la mélodie et surtout, l'émotion dégagé par les vibrations....Pas d'erreur possible, tu connais cet instrument. Rapidement, tu ôtes ton casque, grimaçant lorsque le vacarme qui vous entoure vient te fracasser les tympans à coup de marteau. Au prix d'un large effort de concentration, tu parviens à isoler la direction générale de la mélodie qui se glisse au milieu de ce dernier. Ça vient de...Cette ruelle...Puis de celle-ci...Oulah, tention, y'a du monde dans celle-là, va falloir naviguer prudemment...Plus près, toujours plus près, jusqu'à ce qu'enfin...Tu plantes.
Non, sérieusement, tu es planté tel le poireaul'oignon japonais d'un Canarticho, dans une rue piétonne qui semble légèrement épargnée par la ferveur de la ville : Quelques couples âgés déambulent à petit pas devant les commerces et au loin, le brouhaha des amoureux s'est fait moins perceptible. Et devant toi, assise sur un petit banc avec son étui ouvert devant elle (Quelques passants semblent y avoir jetés des pièces, une pratique que tu as toi-même expérimenté à Oliville)...Un visage qui ne t'es pas inconnu.

''...''

C'est elle...C'est toujours et encore elle. La même natte brune, les doigts fins, un violon calé sur l'épaule et les yeux fermés, elle fait courir son archet sur les cordes. Votre dernière rencontre remonte à Halloween, mais pour toi, c'est comme si la mélodie ne s'était jamais arrêtée....Elle a simplement connu un bref soupir, avant d'enchainer sur une mesure différente.
Toujours inconsciente de ta présence, la violoniste poursuit son morceau, sous le regard attendri de quelques passants. Mais, avant même que Libra ne puisse te retenir, tu as déjà fait un pas en avant, guitare calée entre les mains, prêt à répondre à cet appel qu'elle lance dans le vent de Février.
Une à une, les cordes s'animent, établissant ce dialogue à double-sens que vous aviez déjà pratiqués...Mais cette fois, tu ne reéponds pas à une invitation, c'est toi qui ouvre le bal.

Eternal story

Le temps s'est figé autour de vous, tu pourrais presque voir les notes que vous égrenez et naviguer de sons en sons, au rythme des claquements de doigts du public. Et si tu as senti une légère surprise dans la retenue de la jeune femme, lors de ton intrusion, cette dernière, professionnelle jusqu'au bout a repris une rythmique plus conventionnelle et réponds à ton morceau aussi précisément qu'à l'accoutumée.
Votre duo se terminera sur une longue note commune et tandis que les passants applaudissent doucement, tu rouvres les yeux pour découvrir deux petits disques verts qui surmontent un sourire approbateur et te fixe sans un mot. Tu aimerais lui parler, lui demander au moins son nom, qui est elle et surtout...Ce qu'elle fait à Lansat. Une âme soeur, une musicienne qui plus est, quelqu'un qui te permet de communiquer uniquement via la musique....C'est une occasion trop rare pour que tu la laisses filer.

''...Merci.''

Tu t'apprêtais à dégainer ta tablette...Mais cette voix te coupe net dans ton élan. Douce, musicale avec une légère gravité qui lui donne un surplus de sérénité, elle continue de faire écho à l'instrument de sa propriétaire : Capable d'apaiser le plus féroce des Pokémons, elle te paralyse tellement que Libra en vient même à te poker dans les côtes, dans l'espoir de te remettre en mouvement. Avec délicatesse, la jeune femme dépose son violon dans l'étui au sol, avant de refermer ce dernier. Transposant le précieux instrument sur le banc, elle se redresse alors, dévoilant une silhouette svelte et agile, qui semble danser à chaque pas. Mais plus que tout, c'est son visage qui te prturbe..Car en elle, tu retrouves certains des traits de...*glumps*...Jasmine.

''C'est à croire que nous nous croisons uniquement dans ce genre de circonstances...J'espère que la prochaine fois, les chose seront un peu plus calmes.
Dans ma région d'origine, il est de coutume d'offrir quelque chose à celui ou celle qui vous fait passer un bon moment, lors de la Saint-Valentin. Disons que ce sera un...petit cadeau pour toutes les fois précédentes.''


Sans te laisser le temps de réagir, elle attrape vivement le gros sac à dos posé derrière le banc sur lequel elle se tenait, avant de faire jouer les rabats. Du coin de l'oeil, tu apercois une petite dizaine de dômes ovoïdes qui en dépasse, juste avant qu'elle ne sorte l'un d'entre eux du sac. Te tendant l'oeuf blanc parsemé de motifs en formes de petits nuages d'un beau jaune sombre, elle se contente de te sourire, avant de glisser les sangles du sac sur ses épaules et de récupérer son étui.
Sans cesser d'agiter la main, sifflotant une petite valse, la voila reparti en direction de l'artèe principale...

(NOLAN, QU'EST-CE QUE TU FOUS ?! Cours-lui après !)

Le cri de Libra vient briser l'état de choc qui était le tien et, l'oeuf toujours en main, te voila parti à toute jambe pour rattraper la jeune femme. Malheureusement, la foule compacte et dense qui parcourt la rue principale vient te couper net dans ton élan et il t'es complétement impossible malgré ta taille de repérer la musicienne ou son sac.
Tu te retrouves ainsi, au milieu d'une masse d'amoureux en frénésie, serrant précieusement l'oeuf qu'elle t'a offert contre ta poitrine, sans cesser de tapoter la coquille, en un rythme bien précis.

******************

(Fiou, j'ai cru qu'on y arriverait jamais...Heureusement que t'as vu cette ouverture, Mu, sinon, on serait reparti dans la machine à laver. Sérieusement, les humains sont bizarres par moments, tu trouves pas ?)


Tu aurais bien tort de la contester, Nolan : Perdu dans tes pensées, le regard rivé sur l'oeuf, tu incarnes toute cette bizarrerie à l'instant-même.

(Pff..Et avec tout ça,on a trouvé ni fleur, ni prince charmant. T'es vraiment pas dégourdi, Nolan.)

De retour à l'académie, tu as décidé de rentrer au dortoir, empruntant donc tout naturellement le chemin terreux qui démarre depuis le portail. Rien d'étonnant donc, à ce que tu manques de percuter une jeune fille de petite taille, au moment où cette dernière traverse ton chemin. Le choc n'est pas rude, mais il à au moins le mérite de te ramener à la réalité : Une rose en main, la petite brunette qui te fait face semble un peu intimidé, mais heureusement, Libra vola à ton secours.

(Pardon, excuse ce grand dadais, il ne regarde jamais devant lui. Tu ne t'es pas fait mal, au moins ?)

Apparemment, à l'exception du choc, il n'y a pas eu de mal. Tu inscrit rapidement un ''Désolé'' laconique sur ta tablette, avant de lui la montrer, bien décidé à reprendre ton chemin. Mais, un peu surpris, tu remarques que Libra a maintenu le contact mental avec ta camarade. Sous ton regard ébahis, cette dernière finit par lui confier la rose qu'elle portait en main, entrainant une réaction bien rapide de la Gardevoir : La jeune fille se retrouve presque soulevée de terre lorsque Libra l'attrape pour la serrer fort contre elle et lorsque ta starter revient à ta hauteur, tu remarques les étoiles qui brillent au fond de ses yeux écarlates.
Te retournant doucement, ton air neutre vient s'éclairer d'un léger sourire à destination de la généreuse donatrice...Ce n'était pas exactement un prince charmant, Libra, mais qui t'a dit que ça ne pouvait pas être une princesse ?

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3857-0281-nolan-deannag-ce-n-est-pas-que-je-ne-veux-pas-te-repondre-c-est-juste-que-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3939-nolan-deannag-voltali#41801
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Sinnoh.
Âge : 15 ans.
Niveau : 13
Jetons : 5221
Points d'Expériences : 220

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Lun 20 Fév - 0:54

14/02/2017
event st. valentin


Le 14 février.

Ça s'agite un peu trop dans ta tête lorsque cette date te vient à l'esprit, et absolument pas pour la raison à laquelle la majorité des gens penseraient. Les amourettes, les rendez-vous galants, les petits cœurs qui flottent et papillonnent dans l'air — tout ça, c'est bien loin de te préoccuper actuellement, même si tu ne peux nier que ça pourrait peut-être être agréable. Mais pour toi, le 14 février, bien avant d'être la Saint Valentin, c'était surtout la croisière de l'année dernière où tu avais échangé de corps avec un élève du dortoir Voltali. Un frisson te traverse : ça, tu es bien loin de parvenir à l'effacer de ta mémoire.

En rétrospective, ce n'était pas si catastrophique. Tu avais juste violemment paniqué car on t'avait explosé à la figure alors que tu avais à peine repris conscience et parce que, admettons-le, se retrouver dans un corps totalement différent du tien et, qui plus est, celui d'un garçon, était quelque chose de particulièrement perturbant. Donc oui, tu trouvais ça à peu près normal d'avoir aussitôt fondu en larmes. Mais d'un autre côté, cet incident avait eu des conséquences très positives : après tout, sans ça, tu n'aurais pas rencontré Alex, et par son intermédiaire, ni Sirius, ni Eve, et tu n'aurais pas participé à la sortie capture de cet été, et...enfin, tu n'en serais clairement pas où tu es aujourd'hui si ce n'était pas arrivé. Oh. Tu t'arrêtes brièvement dans ton train de pensée. C'était assez inhabituel de te voir raisonner comme ça. Le relativisme, ça a des avantages. Comme quoi, les événements de ces derniers mois t'ont réellement fait du bien. Tu ne dirais pas vraiment qu'ils t'ont changée : après tout, tu restes toujours cette bonne vieille Luce, pas très bavarde, pas très adroite, et toujours avec l'esprit ailleurs. Mais il était indéniable qu'ils t'ont aidée à avancer, ne serait-ce qu'un peu.

En tout cas, cette année, tu étais persuadée que tout allait bien se passer. Alors que tu avances lentement sur le petit chemin de terre qui mène à l'extérieur de l'établissement, tu te remémores rapidement la rumeur qui s'était répandue comme une traînée de poudre dans le dortoir Givrali : apparemment, la directrice de la Pokémon Community avait décidé de la jouer sécurité cette année. Pas de croisière, pas d'excursions, et donc par extension pas d’événements bizarres, rien de plus qu'un buffet organisé à l'occasion de la Saint Valentin. Et ainsi, de manière assez surprenante, l'école s'était rapidement divisée en deux : ceux qui avaient comme cible première le buffet lui-même, et ceux qui n'avaient comme objectif de trouver quelqu'un avec qui passer la soirée. Toi...tu n'appartenais à aucune des deux catégories. La nourriture et les amours n'étaient clairement pas tes priorités. Enfin, la nourriture...tant qu'il n'y avait pas de gâteaux, ça allait. Il y en aurait sûrement, en fait, mais...non, non Luce, ce n'est pas le moment de penser à ça. Et ce n'était pas plus mal, parce qu'après tout, tu n'avais qu'une envie : rejoindre tes amis, et passer du bon temps avec eux.

C'était pour cette raison qu'actuellement, tu faisais route vers le centre-ville. D'après les consignes affichées un peu partout dans l'école, il y avait besoin d'un ticket d'entrée pour participer à ce buffet. Une rose, très exactement. Et ça, c'était Sirius qui te l'avait dit, alors que tu l'avais vu courir à toute vitesse en hurlant « TROUVE TOI UNE ROSE LUCE » puis disparaître aussitôt de l'autre côté du bâtiment tandis que tu sortais pour aller entraîner Pearl, le Plumeline que Calua t'avait confié. Tu ne savais pas trop quelle mouche l'avait piquée, mais bon. C'était Sirius, tu avais appris à ne pas trop te poser de questions quand il s'agissait de lui. Tu avais continué ton petit bout de chemin, la tête emplie, étrangement, de questions assez superficielles : est-ce que tu aurais à bien t'habiller ? D'accord, tu avais un peu renouvelé ta garde-robe, mais quand même...tu aimais bien tes jupes et tes cols roulés. Sirius t'aurait sûrement étripée pour avoir dit ça, mais c'était vrai.

Bien vite, tu finis par arriver non loin du lieu que l'annonce mentionnait. Le fleuriste Ros. & Rade, devant lequel tu étais passée plusieurs fois, vu que ton café préféré se trouvait à quelques mètres de l'échoppe. Mais très honnêtement, c'était la toute première fois que tu le voyais aussi...bondé ? Pas possible, il y avait beaucoup trop d'agitation par là-bas, même si c'était une occasion spéciale—

Et en arrivant en face de la modeste boutique, tu as eu l'impression d'assister à une vision de l'enfer.

C'était pire qu'un jour de soldes, et tu n'avais pas assisté à tant de soldes que ça dans ta vie. La dernière fois que c'était arrivé, Stella t'y avait traînée de force et...brr, tu as des vertiges rien que d'y repenser. Tu voyais des gens se battre, se donner des coups de tête, se mordre même...cela ressemblait à ces scènes dans les bandes-dessinées où les combats étaient si intenses qu'on ne voyait qu'un nuage de poussière se déplacer en va-et-vient. Vraiment ? Tout ça, juste pour un buffet ? D'accord, on a tous des choses pour lesquelles on est prêts à faire son maximum, mais tout de même.

Tu continues à contempler l'apocalypse qui prend place en face de toi, blême, figée par la surprise. Les cris s'entremêlent et les insultes fusent sans arrêt, chacune comme des flèches dirigées droit vers toi. Le contexte n'était absolument pas le même, mais, étrangement, cela éveillait des souvenirs amers en toi. Des souvenirs des dernières fois où tu avais vu tes parents ensemble. Tu serres les dents. Pourtant, ça n'a rien à voir — mais cela devient te bientôt insupportable. Et finalement, tu capitules : tu te sens bien trop mal, alors tant pis pour cette fois. De toute façon, tu trouveras bien un autre moyen de passer du temps avec tes amis. Tu n'avais pas besoin d'une soirée pour ça, après tout—

Quelque chose est projeté à tes pieds. Intriguée, tu ramasses l'objet : il s'agit de quelque chose de rouge, avec une longue tige...est-ce que ça serait...? Soudainement, tu sens des regards braqués sur toi. Des regards qui clairement ne te veulent pas du bien, et qui sont rivés sur la rose que tu tiens dans tes mains. Tu déglutis. Ton cerveau te hurle de la lâcher et de partir en courant, mais ta raison et tes jambes ont décidé de partir en vacances d'un commun accord et de t'abandonner là. Tu voudrais bouger, tu n'attends que ça, mais rien ne réagit. Tes yeux regardent, impuissants, un des acheteurs furibonds se ruer sur toi ; est-ce ainsi que l'avidité corrompt les hommes ? — tu notes mentalement que cette remarque est plutôt pas mal et est clairement à replacer quelque part, mais tu t'éloignes du sujet. Fort heureusement, avant que l'élève puisse t'attaquer, une masse de corps et de poings s'abat sur lui, le plaquant à terre dans l'espoir de l'arrêter et de récupérer le trésor qui repose dans tes frêles mains. La stupéfaction (ou peut-être la terreur, ça dépend du point de vue) a comme l'effet d'une décharge électrique sur toi : et tout à coup, tous tes membres redémarrent. Ni une, ni deux, tu te mets à courir de toute la force de tes petites jambes, et tu prends la fuite, abandonnant le chaos dissonant derrière toi.

C'est d'un air pataud que tu rejoins le portail d'entrée de l'académie, après avoir couru pendant une bonne vingtaine de minutes (enfin, avec des pauses, ton endurance ne te permet clairement pas de faire ça) et te retrouvant donc à bout de souffle. Plus jamais ça. Tous tes sens sont en alerte, encore stimulés par ce qui vient de t'arriver. Toi qui croyais que les cours de la Général Jackie étaient terribles, il te semble que ça, c'était bien pire. Et cerise sur le gâteau, tu as encore la rose avec toi. Tu espères sincèrement que personne ici ne t'assaillira de la même façon. Tu ferais bien mieux de la remettre à quelqu'un que ça intéresse vraiment, pour tout dire. Tu restes un moment à patrouiller entre les dortoirs, en espérant voir quelqu'un qui serait intéressé...et que tu connais, histoire de ne pas engager le contact avec un inconnu et sûrement te ridiculiser par la même occasion. Mais au bout d'un quart d'heure, tu ne trouves personne.

Tu soupires. Est-ce que toute l'école s'est vraiment rendue chez le fleuriste ? Ce n'est pas possible, tu n'arrives pas à y croire, il doit bien rester quelqu'un...

Et peut-être que ce quelqu'un est la personne que tu viens d'accidentellement percuter, parce qu'encore une fois, tu ne prêtes pas attention à ce qui est autour de toi lorsque tu réfléchis.

Tu relèves les yeux, sentant déjà tes joues commencer à brûler de gêne. Avant même que tu parviennes à te répandre en excuses, tu réalises qu'il t'a fallu relever la tête sacrément haut pour croiser le regard de ta victime. Un regard bleu azur, qui aussitôt te fait tressaillir. Tu entrouvres les lèvres pour au moins dire quelque chose, n'importe quoi, mais le Pokémon du jeune homme te devance et prend la parole.

Hein ?

C-comment ça ? Comment ça son Pokémon te parle ? Cela te prend un instant avant de réaliser qu'il s'agit d'un Gardevoir, un Pokémon Psy que tu connais pourtant plutôt bien. C'est logique, en vérité. On va mettre cette erreur sur le compte de la surprise. Ça fait beaucoup de surprises en un jour, mais peu importe. Alors que le garçon griffonne quelque chose sur une tablette qu'il tient entre ses mains — un simple « désolé » — tu tentes de bafouiller une quelconque réponse, même si à cet instant, tout ce que tu peux dire te parait stupide. Il avait un œuf dans les bras, après tout...tu ne te serais pas pardonnée si il l'avait fait tomber à cause de toi.

« N-non, ça va...je vais bien. »

La Gardevoir te sourit, et s'apprête à repartir avec son dresseur, lorsqu'un déclic se fait enfin dans ton esprit — et un éclat de voix t'échappe.

« Attendez ! U-um...est-ce que vous voudriez bien prendre ça ? Je...ne sais pas trop quoi en faire et...je pense que ça vous sera bien plus utile qu'à moi. »

Tu tends la rose à la type Psy, en baissant légèrement les yeux. Tu ne les connais pas, après tout...même si celui qui l'accompagne te semble plutôt familier. La Gardevoir émet une sorte de cri de joie alors que tu sens tes pieds brusquement décoller de terre, tandis qu'elle te prend ses bras. Te remerciant, elle et son dresseur prennent enfin congé de toi. Tu t'apprêtes à en faire de même, mais un sourire fugace du brun te retient un autre instant. Curieusement, ça te met un peu de baume au cœur. Est-ce qu'on appelle ça une bonne action ? Tu restes pensive.

Tant pis pour le buffet. Tu auras bien d'autres occasions de passer du temps avec tes amis ; tu n'as pas besoin d'un prétexte pour aller les voir, après tout. Alors pour l'instant, tu préfères aller t'allonger dans ta chambre et reprendre la lecture du dernier opus de ton roman préféré. Tu es persuadée que son héros te réserve bien d'autres surprises.

Résumé HRP:
 

_________________

I want to become the light that can
cut through your pain.


Dernière édition par Luce C. Agnelli le Mar 21 Fév - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4813-335-luce-c-agnelli-where-noon-and-night-cross-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4817-luce-c-agnelli-givrali
 Scientifique Novice
avatar
Scientifique Novice
Région d'origine : Kalos
Âge : 15 ans
Niveau : 2
Jetons : 0
Points d'Expériences : 67

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Lun 20 Fév - 18:49

Saint-Valentin. Supposée fête des amoureux. Une journée où la famille Rosebury, les adultes au moins, prenait quartier libre. Les aides également. Et avec ses parents partaient la totalité des monstres. La dernière année, il avait trouvé cela étrangement reposant. Les autres années, étonnamment terrifiant. Si bien qu'il n'avait même aucune envie de se souvenir de quoi il s’agissait, ou même que le jour était ce jour. Il se réveilla donc comme absolument tous les jours, se vêtit comme un autre jour aussi, un pantalon droit, sobre, un petit pull col roulé et une veste bien taillée, dans des noirs et des blancs, à peine un petit revers rouge. Sa palette de couleurs. Il hésita à mettre ses gants, ce qui le mettrait bien plus à l'aise. Mais il était ici pour s'en sortir, pas se cacher.

Il finit par enfiler un manteau et sortir, pour se rendre à la cantine. Il avait un peu traîné, mais Helly le suivait paresseusement, sans qu'il lui prête une attention quelconque. Il s'y rendit lentement, sans cesser de regarder de droite et de gauche pour éviter de croiser une abomination, ou qu'elle ne lui saute dessus. S'il y avait bien une chose qu'il ne voulait pas voir, c'était cela. Ce qu'il aurait voulu ne plus jamais voir, d'ailleurs. Mais il était ici, et il avait trop d'honneur et beaucoup trop d'orgueil pour abandonner. Il avança la main pour la poser sur la poignée et ne vit l'affiche que trop tard ou presque. Une rose pour aller manger? En ville..?

Il remonta ses lunettes et changea de trajet. Il n'était pas encore allé en ville, descendu en ville. Peu importait. Il marcha d'abord normalement, puis ralentit, rappela Helly, et s'arrêta finalement. Il regarda la ville les sourcils froncés. Cet amas de gens agglutinés, se bousculant, se gênant, se haranguant, s'insultant parfois. Il vit des arguments, des tentatives maladroites de séduction, pas qu'il y connaisse grand-chose au demeurant, des gens s'énerver, négocier, prier, supplier, et Ox en arriva à simplement abandonner, tournant les talons pour retourner à l'école. Peut-être qu'il arriverait à les convaincre. Après tout, ils ne pouvaient décemment pas affamer les élèves pour une simple lubie, si? Vu le prix que ses parents payaient, il espérait vraiment que non.

Il était donc à nouveau devant la porte de la cantine, les sourcils légèrement froncés, les bras croisés, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir leur dire. Des centaines de scenarii se contredisaient sous son crâne. Il se demandait vraiment quoi faire. Jusqu'à entendre le claquement d'une paire de talons sur le sol. Il se tendit une seconde. Sa mère avait le même genre de pas décidé. Mais il se retourna finalement pour se retrouver face à... hmmh... un gros doute. Quoi que ce fut, c'était joli. Un peu vulgaire et tape-à-l’œil, mais plutôt joli. Et ça lui tendait une rose. Il lui fallut un certain temps pour trier les mots, en extraire que non, ce n'était pas une proposition, mais que ça avait ultimement eu pitié de lui. Il ne put s'empêcher de lui sourire en prenant la fleur. La voix n'aidait pas. Bon, tant pis, il faudrait qu'il soit simplement prudent.

"Merci beaucoup. Je ne m'attendais pas à ce qu'une prise de position anti-Saint-Valentin m'autorise finalement à manger décemment. Je commençait à me demander s'il me faudrait les soudoyer ou menacer de les dénoncer. Affamer des adolescents..."

Il leva les yeux au ciel, sa voix grave un peu ironique, mais modérément, il était bien trop poli pour exprimer la totalité de sa déconfiture face à cette journée. Il regarda celle que détenait encore ce... cette... ça. Pris d'une impulsion subite qui lui aurait valu la mort par torture ou les félicitations de sa mère, suivant ce que ça serait finalement, il lui tendit le bras.

"Ce sont de bien maigres remerciements, mais quand bien même v... tu détesterais la Saint-Valentin, rien n'empêche que nous dînions ensemble, si cela te convient. Complètement hors contexte, entre camarades, évidemment. Mais si nous devons tant nous battre pour ce repas, il doit certainement en valoir la peine..."

Il s'offrait bien évidemment la possibilité de se voir offrir un terrible refus, mais ça ne serait jamais vraiment qu'un parmi tant d'autres. Et... des opinions si arrêtées pouvaient offrir quelque chose d'intéressant, à la discussion.

"Peut-être que me présenter serait la moindre des choses. Oxlene, mais v... tu peux m'appeler Ox."

Il commençait à combler les blancs, il ne faisait jamais ça. Qu'il s'arrête, et maintenant.

Résumé HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6021-416-geralt-oxlene-rosebury-terminee-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6029-ox-rosebury-phyllali
 Scientifique Archéologue
avatar
Scientifique Archéologue
Région d'origine : Kalos, Romant-Sous-Bois/Illumis
Âge : 16 yo
Niveau : 50
Jetons : 842
Points d'Expériences : 1518

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 22 Fév - 0:09




 
Let me be stronger please, still stronger please, I close my eyes and wish to the sky, I want to move beyond the tears Within my heart I hide, my fragile side. The weakness I don't want to show through. I couldn't put it into words, can't say a thing it's just absurd. Hiding away so that no one can find me, I'll always be waiting here. Till the day I see the light

Event st valentin

Elle repoussa d’un geste las la mèche de cheveux qui venait, encore une fois, de lui tomber devant les yeux. C’est que depuis cet été, les courts cheveux roses de Max s’étaient allongés et à la surprise de quelques uns de ses amis, elle n’avait pas mentionné l’envie de les raccourcir comme elle le faisait habituellement quand il dépassait la limite de ses épaules. Nouveau look pour une nouvelle vie. Elle n’avait pas eut envie de raccourcir d’avantage ses cheveux, mais pour une fois, elle s’était laissée tenter par les longues mèches très féminines qu’une grande partie des filles de l’académie abordait. C’était comme pour marquer le renouveau. Une nouvelle Max était en train d’éclore des cendres de l’ancienne. Elle ne se faisait pas d’illusion. Elle restait la Max timide et fragile quand cela concernait son cœur et les histoires autour de ce dernier. Mais en dehors de ça, elle en avait marre de se faire marcher sur les pieds. Elle en avait marre d’être en permanence vue comme une gamine qui ne pouvait pas faire de mal à une mouche. Elle en avait dans le ventre. Elle avait fait face à bien des épreuves et elle était toujours debout.

Elle voulait juste qu’on reconnaisse son courage.

Elle soupira et posa sa tête contre la fenêtre. Son Togetic se posa à coté d’elle. Il était étrangement présent aujourd’hui, très proche d’elle. Comme s’il essayait de la protéger de quelque chose. C’était presque étrange. Comme si quelque chose lui échappait. Pourtant, c’était un jour comme les autres. Un jour ordinaire. Elle se leva et attrapa son manteau avant d’enfiler son écharpe rouge. Elle fixa du regard la pokeball d’Ulith avant de l’attraper, soupirante. Elle laissa également Lao la suivre et bien évidement, Smaug se jeta à ses pieds, plein d’enthousiasme, comme à son habitude. Elle eut un léger rire avant de se diriger vers la sortie. Elle n’avait pas vu Alex aujourd’hui. Elle était probablement avec Audrey.

Rae se tourna rapidement vers elle. Comme si elle avait peur qu’elle réalise. Elle pencha doucement la tête sur le coté, intriguée, mais il fit comme si de rien n’était. Elle haussa vaguement les épaules, comprenant qu’elle n’en tirerait rien de plus pour le moment. Elle lança à son équipe qu’elle allait faire un tour et qu’elle reviendrait un peu avant le repas pour qu’ils aillent manger tous ensemble. Après avoir eut les acquiescement de toute l’équipe, elle se mit en route, pensant s’arrêter par la cafétéria pour prendre un petit quelque chose pour compenser son absence de repas de midi.

Tout aurait du lui mettre la puce à l’oreille. Le nombre de couple qu’elle croisait, les pouffements des Givralis, les discussions des derniers jours, l’attitude de Rae … Elle soupira et ravala les larmes qui lui montèrent aux yeux presque immédiatement. Elle sentit à peine le dard de sa Rapion se frotter contre sa jambe droit en une vaine tentative de réconfort. Elle ferma les yeux. Inspire, expire. Quand elle rouvrira les yeux, ça n’existera plus. Pourtant, quand elle rouvre les yeux, le panneau est toujours là et la peine dans son cœur est toute aussi réelle. Hors de question qu’elle reste ici ce soir. Aujourd’hui en fait. Elle ne voulait pas le voir.

Elle ne voulait pas se rappeler une fois de plus qu’elle ne l’aurait pas dans ses bras, sur ses lèvres, contre elle. Elle ne voulait pas le voir et voir cet Alban qui était Alban mais qui ne l’était pas en même temps. Elle ne voulait pas voir ce regard perdu quand il la regardait, elle voulait retrouver son Alban qui la déchirait et qu’elle aimait. Elle voulait retrouver le calme de ses yeux, elle voulait la chaleur de ses bras autour d’elle et dans son cœur, et son front contre le sien et … Elle déglutit.

C’est dur, c’est dur de savoir qu’il est là mais qu’il est loin. C’est dur de ne pas savoir si demain il se rappellera d’elle ou pas. Elle ne savait même pas si elle voulait qu’il se rappelle. Parce que se rappeler c’était les hauts mais aussi les bas et la peine. La dispute et les cris. Les pleurs aussi. Et la douleur dans son cœur. La violence de leurs mots. Cette promesse volée. Ces instants chéris, ces instants détestés. C’est le mélange. Son cœur se serra et ses yeux laissèrent échapper quelques larmes alors qu’elle détourne le regard de cette simple affichette qui la détruit une fois de plus. Elle se retourne et son regard s’assombrit. Elle … elle ne savait pas vraiment.

Elle remonta rapidement dans sa chambre et fit signe à toute son équipe de se rapprocher. Elle leur demanda de la suivre jusqu’à la petite salle qui permettait aux Givralis de nourrir elles-même leurs équipes. Elle annonça rapidement à tout le monde qu’elle avançait l’heure du repas. Elle sentait le regard perplexe des membres les plus anciens mais leur attention fut rapidement détournée par l’enthousiasme flagrant de ses plus jeunes membres. Après une bonne heure de bataille pour nourrir tout le monde, c’est fatiguée que Max remonta dans sa chambre. Elle faisait assez rarement ce genre de repas pour son équipe, ayant des moyens de plus en plus limité et devant par conséquent se contenter des croquettes de Mama Odie mais puisque aujourd’hui, il fallait se confronter à la terrible fête des amoureux, Max faisait exception. Et puis c’était comme un cadeau à son équipe.

Elle n’avait pas vraiment les moyens mais il était hors de question qu’elle reste à l’académie aujourd’hui. Elle sortirait ce soir. Elle trouverait un petit restaurant où elle pourrait passer inaperçu et qui lui ferait oublier la douleur dans son cœur. Elle se changea rapidement, enfilant une mignonne petite robe et s’arma de son gros manteau avant de sortir. Il n’y avait que Rae avec elle. Comme souvent quand c’était son cœur qui faisait mal. Les vagues d’affection qu’il lui envoyait la réchauffait et effaçait légèrement la peine qui la prenait.

Après l’habituel trajet en bus, entourée d’une multitude de couples, Max se laissa porter pas la marrée humaine jusqu’à tomber devant un petit établissement à la nuit tombée. Elle eut un léger soupir face au petit cupidon sur la devanture mais … elle avait faim et n’avait plus vraiment la fois de chercher un autre endroit. Elle poussa la porte pour tomber dans l’univers de la saint valentin. Petits cœurs, nappes roses, musique clichée au possible … tout était là. Elle soupira à nouveau. Immédiatement, un serveur l’accosta et l’amena à une table dans le fond.

Et voilà. 20 heures. Le soir de la saint Valentin et elle était là, toute apprêtée comme pour un rendez vous, à désespérer sur sa vie amoureuse. Il aurait été plus sain pour elle de l’oublier, d’essayer de tomber amoureuse de quelqu’un d’autre plutôt que de persévérer avec ce garçon qui la blessait et la faisait pleurer mais comment oublier la chaleur de son corps contre le sien, de ses lèvres sur sa peau, du calme après ses mots. Comment oublier qu’elle était dingue de lui et que chaque seconde qui passait loin de lui était comme un coup d’épée dans le ventre. Comment oublier que son sourire faisait naître des papillons dans son ventre. Comment oublier les palpitations qu’elle avait quand leurs regards se croisaient. Comment oublier alors qu’elle ne voyait que lui.

Elle haleta doucement avant qu’une main ne se pose sur son épaule. Elle releva les yeux pour voir un brun souriant lui tapoter doucement l’épaule. Il parlait beaucoup alors qu’il s’installait en face d’elle. Sirius B. Powell. Elle en avait entendu parler. Le frère de cœur de sa meilleure amie après tout. Elle le laissa s’installer, un peu de compagnie ne pouvait de toute façon pas faire de mal.

Pas quand elle était aussi seule.


- Max passe la journée dans sa chambre et se rend pas compte que c'est la saint valentin.
- Elle capte quand elle veut aller chercher un petit truc à manger en fin d'après-midi. Elle bad et pleure un peu avant de repartir vers son dortoir.
- Elle s'occupe de son équipe pendant un long moment en leur faisant un repas spécial.
- Elle sort toute bien habillée et va dans un restaurant cliché.
- Elle y rencontre Sirius.
- Elle passe la soirée avec lui.

_________________


Dernière édition par Max Arago le Mer 22 Fév - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3773-0269-maxine-max-arago-terminegivrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3774-maxine-max-arago-givrali
 Coordinateur Mode
avatar
Coordinateur Mode
Région d'origine : Algatia - Hoenn
Âge : 17 yo
Niveau : 39
Jetons : 2072
Points d'Expériences : 1046

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 22 Fév - 0:46





So I can overcome the dark, just like a shooting star in the sky

Il posa la main sur l’épaule de la jeune fille. Il la connaissait de vue mais n’avait jamais vraiment eut l’occasion de lui parler malgré la proximité de leurs cercles d’amis. Il était évident qu’elle aussi était en solitaire ce soir, alors avec son exubérance naturelle, il s’installa en face d’elle avec un grand sourire. Max Arago était une énigme aux yeux de Sirius Powell. Il savait qu’elle était la colocataire et la meilleure amie de sa petite sœur de cœur et il l’appréciait beaucoup pour tout ce qu’elle faisait pour la rouquine. Mais il y avait quelque chose dans sa position ce soir qui lui faisait croire que la rosée était peut-être un peu plus que ce qu’il pouvait penser.

Elle ne dit rien quand il s’installa à sa table, comme si c’était sa place. Elle ne dit rien alors qu’il s’amuse à raconter des histoires sans aucun sens. Elle ne dit rien face à ses cernes. Elle ne dit rien face à ses béquilles. Elle reste étrangement silencieuse et le fixe avec ce regard de bête blessée. Il soupira légèrement. Il n’avait peut-être pas choisit la meilleure compagnie ce soir, mais elle le touchait étrangement, avec ses grands yeux ambrés et les pleurs qui semblaient si proches. Il lui lança un sourire avant de se taire et d’enfin regarder autour de lui.

Il était arrivé ici comme une bombe, cherchant à esquiver la fureur d’une certaine Mentali. Le bouquet de 101 roses rouges et la carte qu’il avait envoyé à Etna cette année n’était très certainement pas passé inaperçu et il esquivait lâchement la demoiselle par crainte de sa réaction. C’est pourquoi il avait passé sa journée à courir de partout et à éviter tous les endroits où elle avait une chance d’être. Et il s’était retrouvé ici. Parce qu’au final, il lui avait peut-être bien envoyé 101 roses, mais il n’en avait pas pour lui même et il n’avait pas put accéder au réfectoire. Il soupira et posa sa tête dans sa main les yeux clos, sans voir le regard surpris de Max. Il espérait au moins que Luce avait put se trouver une rose après son avertissement …

Il eut un léger sourire face au ronron de sa Floette dans son cou. Il releva enfin les yeux vers la Givrali en face de lui, leurs yeux se croisant réellement pour la première fois. Ce fut elle qui prit la première la parole. Son ton était presque inquiet, maternel. Comme si elle se souciait de lui alors qu’ils ne se connaissaient pas. S’il lui avait demandé la raison de cet intérêt, Max lui aurait répondu qu’il était important pour quelqu’un qu’elle aimait beaucoup et qu’il avait donc intérêt à être au top de sa forme. Sirius aurait alors ricané en pensant aux dernières semaines. La conversation aurait été ainsi lancée et la soirée se serait déroulée sans un problème.

- Tu n’as pas eut la soirée que tu espérais visiblement.

- Toi aussi.

Ils échangèrent un sourire léger. Il avait répondu du tac-au-tac. Elle n’avait pas vraiment tord. Il aurait tant aimé passer la soirée avec Etna. Il aurait aimé posé sa tête sur son épaule et respirer son odeur. Il voulait passer ses mains autour de ses hanches, déposer ses lèvres sur les siennes, l’entendre le traiter d’idiot, découvrir toutes ses mimiques, toutes ses expressions. Il voulait connaître Etna sur le bout des doigts. Il voulait qu’elle l’aime. Il y avait quelque chose entre elle et lui. Les brefs souvenirs qu’il avait d’Halloween en était la plus douce preuve. Il humecta ses lèvres. C’était pas contre Max, mais ce n’était pas elle qu’il aurait voulu voir ce soir.

- J’ai que ce que je mérite. Je suis pas très doué pour faire comprendre à celle que j’aime que je l’aime.

Elle rigola franchement. Clair et haut.

- Si tu savais comme je te comprend.

Le sourire se fit complice. Leurs situations étaient très différentes mais au fond, elles se ressemblaient. Parce que tôt ou tard, les problèmes de couple naissaient toujours de la même chose : un manque ou un échec de communication. Le sourire de la jeune fille en face de lui se fit amer. C’était doux-amer comme situation. Il ne comprenait que trop bien.

Ils ne parlèrent pas trop ce soir là. C’était plus une sorte de compréhension mutuelle mais timide qui naquit au cours de la soirée. Toujours piquant et cru de vérité. Ça faisait mal mais c’était nécessaire et au final, le sourire qui était né sur leurs lèvres quand Sirius tendit son bras à Max pour qu’ils aillent au festival organisé par la ville ce soir après leur repas, ce sourire doux-amer et empli de soutient, il faisait un bien fou. Quelqu’un comprenait, ne serait-ce qu’un petit peu, la douleur de leurs cœurs plein d’amour qu’ils ne pouvaient pas donner à la personne chérie.

Leurs bras liés alors qu’ils se baladaient dans les rues pleines de monde, ils n’avaient pas besoin de mot pour savoir que ce soir, ils avaient gagnés un ami anonyme. Ami dans l’ombre, soutient indirect. J’existe, tu n’es pas le seul. Je comprend. C’était étrangement rassurant. Ça divisait un peu la peine dans leurs cœurs. Ils ne connaissaient quasiment rien l’un de l’autre, rien que ce que les gens disaient, rien que ce qu’Alex disait et pourtant ils partageaient un secret bien à eux. Et les rires qui s’élevaient vers le ciel étoilé à chaque fois qu’on les prenait pour un couple. Et cette soirée de Saint Valentin qui semblait gâchée était pourtant le début d’une jolie histoire d’amitié.

L’amour que chacun lisait dans les yeux de l’autre apportait à chaque fois un sourire. Les exclamations joyeuse de Sirius à chaque qu’il réussissait l’une des activités proposées par la ville, les sourires amusés de Max face à l’enthousiasme du garçon. Tout ça, toute cette soirée, ce semblant de pause dans leurs vies, resterait leur secret à tous les deux. Le semblant de chaleur qu’ils trouvaient dans leurs mains désormais jointes resterait à jamais un souvenir qui fondrait ce soir comme la neige qui tombait doucement en cette fin de soirée.



- Sirius passe la journée à bouger pour éviter Etna parce qu'il lui a envoyé 101 roses et une carte cheesy. Il assume pas et il a peur de sa réaction. Pour une fois qu'il est pas con.
- Il rencontre Max dans un restaurant un peu naze.
- Il tape la discute avec elle et passe la soirée avec elle.

_________________

Le meilleur coordinateur ! 2016
Le membre le plus dynamique 2016
Le skypeur parfait 2016
Les pires ennemis avec Hanaë 2016


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4167-sirius-b-powell-sending-your-selfies-to-nasa-because-you-re-a-star http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4169-sirius-b-powell-noctali
 Pokéathlète Espion
avatar
Pokéathlète Espion
Région d'origine : Johto
Âge : 14 ans
Niveau : 10
Jetons : 2068
Points d'Expériences : 245

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 22 Fév - 6:17

- Ok. Il est où ?

Plantée devant le dortoir Noctali avec un énorme bouquet de roses à la main, Etna se retenait de ne pas frapper avec le pauvre petit Noctali qui avait répondu à ses vociférations. Quelle riche idée de Sirius, lui envoyer une jolie carte (il y avait eu du progrès depuis l’année dernière… même si ce n’était pas encore trop ça) et un ensemble de … d’une centaine de fleurs. Quel abruti, il ne pouvait rien faire comme tout le monde. Bon, c’était un peu de sa faute aussi, elle le fuyait quand même depuis la soirée d’Halloween, elle avait eu besoin de … s’éloigner, après tout ça. C’était peut-être un peu égoïste de sa part et elle était tout autant en colère contre lui que contre elle pour le fiasco que cette journée se promettait d’être. Puisqu’en gros il lui avait envoyé quelque chose d’improbable pour lui rappeler qu’il existait et la taquiner, puis passerait sa journée à ne pas vouloir subir son humeur exécrable.

Toujours sur les nerfs et après avoir récupéré Fuwadoku, qui s’était infiltré dans le dortoir de l’évolition Ténèbres pendant qu’elle agressait le portier afin de vérifier que le Powell n’était pas là, elle décida de rentrer chez les Mentali, sous les sifflements admirateurs des élèves qu’elle croisait. Autant d’élèves qui s’enfuyaient en courant, poursuivis par Nakade. Une fois dans sa chambre, elle rangea la carte de cette année dans son tiroir à souvenirs, avec son courrier d’admission à la PC, la carte de Sirius de l’année passée, son certificat de la compétition, sa qualification de G1, quelques photos d’elle et de ses amis au cours de l’année et d’autres babioles qu’elle gardait pour leur valeur sentimentale. Bon, qu’est-ce qu’elle allait faire avec une centaine de roses, elle ?

De ce qu’elle avait compris, la cantine avait un repas spécial pour le soir, aux couleurs de la fête des amoureux. Et on ne pouvait y entrer qu’avec une rose. Se disant bien qu’elle n’aurait personne avec qui y aller, la brune décida de passer une bonne journée tranquille et de réduire son repas du soir à quelques-uns de ses snacks. Elle finirait la journée en lisant quelques romans à l’eau de rose qu’elle avait chipé à d’autres Mentali. C’était étrange, c’était la première fois qu’elle trouvait dommage d’être ennuyée à la St Valentin. Bon, l’année prochaine elle ferait quelque chose. Avec quelqu’un ou seule, comme à la dernière. Quand on y pense, ça faisait un peu plus d’un an qu’elle était à la Pokémon Community, et son regard sur le monde et les autres avait bien évolué. Jamais à son arrivée elle n’aurait pu tolérer ses deux colocataires.

Tiens, en voilà une bonne idée ! Elle sortit ses Pokémon et les envoya distribuer des fleurs, d’abord à ses connaissances puis après à qui en voulait, celui qui en donnerait le plus gagnerait un supplément de croquettes pour ce soir. C’est une équipe très enjouée qui commença les allers-retours, sauf Ikken, qui ne semblait pas trop enthousiaste et décida de partir s’entraîner, pour changer. La brune ne voulait pas trop s’aventurer hors du campus pour la journée : de ce qu’elle avait compris, c’était l’anarchie dans les rues de Lansat. Aussi, décida-t-elle de faire quelque chose de constructif de son après-midi. Quand arriva la soirée, Atsugi revint de sa mission personnelle, sa taille ne lui ayant pas permis de prendre part à la compétition de livreur de fleur. La petite abeille avait donc été chargée de surveiller le passage du Noctali responsable de la gêne de la brune. Et a priori il n’était pas repassé à l’académie mais était descendu sur Lansat. Levant la tête de son travail, Etna remarqua qu’il était déjà l’heure du dîner. Ses Pokémon étaient tous revenus, ayant distribué toutes les roses, Nakade en nette avance sur les deux autres, ayant profité de sa taille pour être plus efficace. Un arbre fantôme jouant les Cupidon, c’en était comique. Ils auraient bien mérité leur petit repas de fête à tous. Mais avant ça, il restait une dernière petite mission pour l’abeille, qui s’envola en direction du dortoir Noctali. Elle laissa un petit paquet dans la chambre du Don Juan de sa Dresseuse avant de repartir.

Sirius pourrait donc trouver un petit paquet contenant un mouchoir de poche bleu roi, brodé d’une rose aux pétales noires et blanches. Oui Etna savait coudre, vu que ça faisait partie de l’éducation de base de sa famille, mais ne pratiquait pas plus que ça. Disons que, pour une fois, elle avait voulu marquer le coup. Et que la couture, lui vidait la tête, comme l’exercice, sauf qu’elle ne requérait pas de sortir. Une lettre manuscrite accompagnait le morceau de tissu.

« Bonjour Sirius,

Déjà merci pour les roses et la carte, même si je pense que tu en as, encore une fois, trop fait. J’espère que tu te seras amusé aujourd’hui, même si j’aurais bien aimé te remercier en personne.

L’année dernière, je m’étais prêté aux traditions externes en te remerciant pour le White Day, mais cette fois-ci je me suis dit que j’allais suivre celles de Rosalia. Pour t’expliquer : même si ce n’est pas à la même date, il est d’usage (enfin selon les vieilles coutumes) pour les jeunes gens de s’échanger des présents. Le garçon donne preuve qu’il peut subvenir aux besoins de la famille, tandis que la fille donne preuve qu’elle peut tenir la maison. C’est très réducteur et pas du tout actuel, certes, si bien qu’à notre époque tout le monde s’échange des petits présents faits main.

Du coup, en retour de tes roses, je te prie d’accepter ce mouchoir brodé par mes soins. Et bonne St Valentin à toi.

Cordialement, Etna.
PS : Je suis désolée si j’ai donné l’impression de t’éviter ces derniers temps. J’ai besoin d’encore un peu de temps après ce qu’il s’est passé la dernière fois. »


Fuwadoku regarda sa Dresseuse qui lisait ses livres, rougissant de temps en temps tout en se reposant de temps en temps, secouant la tête en soupirant et marmonnant des « pourquoi j’ai fait ça ? » ou encore « demain je le baffe ». Décidant que tout allait bien, le Moufouette alla s’allonger au bout du lit, et s’endormit, tout en se demandant pourquoi l'humaine avait gardé une seule des roses qu'elle avait mis dans un petit vase.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4595-etna-neria-let-s-y-go http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4602-etna-neria-mentali
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Unys
Âge : 16 ans
Niveau : 64
Jetons : 10200
Points d'Expériences : 2176

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 22 Fév - 14:01

C'était le quatorze février. Le seul point positif de ce jour était les heures blanches dont les élèves avaient bénéficié grâce à l'assiduité et au sérieux des professeurs de l'établissement kof kof. Enfin, outre cela, la jeune fille se plaisait toujours à observer la torture annuelle que subissait Ace, entourée d'une foule de gonzesses en chaleur. Les réactions du professeur en valaient le détour. Ceci dit, après une demi-heure à observer le spectacle, les cris de femelles devenaient lassants. Elle aurait bien emprunté le canon à chantilly d'Audrey pour les faire taire. Finalement, elle retourna dans son dortoir pour broyer du noir. C'était fait, elle en avait marre du parfum de rose qui planait dans le campus depuis ce matin. Marre de ces filles qui semblaient s'être renversé leur bouteille de parfum hors de prix sur le peau. C'était limite si elles brûleraient si Hope approchait un briquet d'elles. À cette pensée, elle fit tourner le sien, qu'elle gardait dans sa poche, dans sa main. Elle aurait bien aimé essayer.
En entrant dans sa chambre, elle se prit les pieds dans son écharpe l'espace d'un instant, elle vit sa vie défiler devant elle. Qui sait, étant donné le bordel dans laquelle se trouvait la pièce, elle ne serait pas étonnée de se retrouver empalée sur pieu en bois qui se trouvait dissimulé sous les feuilles. Heureusement, il n'y avait que des feuilles. Celles-ci s'envolèrent. Bientôt, la blonde se retrouva étalée par terre. Elle s'allongea sur le dos, et observa les pages de sa thèse retomber. Elle n'avait plus du tout la motivation d'avancer dans ces projets. Quel intérêt d'écrire un document pareil qui reprend tout ce qui a déjà été découvert ? Si ça aurait été le métabolisme de Palkia dans un environnement aquatique, ok, peut-être aurait-il eu à redire. Mais elle n'avait absolument pas les moyens de faire une recherche sur un sujet pareil. Et surtout, ça ne l'intéressait pas du tout. D'ailleurs, qu'est-ce qui l'intéressait vraiment ? Elle ne savait pas.

Elle jeta un oeil dans ses provisions. Il restait un paquet de nouilles instantanées. C'était absolument pas sain, mais tant pis, il faudra bien qu'elle finisse un jour, ses provisions de l'époque, avant qu'elle se mette à changer son régime alimentaire. Elle fit un rapide calcul dans sa tête. Cela devait bien faire quatre mois qu'elle ne s'était pas rendu dans un fast food, elle pouvait bien se permettre un petit paquet de nouilles chimiques, surtout qu'elle avait la flemme de préparer autre chose. Et au niveau des boissons ? Jus d'orange, jus de pomme, jus d'orange, lait. Elle avait envie de sirop grenadine. Il n'y en avait plus. Elle soupira, bon, il ne lui restait plus qu'à sortir en acheter.

Peut-être fusse l'une de ses pires décision de cette journée. À peine eut-elle mis le pied dehors qu'elle le regretta. Elle venait de comprendre pourquoi Gum et Malw' avaient refusé de l'accompagner. Seule Miele était restée avec elle, dissimulée sous ses cheveux. Donne-moi ta force, Miele, soupira-t-elle.
Voir cet excès de mièvrerie la rendait malade. Peut-être était-elle allergique à ça. Elle observait passer toute ces filles, en train de grelotter de froid dans leur petite robe par cette fraîche température de fin de journée. Elle observait ces garçons en costume, qui voulaient paraître homme, mais qui ressemblaient juste à des gosses déguisés. Elle soupira, passa son chemin, quand soudain, un énorme gloussement la fit sursauter. Quelques mètres plus loin, une grande blonde à la poitrine aussi naturelle que les frites des McDo des États-Unis, était collés à un jeune homme qui semblait tout aussi hypocrite qu'elle. C'était limite s'ils ne ressemblaient pas à un couple créé juste pour l'occasion, juste pour ne pas passer la journée seule, parce qu'ils n'assumeraient pas, mais qui faisaient tout pour attirer l'attention, pour paraître complice, être le couple parfait, alors que les deux ne se connaissaient à peine. Un coup de gueule ? Parfaitement. De la jalousie ? Peut-être ? Elle eut alors envie de foutre leur soirée en l'air. Elle appela sa petite arachnide électrique et lui indiqua l'énorme chignon de la probablement-Mentali dans lequel elle avait fixé sa rose. La créature semblait avoir compris. Elle sauta au sol, et discrètement, se dirigea vers la cible. Avec ses huit centimètres, difficile de faire autrement, direz-vous. Hope de son côté continua son chemin. Miele la rejoindra une fois sa mission terminée. Justement, à ce propos, la Statitik était parvenue au niveau de la tête de la cible. Il sortit ses crocs et grignota doucement la tige de la rose pour la faire tomber. Puis il descendit de son perchoir et ramena le butin à sa maîtresse après avoir slalomé entre les pieds des élèves qui se rendaient justement au réfectoire.
La Pyroli récupéra la rose, elle hocha la tête, Miele avait fait du bon boulot. Elle observa cette plante. La tige qui avait été débarrassée de ses piquants. Dommage, elle aimait bien ce côté un peu sauvage. Puis elle continua sa route, à contre-sens des élèves qui se rendaient au réfectoire, tout en s'amusant à détacher les pétales de la rose. Cela lui procurait une certaine satisfaction.

Programme du soir, ramen + sirop.
Hope sort s'acheter du sirop (grenadine).
Elle vole la rose d'une valentine trop bruyante.
Elle sort en vile tout en détruisant la rose qu'elle vient de récupérer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t826-spettell-hope-mmm-parce-que-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t849-hope-spettell-pyroli
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Hoen
Âge : 17 ans
Niveau : 54
Jetons : 1461
Points d'Expériences : 1714

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 22 Fév - 21:45

Rappelez-moi pourquoi nous n’avons pas cours aujourd’hui ? La Saint-Valentin ? Ah oui c’est vrai. Cette fête où les amoureux s’offrent des fleurs et se déclarent leur flamme, qu’ils vont se promener au soleil couchant et que chacun profite du romantisme ambiant pour se détendre. L’an dernier, Aria m’avait trainé à cette croisière organisée par la ville. On y avait vu Manaphy, c’était un bon point mais nous avons également permuté nos corps. Je ne vous raconte même pas le bazar sur le bateau. Du grand n’importe quoi. Enfin bon, à la fin tout est rentré dans l’ordre et avec ma meilleure amie nous sommes rentrées au dortoir entière. Une sacrée expérience qu’ils n’ont pas renouvelé cette année. La directrice a dû avoir peur qu’il y ait encore des problèmes avec je ne sais quel pokemon fabuleux. Il faut croire qu’on les collectionne ici, entre Manaphy et Celebi, qui est le prochain ? De toute manière, cette fête ne me concerne pas. Je ne sais pas ce qu’est l’amour autre que pour une personne de sa famille. Je n’ai jamais éprouvé cette sensation et même si Max a eu beau me l’expliquer plusieurs fois, je ne suis pas encore convaincue. De toute façon, je ne suis même pas sûre de le vouloir. Vu l’état de Max à cause de ses problèmes de cœur, je ne sais pas si ça en vaut la peine.

Enfin bon, toujours est-il que pour fêter ça les cours sont annulés et chacun fait comme bon lui semble. Personnellement, je ne vais pas prendre part aux festivités et aller m’amuser en ville. L’autre jour, le général Jackie m’a proposé un parkour en ville plutôt intéressant. Je trouve cette discipline assez marrante et c’est l’occasion pour moi de la tester. J’ai revêtit ma tenue de sport habituelle, legging noir t-shirt bleu pâle et petit gilet, et c’est ainsi que je quitte la pièce. Aujourd’hui il n’y a que ma Bombydou qui m’accompagne. La petite mouche d’Alola est la dernière arrivée de l’équipe et pour me rapprocher un peu d’elle et bien l’intégrer je vais passer la journée avec elle. Cette Bombydou est vraiment adorable. Minuscule, je peux lui faire des gratouilles du bout de mes doigts. Trop choupi.

Je quitte donc le dortoir et m’aperçoit que l’ambiance n’est pas aussi romantique que prévu. Il y a des cris de tous les côtés et les élèves s’empressent de quitter la ville direction le centre-ville. Et je ne pense pas que cela soit pour faire du parkour. Intriguée, j’arrête un élève pour lui demander.

Hey, vous courrez où tous comme ça ?
Tu n’as pas entendu ? Celui qui n’aura pas une fleur à sa poche ce soir se verra refuser l’accès au réfectoire.

A peine eut il finit qu’il repart déjà à la course. Si ce n’est que ça, pas la peine de s’énerver. Je n’ai clairement pas envie d’aller faire la guerre avec les autres pour récupérer une fleur. Je m’achèterais un sandwich en ville et voilà le tour est joué. Franchement, les autres se prennent trop la tête. Après je dois dire que la cuisine de Mama Odie est plutôt bonne alors dans un sens je peux les comprendre. Je finis par également me mettre à trottiner pour rejoindre le centre-ville au plus vite. Si je peux esquiver cette masse d’élève ça sera surement mieux. Le général m’a donné un plan pour trouver le fameux parcours, en espérant atteindre le lieu désiré. Je fais des progrès en orientation, ça devrait aller normalement.

Au bout d’un peu moins d’une heure, je trouve le point de départ du parkour. Si j’ai bien compris, je dois monter à cette échelle et le trajet à suivre se dessinera devant moi. Bon bah allons y dans ce cas. Je monte les barreaux de l’échelle, Bombydou à mes côtés et arrive sur le toit du petit commerce. Dans le centre-ville, les maisons ne sont pas très hautes. C’est alors que je réalise vraiment ce qu’elle voulait dire par « le parcours se dessinera devant toi ». Il y a toute une série de petites maisons qui s’enchainent les une les autre. Et pour y accéder, je dois sauter entre les commerces. Wow, on va bien s’amuser. Un petit sourire en coin, je range la carte dans ma poche et respire un grand coup.

Prête ? Vas-y. Je me mets à courir et vite, le premier saut arriver. Je prends de l’élan et saute au bord du toit pour atteindre le suivant. Cette sensation de danger, j’adore. La course continue ainsi sur plusieurs maisons. Les sauts sont plus ou moins longs et regorgent de petites difficultés. J’aime sentir cette adrénaline monter en moi. L’un des passages est d’ailleurs basé sur le funambulisme. Les bras écartés je place mes pieds doucement sur le chemin de béton pour avancer avec douceur. Mon pokemon est inquiet, mais si j’ai le poindre soucis, il libèrera Ruru ou Zeno pour me rattraper. Mais j’ai confiance en moi, ça ne sera pas nécessaire. Au bout d’une petite minute, j’atteins l’autre côté et continue mon chemin.

Après un petit moment, j’entends la ville plus agitée. Je baisse la tête et réalise que je suis sur le commerce juste à côté du fleuriste qui vend encore des roses pour ce soir. Un peu à bout de souffle, je décide de faire ma pause ici.

On va s’arrêter ici d’accord, j’ai bien couru.

Je m’assois les pieds dans le vide au bord du toit et regarde cette masse qui cherche sa rose. On dirait vraiment la guerre en bas c’est impressionnant. J’ai bien fait de ne pas descendre. Les mains sur le bord du mur, je relève tout de même la main gauche et la fixe avec attention. Ma mine joyeuse s’assombrit un peu. Cette main est désormais marquée par le poison. Je ne regrette pas de l’avoir fait, mais je réalise que cette expérience implique plus de chose que prévu. Doucement, je défais mon bandage pour observer la blessure encore violacé. Je n’ai plus aussi mal que les premiers jours, mais j’ai beaucoup moins de force dans la main. Parfois, colorier quelque chose devient trop difficile pour moi. Et cela m’inquiète. Cela fait bientôt deux mois et il y a toujours des effets secondaires. Est-ce que je devrais en parler avec Papa ? Non je ne veux pas l’inquiéter. Alors Tatie ? Non plus elle cafterait tout de suite. Je ne sais pas quoi faire… J’y réfléchirais une autre fois.

C’est d’ailleurs un petit bzzz qui me sort de ma réflexion. Ma Bombydou est juste là, avec une rose un peu abimée entre les pattes.

Tu es allée chercher une rose ? C’est super gentil merci, je vais pouvoir manger ce soir grâce à toi.

L’insecte sourit et me confie la rose. Mine de rien, je n’ai pas vu le temps passer. Entre le parcours et ma rêverie sur le toit, il s’est écoulé presque toute la journée. J'ai même discuté avec une jeune femme en bas du commercer. Elle n'a d'ailleurs pas trop compris le bazar chez le fleuriste. Elle n'est surement pas habituée à l'ambiance de l'académie. Les premières lueurs du jour disparaissent et il est temps de retourner à l’académie. Je descends du toi par une des échelles de secours et me fond dans la masse de personnes présentes à cette heure-ci. Le regard perdu, je remarque néanmoins le gros sac posé au milieu de l’allée. Quelqu’un l’a perdu ? Pour retrouver son propriétaire, je l’ouvre en espérant trouver une carte d’identité mais rien. Seulement un œuf de pokemon. Je tourne la tête à droit à gauche et personne ne vient pour récupérer le sac. Bon, qu’est-ce que je vais faire ? Je ne vais pas le laisser là. Je sais, je vais le garder pour l’instant et poster en ville une annonce, comme ça son propriétaire pourra venir le récupérer à l’académie quand il se rendra compte de son oubli. C’est une bonne idée. C’est ainsi, dans cette ambiance accueillante que je repris la route pour rentrer à l’académie et profiter d’un bon repas bien chaud ce soir…

Résumé : -  Ida s'interroge sur cette fête et réalise qu'elle a jamais été amoureuse *dies*
- Elle part en ville faire du parkour (elle s'en fout de l'histoire de la rose)
- Elle s'amuse, puis déprime un coup en pensant à sa blessure à la main
- Sa Bombydou lui ramène une rose un peu abimée mais qui fera l'affaire pour la soirée
- Récupération de l'oeuf de Kraknoix chromatique

_________________
Le courage est la première des qualités humaines car elle garantit toutes les autres


Dernière édition par Idalienor Edelwen le Jeu 23 Fév - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4164-295-les-ambitions-d-idalienor-pyroli http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4175-idalienor-edelwen-pyroli
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 15 ans
Niveau : 30
Jetons : 8007
Points d'Expériences : 828

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Jeu 23 Fév - 6:09

- Quelle journée de … BORDEL NON PYRONILLE C’EST PAS LE MOMENT !

La larve qui commençait à émettre des flammèches se prit une des nombreuses bouteilles d’eau d’un litre qui traînait dans la chambre en pleine figure. Outre la super odeur de brûlé habituelle, la pièce avait maintenant l’ambiance d’un cours de Jackie : tous les Pokémon s’étaient arrêtés dans leurs activités habituelles, enfin leurs catastrophes organisées habituelles, afin de regarder leur Dresseur. Il était très rare que Rodrigue daigne prêter attention à leurs bêtises, encore plus qu’il s’énerve autant et, plus inquiétant, qu’il se montre violent. C’était la première fois qu’il s’en prenait physiquement à un de ses Pokémon par colère. Le plus souvent Pyronille était attaché à un meuble ou placé sur surveillance d’un autre membre de l’équipe quand il déconnait. Se rendant compte que quelque chose n’allait pas, les têtes pensantes se mirent en action : Shaofouine évacua la plupart des bestioles présentes dehors, pendant que Gringolem commençait à nettoyer la flaque qui s’était formée et que Luxray s’asseyait à côté de son Dresseur, dardant sur lui un regard lourd. Après quelques minutes et de nombreux grognements de la part de l’humain, ce dernier leva enfin les yeux pour remarquer son starter qui le jugeait.

- Qu’est-ce qu’il y a ? Oui j’irai m’excuser plus tard, mais m’embêtez pas trop aujourd’hui, s’il vous plaît, c’est pas vraiment le bon jour… A c’est vrai j’vous ai jamais raconté… Bon alors euuuh.
- Hey frangin ! Il se passe quoi dehors, ton équipe fait un sit-in ?

Rodrigue, le second du nom rentra dans le chalet, sans frapper comme d’habitude. Quoique c’était peut-être un peu sa chambre aussi, depuis le temps. Quoiqu’il méritait bien quelques baffes, il serait temps qu’il se trouve quelque chose sur Lansat, celui-là… Non, Rod’ n’était pas grognon, c’était surtout que son jumeau était la dernière personne qu’il avait envie de voir en ce jour particulier.

- Non, j’ai envoyé une bouteille d’eau sur Pyronille et ils ont eu peur.
- Wow, tu laisses enfin le guerrier en toi parler ? Au fait j’sais pas si t’as vu mais aujourd’hui c’est la St Valentin donc j’t’ai ramené une rose pour le réfectoire de ce soir, on dit merci qui ?
- …je comptais manger tranquillement ici, mais merci quand même…
- Ahahah, va falloir quand même te mettre aux relations, frangin ! Tiens au fait j’ai un double rendez-vous, est-ce que tu veux bien faire la discussion à une charmante jeune fille pour moi ?
- …sors de cette chambre, tout de suite.
- Quoi ? Roh t’es pas encore fâché pour cette fois, si ? Roh, ROD, hey nan, pas Luxray !

Le regard blasé qu’avaient échangé le lion et son chef de meute tout au long de l’échange s’était très vite mué en un « fait le dégager ou je m’en charge moi-même » et c’est donc un Pokémon Brilloeil, un peu intrigué, qui avait montré les crocs puis avait fait mine de bondir sur le jumeau afin de le faire décamper, avant de se rassoeir devant son humain de compagnie, encore plus intrigué qu’avant. Les jumeaux se chamaillaient, mais le plus souvent le scientifique passait en mode gueulante quand il en avait marre. Mais quand le frère dépassait les bornes, il se débrouillait juste pour ne plus le voir pendant quelque temps, soit en l’évitant, soit en s’en débarrassant comme maintenant. Le blond soupira longuement avant de se poser sur le lit, invitant le lion à le rejoindre. Le petit robot était sorti, sûrement pour coordonner les activités de tout le monde, puisque a priori le combattant du groupe avait décider de transformer l’après-midi en séance d’entraînement.

- Je sais pas si tu as remarqué, mais Rod’ ne fait pas vraiment attention à ce que je dis ou pense, il vit sa vie et je suis en quelque sorte un extra. Hey, pas la peine de ricaner ! Oui, je sais, c’est pas tout à fait vrai, mais bon, tu vois ce que je veux dire… Du coup il y a trois ans, ouais ça date, et purée on avait à peine treize ans, monsieur était dans le même cas. J’ai donc passé une super St Valentin à essayer de faire croire à la conquête de Monsieur que j’étais lui. Bien sûr, il a tout fait capoter en venant me voir avec son autre conquête, ce qui a bien entendu provoqué un scandale sans nom et une super réputation pour moi, le Rivamarois.

Bon ce n’était pas si terrible en vrai, même si Rod’ avait très vite compris qu’il valait mieux se tenir éloigné des histoires de cœur des autres, surtout de celles de son frère en vrai. Enfin bon, si ce n’était que la seule fois où son jumeau avait créé des problèmes avec sa mentalité de « tout va bien se passer t’en fais pas ! ». Entre les destructions diverses, les catastrophes, ce casse-cou pouvait quasiment être considéré comme un Pokémon de l’équipe avant l’heure.

- Et après c’était l’été suivant… Il voulait entraîner son Vibraninf et m’avait dit d’essayer de faire un combat avec Arcko, parce que ça faisait longtemps que je voulais jouer au Dresseur, et que ce super lézard m’adorait. On est tombé face un gosse brutasse et son Machopeur. Ça ne s’est … pas bien passé du tout. Arcko a été grièvement blessé, il a dû être opéré, ne peut quasiment plus combattre et ne pourra jamais évoluer. Le pire dans tout ça c’est que cet abruti ne m’en veut même pas. Alors que moi… enfin tu vois bien mon point de vue quant aux combats maintenant, hein ?

Le félin ronronna et posa sa tête sur les genoux de son Dresseur, qui passa un bon moment à le caresser afin de se calmer. Alors qu’il commençait un piquer du nez, il entendit la porte du chalet s’ouvrir et vit un Polarhume passer la tête par l’entrebâillement, sûrement pour voir si la voie était libre. Avec un rire, Rodrigue invita toute l’équipe à rentrer et s’excusa platement auprès de l’insecte de feu, qui n’avait rien suivi de toute façon. Faisant finalement ce qu’il avait décidé au début, le blond mangea tranquillement dans son chalet, mais pas seul, vu qu’il festoyait avec toute son équipe. La rose offerte par le jumeau avait été promptement expédiée par la fenêtre. La légende raconte que le frère en question s’était fait tomber dessus simultanément par ses deux conquêtes et avait transformé sa fête des amoureux en marathon. Enfin bon, ça ne concernait pas le Phyllali.

HRP:
 

_________________


MAÎTRE DES TOP-SITES
MEILLEURS AMIS WITH coPAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3859-0279-rodrigue-miles-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3877-rodrigue-miles-phyllali
 Pokéathlète Coach
avatar
Pokéathlète Coach
Région d'origine : Hoenn
Âge : 17 ans
Niveau : 70
Jetons : 20638
Points d'Expériences : 2486

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Jeu 23 Fév - 18:04




La rose a des épines...
RP Commun

- C’est la paniiiique Alban ! La paniiiique ! Vois-tu ?!
- Ouais ouais je vois. Enfin j’entends, surtout. Tu me pètes les oreilles.
- Oups, pardon.

Les bras qui s’étaient serrés contre le haut de son corps relâchèrent leur étreinte, et Alban soupira. Devant lui, Jaen, un de ses bons amis du dortoir Voltali si t’as pas d’amis, crée un PNJ, le regardait avec un air catastrophé. Il est vrai que la nouvelle du repas spécial St Valentin avait agité les foules. Au départ, Alban ne s’en était pas trop préoccupé. Néanmoins, tout cela avait viré histoire personnelle lorsque Mama Odie avait annoncé que ceux qui voulaient manger au réfectoire ce soir-là devaient absolument se munir d’une rose récupérée chez le fleuriste itinérant. A ce stade de l’histoire, disons qu’Alban était passé en mode pilote automatique pour aller récupérer le précieux sésame. On n’avait pas idée, d’affamer les élèves de l’académie ! Aussi avait-il donc décidé qu’il en ferait son défi personnel de la journée. Dans sa quête infernale, Jaen avait décidé de le rejoindre afin de… sûrement profiter de son côté stratège. Côté stratège qui s’était heurté face à un mur, dirions-nous, lorsque le Pokéathlète avait vu pour la première fois à quoi ressemblait un stand de fleuriste de Lansat, un jour de St Valentin. A savoir : à un véritable champ de bataille.

On aurait dit que tout élève de la célèbre académie avait perdu tout ce qui lui restait d’humanité. Effet Black Friday au centuple. Pire qu’un jour de soldes à la capitale de Kalos. Exaspéré du comportement de ses camarades, Alban observait la mêlée avec un regard de Magicarpe vide. Comment diantre était-il censé se procurer une rose, dans ces conditions-là ? Jaen, debout à sa droite, était en train de s’agiter comme un beau diable. Il devait y avoir… une soixantaine de personnes devant eux ? Si ce n’était plus ? Tous en train de se taper dessus et de vociférer des insultes. Pour des roses ? Bon ok, techniquement, c’était plutôt pour un repas spécial de Mama Odie, mais bon…

- O-On ne peut pas abandonner. POUR LE ROHAN !
- Att-

Trop tard. Voilà que Jaen venait de se précipiter dans la foule. Alban le vit vaguement se faire mordre par un Noctali avant qu’il ne disparaisse totalement de son champ de vision, englouti par la masse d’élèves. R.I.P Jaen, Alban se souviendra de toi comme un ami fidèle, mais un peu stupide. Se grattant la tête, un air gêné sur le visage, le Voltali étudia les options qui s’offraient à lui. Premièrement, se jeter également dans la foule en espérant que sa carrure lui permettrait de se frayer un passage parmi les vils marauds. Pffrrrtt. Non, pas possible. Seconde possibilité ? Utiliser un de ses Pokémon pour se frayer un passage, quitte à expédier certains malotrus vers d’autres cieux. Mais bon, il n’était pas sadique à ce point ; et puis dans les faits, blesser un camarade, c’était pas toujours bien vu. Que faire dans ce cas ? Il n’avait pas vraiment de plan pour griller la file, ni vraiment le temps ou l’envie d’en échafauder un. Mieux valait-il abandonner dans ce cas, n’est-ce pas ? Sauver Jaen ? Hmmm non

Il soupira en se tournant vers Zéphyr, perché sur son épaule. C’était un peu l’histoire de sa vie, le fait d’abandonner à la première difficulté. Pour autant, s’il y avait bien une chose qu’il ne voulait pas lâcher, c’était son travail pour retrouver la totalité de ses souvenirs altérés. Il était en bonne voie, il en était sûr et certain. Après avoir offert son premier snowglobe à Maxine, lors du Nouvel An, il s’était mis à travailler sur le second. Il était encore loin d’être fini, puisqu’il y avait pas mal d’éléments qu’il devait encore récupérer, mais… c’était important pour lui. Ce souvenir, dans les Ruines Jirachi, avec le golem de pierre… C’était drôle à quel point cette scène lui semblait absurde et improbable. Mais il y croyait. Il avait envie d’y croire. Au fond, il avait envie d’être ce garçon qui traînait avec elle de temps à autres. Celui qui n’avait pas encore honte de lui parler, ou de lui proposer de sortir. Ce garçon qu’il n’était plus, à présent. Et qu’il n’avait probablement plus été depuis un bon bout de temps. Indépendamment de son amnésie…

Il passa une main dans ses cheveux châtains en fermant les yeux. C’était fou à quel point il avait l’impression de toujours penser à Maxine Arago. Il ne savait pas encore quels étaient ses sentiments pour elle, mais il avait la sensation qu’il l’appréciait plus que comme une amie. Elle occupait bien trop ses pensées. Et il réagissait bien trop de façon excessive, lorsqu’il voyait son visage. Pourtant, à chaque fois qu’il pensait à ce qu’ils étaient avant sa perte de mémoire, Alban avait peur. Peur de se souvenir d’une mauvaise chose. Peur de se rendre compte qu’ils se détestaient peut-être. Peur d’en savoir trop et de tout gâcher. Il n’avait pas envie de tout gâcher. A l’intérieur de lui, il avait envie d’être un peu plus qu’un simple « camarade » pour la Givrali.

Que pouvait-il faire de plus ? C’était tellement paradoxal. Il voulait se souvenir d’elle. Mais il ne voulait pas vivre dans le passé, si ce passé pouvait gâcher son présent. Il avait l’impression qu’elle ne le détestait pas, pourtant… Mais… il avait un mauvais pressentiment tout de même. Raaah.

Un petit bec vint picorer doucement sa joue, et Alban sursauta. Roucoulant avec inquiétude, Zéphyr vint se coller contre lui pour que son petit corps chaud réchauffe un peu son dresseur. Toujours là pour le réconforter, n’est-ce pas ? Il eut un sourire. Il se souvenait encore de la première fois qu’il avait vu Zéphyr, à Cobaba. Sur la place où il l’avait sorti de sa Pokéball… Un véritable moment de bonheur. Comme à chaque fois qu’il avait découvert un de ses Pokémon par hasard. Comme à chaque fois qu’il avait vu naître un de ses petits protégés… Naître…

Il eut un déclic. C’était la St Valentin, n’est-ce pas ? Dans les coutumes de Johto, il lui semblait que les filles offraient des chocolats aux garçons lors de cette fête. Et qu’un mois plus tard, à le White Day, les garçons offraient à leur tour un présent pour remercier les filles. Dans ce cas… Même si Maxine ne lui offrait rien, il avait envie de lui donner quelque chose pour le White Day. Et l’idée tombait comme une évidence.

Attrapant ses affaires, Alban abandonna définitivement Jaen, puis se mit à courir vers la place principale de la ville. Là, il siffla Mistral qui vint se positionner en vol stationnaire à côté de lui. D’un bond élégant, il sauta sur son Altaria chromatique et se plaça juste devant ses ailes. Puis, d’un léger coup sur le flanc, il fit s’envoler sa monture. Mistral s’éleva avec grâce dans les airs, puis se dirigea vers le campus en battant ses ailes de coton. En à peine une dizaine de minutes, Alban fut de retour dans le parc de l’école. De là, il emprunta une des nombreuses issues qui menaient vers les souterrains, et alla chercher le Collectionneur. Collectionneur qui ne fut pas bien difficile à trouver.

- Monsieur Abernaty ?
- Bonjour. Je souhaiterais acheter un œuf de Pokémon.

Il avait fait son choix. Un bébé Pokémon. L’éclosion, c’était une chose qui avait toujours été magnifique. Ce moment où on découvre pour la première fois un tout nouveau Pokémon. Il avait envie de partager tout ça avec Maxine. De lui offrir un bébé nouvellement né. De la même façon qu’il avait lui-même découvert Zéphyr, lorsque le Collectionneur le lui avait confié. Ce sentiment. Ce lien qui se crée de façon presque automatique. Et puis, il ne voulait pas n’importe quel Pokémon. Il savait que Maxine aimait les Dragons. Il savait qu’elle lui avait offert Levanter, son Brindibou, un Pokémon d’Alola. Alors il voulait lui aussi qu’elle puisse avoir un Pokémon d’Alola. Un Dragon d’Alola…

- Un Bébécaille chromatique, s’il-vous-plaît.

Le Collectionneur lui adressa un léger sourire, puis alla fouiller dans ses affaires avant de ressortir avec un œuf légèrement nacré.

- Je suis désolé Monsieur Abernaty. Ces Pokémon sont encore tout nouveaux, et je n’ai donc pas vraiment de choix de couleurs à vous proposer. Je n’en ai qu’un seul de chromatique, pour le moment… D’autres arriveront sûrement après…
- Ça n’a pas d’importance. Je le prends.

Peu importe la couleur. Il plairait forcément à Maxine. Elle l’aimerait… sûrement ? Donnant donc la somme d’argent requise au Collectionneur, Alban récupéra l’œuf et le rangea soigneusement dans son sac. A ses pieds, Auster leva les oreilles, comme s’il mourrait déjà d’impatience à l’idée de s’occuper de ce petit œuf. Une bonne chose de faite…

Alors, saluant poliment le Collectionneur, Alban retourna dans son dortoir. L’occasion de commencer à se préparer pour le White Day ?

HRP : Récupération d'un œuf de Bébécaille chromatique
RP Terminé pour Alban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3557-alban-abernaty-le-ciel-se-nourrit-d-ailes http://pokemoncommunity.forumactif.org/t3559-alban-abernaty-voltali
 Adulte Éducatrice débutante
avatar
Adulte Éducatrice débutante
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 21 ans
Niveau : 11
Jetons : 2761
Points d'Expériences : 379

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Jeu 23 Fév - 21:22

Les choses commençaient enfin à se stabiliser du côté d’Ilea. La jeune femme a l’impression d’avoir trouvé sa place au sein de cette ville et de sa nouvelle vie. Ses études progressent et elle a déjà réussi la première partie du concours. Une grande victoire pour elle. Maintenant il reste la seconde partie, les handicaps mentaux. Surement les plus complexes mais les plus intéressants et importants aux yeux de la rousse. Les personnes touchées ont besoin d’aide. Et c’est ça qui l’a motive au quotidien. Ilea en a donc profité pour commander ses nouveaux manuels pour continuer son apprentissage et préparer la deuxième partie du concours. Pour ça, elle s’est de nouveau adressée à son libraire préféré pour obtenir les livres. La rousse reçut d’ailleurs le carton aujourd’hui, contenant tous ses bouquins plus quelques petites surprises. Ce petit monsieur est décidemment trop gentil. A première vue, elle ne voyait qu’un mouchoir en soie blanche et un morceau de caillou. Mais après recherche, elle a réalisé que le premier objet permet d’augmenter la force d’Edelyne et le second peut la faire évoluer en Phyllali. Incroyable. La jeune femme connait le métabolisme particulier des Evolis mais obtenir l’une de ces pierres lui fait tout drôle. Pour l’instant, elle va aller dans un tiroir, le temps de prendre la bonne décision. C’est plus sage ainsi.

D’ailleurs aujourd’hui c’est également le 14 février. Ilea aime beaucoup cette fête. L’amour est une très belle chose et le célébrer est vraiment super pour elle. Et puis cela permet également des rapprochements. Ça lui rappelle l’époque où elle était encore avec son copain. La rousse l’a rencontré en seconde et ça été trois années de bonheur absolue. Elle se sentait bien avec lui. Elle se sentait « elle ». L’amour était réel et passionné et elle ne le regrette pas du tout. Mais quand elle est passée en médecine, elle n’a pas réussi à brûler le couvre-feu assez souvent et petit à petit ils se sont éloignés avant que lui décide de stopper cette petite idylle. Elle ne lui en veut pas, sa réaction était naturelle. Si sa copine ne le voit plus, il est normal qu’il finisse par aller voir ailleurs. Enfin bon, la jeune femme s’y est fait, à la vie seule. Sa priorité à l’heure actuelle n’est pas de rencontrer l’amour. On verra plus tard pour ça. Elle veut déjà être stable dans ce qu’elle fait avant de repartir sur des amusements de jeunesse.

Mais bon, ça ne va pas l’empêcher de sortir. Elle a quelques courses à faire, et l’idée de voir Lansat animée par la romance est relativement intéressante pour elle. Enfilant ses affaires, elle quitte son appartement avec Edelyne et Electre, la petite dernière de l’équipe. La bébé Evoli est encore jeune et assez petite en taille. La rousse fait très attention à elle, pour son développement et sa santé. Mais pour l’instant tout va bien. Elle est chouchoutée de tous les côtés, le temps qu’elle grandisse un peu et prenne de la force. Dans son grand sac, Electre se tient sur la bordure, regardant sa grande sœur de cœur au pied de la dresseuse. Edelyne a tout de suite adopté la nouvelle Evoli et veille sur elle en permanence. C’est vrai adorable mais la relation se rapproche tout de même plus de sœur-sœur que de mère-fille.

La rousse quitte son petit studio et se dirige vers le centre-ville, chez son épicier préféré. En y repensant, cela fait un moment qu’elle n’a pas vu le rosé. Il est peut être très occupé avec ses études à lui aussi. Il veut être psychologue si elle a bien compris. C’est aussi une branche intéressante et si tôt ou tard la jeune femme veut ouvrir son internat, elle aura besoin d’un minimum de connaissance mais aussi de personnes comme Toma pour l’aider. Enfin bon, n’allons pas trop loin dans l’avenir et concentrons-nous sur le présent. Sifflotant dans la rue, elle traverse assez rapidement les différentes ruelles pour atteindre le centre-ville. Bizarrement, elle ne s’attendait pas du tout à cette ambiance. On dirait plus une bataille qu’autre chose. Une multitude de personne font la queue devant un fleuriste. Des couples, jusque-là tout va bien mais également une bande d’ado surexcité. A la limite qu’il n’y avait que des garçons pourquoi pas. Mais là ce sont tous les âges et sexes qui se battent pour obtenir une petite rose. La rousse reste perplexe.

Elle sursauté néanmoins quand elle entendit ce bzzz collé à son oreille. Un pokémon ? Visiblement oui. Il se jeta d’ailleurs lui aussi dans la masse. Incompréhensible. La jeune femme leva la tête et aperçut des jambes suspendues dans le vide. En effet, une brune avec une tresse était assise sur le bord du toit, l’air pensif. Inquiète, Ilea l’interroge.

Qu’est-ce que tu fais là-haut ? Tu vas tomber ! L’ado baissa la tête et répondit avec le sourire.
Ne vous inquiétez pas mademoiselle je suis bien installée je ne risque pas de tomber.
Bon, fais attention tout de même. Dis, tu sais pourquoi il y a autant d’étudiant chez le fleuriste ?
Ah oui ce bazar c’est parce que si on n’a pas de rose ce soir on ne peut pas manger au réfectoire. Voilà ce que ça fait d’affamer des élèves haha.
Et toi, tu ne vas pas chercher ta fleur ?
Oh non moi je mangerais dehors, je n’ai pas envie de me battre aujourd‘hui. Comment tu t’appelles ?
Je comprends. Moi c’est Ilea enchantée. Je dois te laisser j’ai des courses à faire. Passe quand même une bonne journée.
Merci, à vous aussi. Et moi c’est Idalienor ! A bientôt peut être !

La rousse adressa un signe de la main à Idalienor et quitte la zone pour se diriger chez l’épicier. La ruelle est quand même plus calme et c’est pour ça qu’elle est venue à la base. Peut-être qu’un jour elle recroisera cette ado…

Résumé : - Ilea fait le point sur ses études
- Elle se souvient de sa vie amoureuse du lycée
- Elle sort faire les courses et assiste au bazar chez le fleuriste
- Elle discute avec Ida et repart chez l'épicier

_________________

Alezar Ilea
L'échec n'est qu'une opportunité de recommencer plus intelligemment ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5719-401-ilea-alezar-adulte http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5751-ilea-alezar-adulte
 Scientifique Chercheur Pkmn
avatar
Scientifique Chercheur Pkmn
Région d'origine : Hoenn
Âge : 16
Niveau : 47
Jetons : 1857
Points d'Expériences : 1312

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Ven 24 Fév - 10:21

 Event St-Valentin. 




   

   


Depuis peu Elsa passe son temps libre à regarder par la fenêtre en espérant voir son chevalier de feu apparaître et lui faire la sérénade. Je te jure mes pokémons ont ne simplicité à exprimer leurs sentiments c'est incroyable. Entre Terry et Iris, maintenant entre Elsa et Pix alors que moi... J'intériorise trop, j'ai peur de me prendre un râteau ou de me faire remettre à ma place bien tranquillement par la fille que je veux. D'ailleurs bizarrement chaque fille sur qui je flashe est un peu haute en couleur. Bon j'ai pas flashé sur beaucoup aussi. Mais ça ne change pas au fait inévitable que... la saint-valentin approche, de nouveau. Et comme chaque année je n'ai toujours personne. J'envie vraiment mes Pokémons. Allez mon petit Logan on se ressaisit, la princesse charmante n'existe pas donc tu te lève et tu vas chercher des fleurs pour que ta Goupix puisse faire un cadeau à son copain.

J'enfile ma tenue de ville, à savoir veste jean, et ramasse Elsa, avant de faire rentrer Phoën dans sa ball. Je n'aime pas trop faire ça mais a moins il est à l'abri. Je pars vers la ville et cherche une rose à la fois pour Elsa et à la foi pour manger ce soir. L'amour ne nourrit pas, malheureusement. Je me promène, de rues en rues jusqu'à voir un rassemblement de gens pour le moins inhabituel. Des gens se frappent pour obtenir une rose. Euh... C'est une coutume ou un truc dans le genre. Je regarde un jeune avec une ros et lui demande ce su'il se passe. Il me répond que c'est le seul point de vente de rose de l'île et que je devrais sortir de ma campagne. Je te zut mec, bon et bien si c'est le seul on va réfléchir à un plan de sauvetage avec mes pokémons.

Puisque la terre est bloquée passons par les airs. Je cherche la ball de Speedy mais elle est vide. Ah oui c'est vrai elle veut battre le record de vitesse du tour de l'île. Bon et bien sous le sol c'est pas possible non plus, Terry n'arrivera jamais à creuser sous du béton et autre revêtement de place. La seule sur qui je puisse compter est Elsa, et au passage la seule qui en est vraiment besoin. Mais que faire avec elle... Ses points forts habile, gentille et douce. Et si on lui faisait faire un peu de voltige et d'équilibre ? Oh oui ça pourrait fonctionner.

-Elsa ?

-Gouup ?

-Tu vas prendre cet argent dans ta bouche tu vas courir vers moi et je te propulse dans les airs d'accord ? Une fois la-bas tu donne l'argent au vendeur et tu récupères une rose. Ensuite tu saute sur la tête des gens pour revenir. C'est bon ?

Elle me fait un grand signe de tête avant de reculer pour prendre de l'élan. Elle court vers moi et je la propulse dans les airs tels un type vol. Elle atterit sans peine et avec élégance sur le toit du stand et récupère après dix minutes de lutte ardente le graal. Elle remonte tant bien que mal avec sa rose en bouche avant de s'alonger pour se rafraîchir. Je lui fais signe de prendre son temps et qu'elle ne doit pas forcer si elle ne se sent pas. Puis, en s'amusant à faire des pirouettes, elle revient en bondissant de tête en tête dérengeant couple et amoureux secrets.

Plus que trois têtes, deux, une et... BAM, une jeune fille vient de me rentrer dedans m'envoyant sur les fesses et elle aussi. Elsa est sur sa tête et regarde la scène sans trop comprendre. Je reconnais Luna et en la voyant, pour une fois, être une fille ordinaire, je dois avouer qu'elle est vraiment mignonne. J'espère qu'elle n'a personne. Oh tout doux tu grilles des étapes là. Je me relève et lui tend la main pour pouvoir l'aider.

-Tu n'as rien Luna ?

Elle m'attrape le col... Je suis pas prêt encore pour ça et... SBAAF elle vient de me mettre un coup monumentale qui me fait tituber en arrière. Je commence à reprendre mes esprits et je la cherche du regard mais elle est introuvable. Elsa est sur ma tête et met sa queue sur l'impact du poing de Luna. Qu'est-ce que je croyais moi, Luna douce ? Luna amoureuse de moi ? Cette fête m'est vraiment monté à la tête cette année. Je devrais peut être trouvé de quoi m'habiller pour ce soir. Direction le dortoir.


hrp::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5236-372-logan-atkinson-voltali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5255-logan-atkinson-voltali-t-card
 Pokéathlète Médecin
avatar
Pokéathlète Médecin
Région d'origine : Kalos - Aufrac-les-Congères
Âge : 16 ans
Niveau : 32
Jetons : 528
Points d'Expériences : 818

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Ven 24 Fév - 13:33

Ce n'était pas sa bonne humeur qui s'était manifestée, ce jour là. Bien sûr, qu'elle était au courant du jour que c'était. Inutile de préciser que c'était cela qui lui plombait le moral. La Saint Valentin... C'était vraiment utile, comme fête? Il fallait supposer que oui, car dans le cas contraire il était logique qu'elle n'aurait jamais été inventée, si c'était pour par la suite n'avoir la moindre utilité. Mais c'était définitif, Lyra n'aimait pas cette fête. Pour une raison particulière? Certainement. Sauf qu'elle se voyait incapable de définir pourquoi. Il y avait trop d'options possibles et elle soupçonnait que c'était à cause de tous ces points qu'elle n'aimait pas la Saint Valentin. Enfin, elle n'aurait qu'à rester dans sa chambre, puisque se rendre au réfectoire lui était bien égal. Cependant, elle avait entendu parler de ce stand de rose, et il lui était venu à l'esprit qu'offrir une rose à quelqu'un ne lui ferait peut-être pas de mal. ...Non, c'était stupide en réalité, elle n'avait personne à qui l'offrir. Enfin, qui disait que la personne qui recevrait cette rose serait obligatoirement la personne que l'on aime? ...Parce que c'est la Saint Valentin. Et si justement, c'était pas la Saint Valentin? En dépit que ce soit cette journée, on pouvait bien offrir une rose à qui on voulait, comme on pouvait offrir une rose n'importe quel autre jour, à n'importe quelle personne ! ...Sauf que, là était le problème. Elle était partie du principe que si elle achetait une rose, elle la donnerait en guise de remerciement à un ami. Mais à qui? ...Sirius, c'était son grand frère et elle voulait tellement le remercier. Sauf qu'à y penser, elle se sentait un peu bizarre. En réalité, elle voulait tellement remercier tout le monde. Toujours est-il qu'elle s'y prendrait d'une autre manière.
         Elle était au courant pour ce stand de roses qui avait ouvert en ville. L'occasion parfaite. Maintenant qu'elle s'était mis dans la tête d'offrir une rose au jeune homme, elle semblait bien déterminée. Elle qui, au départ, détestait cette fête. Elle était contradictoire, Lyra. Mais cette rose ne serait là qu'en terme d'amitié, et pour remercier le jeune homme de tout ce qu'il avait fait pour elle. Cela va de soi. Cependant, elle quitta l'enceinte du dortoir Givrali au bout de longues, très longues minutes. Il n'était pas très tard ce matin et elle aurait souhaité dormir quelques minutes de plus, si le vacarme de ses Pokémons ne l'avait pas tirée de son sommeil. Aussitôt que la brune fut levée, habillée et complètement éveillée, Teigne grimpa sur sa tête. Mysti à sa suite, Lyra chargea tout le reste de son équipe, notamment Mist et Mousse, de veiller sur ceux qui étaient restés dans la chambre, soit Golgotha, Sparadrap, Bubl'Gum, le nouveau venu dans l'équipe de Lyra et Bulet. Si une foule de monde rendait l'accès au stand impossible, elle avait un plan de dernier recours en la personne de Teigne, son cher Capumain qui prenait un malin plaisir à chiper tout ce qu'il trouvait, que cela appartienne déjà à quelqu'un ou non.  ...Et il y avait bel et bien une foule de monde tassée tout autour du stand. La mine dépitée, la brune fixait cet amas de personne qui se bousculaient furieusement simplement pour récupérer une fleur. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Elle, elle allait rester là et connaissant Teigne, elle n'aurait même pas besoin de lui demander pour qu'il aille chiper une fleur. Et même si il n'avait pas été là, elle aurait simplement fait demi-tour, et peut-être aurait-elle attendu la diminution de la foule.

     Sans avoir besoin de se faire prier, le singe bondit de la tête de sa dresseuse avec un grand sourire. Il se déplaça au milieu de la foule de monde en bondissant sur les épaules ou la tête des passants, et lorsqu'il fut suffisamment près du stand... Il arracha sans vergogne une jolie rose des mains d'une jeune fille qui venait tout juste de la récupérer. Celle-ci fixa le Capumain avec un air stupéfait, mais du se résoudre à demander de nouveau une fleur lorsqu'elle réalisa qu'elle ne pourrait le rattraper. Teigne, quand à lui, remit à sa dresseuse la fleur avec un air victorieux gravé sur son visage.

-Bravo Teigne. J'espère que tu n'as pas volé cette fleur à quelqu'un. Fit-elle avec un sourire accusateur.

         Pour toute réponse, le singe tira les joues de la brune, qui mima une moue boudeuse alors que le Pokémon lui tirait la langue avec un grand sourire.

-Capuuuuuuu !

-Fait l'innocent. Je te connais, je saiiis que tu es capable d'avoir volé cette fleur à quelqu'un.

-Capu.

    Au moins, la rose, c'était fait. Elle n'avait plus qu'à trouver Sirius, et la lui offrir. Mais elle ne savait pas où il était. C'est bien ça le problème. Alors, elle mit longtemps, longtemps à le trouver. Inutile de préciser qu'elle avait abandonné les recherches pour aller manger, alors que son estomac criait. Au final elle avait finit par refaire de nouveau le tour de la ville, avant de l'apercevoir dans un petit restaurant. Elle entra avec discrétion, et quelle ne fut pas sa surprise de le voir en compagnie de Max, une Givrali qu'elle connaissait bien elle aussi. Alors ils se connaissaient tous les deux? Cette pensée la fit sourire. Ils faisaient partis tous les deux des premières personnes qu'elle avait rencontrées a l'académie, et avec qui elle s'était vraiment liée d'amitié. Sauf qu'à la vue du Noctali, elle se sentit rougir. Bon sang, pourquoi est-ce qu'elle se sentait bizarre depuis un moment? Alors qu'elle demandait au Capumain et à sa starter de rester à l'extérieur, chargeant la Mistigrix de veiller sur Teigne, l'adolescente entra à l'intérieur du restaurant avec pour seul but de confier la rose à Sirius. Elle l'aimait tellement, son grand frère. Il avait fait tellement de choses pour elle et elle voulait tellement le remercier. Elle ne put s'empêcher de sourire à sa vue, et en voyant qu'il n'y avait pas grand monde dans ce restaurant elle se faufila entre les tables, de sortes à passer non loin du jeune homme. Elle n'avait pas envie de les déranger, Max et lui. Elle lui donnerait la rose quand il le faudrait, même si elle devrait attendre quelques minutes de plus.

         Sauf que... Elle n'aurait jamais du entrer dans ce restaurant.

    Elle n'aurait jamais dû l'entendre parler, et elle aurait simplement dû l'attendre sans le chercher. Parce qu'elle se figea lorsqu'elle l'entendit parler à Max. Elle se figea et elle l'écouta parler jusqu'au bout. Alors il aimait quelqu'un? ...Bien sûr, voyons, il venait de dire qu'il n'était pas très doué pour le lui faire comprendre. Et alors? C'était son problème, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire à Lyra? C'est vrai, elle n'avait aucune raison de se sentir triste et de se répéter qu'elle savait que c'était pas elle. ...Pourquoi d'ailleurs, est-ce qu'elle se disait ça? Elle avait aucune raison, ce n'était pas comme si... Non. Sirius était son grand-frère. Son grand-frère et elle l'aimait, mais en tant que son grand-frère. Pas d'inquiétude, c'était sûrement de la peur... Oui, c'est ça, elle avait sûrement peur de voir son grand-frère s'éloigner d'elle après ça. Mais il n'était pas qu'à elle, elle avait pas à se mettre dans cet état là. Oui, voilà, c'était juste de la peur. C'était juste parce qu'elle craignait qu'il ne s'éloigne d'elle à cause de ça. Mais... si c'était vraiment de la peur, alors pourquoi est-ce que ça lui faisait mal?
         Un petit craquement fit comprendre à la brune qu'elle avait cassé la tige de sa rose. Elle releva la tête, alors que son visage était marqué par une profonde tristesse. Mais bon sang, qu'est-ce qu'elle avait Lyra, à la fin? Pourquoi elle était dans un état pareil? Pourquoi elle se refusait à donner la rose? Pourquoi est-ce qu'elle était triste? Pourquoi est-ce qu'elle avait mal? Elle ne voulait plus lui donner la rose. Parce qu'il n'en voudrait peut-être pas. Et puis, il était déjà occupé à parler avec Max.  Elle n'avait pas l'intention de le déranger. Serrant sa petite rose contre elle, elle fila à l'extérieur du restaurant, ne se souciant même pas de si on l'avait remarquée ou pas. Elle ne fit même pas attention à la présence de ses Pokémons qui l'attendaient à l'extérieur. Mysti dû se précipiter à sa suite, alors que Teigne n'eut que le temps de bondir sur ses épaules. Parce qu'elle n'avait pas arrêté de courir, qu'elle continuait de courir et qu'elle ne voulait pas s'arrêter de courir. Qu'est-ce qu'il lui arrivait? Quelque chose n'allait pas. Quelque chose n'allait vraiment pas. Pourquoi est-ce qu'elle se sentait aussi mal? Elle n'avait pas... Elle n'avait pas de raisons. Fichue journée. Fichu 14 Février. Et dire qu'elle pensait que tout irait bien. Pourquoi c'était aujourd'hui qu'il fallait qu'elle s'en rende compte? ...A vrai dire elle aurait préféré ne jamais le réaliser. Fichue rose. Elle n'aurait jamais dû aller la chercher.

    Courir lui avait fait du bien. Elle avait couru jusqu'à rejoindre l'académie, sans vraiment le réaliser. Elle était revenue au réfectoire, et elle put rentrer parce qu'elle avait toujours la rose en sa possession. De toute manière, où est-ce qu'elle aurait pu aller? Elle n'avait pas envie de retourner dans sa chambre si cela n'avait pour effet de la calmer. Et puis... Peut-être que manger suffirait à lui changer les idées? On ne sait jamais. Pourquoi est-ce qu'elle n'arrivait pas a chasser ce sentiment d'amertume et de tristesse?
         Son regard qu'elle s'efforçait de garder serein se promena sur l'intégralité du réfectoire. Un peu au hasard, en traînant des pieds, elle s'avança vers une table qui n'était pas réellement vide, autour de laquelle elle prit place. Ce n'est que lorsqu'elle s'apprêtait à s'affaler et enfouir la tête dans ses bras qu'elle remarqua non loin d'elle, la présence d'un jeune homme qu'elle avait sans doutes déjà croisé, mais qu'elle ne connaissait pas. Si il était rentré, c'est qu'il avait déjà une rose. Mais bon. Elle pouvait toujours lui donner la sienne, parce qu'elle lui servirait probablement à quelque chose. C'est avec un sourire attristé qu'elle lui tendit doucement la rose un peu abîmée, prenant soin de ne pas la casser plus que cela.

-Hm, tiens. Tu en as peut-être déjà sûrement une puisque tu es rentré, mais je pense qu'elle te sera certainement plus utile qu'à moi.

    De toute manière, il fallait dire qu'elle avait perdu toute envie de l'offrir au Noctali depuis qu'elle l'avait entendu parler à Max. Pourquoi Lyra était-elle toujours aussi pathétique? Cela ne changeait indéniablement pas. Autant qu'elle confie la fleur à une personne qui saurait certainement quoi en faire, plutôt que de la garder avec elle sans lui trouver d'utilité.

-Au fait, désolée d'être arrivée sans prévenir. Moi c'est Lyra Scarlet, Givrali. Enchantée. Et... S'cuse moi pour la fleur, elle est un peu abîmée.


Résumé:
 

_________________


Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4483-317-je-n-ai-qu-un-objectif-et-je-ferais-tout-pour-l-atteindre-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4494-lyra-scarlet-givrali
 Coordinateur éleveur
avatar
Coordinateur éleveur
Région d'origine : Sinnoh - Floraville.
Âge : 17 ans
Niveau : 30
Jetons : 3745
Points d'Expériences : 1334

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 1 Mar - 21:07




Il y aurait, ce soir, un repas spécial Saint-Valentin. Eryn avait trouvé ça très mignon, très gentil et très attentionné de la part de Mama Odie, jusqu’à ce qu’elle apprenne que pour y être convié, il fallait remplir quelques prérequis. Ou plutôt un seul, normalement assez facile à réaliser, mais qui se révélait être un chemin de croix en ce jour des amoureux. Il fallait une rose. Oui, une rose. Une bête fleur, quoi. D’ordinaire, ce n’est pas très compliqué de trouver une rose. Il suffit d’entrer chez un fleuriste et le tour est joué. Mais en ce jour spécial, tous les fleuristes avaient, bien évidemment, été pris d’assaut, et aucun d’eux ne vendait le précieux sésame qu’ils n’avaient plus en leur possession, au grand agacement de la Mentali qui sortait d’une quatrième échoppe en ronchonnant. Tout de même ! Quel toupet ! Pourquoi est-ce si impossible de trouver des roses le jour de la Saint-Valentin ? Allait-elle devoir se résoudre à les réserver un an à l’avance pour être bien sûre d’en avoir une le jour même ? Il lui restait un dernier espoir, en la présence d’un chariot à fleurs qui stationnait sur la place du village, déjà pris d’assaut par tous les étudiants qui ne voulaient pas passer à côté du repas spécial de Mama Odie.  Un bien mince espoir, en réalité… Comment pourrait-elle récupérer la moindre fleur dans ces conditions ? De toute manière, il allait bien falloir qu’elle essaie. Hors de question qu’elle soit privée de nourriture.

« Ce genre de comportement devrait quand même être interdit… Affamer les élèves qui n’ont pas de fleur ! Si mes parents entendaient ça, tiens... »

Personne ne l’entendit ronchonner, si ce n’est sa Méganium, toujours à ses côtés, qui regardait l’afflux d’élèves avec stupéfaction. Qu’est-ce qui leur arrivait, à tous, pour se ruer sur ce pauvre monsieur sans défense ? Eryn ne prit pas le temps de lui expliquer. A la place, elle observa les quelques options qui s’offraient à elle. Foncer dans le tas comme les autres ? Bonne blague. Avec sa carrure d’allumette, elle serait piétinée par la foule. Utiliser l’un de ses Pokémon pour atteindre le chariot ? Elle ne voulait pas faire du mal aux gens, ni s’attirer de problèmes avec l’académie. Pensive, elle leva les yeux, et en voyant quelques Pokémon volants attraper des roses depuis la voie des airs, elle se dit que les imiter pourrait être une bonne idée. Il allait juste falloir qu’elle décide de quel Pokémon utiliser. Son Tropius et sa Draco étaient beaucoup trop massifs, mais elle n’avait pas d’autres Pokémon volants. Ou si… Ses deux types Spectre ! Elle les fit sortir tous les deux de leurs Pokéball pour les laisser admirer le carnage avant de prendre la parole.

« Deku, Pampero, est-ce que l’un d’entre vous se sent d’aller chercher une rose là-dedans ? »

Pampero hésita. Il y avait du monde… Elle se tourna vers Deku, lui demandant ce qu’il en pensait. Mais ce dernier avait disparu. Le Brocélôme s’était envolé, se plaçant au-dessus de la mêlée pour s’approcher du stand de fleurs. En couinant, la Pitrouille se hâta de rejoindre son camarade. Mais il ne la voyait plus. Seules les fleurs l’intéressaient, et la marée de Pokémon qui évoluaient entre son objectif et lui. Récupérer une rose ne serait pas aisé, du fait de son type Plante. Mais il essaierait quand même. A bonne vitesse, il se rapprocha de l’échoppe, mais fut chassé par un Roucool qui, lui-même, peinait à atteindre le vendeur. Ne se décourageant pas, il revint à la charge, et esquiva le Roucool pour se rapprocher des roses. Il fut à nouveau chassé cependant, par un Corboss massif qui le prit en chasse pour l’empêcher de passer. Agacé, le Brocélôme insista, mais le Corboss, plus rapide et plus puissant, étendit ses ailes pour le frapper avec violence, l’envoyant bouler plus loin, permettant à Pampero de se glisser subtilement dans la masse pour récupérer une rose et s’envoler en hâte vers Eryn, tenant son butin bien serré dans ses mains spectrales. L’agacement de Deku se mua en colère, et sans réfléchir, le Brocélôme fonça dans le tas, bousculant de nombreux oiseaux tandis qu’il filait vers les roses en pot. En vitesse, il en faucha une avant de s’enfuir, attirant l’attention des oiseaux, et du Corboss qui le prit immédiatement en chasse pour profiter de ses types avantagés et voler la fleur du Brocélôme. Ce dernier, bien entendu, ne l’entendait pas de cette oreille. Il était presque arrivé à sa dresseuse quand le Corboss frappa, lui faisant lâcher la fleur, que l’oiseau massif récupéra. Immédiatement, Deku vit rouge, et d’une Feinte, il frappa l’oiseau dans le dos pour reprendre sa fleur sous le regard éberlué de sa dresseuse. Depuis quand son gentil Brocélôme se battait-il ? Victorieux, Deku retourna vers sa dresseuse, tournant le dos à l’oiseau, qui, frustré, l’attaqua à nouveau d’un Tranche-Nuit dévastateur, mettant immédiatement KO…

« PAMPERO ! »

… La Pitrouille qui, elle, avait vu le coup venir, et s’était courageusement interposée pour protéger son ami. Tombant du ciel, la Pitrouille tomba immédiatement dans les bras tendus de sa dresseuse. Sous le choc, Deku lâcha sa rose pour se tourner vers le Corboss. Eryn ne tenta pas de l’arrêter, sachant que cela ne servirait à rien, sinon à obséder son Brocélôme qui chercherait son némésis dans toute l’académie. Et l’inégal combat commença. Deku était plus faible que son adversaire, qui avait pour lui l’avantage des types, son évolution et sa grande sagacité. Il ne ferait qu’une bouchée de cette vulgaire branche volante. Le combat fut rapidement expédié : deux Aéropique, et Deku flotta bas. Quelque peu sadique, le Corboss le saisit entre ses serres pour s’envoler très haut, s’apprêtant sans doute à le lâcher pour qu’il s’écrase par terre. Eryn avait beau lever sa Poké Ball, Deku était hors du champ d’action du rayon rouge. Et la Mentali s’inquiétait énormément… Cependant, entre les pattes du Corboss, le Brocélôme commençait à briller doucement, attirant l’attention de l’oiseau, et faisant ouvrir de gros yeux à la dresseuse, qui peinait à comprendre. Deku était-il réellement en train… D’évoluer ?

Oui, Deku évoluait. Facilement battu, il était à ça d’abandonner et de se laisser écraser par l’oiseau. Mais il avait ouvert un œil, et avait vu le regard effrayé de sa dresseuse, et Pampero qui bougeait faiblement dans ses bras. Cet oiseau de malheur, non content d’être un fichu voleur, avait blessé son amie de jeu, et maintenant, il voulait l’humilier devant sa dresseuse et ses camarades d’équipe. Allait-il laisser faire ça ? La réponse était claire. Non. Alors, rassemblant ses dernières forces, le Brocélôme se sentit pousser des ailes tandis que sa colère et sa douleur cuisante se transformaient en détermination glaciale. Pour battre cet oiseau, il lui fallait plus de forces. Et la force était là, juste à sa portée ! Sans réfléchir, il tendit son esprit pour s’en emparer, et son petit corps se mit à briller. Ce qui attira l’attention du Corboss, mis à part cette étrange lumière, c’était que la branche qu’il transportait devenait de plus en plus lourde. Et d’un coup, ils retombèrent violemment au sol. Il tenta de s’enfuir, mais une main sa saisit de ses pattes pour les enserrer avec violence. S’en prendre à un Brocélôme, c’est facile. Mais à un Desséliande en colère ? Moins aisé, d’un coup. Et d’un coup, le Desséliande se mit à tourner sur lui-même, emportant l’oiseau comme un poids, avant de le lâcher brusquement, l’envoyant voler au loin. Il l’aurait bien poursuivi pour lui coller une raclée, mais Eryn venait vers lui, ébahie par ce qu’elle venait de voir.

« Deku ! C’est… Tu es magnifique ! Tu as évolué ! Tu es magnifique ! »

Evolué… ? Surpris, Deku se tourna vers la vitrine d’un magasin pour s’observer, et ne put que constater son évolution. Fier de lui, il bomba le torse, avant de se rappeler de la Pitrouille blessée. Heureusement, ils étaient sur la place de l’île, où se tenait le Centre Pokémon, et la Mentali s’y engouffra pour qu’ils y soignent sa Pitrouille tandis que le Desséliande rentrait dans sa Pokéball en ayant compris que sa toute nouvelle grande taille l’empêchait de se mouvoir correctement. Une fois sa Pitrouille et son Desséliande soignés, la Mentali remonta en hâte vers l’école, ses deux roses en main. Elle en avait une de trop, mais elle savait ce qu’elle allait en faire. L’heure du repas approchait. C’est qu’elle avait perdu du temps au Centre Pokémon, en fait… Courant jusqu’au réfectoire, elle y retrouva Cael. Un Cael éploré qui n’avait pas de rose, et qui ne pouvait pas entrer dans le réfectoire malgré les bonnes odeurs qui s’en échappaient. Pour quelqu’un comme lui, quelle torture !

« Caeeeeeel ! »

La Mentali pila devant lui, le temps de reprendre son souffle. Elle devait lui dire, pour l’évolution de Deku ! C’était tellement magnifique ! Cependant, avant toute chose, elle fit un sourire radieux au Phyllali, prête à illuminer le reste de sa journée, qui n’avait pas dû être bien folichonne puisqu’il ne pouvait pas rentrer dans le réfectoire.

« Bonne Saint-Valentin ! Et… Bon appétit ! »

Comme une magicienne, elle tendit une rose à son petit ami, s’amusant de son regard brillant et éperdu de reconnaissance. Manger ! Oh, il avait l’air tellement heureux, aussi décida-t-elle d’attendre un peu pour lui parler de l’évolution de Deku. Après tout, il n’aimait pas les Spectre, et il ne serait peut-être pas ravi d’apprendre que la brindille spectrale s’était transformé en arbre spectral...

HRP : Evolution de Deku (de Brocélôme à Desséliande).

Informations HRP:
 

_________________
eryn mcnellis
I found myself in Wonderland, Get back on my feet again... Is this real? Is it pretend? I'll take a stand until the end! I'll get by, I'll survive, When the world's crashin' down, When I fall and hit the ground, I will turn myself around, Don't you try to stop it! I won't cry...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2418-eryn-un-simple-regard-pose-sur-une-fleur-et-voila-une-journee-remplie-de-bonheur-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2470-eryn-mcnellis-mentali
 Adulte Apprenti Masseur
avatar
Adulte Apprenti Masseur
Région d'origine : Johto - Rosalia.
Âge : 21 ans.
Niveau : 5
Jetons : 1330
Points d'Expériences : 55

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 1 Mar - 23:36

Pas de repos pour les braves


Event - Saint-Valentin 2017


    Cela faisait longtemps qu'Ashley n'avait pas dû s'activer de la sorte -quoi que pas encore assez longtemps à son goût, néanmoins. Que ce soit à Unys ou à Johto, la Saint Valentin n'avait jamais été animé au point que le jeune homme soit incapable d'oublier quel jour ils étaient : son esprit avait toujours pris un soin particulier à zapper les fêtes de ce genre. À Lansat, en revanche, il était plutôt difficile d'oublier que cette journée célébrait les amoureux.

Ash avait travaillé toute la matinée durant au Centre Pokémon, assistant l'infirmière Joëlle comme il le pouvait face aux vagues infernales de Pokémon blessés. D'ordinaire, en ce jour, il n'était pas si rare que quelques combats éclatent à cause de cœurs brisés, de rivalités amoureuses ou de querelles entre couples : la Saint Valentin avait également son lot de problèmes malgré ce qu'elle était censée fêter. Mais de là à ce que les conflits soient si nombreux... Cela ne pouvait être dû qu'à cette histoire d'échoppe du Ros. & Rade. Les roses y étaient soi-disant les plus belles et les plus joliment parfumées : c'était a priori un cadeau de choix pour qui souhaiter déclarer sa flamme.
Et, surtout, c'était un objet absolument nécessaire aux élèves de l'académie souhaitant profiter le soir venu d'un délicieux repas.

C'était la raison pour laquelle, en début d'après-midi, Joëlle avait ensuite décidé d'envoyer le jeune homme à l'infirmerie de l'académie : Needle, malgré ses compétences indiscutables dans son domaine, était débordée. Les élèves se battaient pour la majorité férocement afin de gagner le droit de remplir leur panse, et leur Pokémon suivaient naturellement le rythme. En conséquence, nombreux étaient les rescapés qui se rendaient à l'infirmerie pour se faire soigner.

Il n'y avait, de fait, et surtout en théorie, pas le temps de souffler.
Le mot-clef ici étant « en théorie », puisque présentement Ashley était planté devant la porte d'entrée de l'infirmerie, dévisageant (ou plutôt se faisant dévisager par) un Pokémon qu'il n'avait jamais vu auparavant. Avec sa silhouette d'arbre et son allure un peu spectrale, cependant, il aurait au moins parié sur un type plante. Un Pokémon exotique, peut-être ? Toujours était-il que ses bras étaient chargés à craquer par d'innombrables roses plus belles les unes que les autres et que, suite à quelques longues secondes passées à se fixer dans le blanc des yeux, il finit par tendre l'une desdites roses au jeune homme.
Qui l'accepta mollement et mécaniquement étant donné qu'il n'avait pas la moindre idée de ce à quoi jouait ce Pokémon.

Si ç'avait été un piège ou une farce, il était tombé dedans tête la première. Cependant le Pokémon ne tarda pas à s'éloigner d'un air pressé et rien d'autre ne se passa.

Ash réfléchit rapidement. Il n'avait pas de temps à perdre avec ces histoires de roses et de Saint Valentin et il n'avait pas envie de s'encombrer d'un objet dont il n'aurait jamais d'utilité. Elle fanerait dans un coin de sa maison et ce serait là la fin pitoyable d'une pauvre fleur sans signification pour son propriétaire.

Tout en sortant rapidement Nym de sa Honor ball, il s'empara un petit papier et de quoi écrire. Il connaissait quelqu'un qui en aurait probablement plus besoin que lui ; et quand bien même ce ne serait pas le cas, elle saurait chérir une rose offerte bien mieux que lui.
Et puis, la couleur des cheveux de cette personne et celle de la rose étaient presque les mêmes. Ce n'était pas très important, mais le détail était plaisant.

« J'ai pensé que cela pourrait t'être utile. »

Il se rappela à temps de signer le mot de son prénom, puis il s'accroupit et confia le message à sa Nanméouïe.

« Apporte-le à Shana, s'il-te-plaît. »

L'intéressée hocha la tête d'un air enthousiaste et s'exécuta sans plus tarder. Ash n'était pas bien nerveux à l'idée de laisser Nym déambuler seule sur le campus : il la savait parfaitement apte à se débrouiller toute seule et, au besoin, à se défendre, même s'il était peu probable que des élèves s'attaquent ou ne serait-ce que s'intéressent à elle. En ce jour, les esprits étaient censés être tournés à d'autres préoccupations.

Le jeune homme ne perdit pas plus de temps et se remit au travail : cette occupation avait déjà permis à plusieurs élèves de s'accumuler à l'infirmerie malgré une Needle et son Noacier particulièrement actifs. Elle n'avait pas même eu le temps de lui remonter les bretelles pour avoir traîné, c'était dire.

Pas de repos pour les braves, songea-t-il en soupirant plus ou moins discrètement.


Résumé:
 
(c) sweet.lips

_________________

       
Team.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6067-ashley-ciaan http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6077-ashley-ciaan-adulte
 Topdresseur Ranger
avatar
Topdresseur Ranger
Région d'origine : Rosalia
Âge : 12 ans
Niveau : 12
Jetons : 808
Points d'Expériences : 188

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Jeu 2 Mar - 2:13

Rude journée

Event - Saint Valentin 2017

Il devait être environ midi quand Shana décida d'aller manger dans la cantine du réfectoire. C'est donc accompagnée de son salamèche qu'elle se dirigea tranquillement vers le bâtiment principal. Elle fut surprise de trouver plusieurs imposants pokémons combat devant la porte de la cantine. Bizarre … Pensa la rouquine. Puis, en regardant plus attentivement les environs, elle vit un écriteau.
- Il n'y a pas de service aujourd'hui. Mama Odie … Lut-elle à haute voie.
Puis tout à coup Shana eu un flash, elle se souvint qu'aujourd'hui était un jour particulier, c'était la Saint Valentin. Fête qui lui était passé totalement au dessus de la tête car cette événement ne la concernait pas. Elle y portait tellement peu d’intérêt qu'elle avait faillie oublier que cette célèbre fête était aujourd'hui. La seule chose qui l'intriguait était de savoir quelle menu pouvait bien préparer Mama Odie. Elle avait entendu dire qu'il y avait un grand repas qui s'organisait ce soir et que seul les personnes ayant une rose bien particulière que vendait un fleuriste en ville pourraient entrer et profité du menu. C'est donc à cause du menu de se soir que Mama Odie ne fait pas de service se midi ... En conclut-elle. A vrais dire, elle aurait bien aimée aller à cette fête seulement pour pouvoir déguster le menu préparé par Mama Odie, elle était sur qu'il allait être succulent. Rien que le fait d'imaginer le fameux menu lui donnait lau à la bouche.

Après ses quelque secondes de rêveries, la rouquine regarda donc son salamèche.
- Bon, et bien on va acheter quelque chose à manger en ville dans se cas … Lui dit elle avant de partir en ville, Bealfire à ses cotés.
Une fois en ville, la fillette fut surprise de voir toute ce monde, de toute évidence, elle semblait avoir sous estimée l’ampleur de cette événement. Et bien, je ne pensait pas que cette événement rameuterait autant de monde … Pensa-t-elle, surprise. Shana contourna donc la foule pour se diriger vers un vendeur de sandwich.

Pendant ce temps Bealfire, qui se trouvait toujours à coté de sa dresseuse, fut intrigué par tout se mouvement. Il sentit une douce odeur et vit plusieurs personnes portant une rose. C'était l'odeur de cette jolie fleur que sentait le petit pokémon. C'est alors qu'il eu l'idée d'aller en chercher une pour sa dresseuse pensant surement que ça lui ferait plaisir. Beal' partie donc droit vers la foule sans rien dire. Ses soixante centimètres l'avantageaient beaucoup car il pouvait facilement se faufilé dans la foule et ainsi passer sans qu'on ne le remarque.

Shana, qui venait de finir de payer son sandwich avec une partie de l'argent que lui avait donné son demi-frère, fit un pas en arrière. Elle se dirigea vers un banc en bois où elle s'assit tout en sortant de son sac de la nourriture pour pokémon.
- Beal', il est temps de passer à table … S'exclama-t-elle en regardant à sa droite.
Elle ne vit personne, pas de salamèche. Son sang se glaça dans ses veines. Où était il passé ? C'est alors prise de panique que Shana se leva et se mit à appeler son pokémon tout en promenant son regard affolé dans la place.

Bealfire parvint jusqu'au chariot du fleuriste sans trop de mal, il avait faillie à plusieurs reprises recevoir plusieurs coups de pieds accidentelles mais il avait réussit à les esquiver sans trop de difficulté. Il faillie aussi brûler quelque robes sur son passage à cause de sa queue enflammée. Cependant, comme le pokémon cherchait à être discret, la flamme au bout de ça queue était devenu plus petite, ce qui diminuait les chances de brûler les vêtements des inconnus en se faufilant.
Il leva ça tête et vit que nombre de pokémons et de gens balançaient leur argents pour recevoir la fameuse fleur. Le pokémon comprit rapidement qu'il lui fallait ses pièces brillantes pour pouvoir en avoir une aussi. Heureusement pour lui, il eu de la chance, plusieurs pièces tombèrent non loin de lui. Les gens étaient tellement préoccupés à avoir leur fleur que certains d'entre eux laissaient tomber leur pièces au sol. C'est alors que Beal' prit innocemment les pièces qu'il trouvait au sol. Une fois qu'il les avaient en patte il chercha un moyen de prendre une des fleurs qui étaient sur le stand. C'est alors qu'il vit une caisse qui se trouvait non loin de la charrette. Il grimpa sur celle-ci, déposa l'argent qu'il avait sur le comptoir de la roulotte et pris une rose. Le jeune pokémon feu redescendit de son promontoire et repartie comme il était venu. Personne ne faisait attention à lui de par ça auteur, les gens étaient bien trop occupés à se ruer vers le stand pour regarder leur pieds.

Cela faisait une éternité que Shana cherchait son pokémon, elle était à deux doigts de pleurer toute les larmes de son corps quand elle se risqua une nouvelle fois à appeler du plus fort qu'elle pouvait son nouvelle ami orange perdu. Elle était littéralement au bout de sa vie, comment avait elle pu perdre son pokémon ? Elle l'avait quitter des yeux que quelque minutes et ce n'était pas dans les habitudes de celui-ci de s'éloigné d'elle de la sorte. C'est alors que, prise de panique, elle imagina les pires scénarios. Peut être que Bealfire s'était perdu dans la foule quand elle l'avait contournée tout à l'heure ou pire encore, il avait peu être été enlevé par des malfrats. Cette idée là fit frémir d’effroi la fille aux yeux rougeâtres. Ne voyant toujours pas son pokémon, la fillette décida de repasser, pour la cinquième fois, devant la boutique du vendeur de sandwich.
C'est là qu'a son plus grand soulagement elle vit son salamèche. Elle courut à sa rencontre et le serra dans ses bras, bien trop heureuse de l'avoir retrouver pour le gronder sur son comportement.

Quelque minutes plus tard, après s'être calmée et avoir séchée les larmes de joies qui perlaient sur son jolie visage, elle reposa son pokémon au sol.
Elle le regardait dans les yeux et son ton était assez dure, elle devait le gronder pour ce qu'il avait fait même si elle n'en avait pas forcément envie. Il devait comprendre qu'il avait fait quelque chose de mal et qu'il ne devait plus recommencer.
- Ne me fait plus jamais ça ! Reste toujours près de moi, tu m'a bien comprise ?
Bealfire ne comprenait pas trop pourquoi sa dresseuse avait agit comme ça. Pour lui il n'avait rien fait de mal, au contraire, il avait fait tout ça pour faire un cadeau à sa dresseuse. C'est alors timidement qu'il lui tendit la rose en esquissant un petit sourire gainé.
En voyant cette rose, Shana comprit que c'était une des roses vendu pour la Saint Valentin. Elle comprit donc pourquoi le pokémon était partie et d'un coup toute la colère que pouvait éprouver la jeune fille s'envola.
- Tu est partie pour m'offrir ça ? Lui demanda-t-elle en prenant sa fleur sans forcément attendre de réponse de la par de son pokémon.
Elle le caressa donc pour le remercier en lui souriant, elle était très touchée du geste que le pokémon avait fait pour elle. De par ce geste d'affection, Bealfire se mit à sourire, il était heureux de voir que son cadeau plaisait.

La rouquine c'est demander plusieurs fois comment Beal' avait fait pour prendre cette fleur mais elle n'avait aucun moyen de le savoir donc elle évita de se faire du mal pour rien et n'y pensa  plus. Au moins elle avait gagner le droit d'aller au repas de se soir et ça elle en était très contente.
Shana retourna donc sur le fameux banc qu'elle avait trouver un peu plus tôt avec Bealfire à ses cotés cette fois-ci et les deux amis mangèrent leur repas dans la bonne humeur.

Une heure plus tard, le fillette à la crinière couleur feu arriva devant la porte de sa chambre qu'elle ouvrit. Cette journée mouvementer l'avait tout bonnement épuisée. C'est alors qu'elle ferma la porte de sa chambre, rentra son salamèche dans sa pokéball qu'elle rangea dans sa poche et posa sa rose sur sa table de chevet. La jeune fille s’appétait à s'avachir sur son lit quand elle remarqua une rose ainsi qu'un papier plié posés sur celui-ci. Elle reconnu dans un premier temps que la fleur sur son lit était une rose, la même que celle que lui avait offert Beal'. Qui peut bien avoir voulu me donner ceci ... ? S’interrogea-t-elle, surprise. Puis, dans un second temps, elle prit le papier et le déplia.
- J'ai pensé que cela pourrait t'être utile. Ashley. Lut-elle.
Ce message, qui provenait de son demi-frère, la surpris beaucoup car elle ne s’attendait pas du tout à une telle démarche de sa part. Cependant, l'intention lui fit très plaisir et elle se jura de le remercier la prochaine fois qu'elle le verrait.
Elle mit la rose d'Ashley dans un joli vase qu'elle déposa sur sa table de chevet. Puis, elle s'accorda un repos bien mérité sur son lit quelque heures avant de se mettre à se demander quelles vêtements elle pourrait bien mettre pour cette événement.
Résumé:
 

Codage par Libella sur Graphiorum



     
Hello


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6068-420-shana-roscoe-givrali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t6141-t-card-shana-roscoe-givrali#65462
 Topdresseur Spé. Type
avatar
Topdresseur Spé. Type
Région d'origine : Sinnoh
Âge : 17 ans
Niveau : 66
Jetons : 4698
Points d'Expériences : 2758

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Lun 13 Mar - 16:59

Ginji Labelvi
      rp commun



« St Valentin 2017 »


  « -SOLDATS ! LA SITUATION EST GRAVISSIME. Genre vraiment. Super méga grave. C'est beaucoup plus pire que tout ce que nous pouvions imaginer. »

Le soleil est à peine levé, que déjà, je suis au milieu de ma chambre, habillé et équipé, et faisant un débriefing à mes Pokémon. Ceux-ci regardent avec une certaine curiosité le chevalet utilisé pour détailler les opérations à venir, se demandant d'où je sors ce truc, mais je n'y prête aucunement attention et pointe plutôt les feuilles posées dessus à l'aide d'une tige en plastique.

Sur la première feuille, j'ai agrafé la page du jour de mon éphéméride, sur laquelle il est marqué en gros « 14 Février », ainsi qu'un plan des cuisines de l'académie que j'ai pu dessiner de mémoire. Une rose se trouve juste en dessous, mal faite, mais reconnaissable. Alors que je parle, je désigne successivement chacun de ces éléments avec la tige.

  « -Aujourd'hui, nous sommes le 14 Février, jour durant lequel les humains fêtent la Saint Valentin. Le principal intérêt de cette fête consiste à témoigner son amour à l'élu de son cœur par le biais de cadeaux en tout genre, dont... Les roses. Et pour l'événement, Mama Odie a préparé un festin grandiose ! Genre avec tout plein plein de trucs super bons à manger !... Mais il y a un problème. Elle n'accepte que les élèves qui seront munis d'un exemplaire des-dites roses.   »

Je tourne la première page, dévoilant de nouveaux éléments. Il y a un prospectus publicitaire pour un stand nommé « Ros & Rade », ainsi qu'une capture d'écran de la zone où il est censé se situer, prise sur le logiciel gps d'un ordinateur.  Je commence à faire quelques allers-retours sur la même distance, imitant sans m'en rendre compte Jackie lorsqu'elle dispense ses cours.

  « -Notre objectif est donc de nous rendre au centre-ville de Lansat, où nous devons, par tous les moyens, nous procurer l'une de ces roses. La tâche n'a, à priori, rien de bien compliqué... Si l'on excepte ceci.   »

Cette fois-ci, j'attrape un papier posé sur mon bureau, et le montre à l'assemblée.

  « -Hier soir, l'homme tenant le stand a publié un communiqué dans lequel il explique posséder bien moins de rose que l'an dernier, et craint ne pas pouvoir satisfaire la demande générale de l'île. Les stocks sont limités, et les premiers arrivés seront les premiers servis.  » je prends un air grave   « Et si nous ne sommes pas de l'un d'eux... Alors l'accès au réfectoire nous sera refusé. A tout jamais.  »

Mes Pokémon ne semblent pas réellement saisir la gravité de la situation, et s’échangent quelques regards sceptiques à la fin de mon discours. Il n'y a guère que Euphie, Meg, Tobby et Webble qui ont écouté mon discours avec attention, et saisissent l'importance de la mission à venir. Je continue, et tourne une dernière page, reprenant la photo précédente sur laquelle j'ai dessiné cette fois-ci quelques flèches.

  « -Voici le déroulement des opérations. Châtaigne, c'est toi qui vas nous conduire jusque là-bas, nous déposant ici-même, à approximativement cent mètres du stand. De là, nous laisserons Harissa en haut de cet immeuble, accessible grâce à des escaliers se trouvant dans cette ruelle, puis Spark dans cette autre rue, isolée du reste de la ville. Nous repartirons ensuite ici : derrière ce parc, qui est lui-même juste derrière le fameux stand, mais qui n'ouvre qu'à neuf heures et demi, soit une heure et trente minutes plus tard que l'échoppe. Oz, tu creuseras un premier tunnel pour nous permettre de nous infiltrer à l'intérieur, puis un second qui donnera juste ici. C'est un par-terre de fleur censé accueillir des arbres pour la nouvelle saison, mais ceux-ci n'ont pas encore été plantés, et nous pourrons donc l'utiliser pour quitter le parc est atterrir juste derrière le stand. Goldfroy, Punch et Lucina, je ferai appel à vous pour que vous pussiez tenir la foule à distance, tandis que les Motisma utiliseront leur capacité Tourmagik pour inter-changer les jetons qu'ils tiendront avec des roses du stand. A ce moment, Meg, tu enverras un signal avec tes loupiotes pour que Harissa descende jusqu'à nous pour récupérer la rose que tiendra Hongta, et s'envoler au plus vite. Webble, tu seras perché en haut d'un arbre, et devra faire de même avec Maygta en utilisant ta toile. Euphie, tu prendras celle d'Aegta, et profiteras de ta taille pour te faufiler à travers la foule et partir en quatrième vitesse. Smegta, tu planques la tienne dans ton frigo. Les Motisma, Punch, Lucina, Goldfroy et moi-même partirons ensuite tranquillement, Webble, Meg et Oz, vous vous enfuirez en passant par le parc. Nous devrons alors tous nous retrouver dans la rue dans laquelle nous avons laissé Spark, qui s'occupera de contrôler chacune de nos positions avec ses antennes. Au moindre problème, n'hésitez pas à abandonner votre rose : si nous en récupérons quatre de quatre façons différentes, c'est pour nous assurer d'en avoir au moins une en cas de pépin. Mais j'en confiance en vous, tout va bien se passer ! Des questions ? »

Je fais un grand sourire, alors qu'un long silence s'installe dans la pièce. Mes Pokémon fixent avec un air ahuri la feuille griffonnée de mille et une flèches et indications en tout genre, à mi-chemin entre l'incompréhension et l'aberration, mais seul un ose prendre la parole. Oz lève lentement une patte, souhaitant parler, et je l'y invite d'un hochement de tête.

« -... Ka... Ka chu cha...
 -Ne t'inquiètes pas ! Tout va se dérouler comme sur des roulettes ! »

Mon Pikachu n'a pas du tout l'air convaincu. En fait, personne ne semble l'être. Mais je ne sais pas si c'est à cause du plan en lui-même ou de son but... Comment ça, je pourrai tout simplement aller manger ailleurs ce soir ? Mais vous êtes malades ?! Louper un repas spécial de Mama Odie ?! Jamais ! Je ne veux pas rater ça !

Saisissant mon sac, j'attrape à l'intérieur toutes les Pokéballs des membres de l'équipe, et demande à tout le monde de se tenir prêt. Bien que toujours aussi... Sceptiques, mais Pokémon rentrent docilement à l'intérieur, et je ne laisse que Châtaigne dans la chambre pour que nous puissions quitter l'académie ensemble. Il ne nous faut que quelques minutes supplémentaires pour nous retrouver en extérieur, puis nous partons en direction du centre-ville de Lansat.


Le trajet se fait sans encombre. En même temps, à part découvrir un vaisseau alien s'étant écrasé dans la forêt de Lansat et dont les occupants souhaitent s'approprier mon corps pour infiltrer la population humaine et trouver la faille qui permettra de nous éradiquer à tout jamais de la planète, je ne vois pas ce qui pourrait nous arriver.

Lorsque nous nous entrons dans la ville, déjà, je suis étonné par l'absence de population quelconque dans les rues. Il ne semble y avoir personne dans les parages... Pourquoi donc ? Et bien, à votre avis ? PARCE QUE TOUT LE MONDE EST DEJA SUR PLACE ! NOUS SOMMES EN RETARD ! CHÂTAIGNE, PRESSONS LE PAS !

Le pire étant que mes doutes s'avèrent vrais. (J'ai un peu peur pour le vaisseau alien, du coup) Dès que nous nous enfonçons dans le centre-ville, des bruits de foule s'élèvent à peine plus loin, et bientôt, je n'ai d'autres choix que de descendre de mon Zéblitz ; ne pouvant de toute évidence pas continuer sur son dos avec toute cette foule. Devant nous, la cohue : on se croirait presque au Cirque des Boulons avec les spectateurs en panique qui courraient de droite à gauche, sauf que là, ce n'est pas pour sauver leurs vies, mais pour acheter une rose.

Montant sur un banc, me permettant de grimper au dessus d'un compteur électrique, j'attrape des jumelles de mon sac et observe le stand de fleur. Il reste des roses ! Vite, il faut en profiter avant que le stock ne s'épuise. Regardant brièvement les alentours, je trouve la ruelle que j'avais repéré lors de l'élaboration de mon plan, et me hâte de pénétrer à l'intérieur, après avoir demandé à Châtaigne de me suivre. Je lui demande de m'aider à me hisser près d'une rambarde me permettant de faire descendre une échelle, et après l'avoir remercié, commence à monter les escaliers de secours se trouvant à l'arrière d'un immeuble. Le Zéblitz restant en bas, je fais de mon mieux pour rallier le toit le plus vite possible, et, lorsque j'y parviens, je suis tout simplement étonné du nombre d'habitants en contre-bas. Pour peu, je sortirai Harissa et la tendrai en direction du ciel en chantant la musique du Roi Némélios. Mais il y a plus urgent que de se croire dans un film d'animation ! Alors je sors quand même l'Emolga, mais passe la scène musicale (A son grand soulagement, je suppose), pour lui montrer plutôt la position du stand.

« -C'est là-bas que tu devras aller ! D'accord ? Dès que tu vois les loupiotes de Meg clignoter dans le parc juste derrière, tu fonces !  »

Se contentant de lever les yeux au ciel, Harissa vient se poster en bordure du toit, et s'assoit avec nonchalance en attendant la suite. Bien ! Redescendant les escaliers avec attention (C'est que c'est haut, quand même), je finis par rejoindre Châtaigne, et attrape la Pokéball de Spark pour en faire sortir la Dedenne, censée patienter ici pour aider au rassemblement. Proposant au Zéblitz de rester en sa compagnie, je salue les deux Pokémon et quitte la ruelle en direction du parc.

Étant donné la foule bien plus nombreuse que ce que j'avais prévu, je suis contraint de faire un détour bien plus grand que programmé pour atteindre le parc à l'arrière du stand. C'est pas grave, ça me fera un peu d'exercice ! Courant donc, je tente de m'en repérer avec les divers panneaux de signalisation de la ville, et parviens à trouver notre fameuse zone d'opération au bout de plusieurs minutes de recherche. Aussi, elle est agencée bizarrement cette ville, pourquoi quand je veux passer derrière un immeuble, je suis obligé de tourner trois fois à droites, une fois gauche, encore deux fois à droites, continuer tout droit sur cent mètres, et tourner une dernière fois à droite ?! Enfin, aucune importance ! J'y arrive, c'est l'essentiel.

Comme prévu, le parc est fermé. Aucun problème, puisque je peux faire appel à Oz pour rentrer à l'intérieur : le Pikachu apparaît avec une expression complètement blasée, et creuse le tunnel nous permettant de nous infiltrer à l'intérieur sans se poser plus de question. Plus vite il fera ça, plus vite il en finira, hein ?

Après avoir rampé et être passé de l'autre côté du grillage (C'est un véritable parcours du combattant cette mission), j'arrive enfin dans le parc, désert. Attrapant les Pokéballs de Webble et Meg, j'aide les deux Pokémon à trouver un bon emplacement en hauteur permettant d'avoir une vue globale sur le stand, qu'on aperçoit déjà sans mal malgré la foule agglutinée autour. M'assurant qu'ils se tiennent prêts, je demande ensuite à Oz de commencer à creuser le tunnel en direction du parterre de fleur indiqué au préalable, sans toutefois l'autoriser à le forer jusqu'au bout : notre apparition à la surface déclenchera le début des opérations, et nous devons donc faire attention à ne pas nous précipiter. Préparant dans mon sac les Pokémon de Goldfroy, Punch, Lucina et des Motisma, ainsi que l’argent pour les roses, j'ai ensuite besoin de quelques secondes de concentration pour me préparer à l'idée de passer par un tunnel étroit. Mais bon, j'ai pas trop le choix après tout, hein ? C'est pour la bonne cause ! C'est pour la nourriture de Mama Odie! C'est genre, la meilleure chose au monde, hein ? Je peux bien passer dans un tout petit tunnel le temps de quelques secondes juste pour faire ça... C'est juste un passage... Après, je me tire en ligne droite avec le reste de l'équipe, et c'est bon, basta. J'entendrai plus jamais parler de ce tunnel. Et j'aurai ma bouffe. C'est tout bénef. Je dois juuuuste ramper un peu. Un tout petit peu. Et toute mon équipe pourra profiter d'un bon repas....

Je prends une grande inspiration, et m'assois sur mes genoux. Observant l'ouverture faite par Oz, je me penche en avant pour rentrer la tête à l'intérieur, et joue des coudes pour me faufiler quelques centimètres à l'intérieur. La terre autour est humide - il fait plutôt frais là-dessous -, et l'odeur du sol retourné m'est assez agréable. Si je m'avance, je vais certainement me pourrir le t-shirt, mais c'est loin d'être grave.

La tête d'Oz apparaît en face de moi. Il attend que je lance le signal, ou du moins que je m'avance encore un peu plus, à défaut de. En temps normal, je ne pourrai pas m'empêcher de trouver sa petite expression attentive extrêmement mignonne ; mais là, j'avoue me concentrer surtout sur moi-même pour calmer les battements de mon cœur. Parfaitement immobile, j'inspire et expire régulièrement à un rythme lent, et tente de me persuader d'avancer. Une seconde . Deux secondes. Trois secondes.

Trente.

« -Je n'y arrive pas, Oz. »

Toujours à l'entrée, mes yeux sont hermétiquement clos lorsque j'arrive à ce triste constat : la simple sensation de la terre sur ma nuque, mes épaules, mes coudes et mon ventre me tétanise. J'ai l'impression que, pour peu que je m'enfonce un peu plus à l'intérieur, le tunnel va s'effondrer autour de moi et m’ensevelir sous une tonne de terre... Vivant... Afin de me maintenir à jamais en ces lieux. Pour peu que je ne sois pas déjà asphyxié, je pourrai bien tenter de creuser afin d'atteindre la surface : mais celle-ci ne cessera de s'éloigner, et je creuserai en vain vers une hauteur inatteignable, la terre s'effondrant autour de moi et m'avalant petit à petit. D'abord les pieds, puis les jambes, jusqu'à atteindre ma tête, et je ne pourrai alors que tendre une dernière main, vaine, vers la surface. La terre rentrerait dans ma bouche, dégustant ainsi une grande quantité de cette matière âpre, râpeuse, sans aucune saveur et me donnant pour seule envie celle de la recracher. Mais je n'y arriverai pas, puisque d'autres monceaux viendront se bousculer au portillon, me forçant à avaler cette terre, qui m'emplira alors la gorge, me l’obstruera, et coupera à mes poumons l'accès à toute source d'air ; ceux-ci me brûleront, grossiront, et exploseront en une souffrance inouïe, ma voix se nouant en un dernier râle d'agonie – muet, bien évidemment, puisque sous terre, personne ne m'entendra jamais hurler. Alors je quitterai ce monde, mon corps et mon âme restant éternellement cloués sous une épaisse cloison immuable et restreinte, et, à tout jamais, je resterai là.

Seul.


Quelque chose m'effleure le bras.

Je rouvre les yeux, légèrement tremblotant, et vois la frimousse d'Oz postée juste en face de moi. Son regard braqué sur le mien, il m'observe, avec un air légèrement surpris. C'est vrai qu'il ne m'a jamais vu faire de crise de claustrophobie... Pourtant, il n'a pas l'air particulièrement inquiet. Juste étonné. Baissant les yeux, j'affiche un sourire attristé, conscient du ridicule de la situation.

« -Je suis désolé. J'aurai dû y penser plus tôt. Mais je sais pas, sûrement l’appât de la bouffe qui m'a fait penser trop vite. Ahaha, comme d'hab, en fait... »

Le Pikachu lève les yeux au ciel. Il s'avance encore un peu plus, et appuie sur ma tête avec l'une de ses pattes avant pour me forcer à la baisser, avant de se faufiler juste au dessus de moi. Je n'ose pas bouger lorsque je l'entends gratter la terre qui nous entoure, et me contente de quelques paroles reconnaissantes, bien que tremblotantes.

« -T-tu élargis le tunnel ? C'est gentil, tu sais, mais euh, c'est p-pas vraiment nécessaire... » je glisse un regard peu rassuré au sol alentour « F-faudrait pas que tout s'effondre et que... Hum... *glps* »

Oz ne réagit pas, et continue son petit ménage. Je ne peux pas me tourner pour voir ce qu'il fait, ni me déplacer, au risque de le faire tomber, de le percuter contre la paroi ou même de l'écraser, mais je sens parfaitement les morceaux de terre tomber sur mes vêtements, et frémis à chacun d'eux. Lentement, Oz s'avance un peu plus tout le long de mon corps, et arrive bientôt à hauteur de mes genoux, c'est-à-dire à l'extérieur du tunnel. Lorsque je l'estime plus ou moins sorti, j'élève un peu plus la voix pour qu'il puisse m'entendre.

« -Euh.... Tu voulais juste sortir ? D'-d'accord, j'arrive alors... Me laisse pas seul là dessous s'il te plaît.... Tu sais, t'aurais pu juste me demander de-AÏE ! »

Sentant une douleur vive parcourir tout mon corps, je tressaute en encaissant la décharge envoyée par mon starter. Me cognant la tête contre le haut du tunnel, je tente de me tourner vers l'ouverture, en vain, mais continue malgré tout de m'adresser à Oz.

« -Mais... Qu'est-ce que tu fais ?! Tu crois que c'est le moment de.... AÏE ! Mais arrête ! »

Recevant une nouvelle décharge, je tressaute à nouveau, et me hâte de pousser sur mes coudes pour me tenir un peu plus éloigné du Pokémon.

« -T'es sérieux ? Tu vois pas que je me sens mal dans ce tu-AAAAÏE ! MAIS CA FAIT MAL SERIEUX ! »

Comprenant que les décharges ne vont pas s'arrêter de sitôt, je pousse encore un peu, et rampe un peu plus loin dans le tunnel. Cherchant encore à jeter des regards en arrière, mais n'ayant même plus le temps d'essayer avec la cadence des éclairs qui accélèrent, je me retrouve à avancer sans réfléchir le long du passage, ne tardant d'ailleurs pas à arriver à... Un cul de sac. Mon sang ne fait qu'un tour lorsque je réalise être coincé dans ce chemin sans issue... Et extrêmement étroit, surtout.

« -O.... Oz ! J-je-je s-suis coincé là ! T-tu d-dois vite me laisser rep-partir sinon je... Je... Je... »

Prenant de grandes inspirations, mon hyperventilation soudaine m'empêche de finir ma phrase, tout comme de remarquer qu'Oz se faufile à nouveau jusqu'à moi en longeant mon corps. Arrivant à hauteur de mes yeux, il s’assoit tranquillement en face de moi, et place son regard devant le mien, avant de lever une patte... Et de percer le plafond.

La terre s'effondre au dessus de moi, et je ne peux retenir le cri terrifié qui s'échappe de ma gorge. Ça y est, c'est fini, je vais finir enterré vivant ! La terre se referme autour de moi ! Je suis fichu ! Je ne vais plus jamais revoir la lu... Lumière du jour ?

Relevant la tête à cause du soleil qui vient perturber mes yeux, je constate que le trou fait par Oz dans le plafond du tunnel mène tout droit à l'extérieur. Mes yeux s'écarquillent aussitôt, et en quelques secondes, je me hisse à l'extérieur, la terre recouvrant mon corps tombant toute seule.

Surgissant à la surface, j’atterris sur un parterre de fleur non exploité, et face à une foule pour le moins agitée. A quelques pas à peine de là, se trouve un stand de fleur, surchargé par la demande, et dont bon nombre de cartons sont désormais ouverts et éventrés au milieu de la route.

D'un bond agile, Oz vient se poster à mes côtés, l'air de rien. Poisseux, les membres engourdis par les éclairs, et me remettant tout juste de ma crise de panique, je fixe avec une expression quelque peu incrédule mon starter, qui, après avoir contemplé la foule pendant quelques secondes, tourne vers moi un regard blasé.

« -Pika.
-...Hein ? »

Il me pointe du museau le stand de fleur.

« -Pika.
-.... OH ! OUI ! C'EST VRAI ! LE STAND DE FLEUR ! V-V-VITE, MES POKEBALLS ! Euh on avait dit qui déjà ? Goldina, Lucifroy et Motunch-euh non, Goldfroy, Lucina, Punch et après les Motisma... Et à la fin, Euphie ! 'Faut pas l'oublier... Hum... ECARTEZ-VOUS CES ROSES SONT A MÔAAAAAAA !  »

Saisissant les Pokéballs, et m'élançant vers le stand, je laisse sur place Oz, qui me regarde m'éloigner avec une expression complètement neutre.

Affichant finalement un léger sourire, il saute dans le tunnel, et repart en direction du parc.

***

« -Hh... On... Hh... Les... Hh... A... Hh... Enfin.... Hh... Semés.... Aaaargh... »

Longeant un mur, pour finalement m'écrouler au sol, je me laisse choir par terre avec un soulagement non dissimulé. A mes côtés, Lucina, Punch et Goldfroy, qui sont dans un état pratiquement similaires après avoir tenté de retenir toute une foule pour éviter qu'elle ne se jette sur nous, et les Motisma, tournant autour de nous sans le moindre effort. Forcément, quand on peut passer par la voie des airs... Relevant la tête en direction de Smegta, je prends quelques secondes de plus pour reprendre ma respiration, puis m'adresse à lui, bien que toujours au sol.

« -T'as la rose... ? »

Affichant un grand sourire, il ouvre les portes de son frigo avec fierté, exposant à notre vue la rose préservée à l'intérieur. Bien, cela nous en fait au moins une ! S'il ne lui arrive rien d'ici notre retour à l'académie, on pourra donner les trois autres à des élèves n'ayant pas pu se rendre sur les lieux...

Prenant encore quelques minutes supplémentaires pour récupérer, je me relève avec nonchalance pour ensuite observer les environs, voir où nous ont mené nos pas. Ca va, ce n'est pas hyper loin de notre lieu de rendez-vous... Va juste nous falloir marcher un tout petit peu...

M'orientant grâce aux panneaux de signalisation, nous finissons sans trop de mal par atterrir à la ruelle où nous devions tous nous réunir. Lorsque nous arrivons sur place, il y a bien évidemment Châtaigne, Harissa et Spark, qui étaient déjà là, mais aussi Webble, Euphie, Meg et Oz, qui ont su revenir sans trop de problème. Nous sommes donc les derniers à revenir ici, et je peux constater avec une certaine satisfaction que toutes les roses sont également présentes. Celle que tient Webble a un peu de toile autour de sa tige, et celle de Harissa semble avoir perdu quelques pétales pendant son envol, mais elles sont toutes là.

« -On est là ! Excusez-nous pour le retard ! Félicitations, vous avez géré ! C'est une mission menée avec brio. »

Les Motisma, Webble, Euphie et Meg ne cachent par leur joie, tandis que certains, comme Spark et Goldfroy, se contentent d'un franc sourire. Les autres se contentent de lever les yeux au ciel, ou font mine de ne pas être particulièrement atteints par la satisfaction générale.

Jetant un coup d’œil à mon Ipok, je constate qu'il y a encore toute une journée avant de pouvoir rejoindre le repas tant attendu, et réfléchis donc quelques secondes à ce qu'on pourrait faire pour s'occuper tout le reste de notre temps libre. Hmm...

« -... Ça vous dit, qu'on aille se détendre au Lac Corail ? Cela fait un moment qu'on ne s'y est pas posé ! »

La réponse générale ne se fait pas attendre, et ne m'étonne pas vraiment. Meg pourra patauger dans l'eau comme elle l'adore, et jouer avec Euphie, tandis que Lucina, Oz et Châtaigne en profiteront certainement pour faire une sieste au soleil. Punch et Goldfroy vont sans doute à nouveau vouloir s'affronter, et je suppose que Webble, Smegta et Maygta trouveront un moyen de se distraire avec n'importe quoi ayant le malheur de leur tomber sous la patte. Aegta, assisté d'Hongta, fera un tour de la flore alentour, et Harissa se contentera de guetter qui le premier fera une bourde...

N'étant plus pas particulièrement pressés, j'invite mes Pokémon à marcher à mes côtés pour rejoindre l'académie à pieds. Meg fait bien évidemment le transport sur le dos de Châtaigne, peu adaptée au déplacement sur terre, et est parfois rejointe par Euphie à intervalles réguliers, à cause de ces élans de fatigue et de motivation.

Me laissant dépasser par tout le monde, je me retrouve doucement au bout de notre file, devinant sans trop de mal qui s'y trouve. Attendant d'être à sa hauteur, je fais mine d'observer calmement les alentours, avant de subitement attraper Oz pour le prendre dans mes bras, comme je ne l'ai pas fait depuis bien longtemps. Frottant mon poing contre le sommet de son crâne, je l'entends pousser un cri râleur, et cesse aussitôt en faisant un grand sourire.

« -... Merci, Oz. »

Ne répondant pas tout de suite, le Pikachu se contente de fixer droit devant lui, une expression blasée sur le visage.

« -... Ch'ka. »

HRP:
 

@Eques sur Never-utopia.

_________________



« Mais euh, ch'uis pas qu'un paysan môa d'abord, hein ! »

Merci Môman Callie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t780-c-est-par-la-la-sortie-oups-je-suis-alle-trop-vite http://pokemoncommunity.forumactif.org/t799-ginji-labelvi-voltali
 Adulte Mécano
avatar
Adulte Mécano
Région d'origine : Johto
Âge : 22
Niveau : 19
Jetons : 3501
Points d'Expériences : 365

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mar 14 Mar - 21:58

[quote="O'Ech Niki"]

Un jour mon prince viendra...

Le mois de février est toujours la période creuse pour les commerces. Après Noël, soldes et les impôts, les prospects n’ont plus d’argent à dépenser et ils doivent faire attention à leur économie. Donc ils sacrifient le plus simple, le shopping. Souvent à cette période de l’année Niki vient à la boutique seule, laissant ses Pokémons faire la grasse matinée. Toute façon il n’y a rien à faire et elle en profite pour avances ses projets personnels. Enfin à une exception près, le quatorze février, jour du saint valentin. Jour où tout le monde panique, car ils n’ont rien trouvé pour leur âme sœur, ou parce qu’ils ont encore oublié. Les gens deviennent vite bêtes et en désespoir de cause rentrent dans le magasin de l’oncle à Niki en espérant qu’ils y vendent des roses.

Des fleurs dans un atelier quelle idée.

C’est ce que se disait la jeune mécanicienne avant que le chef vienne avec une idée pour augmenter son chiffre d’affaires catastrophique de février. C’est à dire, faire et vendre des roses de fonte hors de prix. Au grand désespoir de Niki. Mais au moins comparé à l’année dernière, elle a trois fois plus de Pokémon et pour une fois, peut-être la production va pouvoir suivre la demande et s’il en a trop on les fera fondre. Que du bénéfice en vue et en vrai.

Le gros avantage de ça, surtout, c’est que Niki va pouvoir observer comment travaillent ses Pokémons pour une fois. Voir si les anciens ont corrigé leur défaut et faire apprendre le métier aux nouveaux. Des occasions comme cela elle n’est à pas dix milles, il s’agit donc de bien en profiter.

En général la team de Niki ne se débrouille pas trop mal. Évidemment que des Pokémons comme le Yanma ont un peu plus de peine avec ce genre de tâche, il est un peu con, mais se débrouillent.

À une exception près.

A-Rod, le Quatermac. Le Pokémon footballeur américain n’en fait qu’à sa tête.

Depuis qu’elle l’a capturé, elle a tout de suite compris que ça n’allait pas fonctionner entre eux. Elle pensait qu’elle allait pouvoir l’éduquer, comme tous les Pokémons sauvages qu’elle a eus jusqu’à maintenant. Évidemment que le processus puisse prendre plusieurs temps pour s’adapter, mais là le Quatermac ne semble même pas vouloir travailler. Il s’est intégré dans l’équipe et s’entend bien avec tout le monde, sauf avec Niki et Grande-Sœur.

C’est le beau gosse de l’équipe, le type toujours propre sur soit, tout le monde l’adore. En plus il est sportif et intelligent. À ce qu’on a compris, il a suivi des études dans la grande université de la jungle et qu’il se préparait pour rentre dans le JFL, la jungle football league.

Et c’est bien ça le problème.

Au lieu de faire des roses en métal, monsieur préfère soulever de la fonte (sans mauvais jeu de mots). Pour être au top niveau, A-Rod passe son temps à s’entrainer au lieu de travailler. Il pense qu’il est bien mieux que tout ça, qu’il n’en a pas besoin, qu’il gagnera sa vie grâce au sport, qu’il va devenir le meilleur sportif de tous les temps et que travailler égal à s’avouer vaincu et faible.

Donc nous y voilà, dans l’atelier de Niki, la foule dans le magasin $ la recherche d’un cadeau original en train de se bousculer pour avoir une rose en métal, pendant que les Pokémons de l’atelier suent pour suivre la cadence, pendant qu’A-Rod fait des tractions sur une des poutres du magasin.

Voilà à quoi ressemble la Saint-Valentin de Niki cette année.


DEV NERD GIRL


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2516-o-ech-niki#29437 http://pokemoncommunity.forumactif.org/t2543-o-ech-niki-adulte#29606
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Kalos
Âge : 14 ans
Niveau : 20
Jetons : 1454
Points d'Expériences : 541

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mar 14 Mar - 23:36

La saint Valentin d'une renarde de glace

Dans la chambre bercée par les rayons de soleil les plus téméraires, la petite créature des glaces s’étirait mollement sur le lit d’Obéline. Elle s’éveillait d’une courte nuit de sommeil, comme à son habitude. Lorsque le monde s’endort, que plus un bruit ne s’entend dans le dortoir des Mentalis, la petite Goupix se faufile dans les couloirs jusqu’à atteindre l’objet de toutes ses convoitises. D’un coup de museau bien placé, elle allume l’écran plat, saisit la télécommande entre ses crocs et part s’installer sur un des moelleux fauteuils des violettes, le tout avec une organisation que seule une routine bien installée peut instaurer. Commence alors comme toutes ses nuits, de nombreuses heures à regarder, fascinée, tous les feuilletons à l’eau de rose que la renarde peut trouver sur le câble. Heureusement pour la pure et naïve Seelie, la direction de l’école avait pris à cœur le contrôle parental des chaînes de télévision, et jamais elle n’eut à regretter son zapping en tombant sur une émission malencontreuse dont elle n’était pas le public ciblé. Non, Seelie ne découvrait que romances et histoires fabuleuses, alimentant son esprit de shippeuse.

Il s’en va ainsi sans dire que la renarde en se réveillant en ce matin hivernal savait parfaitement la date à laquelle nous étions. Le quatorze février. La saint-valentin. La fête des amoureux. Quelle fête formidable que les humains avaient inventé là se disait Seelie. Un jour où tout cœur aimant pourrait déclarer sa flamme au travers d’un doux poème, d’une jolie fleur ou d’une délicate attention. Un jour pour les couples, un jour débordant d’amour. Ah il n’en fallait guère plus pour raviver l’éclat dans les yeux de l’éternelle romantique qu’elle était.

Si seulement sa dresseuse partageait son enthousiasme....

Allongée sous sa couverture, Obéline ne bougeait pas. Seelie avait beau lui donner des petits coups de patte pour la lever, la jeune fille ne voulait quitter son idylle de coussins et de couettes.

▬ Gnnn, laisse moi Seelie, je suis fatiguée, j’ai bossé toute la nuit, on a pas cours aujourd’hui, je veux dormiiiiiir…

La renarde soupira. Obéline n’avait décidément pas le sens des réalités. Elle qui en la voyant à son bureau jusqu’à une heure fort tardive s’était mise à espérer qu’elle rédigeait en cette veille de saint-valentin une déclaration poignante pour son chevalier…  Et il n’en était rien ! Quelle déception eut elle lorsqu’elle comprit qu’elle ne faisait que travailler sur un quelconque devoir de coordination. Cette enfant ne comprenait rien. Le blond de l’histoire non plus d’ailleurs. Il avait beau avoir été son premier dresseur, un jeune homme bien en tout point, Seelie ne pouvait ignorer ses lacunes amoureuses… Ne pouvait-il pas envoyer une fleur à l’élue de son coeur en cette date si particulière ? Une rose ? Un chocolat ? Une épée même ? Non, il n’en avait rien fait ! Ne pouvait-il pas prendre exemple sur le jeune homme qui avait fait livrer une centaine de fleurs à la colocataire d’Obéline ? De magnifiques roses rouges au parfum délicat. Voilà un homme bien ! Un modèle pour tous ces adolescents sans repère ni valeur, obnubilé par leurs études ou leur passé !

Seelie soupira. Elle devait se rendre à l’évidence. Elle ne tirerait rien ni de Leype ni d’Obéline, elle allait donc devoir agir.

Après une dernière tentative pour réveiller Obéline qui se solda par un coup de coude de cette dernière et qui fit tomber la renarde au sol, elle décida de prendre les choses en patte.

Profitant de la sortie d’Etna de la chambre, Seelie se glissa à sa suite, s’échappant du dortoir. Elle trottina sur ses petites pattes blanches, sachant parfaitement où elle devait se rendre pour mettre son plan en exécution. Vous vous doutez qu’elle n’avait pas pu rater l’information selon laquelle l’excellent fleuriste Ros & Ade ouvrait sa fameuse boutique itinérante en ce jour sacré pour vendre les plus belles fleurs de la saison aux étudiants. Et aux pokémons. Seelie était sûre d’avoir lu cette information quelque part.

Trouver le stand ne demanda guère de peine à la petite créature, il suffisait de suivre la cohue. La saint-valentin déchaînait décidément bien des passions et cette idée dessina un sourire sur la bouille de la Goupix, dont l’esprit avait omis l’information selon laquelle ces roses n’étaient pas de réelles preuve d’amour mais plutôt un sésame ouvrant les portes d’un paradis gustatif. Mais chut, ne brisons pas ses rêves.

Arrivée devant le stand, la foule d’étudiants ne ressemblait plus qu’à une masse informe, se mouvant dans des gestes saccadés, prêt à tout pour récupérer une rose. La Goupix analysa la situation, comme Leype le lui avait si bien appris et armée du courage sans faille héritée de sa dresseuse, elle s’élança. Sa petite taille et son agilité lui permirent de passer entre les jambes tout en évitant la plupart des coups de pieds. Elle arriva finalement devant le stand où son adorable bouille blanche, pure et innocente et ses grands yeux d’un bleu cristallin lui octroyèrent le droit de recevoir une rose, presque aussi mignonne qu’elle selon les dires du vendeur. Fière et heureuse d’avoir accompli sa mission, Seelie remercia d’un adorable rugissement le fleuriste et repartit fleur en bouche vers sa nouvelle destination.

Galopant au travers de la ville et de l’académie, Seelie réussit à atteindre le dortoir des Voltali en un temps record. La messagère de l’amour se faufila aisément jusqu’à la fenêtre de la chambre du chevalier. Elle y avait vécu quelques jours assez pour que la simple vision de ce foyer rappele à Seelie de tendres souvenirs de cette époque qu’elle partageait avec un autre. Mais elle ne regrettait pas le choix de Leype. Elle endossait un rôle particulier pour lui, cet acteur aux mille visages. Un rôle que l’amatrice qu’elle était était pourtant la seule à pouvoir accomplir.

Mais aujourd’hui sa mission était toute autre.

Elle s’assura que le blond était bel et bien seul, cela aurait été dommage que Peter récupère une fleur qui ne lui était pas destinée ! Leype était assis sur son lit, pas de traces de son colocataire, c’était le moment idéal ! Elle posa la jolie rose sur le bord de la fenêtre et d’un souffle glacé transforma le rouge passionné de la fleur en un blanc de neige. De son souffle, elle créa de la buée sur la fenêtre et d’une patte habile y traça un rond. Elle se cacha alors sur le côté et frappa à plusieurs reprises sur la vitre jusqu’à ce qu’elle entende le chevalier se rapprocher. C’est le moment qu’elle choisit pour détaler.

Sa mission était accomplie.

HRP:
 

_________________


 
she is just a little
snowflake


Dernière édition par Obéline Gauthier le Jeu 16 Mar - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4420-309-obeline-gauthier-mentali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t4466-obeline-gauthier-mentali#46065
 Coordinateur Performer
avatar
Coordinateur Performer
Région d'origine : Unys
Âge : 15
Niveau : 40
Jetons : 6778
Points d'Expériences : 1038

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Mer 15 Mar - 22:25

Event St-Valentin
Mission Saint-Valentin !

Encore une journée banale, qui s'annoncer être aussi paisible que celle d'hier ou celle d'avant hier. Je me lève comme à mon habitude toujours a mon rythme, c'est a dire lent. Il faisait beau, je sentais une atmosphère particulière aujourd'hui. D'ailleurs, quel jour on est ? Le 14 février... Ce jour me semblait spécial, mais j'avais beau chercher je ne trouvais pas. Mon anniversaire ? Non. Le concours de pâtisserie ? Non plus... La saint-Valentin ? La saint-Valentin... Mais oui ! C'était aujourd'hui le jour de la saint-Valentin ! Qui dit saint Valentin, dit chocolat, il était temps de faire une récolte de chocolat en ville ! Je fis sortir tout l'équipe au complet, tout le monde était là.

"Aujourd'hui est un jour spécial les amis, c'est la saint-Valentin ! Ce qui veut dire chocolat, nous allons donc nous promener en ville pour trouver le meilleur vendeur de chocolat de l'île en avant !"

Tout le monde avait l'air enjoué a l'idée de faire une virée en ville. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de monde qui déambulait les rues à cette heure-ci d'habitude, c'était plutôt calme, mais aujourd'hui tout le monde avait l'air de se pousser dans les rues. Surement que les plus délicieux chocolat de Lansat n'était pas loin. Je décidais donc de suivre la foule pour peut être trouvé mon trésor chocolaté. Après une bonne quinzaine de minute a me faufilait dans la foule, je réussis enfin à voir la cause de tout ce remue-ménage. À ma grande déception, ce n'était qu'un marchand ambulant qui ne vendait que des roses "spéciale" dont tout le monde avait l'air de s'arracher *soupir*.

"Bon, il ne reste plus qu'a chercher ailleurs..."

J'allais m'apprêtait à partir voir ailleurs si je ne trouvais pas mes fameux chocolats, quand je fus alerté les pleurs d'un petit garçon. Par curiosité, je décidai donc d'aller lui parler.

"Euh... ça va ?"

"*Snif* Non... je voulais une rose, mais je suis trop petit pour passer... *snif*"

"Ah.. Et pourquoi tu veux tant que ça une rose,"

Le garçon s'essuya les yeux puis me répondit

"Bah il y a une fille que j'aime beaucoup et je voulais lui offrir une rose et comme c'est la saint-valentin..."

"Je vois. Si tu veux, je vais essayer de t'en chercher une attend moi sagement ici d'accord ?"

Bon changement de programme, maintenant les roses de ce marchand avait une importance. Les chocolats attendront, je n'avais pas de raison particulière d'aider ce petit garçon, mais il me faisait étrangement penser a quelqu'un. Maintenant, il fallait préparer un plan d'attaque pour entrer dans la foule ennemie. La tache s'annonçait compliquer. J'étais assis sur un banc à réfléchir comment j'allais bien pouvoir prendre une rose sans me faire piétiner dessus. Quand Karis m'éclaboussa avec ces bulles. C'est là que me vint une idée.

"Mais oui, c'est ça Karis ! Tu vas créer une bulle assez grosse pour que Tsuki puisse se poser dessus sans risque. Puis avec ces pouvoirs psy il n'aura qu'à prendre une rose !"

Le plan était en marche, Tsuki le premier psystigrix volant aller être sur le point de décoller. Survolant tout la foule, il n'avait plus qu'à prendre une rose incognito et retournai à la base, mais le vent n'était pas de cet avis et fit éclatait la bulle avec le choc. Je fermais les yeux, de peur de voir un Tsuki finit en pâté par la foule, mais s'était sans compter sans l'intervention de Mavis qui le rattrapa in extremis.

"Bravo ! Un vrai travail d'équipe ! Je suis fier de vous !"

Mission accomplie ! Il ne restait plus qu'a donner l'objet de convoitise au client."Tient voilà ta rose !"

"Tient voilà ta rose !"

"Oh merci, merci beaucoup ! Je ne sais pas comment te remercier ! Ah si je sais mon père est éleveur et on a beaucoup dont on ne sais pas vraiment trop quoi en faire du coup la plupart du temps, je leur fait faire une promenade de temps en temps. Alors tient, je te le donne !"

"Oh ! C'est gentil de ta part, mais tu sais ce n'était pas la peine..."

"Si si ! J'insiste ! Prends en bien soin ! Bon, je te laisse, j'ai un cadeau à donner au revoir !"

Quel drôle de petit. Bon résultat bilan, je n'ai pas trouvé ces fameux chocolats, mais faire le bien autour de soi ça rapporte ! Et ce travail d'équipe dont on a fait preuve m'a fait réaliser à quel point j'avais de la chance de les avoir auprès de moi.

"Aller, pour fêter l'arrivé d'un nouveau venu dans l'équipe, on va aller manger dehors !"

Tout le monde avait l'air très heureux de cette nouvelle. C'est que ça donne faim, le travail de groupe !



HRP Résumé:
 

_________________



PHYL THE POWER ♦️ Ta douleur d'hier est ta force d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5221-370-hagawa-haru-phyllali http://pokemoncommunity.forumactif.org/t5233-hagawa-haru-phyllali
Région d'origine : Kalos
Âge : 28 ans
Niveau : 0
Jetons : 5000000
Points d'Expériences : 368

MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   Sam 18 Mar - 8:12

Event clos. Merci de votre participation. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...   

Revenir en haut Aller en bas
[Saint-Valentin 2017] La rose a des épines...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Community :: archives :: Les Archives :: Année 4-